Une question à : Damien Simonin, doctorant au Centre Max Weber, ENS de Lyon

Quels sont les effets du genre et de la classe dans l’analyse du mouvement des travailleur.se.s du sexe ?

 

            Dans ma thèse, j’essaie notamment de montrer l’émergence d’un mouvement de travailleur.se.s du sexe en France. Ce mouvement est issu de l’histoire récente des mobilisations autour de la prostitution, notamment la création d’associations de santé communautaire dans les années 1990, en réaction à la représentation des prostituées comme « groupe à risque » au début de l’épidémie de sida et pour améliorer leurs conditions de vie par l’accès aux soins et aux droits. Au début des années 2000, des collectifs de prostituées, des associations de santé communautaire et de lutte contre le sida et des groupes féministes se mobilisent contre la pénalisation du racolage passif. Une partie de ces groupes constituent le collectif « Droits et prostitution », qui organise des manifestations (Pute pride) et des rencontres (Assises de la prostitution). Enfin, à partir de 2009, le Syndicat du Travail Sexuel (STRASS) prend progressivement en charge l’organisation de ces évènements, porte un discours dans les médias et auprès des responsables politiques et propose un soutien politique et juridique pour les « travailleur.se.s du sexe ». Le mouvement des travailleur.se.s du sexe désigne cette coalition de groupes de travailleur.ses du sexe et d’allié.e.s (principalement des salarié.e.s et militant.e.s d’associations de santé, de groupes féministes et/ou LGBT, des membres d’organisations politiques ou syndicales et des chercheur.se.s en sciences sociales).

 

            Pour comprendre les effets de genre et de classe dans ce mouvement, il faut le rapporter aux connaissances dont on dispose sur le « travail sexuel ». La problématisation politique actuelle et l’absence de définition consensuelle font que le « travail du sexe » désigne surtout la prostitution, en particulier la prostitution de rue exercée par des femmes. Les connaissances à propos de la prostitution sont issues de recherches en sciences sociales, de rapports parlementaires et administratifs, des actions d’associations de terrain et d’enquêtes journalistiques. Elles constituent donc un ensemble de données à rapporter à des contextes particuliers et à des points de vue divergents. Mais on ne dispose pas d’une connaissance objective et exhaustive de la prostitution ou du travail sexuel.

            Les personnes qui se prostituent sont majoritairement des femmes, mais aussi des trans et des hommes, et leurs clients sont presque exclusivement des hommes. La prostitution est pratiquée dans l’espace public (dans la rue, avec des camionnettes dans certains quartiers) ou dans des lieux privés (des salons de massage, des hôtels ou des appartements). Les conditions d’exercice peuvent fortement varier, notamment la fréquence, la formalisation de l’échange ou le niveau de rémunération, selon les personnes et leurs situations, les lieux ou les moments, les pratiques proposées ou encore la conjoncture politique (notamment le degré de répression). De même, les conditions générales d’existence des personnes qui se prostituent, les trajectoires sociales et les conditions d’entrée dans la prostitution, les options disponibles et les degrés de contrainte, ou encore les manières de les vivre sont très différenciées.

            Il me semble que les « travailleur.se.s du sexe » mobilisé.e.s, en tout cas les personnes les plus impliquées et les plus visibles dans ce mouvement, pratiquent pour la plupart la prostitution en intérieur par internet (escorting et/ou domination), c’est-à-dire les formes les plus valorisées et les moins exposées du travail sexuel. Elles sont généralement âgées de 25 à 35 ans et vivent à Paris, elles ont des ressources universitaire (des études supérieure en sciences humaines) et militantes (surtout des groupes féministe ou LGBT, mais aussi d’extrême gauche), ressources acquises avant ou en même temps que le travail sexuel et la participation à ce mouvement. Mais le STRASS compte parmi ses adhérent.e.s des femmes, des trans et des hommes, qui exercent la prostitution dans la rue ou dans des salons de massage, des modèles érotiques et des actrices de films pornographiques, des personnes migrantes, d’âge différents et vivant dans plusieurs villes en France.

 

            La prostitution, dans la problématisation politique actuelle, apparaît « essentiellement » comme une activité féminine (au sens statistique de majorité, mais aussi au sens philosophique de nature) et par conséquent un enjeu féministe. Une partie du mouvement féministe défend l’abolition de la prostitution et une partie du mouvement abolitionniste présente cette position comme féministe, même si le mouvement abolitionniste est composé de courants hétérogènes et le mouvement féministe est profondément clivé sur la prostitution. Le genre de la prostitution et le féminisme de l’abolition ont donc pour fonction de légitimer une partie des prises de position pour l’abolition de la prostitution. On le voit par exemple avec l’argument récurent selon lequel « 80% des prostituées sont migrantes donc victimes de la traite » qui, sans se fonder sur des données vérifiables, fonde une position politique (la défense des femmes les plus opprimées par d’autres femmes privilégiées).

