Travailler avec l’intersectionnalité : (Re)découvrir la rubrique « Une question à »

Dans la rubrique « Une question à » de notre carnet, nous avons souhaité interroger des chercheurs et des chercheuses sur  leur travail avec les catégories de la différence. Comment ces dernières sont-elles mobilisées ou appréhendées? Comment peut-on penser leur(s) imbrication(s) ou leur(s) articulation(s)? Enfin, comment ces problématiques interviennent-elles dans le parcours personnel et/ou professionnel de ces chercheurs et chercheuses ?

Parce que travailler avec l’intersectionnalité oblige à complexifier son objet et à interroger des configurations variables et situées de la domination où se réactualisent les catégories de la différence, il nous paraît nécessaire de mobiliser et de présenter des études de cas, des trajectoires et des pratiques de recherche qui permettent de concrétiser et d’illustrer ce questionnement théorique afin d’en faciliter la compréhension.

Retour sur les derniers articles de cette rubrique:

– Une question à : Carolina Orquiza Cherfem, Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil

– Une question à : Pascale Molinier, Professeure de psychologie à Paris 13 Villetaneuse

– Une question à : Julieta Longo, doctorante en sociologie au CEIL-CONICET, Argentine

– Une question à : Héloise Duché, doctorante en histoire à l’Université Paris 8 (CIRCEFT)

Pour aller plus loin, un article utile sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin “Représenter l’intersection”, Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.


Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

A propos Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.