Une question à : Clara Chevalier, doctorante en histoire à l’EHESS

Comment s’articulent genre et classes populaires dans votre recherche sur la répression des mouvements populaires parisiens au XVIIIe siècle ?

 

Dans la mesure où je travaille sur ces mouvements populaires à partir d’archives de police et de justice, c’est-à-dire des documents qui ont servi à les réprimer, je suis moins amenée à travailler sur les pratiques sociales populaires elles-mêmes que sur le point de vue dominant sur le peuple, tel qu’il s’exprime dans ces sources. Je vais alors moins traiter des classes populaires au sens sociologique que de la catégorie « peuple » sous l’Ancien Régime, construite selon un point de vue qui a le pouvoir de nommer, de classer le social. Dans les dictionnaires de l’époque, par exemple, le peuple est distingué du « menu peuple » ou « petit peuple », qui est défini en négatif, par opposition aux élites. Ce « peuple » est caractérisé par son nombre et son comportement, jugé menaçant, en particulier en contexte urbain. Cette appréhension du peuple est étroitement liée à celle de l’émeute populaire : en quelque sorte, l’émeute précède le peuple – elle « postule le peuple »[1]. Les mouvements populaires sont craints, attendus, et vus comme déterminés, au sens où le peuple est perçu comme potentiellement émeutier par nature, selon le discours essentialisant dont il est l’objet, analysé par l’historienne Déborah Cohen[2]. Ainsi envisagées, ses actions collectives sont, pour le dire en des termes actuels, rejetées hors du politique, dans un régime monarchique où elles sont perçues comme infondées et illégitimes.

Ce regard posé sur le peuple, par la police et la justice en ce qui concerne mon corpus d’archives, est traversé et structuré par les rapports sociaux de sexe, ce qui se traduit notamment par un traitement répressif différent réservé aux hommes et aux femmes du peuple. Ainsi, les émeutières sont moins menacées d’arrestation que les émeutiers car la police porte d’abord son attention sur les hommes pauvres. Cette appréhension sexuée du peuple dans le cadre du processus répressif est indissociable d’une conception a priori de l’émeute[3], qui, pour être redoutée, est pensée à l’aune de certitudes et d’une grille de lecture policière selon laquelle ce sont ces hommes qui incarnent l’émeute. Analyser les rapports de pouvoir qui se jouent à travers les modalités de la répression avec le genre comme catégorie d’analyse amène à constater qu’à la négation du peuple comme acteur politique s’imbrique un second rapport de pouvoir, qui concerne les femmes du peuple et a pour effet d’invisibiliser leur présence et leur action dans l’émeute, dont ces documents judiciaires ne rendent pas compte.

En termes d’écriture de l’histoire, une dynamique similaire s’est rejouée dans l’historiographie, en particulier dans certains ouvrages d’histoire consacrés aux émeutes vivrières d’Ancien Régime, c’est-à-dire aux mouvements populaires qui répondent à une augmentation du prix du pain, question cruciale dans ce système économique. Des classifications des mouvements populaires ont ainsi été établies, notamment à l’aune de leurs motifs – anti-fiscaux, religieux, frumentaires… A cette catégorisation répond une hiérarchisation, en fonction de ce que ces historiens considèrent comme relevant ou non du « politique ». Les émeutes de subsistances se trouvent alors réduites à des émeutes de la faim[4], dépourvues d’organisation, irrationnelles, en bref qualifiées de « spontanées », et ce d’autant plus que ces révoltes d’Ancien Régime sont évaluées à l’aune de la Révolution française. Ici encore le genre joue un rôle, dans la mesure où ces émeutes vivrières sont d’autant moins vues comme politiques qu’elles sont assimilées, selon une approche essentialiste, à une forme d’action féminine. Les fonctions attribuées au féminin et au masculin, loin d’être envisagées comme des constructions sociales, reposeraient alors sur la différence biologique des sexes, qui suffirait ainsi à expliquer la participation des femmes aux émeutes, en vertu de leur rôle nourricier[5]. Le féminin étant assimilé à l’espace domestique, l’action des femmes, surtout si elle est liée au travail reproductif, est naturalisée : elle ne peut donc être véritablement politique[6]. Or, l’histoire des femmes a montré que cette analogie entre femmes du peuple et sphère privée ne correspond pas aux pratiques sociales populaires du XVIIIe siècle.

Cette convergence entre le point de vue dominant du XVIIIe siècle sur les mouvements populaires et celui d’historiens du XXe siècle a assuré une certaine permanence de cette conception de l’action collective du peuple et des femmes du peuple. Il importe donc de réinterroger du point de vue du genre tant les archives que l’historiographie, afin d’ouvrir la possibilité d’une lecture critique de l’histoire de ces mouvements populaires.


[1]    Christian Jouhaud, « Révoltes et contestations d’Ancien Régime », in André Burguière, Jacques Revel (dir.), Histoire de la France, vol. 3, Les conflits, Paris, Seuil, 1990, p. 70.

[2]    Déborah Cohen, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2010.

[3]    Arlette Farge, Jacques Revel, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants. Paris, 1750, Paris, Hachette, 1988.

[4]    Une idée combattue par Edward P. Thompson : E. P. Thompson, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, février 1971, n° 50, p. 76-136.

[5]    Pour un exemple récent : Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

[6]    Joan W. Scott, « Women in The Making of the English Working Class », in Gender and the Politics of History, New York, Columbia University Press, 1999 (1988), p. 68-90. Traduction française : « Les femmes dans La Formation de la classe ouvrière anglaise », in De l’utilité du genre, Paris, Fayard, 2012, p. 55-88.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.