Bibliographie Genre de la contestation ouvrière

 

« Le genre de la contestation ouvrière. France. 19-20e siècles »

Séance du vendredi 6 avril 2012

 

XAVIER VIGNA (maître de conférence en histoire à l’Université de Bourgogne) :

« Le genre de la grève dans les années 1968 »

A lire :

Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, PUR, 2007

Xavier Vigna, Histoires des ouvriers en France au XXe siècle, Perrin, 2012

 

FRANCOIS JARRIGE (maître de conférence en histoire à l’Université de Bourgogne) :

« Le genre de la contestation ouvrière dans l’imprimerie du XIXe siècle »

A lire:

François Jarrige, “Le mauvais genre de la machine”, RHMC, 2007

 

______________________________________________________

 

  • BIBLIOGRAPHIE — Le genre de la contestation ouvrière dans l’imprimerie du XIXe siècle

 

Mondes anglo-américains :

James Ramsay MacDonald, Woman in the printing trade: a sociological study, Londres, 1904 [rééd. 1980] [http://openlibrary.org/books/OL23405734M/Women_in_the_printing_trades]

Cynthia Cockburn, Brothers. Male Dominance and Technical Change, Londres, Pluto Press, 1983

Cynthia Cockburn, In the Way of Women: Men’s Resistance to Sex Equality in Organizations, London: Macmillan and Ithaca New York, 1991.

Cynthia Cockburn « Le matériel dans le pouvoir masculin », Cahiers du Genre 1/2004 (n° 36), p. 89-120 [trad. fr. de « The Material of Male Power », Feminist Review, n° 9, 1981].

Felicity Hunt, “The London Trade in the Printing and Binding of Books: An Experience in Exclusion, Dilution and Deskilling for Women Workers”, Women’s Studies International Forum n°6, 1983, p. 517-524

Felicity Hunt, « Opportunities Lost and Gained: Mechanization and Women’s Work in the London Bookbinding and Printing Trades, » in Angela V. John, éd.. Unequal Opportunities: Women’s Employment in England 1800-1918, Oxford and New York, 1986, 76-84.

Kay Sarad, “Emily Faithfull and the Victoria Press: Women, Culture and Work, 1850-1880”, Studies in the History of Feminism (1850s-1930s), London, 1984.

Ava Baron, « Contested Terrain Revisited: Technology and Gender Definitions of Work in the Printing Industry, 1850-1920, » in Barbara Drygulski Wright, et al., eds., Women, Work, and Technology Transformation (Ann Arbor 1987), p. 58-83

Ava Baron, « Questions of Gender: Deskilling and Demasculinization in the U.S. Printing Industry, 1830-1915”, Gender and History, 1, Summer 1989, p. 178-199.

Ava Baron, “An “other” Side of Gender Antagonism at Work: Men, Boys, and the remasculinization of Printers’ work, 1830-1920”, in Ava Baron (dir.), Work Engendered : Toward a New History of American Labor, Ithaca: Cornell, 1991, p. 47-69.

Ava Baron, “Technology and the crisis of masculinity. The gendering of work and skill in the US printing industry, 1850-1920”, in Andrew Sturdy, David Knights et Hugh Willmott (ed.), Skill and consent. Contemporary Studies in the Labour Process, London, Routledge, 1992, p.  67-95.

Sian Reynolds, Britannica’s Typesetters: women compositors in Edwardian Edinburgh, Edinburgh University Press, 1989.

Sonya O. Rose, Limited Livelihoods. Gender and Class in Nineteenth-Century England, Londres, Routledge, 1992.

Christina Burr, « Defending The Art Preservative’: Class and Gender Relations in the Printing Trades Unions, 1850-1914. » Labour/Le Travail 31 (Spring 1993): 47-73

Hannah Barker, “Women, Work and the Industrial Revolution: Female Involvement in the English Printing Trades, c. 1700-1840”, in Gender in Eighteenth-Century England: Roles, Representations and Responsibilities, Barker, Hannah & Chalus, Elaine, eds, Longman, London, 1997, p. 81-100.

Maria Fraley, « Feminism, Format, and Emily Faifthfull’s Victoria Press”, Nineteenth century Feminisms, n° 1, Fall/Winter 1999

Patrick Duffy, The skilled compositor. An Aristocrat among Working Men, Ashgate, 2000.

Tusan, Michelle, “Performing Work: Gender, Class, and the Printing Trade in Victorian Britain”, Journal of Women’s History, Volume 16, Number 1, 2004, p. 103-126.

Ava Baron, “Masculinity, the Embodied Male Worker, and the Historian’s Gaze”, International Labor and Working-Class History, 69, Spring 2006, p. 143-160.

 

En France:

Alphonse Alkan (aîné), Les Femmes compositrices d’imprimerie sous la Révolution française, en 1794, par un ancien typographe, Paris, 1862, 10 p.

Jacques Alary, Le travail de la femme dans l’industrie typographique, Marpon et Flammarion, Paris, 1883.

Paul Chauvet, Les ouvriers du livre en France de 1789 à la constitution de la fédération du livre, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1956 ; et Les ouvriers du Livre et du Journal. La Fédération française des Travailleurs du livre, Paris, Les éditions ouvrières, 1971.

Madeleine Guilbert, Les Femmes et l’organisation syndicale avant 1914, Paris, CNRS, 1966

Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, Féminisme et syndicalisme en France 1870-1914, Paris, Anthropos, 1978.

Madeleine Rébérioux (dir.), Les ouvriers du livre et leur fédération. Un centenaire, 1881-1981, Paris, 1981.

Frédéric Barbier, « Les ouvriers du livre et la révolution industrielle en France au XIXe siècle », Revue du Nord, Tome LXIII, n° 248, janvier-mars 1981, p. 201.

Philippe Minard, Typographes des Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 1989.

Evelyne Péloille L’imprimerie parisienne de 1881 à 1914, aspects des mutations dans l’organisation de la production, Thèse de doctorat, Paris , 1994.

Delphine Gardey, « Mécaniser l’écriture et photographier la parole : utopies, monde du bureau et histoires de genre et de techniques », Annales, Histoire, Sciences Sociales, mai-juin 1999, n° 3, p. 587-614.

Joan W. Scott, « Féministes contre syndicalistes dans l’industrie typographique : Guerre des sexes ou lutte de classes? », in Militantisme et histoire. Mélanges offerts à Rolande Trempé, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2000, p. 181-198.

François Jarrige, « Le mauvais genre de la machine. Les ouvriers du livre et la composition mécanique en France et en Angleterre (1840-1880) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54-1, janvier-mars 2007, p. 193-222.

François Chaignaud, L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1897-1905), Rennes, PUR, 2009.

 

  • QUELQUES DOCUMENTS autour de l’intervention

 

Féminisation de la typographie parisienne :

Année Main-d’œuvre totale dansl’imprimerie parisienne Nombre de compositeurs Nombre de compositrices Proportion des femmes employées dans la composition
1854  3743 2638 70 2,7 %
1902 5000 1000 20 %

 

Clavier typographique de Rosenborg, L’Illustration, 1843.

 

Prospectus publicitaire, pianotype de Delcambre dans les années 1850.

 

 L’atelier des presses mécaniques de l’Imprimerie impériale vers 1860 [J. Turgan, Les grandes usines, Paris, A. Boudillat, 1860, t. 1, p. 104.]

 

 

Les jeunes filles de l’internat professionnel de composition typographique (vers 1870)

 

 Eugène Boutmy, Dictionnaire de l’argot des typographes, Paris, Flammarion-Marpon, 1883 :

« Compositrice : s. f. Jeune fille ou femme qui se livre au travail de la composition. Nous ne réveillerons pas ici la question tant de fois débattue du travail des femmes ; nous ne rappellerons pas les discussions qui se sont élevées particulièrement à propos de la mesure prise par la Société typographique, qui interdisait à ses membres les imprimeries où les femmes sont employées à la casse à un prix inférieur à celui fixé par le Tarif accepté. Contentons-nous de dire que nous sommes de l’avis de MM. les typographes qui, plus moraux que les moralistes, trouvent que la place de leurs femmes et de leurs filles est plutôt au foyer domestique qu’à l’atelier de composition, où le mélange des deux sexes entraîne ses suites ordinaires. — Quoi qu’il en soit, il existe des compositrices ; nous devions en parler. MM. les philanthropes qui les emploient vont les recruter dans les ouvroirs, les orphelinats ou les écoles religieuses. Ces jeunes filles, en s’initiant tant bien que mal à l’art de Gutenberg, ne manquent pas de cueillir la fine fleur du langage de l’atelier et de devenir sous ce rapport de vraies typotes comme elles se nomment entre elles. L’argot typographique ne tarde pas à se substituer à la langue maternelle ; mais il en est de l’argot comme de l’ivrognerie : ce qui n’est qu’un défaut chez l’homme devient un vice chez la femme, et il peut en résulter pour elle plus d’un inconvénient. L’anecdote suivante en fournit un exemple : un employé, joli garçon, courtisait pour le bon motif sa voisine, une compositrice blonde, un peu pâlotte (elles le sont toutes), qui demeurait chez ses parents. La jeune fille n’était point insensible aux attentions de son galant voisin. Un samedi matin, les deux jeunes gens se rencontrent dans l’escalier : « Bonjour, mademoiselle, dit le jeune homme en s’arrêtant ; vous êtes bien pressée. — Je file mon nœud ce matin, répondit-elle ; c’est aujourd’hui le batiau, et mon metteur goberait son bœuf si je prenais du salé. » Ayant dit, notre blonde disparaît. Ahurissement de l’amoureux, qui vient d’épouser une Auvergnate à laquelle il apprend le français.

Nous avons dit plus haut que les typographes, en proscrivant les femmes de leurs ateliers, avaient surtout en vue la conservation des bonnes mœurs à laquelle nuit, comme chacun sait, la promiscuité des sexes. Ce qui suit ne démontre-t-il pas qu’ils n’ont pas tort ? Un jour, ou plutôt un soir, une bande de typos en goguette faisait irruption dans une de ces maisons de barrière qu’on ne nomme pas. L’un d’eux, frappé de l’embonpoint plantureux d’une des nymphes du lieu, ne put retenir ce cri : « Quel porte-pages ! » La belle, qui avait été compositrice, peu flattée de l’observation du frère, lui répliqua aussitôt : « Possible ! mais tu peux te fouiller pour la distribution. » (Authentique.)

L’admission des femmes dans la typographie a eu un autre résultat fâcheux : elle a fait dégénérer l’art en métier. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les ouvrages sortis des imprimeries où les femmes sont à peu près exclusivement employées ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *