Une question à : Héloise Duché, doctorante en histoire à l’Université Paris 8 (CIRCEFT)

Comment s’est opérée la rencontre entre les jeunes filles aisées, cadres du scoutisme féminin et les jeunes filles des classes populaires auxquelles elles s’adressaient à la fondation du mouvement ?

Héloise Duché est l’auteure d’un mémoire de master intitulé  » La Fédération Française des Éclaireuses, entre reproduction des normes de genre et émancipation, 1921-1964. Sa thèse porte sur « Trois générations de femmes, cadres de la FFE, 1921 – 1964 »; http://www.heloiseduche.fr/?tag=education-populaire

La question mérite d’être posée dans le scoutisme féminin. Le scoutisme féminin est un mouvement à la marge de l’éducation populaire qui a pratiqué la ségrégation de genre dès sa création. Il s’agissait de reproduire les rôles traditionnels dévolus aux femmes dans la société de l’après Première Guerre Mondiale. Pourtant, les formes de sociabilité féminine qui se sont nouées dans le mouvement, ainsi qu’une éducation dans la nature, loin du foyer, et la prise de responsabilités des femmes dans la direction de leur association, ont participé à un phénomène de « promotion féminine ». Mon hypothèse, dans la lignée de chercheuses comme Évelyne Diébolt[1], est que le fait associatif féminin a contribué aux changements des rapports de genre dans la société française du 20è siècle.

 

Aux alentours de 1912, les premières expériences de scoutisme féminin ont lieu conjointement dans des institutions protestantes ou laïques, des foyers de charité pour jeunes filles. Les jeunes femmes qui s’en occupent sont bourgeoises et rencontrent des difficultés à encadrer (et évangéliser) ces « gosses » issues de milieux populaires. Outil d’éducation et d’évangélisation, le scoutisme séduit ces filles de pasteurs ou de militaires.

 

Il y a quatre principaux foyers de naissance du scoutisme féminin français.

Le foyer de jeunes travailleuses de la rue de Naples, où Élisabeth Fuch a introduit une forme de scoutisme informel dès 1912. Malgré son nanisme elle est décrite comme énergique, intelligente et bonne. Héritière d’une famille bourgeoise protestante, elle aurait « consacré tout son argent à l’achat d’un terrain rue de Naples (…) elle a fait construire un foyer pour jeunes filles, (…) elle y a consacré sa vie entière. »[2].

En 1915 Antoinette Butte expérimente le scoutisme à la mission populaire évangélique de la Maison Verte dans le 18è arrondissement. Et Georgette Siegrist, fonde une/la section d’éclaireuse dans la paroisse catholique de Sainte Marie, dans le quartier populaire de la Villette.   

De l’autre côté de la Seine, rue Mouffetard, au foyer de la Maison pour tous, issu du mouvement silloniste, Renée Sainte-Claire Deville, Marguerite Walther  et Marthe Levasseur accueillent des jeunes filles pour des activités après l’école ou l’atelier (des couturières). Elles éprouvent parfois des difficultés à avoir une action proprement éducative. Soucieuse d’adapter la pédagogie des éclaireurs et de faire vivre du scoutisme laïc aux jeunes filles, elles prennent contact avec le mouvement des éclaireuses naissant. Le 25 mai 1921 elles participent en observatrices au premier regroupement de toutes les sections de la Seine. A peine quelques mois plus tard elles portent l’uniforme et sont membres à part entière du mouvement des éclaireuses[3].

 

Dans les premières années, le scoutisme féminin s’adresse donc à des filles de milieux populaires encadrées par des femmes issues de la bourgeoisie. Les rapports font apparaître que les fondatrices recrutent des cheftaines dans les milieux bourgeois et les éclaireuses dans les foyers de travailleuses. Aux premières, elles proposent des responsabilités, et des activités de formation et de recherches intellectuelles et spirituelles. Aux secondes, elles donnent la possibilité de sortir du foyer de partir en vacances et de vivre dans la nature. On retrouve l’idée de la formation de femmes françaises, unies par-delà les classes sociales, par la vie en commun dans la nature et le partage de valeurs ou la poursuite d’un idéal féminin.

 

Les premières cheftaines étaient allées au moins jusqu’au lycée, preuve pour l’époque d’un niveau social et culturel élevé, mais toutes ont dû travailler pour subvenir à leurs besoins. Diriger le mouvement leur permettaient de gagner trois sous. D’autre part, le scoutisme féminin a représenté une opportunité pour ses membres d’accéder à de nouveaux métiers et donc d’échapper à leur condition. La professionnalisation des infirmières, des assistantes sociales, des jardinières d’enfants, doit aux cadres du scoutisme féminin. Le passage dans les mouvements pouvait donc être un tremplin pour former des élites sociales et professionnelles


[1] Diebolt Évelyne, Douyère-Demeulenaere Chrisitane, (dir.), Un siècle de vie associative : quelles opportunités pour les femmes ?, Paris, Femmes et Associations, 2001.

[2] Témoignage de ‘Chat d’Chine’, Renée Berti, épouse Renne, une des premières éclaireuses de la rue de Naples, DT 61, printemps 1995.

[3] « Marguerite Walther vu par Cactus (Chef Mouchon) et Vieux Castor », date inconnue, SHPF, HNR, carton 20.


Une réflexion au sujet de « Une question à : Héloise Duché, doctorante en histoire à l’Université Paris 8 (CIRCEFT) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.