            Le genre et la classe peuvent alors constituer des catégories d’analyse du groupe social, mais apparaissent surtout comme des enjeux de contestation du mouvement politique. Des clivages apparaissent au sein du groupe des travailleur.se.s sexuel.le.s, à propos par exemple de la figure de l’« escorte de luxe » considérée comme privilégiée ou de la « vulgarité » de l’auto-définition comme « pute ». Ce groupe est marqué par des relations parfois conflictuelles s’inscrivant dans un marché concurrentiel et un mouvement pluriel, mais aussi des rapports sociaux et des représentations sociales qui traversent l’ensemble de la société. Plus encore, le genre et la classe apparaissent dans des critiques externes du mouvement des travailleur.se.s du sexe. On a ainsi critiqué, à la création du STRASS, la légitimité et la représentativité de ses porte-parole, notamment en raison de leur construction de genre (surtout des gays, des travestis et des trans MTF) et leurs conditions d’exercice (surtout des personnes exerçant sur internet et sans expérience migratoire). Ces critiques ont donné lieu à des modifications de l’organisation, avec par exemple une visibilisation croissante des femmes dans la représentation et de la situation spécifique des personnes migrantes dans les revendications.

            La migration, en effet, peut aussi constituer une catégorie à croiser avec le genre et la classe pour analyser la problématisation politique du travail sexuel. Alors qu’elles sont souvent liées à la santé dans les années 1990, les problématiques de la prostitution, dans les recherches scientifiques comme dans l’action publique, sont surtout liées aux migrations depuis la fin des années 1990. Ce déplacement résulte à la fois de la mise en place d’actions de prévention après le début de l’épidémie à VIH/sida, de l’arrivée en France de personnes originaires de pays d’Europe de l’Est puis d’Afrique subsaharienne et de la montée des enjeux liés à la lutte contre la traite des êtres humains. Dans ce contexte, les débats sur les « réseaux de prostitution » doivent par exemple être rapportés aux politiques migratoires : certaines personnes, du fait de leurs nationalités et de leurs ressources, sont exclues de l’immigration légale, ce qui implique la participation d’autres personnes pour le voyage et une situation irrégulière à l’arrivée, avec notamment une interdiction administrative de travailler et l’obligation de rembourser une dette. Plus largement, la distinction entre prostitution choisie et forcée doit être rapportée aux conditions d’accès au marché du travail, liées à des formations, des expériences et des diplômes, mais aussi à des formes d’exclusion du travail légal en raison par exemple d’un titre de séjour sans autorisation de travailler ou d’une expression de genre différente du sexe administratif. Les activités disponibles pour les personnes exclues du marché du travail légal sont organisées selon une forte division sexuelle, avec la restauration, les chantiers ou le deal pour les hommes, et pour les femmes les ménages, la garde d’enfants ou la prostitution.

 

            Au final, il faudrait donc mieux connaître le travail sexuel et les mouvements mobilisés pour mieux comprendre les effets de genre et de classe. En particulier, des données objectives et exhaustives sur la composition du groupe social et du mouvement politique des « travailleur.se.s sexuel.le.s » permettraient probablement de mieux comprendre les effets de genre, notamment sur l’entrée dans la prostitution et les conditions de la mobilisation. Et de la même manière, des données objectives et exhaustives sur la composition du mouvement politique des opposant.e.s à la prostitution permettrait peut-être de mieux comprendre les effets de classe sur l’entrée dans l’abolitionnisme et les conditions de la mobilisation.


 


Une réflexion au sujet de « Une question à : Damien Simonin, doctorant au Centre Max Weber, ENS de Lyon »

  1. On me fait remarquer que le passage sur la « visibilisation croissante des femmes » au STRASS (paragraphe 6) peut laisser entendre que des femmes auraient été visibilisées (sous-entendu par des hommes) et que cette formulation pouvait rappeler des critiques de certains mouvements abolitionnistes sur la « mise en avant de cautions féminines ».
    Je n’avais pas pensé à cette question au moment de la rédaction du texte : il me semblait surtout intéressant d’observer la prise en compte par une organisation de critiques qui peuvent lui être adressées, y compris par des adversaires politiques.
    Mais je reconnais que la formulation n’est pas claire et je rectifie donc : des femmes ont d’elles-mêmes pris des positions de représentation dans l’organisation du STRASS, ce qui a accru leur visibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.