Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *