Compte-rendu de la séance du 17 octobre 2013.

Séance du 17 octobre 2013.

Marianne Blidon, « Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) ».

Lors de cette séance de reprise la géographe Marianne Blidon revient sur sa thèse.

Elle rappelle d’abord les fondamentaux de la géographie, à savoir que l’espace est produit par les sociétés et qu’en retour l’espace produit aussi du social ; puis de la géographie du genre, à savoir que la différenciation sociale des sexes produit de la différenciation spatiale (liée à une répartition genrée des rôles). L’espace est donc à la fois le lieu de rapports de genre et producteur d’identités de genre.

Ensuite, elle explique le poids de Paris (ville refuge, ville politique) dans les récits de tous ordres qui analysent ou racontent l’affranchissement et l’affirmation des gays.

Le but de son enquête est d’explorer l’affirmation jamais remise en cause que l’homosexualité a partie liée avec la ville.

Pour elle, on comprend cette thèse en regardant les parcours des chercheurs porteurs de cette thèse pour qui cette évidence est fondée sur leur expérience (l’arrivée à la ville étant aussi souvent décisive dans leur coming out).

A cela elle oppose d’abord que la transition urbaine étant achevée en France, il ne peut s’agir de toute façon que de migrations ville/ville. Elle pose aussi la question de ce qui se passe quand on arrive à paris.

Elle présente ensuite la mise en place de son enquête -après avoir exposé pourquoi les grandes enquêtes sur la sexualité (ACSF-CSF) n’étaient pas utilisables pour explorer les migrations et les temporalités spatiales complexes des trajectoires biographiques et pourquoi les enquêtes presse gay, par leur perspective épidémiologique, n’était pas adaptée non plus à ce type de questionnement.

Résultats :

1/5 répondants n’a jamais connu de changement résidentiel/Peu de ruraux quand ils décohabitent vont vivre à Paris/Il n’y a que peu de trajectoires entre des espaces à faible dotation en produits à destination d’une clientèle gay et Paris. Les trajectoires des gays obéissent donc à des logiques connues des géographes des migrations : on ne quitte majoritairement pas la campagne pour se rendre dans une métropole. L’opposition ville/campagne pour penser les trajectoires gay n’est donc pas pertinente.

Cette enquête permet aussi de donner une autre perspective au rôle de la famille dans la sociologie de l’homosexualité, traditionnellement analysée comme une instance de précarisation au moment d’un coming out mal vécu. Or, elle montre qu’il y a des retours migratoires pour des raisons de précarités (sociales ou de santé) ou pour s’occuper des vieux parents.

Marianne Blidon conclut donc sur une grande diversité des trajectoires : surtout des cas d’enracinement, mais aussi des cas de nomadisme et des cas de prolongement entre moyennes et grandes villes. Les facteurs de mobilité qui ont été analysés sont extrêmement classiques (niveau de diplôme, âge, conjugalité).

Dans un dernier temps, elle analyse les tensions que son travail a suscitées. Elle revient alors sur la question de la pertinence de l’expérience pour être légitime à s’exprimer sur un sujet et sur les dominations de genre à l’œuvre dans l’Université.

 

Si vous êtes intéressés par toute cette passionnante enquête et ce stimulant exercice de réflexivité quantitative, il faut aller lire :

– Marianne Blidon, France Guérin, « Un rêve urbain ? La diversité   migratoire des gays », Sociologie, n°2, vol. 4, 2013, pp. 3-22.

– Marianne Blidon, « Géographie de la sexualité ou sexualité du  géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de   géographie, 687-688, 2012, pp. 525-542.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *