Une question à : Anna Frisone, doctorante à l’Institut Universitaire Européen de Florence

  1. Labour Feminism in the 1970s

Giving voice to working women: an oral history

(Le féminisme syndicaliste dans les années 1970

Rendre la parole aux travailleuses : une histoire orale)

 GCP : Comment se nouent les questions de genre et de classe dans le féminisme syndicaliste/ouvrier des années 1970 ? Et par quelle méthodologie peut-on en rendre compte ?

Anna Frisone : (traduction à la suite)

My PhD project aims at providing an understanding of the so-called ‘labour feminism’, which stands for a moderate paradigm within the complex scenery of the second-wave women’s movement. My investigation, within a comparative framework, will take into consideration the development of labour feminism both in Italy and in France in the 1970s. The paper I presented in London at the X Annual Conference organized by “Historical Materialism” mainly focused on the case study of Genoa. First of all I found useful to briefly describe the context where Italian labour feminism took shape. Secondly, I introduced a reflection about the production and analysis of oral sources. Finally I concentrated on the case of Genoa.

The 1970s saw Italian trade unions assert themselves as significant political actors. Since the previous decade and even before the well-known ‘hot autumn’ of 1969, Italian trade unions had been going through a phase of major reforms which expanded the borders of internal democracy. This increasing openness of unions, together with the development of the international second-wave feminist movement, led women within Italian trade unions to start permeating traditional union politics with a new feminist approach. The encounter between feminist activism and trade union politics has to be understood in terms of gender relations: the feminist claims made by women within the trade unions aimed at changing not only their working conditions, but the overall gender relations outside as well as inside the workplace. Around 1975 female trade unionists built up new inter-professional and united structures, the Coordinamenti Donne.

My historiographical analysis concerns not only the histoire événementielle of labour feminism, but in particular the female subjectivity as political actor. Therefore I am working with various written sources, but in particular I am conducting interviews with the protagonists of this period.Within the research on labour feminism, enhancing the narrator’s subjectivity creates an ideal continuity (methodological and conceptual) with the research topic: the fact that women – a collective subject often relegated to historical and historiographical silence – began to speak out about themselves is, at the same time, a fundamental topos in the feminist movement’s representation and a deeply concrete need. For example when I interviewed Luisa, an employee in a Genoese factory, she explained: « Being only women was necessary because we needed to talk and to talk freely. The women in the factory did not speak ».

Genoa saw during the 1970s an increasing participation into trade union militancy of the female component of its work force. As Nina, one of my inteviewee noted: « We started to think of the fact that the only way to change an institution like the union – because it was the union that had to include our claims, not the master – we had to enter the union ». In particular, I would like to examine the use that working women made of an important union achievement: the ‘150-hour courses for educational right’. From the renewal of collective contracts in 1973, workers organizations obtained a number of paid hours that workers could use for a wide range of educational purposes. The women of the Coordinamenti issued specific courses ‘by women for women’ (which had contents such as: the working hours, sexuality, health in the workplace, the family, etc.). In Genoa, women’s workshops were organized from 1977 to 1983. When the first labour feminist workshop was presented at the faculty of Humanities, the Faculty Council voted against it. The story gained national resonance, as it was picked up by left-wing newspapers such as the Manifesto, and was made public as an emblematic episode  that showed the fierce reluctance on the part of academic culture to give space and thus legitimize the aspirations of the working class. Despite the attention given by the national media to this episode, it is curious that most of the women I interviewed prove to have a somewhat blurry memory of it. Luciana, for example, commented:

I can not remember the story of the Faculty Council. […] But, there were some troubles, right? […] To some extent, we expected things like this and beyond the emotion of the moment, that was probably strong, it was… it was just another, well, “performance of muscles” by our opponents.

In this case, it’s very interesting to note how different is the events’ relevance if we take into consideration the journalistic written sources, or rather the testimony of the women involved. The lefty media considered this episode as a symbol, therefore an abstraction: a valid paradigm to interpret the general tensions that run through the entire Italian society. In contrast, women found that the core experience about their workshops laid not so much in the public space of confrontation with the institutions, but rather in the separate (though fully political) discursive practice they established. Personal memory focuses on the practices that were developed during a long and articulated experience, while the attention of newspapers focuses on specific, iconic and « sensational » events. Here it appears clear what Passerini suggested: « The oral archive and the written archive show discrepancies, contrasts, some similarities. It will be necessary to produce cross-references between them and to propose cross-readings. […] The two memories, the oral and the written one, will shed light on each other, although weaving them could appear very difficult”.[1]

 

Traduction

Mon projet de thèse cherche à comprendre ce que l’on entend par « féminisme syndicaliste» [labour feminism], engagement qui constitue un paradigme modéré dans le paysage complexe de la deuxième vague du mouvement des femmes. Mes recherches s’inscrivent dans une perspective comparatiste et prennent en considération le développement du féminisme au travail à la fois en France et en Italie, dans les années 1970. La communication que j’ai présentée à Londres pour la Xe conférence organisée par la revue Historical Materialism est centrée sur le cas de Gênes. Dans un premier temps, il faut décrire le contexte dans lequel s’inscrit le féminisme au travail italien. Je réfléchirai ensuite sur la production et l’analyse de sources orales. Enfin, je me concentrerai sur le cas génois.

Les années 1970 voient les syndicats italiens s’affirmer comme des acteurs politiques importants. Dans la décennie précédente, et avant même le célèbre « automne chaud » de 1969, les syndicats italiens sont passés par une phase de réformes majeures qui ont étendu les frontières de la démocratie interne. Cette ouverture croissante des syndicats, parallèlement au développement de la seconde vague du féminisme à l’échelle internationale, a conduit les femmes syndiquées à faire pénétrer une nouvelle approche féministe à l’intérieur des politiques syndicales traditionnelles. La rencontre entre le militantisme féministe et les politiques syndicales doit être comprise en termes de rapports de genre : les revendications féministes portées par les femmes à l’intérieur des syndicats n’ont pas seulement pour but de changer leurs conditions de travail, mais bien les rapports de genre dans leur ensemble, à l’intérieur comme à l’extérieur du lieu de travail. Autour de 1975, les militantes syndicales développent de nouvelles structures unifiées et interprofessionnelles, les Coordinamenti Donne.

Mon analyse historiographique ne porte pas uniquement sur l’histoire évènementielle du féminisme syndicaliste, mais aussi et plus particulièrement sur la subjectivité féminine comme acteur politique. Je travaille avec des sources écrites variées, mais je réalise surtout des entretiens avec les protagonistes de la période. Dans une recherche sur le féminisme syndicaliste, mettre l’accent sur la subjectivité du narrateur crée une continuité idéale (méthodologique et conceptuelle) avec le sujet de la recherche : le fait que les femmes – sujet collectif souvent assigné au silence historique et historiographique – commencent à se raconter est, dans le même temps un topos fondamental des représentations du mouvement féministe et un besoin profondément concret.

Durant les années 1970, Gênes a connu une participation croissante des femmes qui travaillaient au militantisme syndical. Comme le notait Nina, une de mes enquêtées : « nous avons commencé à penser que la seule manière de changer une institution comme le syndicat – parce que c’était le syndicat qui devait porter nos revendications, pas le patron – c’était d’y entrer ». Je souhaiterais en particulier analyser l’utilisation que les travailleuses ont pu faire d’une conquête syndicale importante : les 150 heures de cours intitulées « droit à la formation ». A partir du renouvellement des conventions collectives en 1973, les organisations de travailleurs ont obtenu un nombre d’heures rémunérées que les travailleurs pouvaient utiliser pour un large éventail d’activités à finalité éducative. Les femmes de la Coordinamenti ont produit des cours spécifiques « par les femmes pour les femmes» (qui abordaient des thèmes comme les heures de travail, la sexualité, la santé au travail, la famille, etc.). À Gênes, des ateliers de recherche furent organisés de 1977 à 1983. Lorsque le premier de ces ateliers féministes syndicalistes fut présenté à la faculté des sciences humaines, le conseil de la faculté vota contre. L’histoire, reprise et rendue publique par les journaux de gauche tels que le Manifesto comme le symbole de la résistance de la culture universitaire à l’intégration et donc à la légitimation des aspirations de la classe ouvrière, eut des répercussions à l’échelle nationale. Pourtant, malgré l’attention portée par les médias nationaux à cet épisode, il est surprenant que les femmes que j’ai interrogées en gardent un souvenir plutôt confus. Luciana par exemple, commente ainsi l’événement :

Je n’arrive pas à me souvenir de l’histoire du conseil de la faculté […] Mais il y avait eu des problèmes c’est ça ? […] Jusqu’à un certain point, nous nous attendions à des choses de la sorte et passé l’émotion du moment, qui était probablement forte, c’était… c’était juste une autre de ces, eh bien, de ces « performances de gros bras »  de nos adversaires.

Dans ce cas, il est très intéressant de noter à quel point la pertinence de cet événement varie dès lors que l’on prend en compte les sources imprimées journalistiques, ou au contraire le témoignage des femmes concernées. Les médias de gauche ont considéré cet épisode comme un symbole et donc comme une abstraction : un paradigme permettant d’interpréter les tensions plus générales traversant l’ensemble de la société italienne. Pour les femmes en revanche, le point de cristallisation de leurs ateliers réside moins dans l’espace public des confrontations avec les institutions que dans les pratiques discursives distinctes (bien que totalement politiques) qu’ils établirent. Les souvenirs personnels se concentrent ainsi sur les pratiques qui furent développées au cours d’une expérience longue et articulée, tandis que l’attention de journaux porte en priorité sur des évènements particuliers, iconiques et « sensationnels ». Ce que Passerini a suggéré apparaît donc ici clairement : « les archives orales et les archives écrites sont marquées par des contradictions, des contrastes, et quelques ressemblances. Il sera nécessaire d’établir des références croisées entre elles et d’en proposer des analyses croisées. […] Les deux mémoires, l’orale et écrite,s’éclaireront ainsi mutuellement, bien que leur entrelacement puisse paraître très difficile » [1].

 Présentation de l’auteur

Anna Frisone discussed her M. A. thesis at the University of Bologna on July 2011. She is currently attending the PhD programme at the European University Institute, Department of History and Civilization. Her research interests are: oral history, gender history, second-wave feminism, labour history, political thought. Her PhD project deals with the development of labour feminism in the 1970s in Italy and in France (comparative and transnational approach, oral history methodology). »

Anna Frisone a soutenu son master en juillet 2011 à l’Université de Bologne. Elle est actuellement inscrite en doctorat à l’Institut Universitaire Européen, dans le département Histoire et Civilisation. Ses recherches portent sur l’histoire orale, l’histoire du genre, la deuxième vague du féminisme, l’histoire du travail et la pensée politique. Son projet de thèse est consacré au « développement du féminisme syndicaliste en France et en Italie dans les années 1970 (approche comparative et transnationale, méthodologie d’histoire orale) ».

 

 


[1]           Luisa Passerini, Per una memoria storica delle donne: proposte di metodologia e di interpretazione, in Centro di documentazione delle donne – Bologna (a cura di), Il movimento delle donne in Emilia Romagna. Alcune vicende tra storia e memoria (1970-1980), Edizioni Analisi, Bologna, 1990, pp. 29-30.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *