Lecture : Sociologie de l’homosexualité de Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch

La collection Repères des éditions La Découverte vient de publier une synthèse fort utile sur la sociologie de l’homosexualité. Les deux auteurs font le point sur un champ d’étude vaste, précisant à la fois les questions épistémologiques et méthodologiques qui s’y posent et les connaissances empiriques produites par la recherche en sciences sociales.

L’ouvrage pose d’emblée la spécificité de la sociologie (et pourrait-on dire des sciences sociales en général) par rapport à d’autres approches (médecine, biologie, psychiatrie, psychanalyse) : cette discipline « prend ses distances avec l’ambition étiologique en passant de la question du « pourquoi » de la déviance homosexuelle à celle du comment de l’existence gay et lesbienne » (p. 8). L’analyse commence donc par une réflexion sur les différentes manières dont a été construite la catégorie « homosexualité », catégorie qui a pour effet d’une part de délimiter un périmètre (ce qui est/n’est pas homosexuel, qui est ou n’est pas homosexuel) et d’autre part d’unifier les individus ainsi regroupés. Face à ces simplifications, cette synthèse rend au réel et à l’homosexualité sa complexité, en montrant par exemple comment les gays et les lesbiennes restent des groupes aux pratiques et aux profils distincts malgré l’enjeu stratégique et politique d’une union dans le mouvement LGBT. Au-delà de cette différence, les auteurs tracent également des frontières de race, de classe, d’age pour mieux dénoncer la fiction d’une identité homosexuelle : « le modèle centré sur le binarisme hétéro/homo ne concerne peut-être qu’une minorité au sein du monde contemporain, réduite aux classes moyennes urbanisées des sociétés occidentales. Dans les classes populaires, les minorités ethniques ou dans les pays du Sud, des versions plus ou moins conformes au supposé « ancien » modèle, et pourtant tout à fait actuelles peuvent se trouver majoritaires et constituer autant de modernités sexuelles périphériques » (p.18)

Pour des néophytes, ce livre fait preuve d’une très grande clarté et balaie tous les thèmes de recherche des études gaies et lesbiennes : les homosexuels face à la discrimination (homophobie, coming out, injures, discours hétérosexistes), les modes de vie et les sexualités (avec notamment une partie sur la santé comme enjeu de ces minorités); les liens et les familles (conjugalité, parentalité) et les mouvements politiques et associatifs, dans une optique de sociologie des mobilisations.

Le dernier chapitre est particulièrement intéressant du point de vue de notre séminaire car il aborde « les grandes questions sociologiques au prisme de l’homosexualité » et comporte une partie sur « homosexualité et classes sociales » qui remet en question bien des évidences. Ainsi, de l’idée que les gays seraient plus riches que la moyenne : « loin d’avoir un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, les gays connaitraient à l’inverse un revenu inférieur aux hommes hétérosexuels » (p.101), notamment à cause de l’homophobie subie dans la sphère professionnelle. Les auteurs avancent également que l’identification à une « identité homosexuelle » s’illustre par une courbe en cloche : si les gays de classes moyennes se sentent proches de cette définition, les hommes des classes populaires et les homme des classes supérieures s’en distancient : ces derniers n’ont en effet pas (ou moins) besoin du réseau homosexuel puisqu’ils disposent par ailleurs d’un capital social élevé. Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch concluent : « que la distance à la communauté gaie et lesbienne ne concerne pas que les classes populaires ou les minorités ethniques, mais également une partie des franges supérieures [ce qui] montre les limites des explications habituelles de la non-identification soit par le manque de ressources soit par une culture d’origine essentialisée et implique d’aller chercher une partie des causes dans les joies et les contraintes de l’entre soi, en haut comme en bas de l’espace social » (p.103). Ces analyses sont enfin complétées par une attention aux représentations et à la sociologie culturelle : l’ouvrage donne ainsi l’exemple des Rude Boys, figure stéréotypée du « laskar français ou du chav anglais » dans la production pornographique et pose la question de l’interprétation des « représentations stylisées des rapports de classe et ethno-raciaux dans la pornographie gaie » (p.55).

Signalons pour finir, qu’au-delà de son très grand intérêt scientifique, cet ouvrage se trouve être un véritable manuel de défense contre l’homophobie  car les questions sociologiques abordées sont toujours restituées dans un contexte et des enjeux politiques plus larges. Les prises de positions des auteurs sont nettes, dans la tradition du lien entre recherche et militantisme qui caractérise les études de genre, mais elles ne viennent jamais obscurcir l’argumentaire. La section sur les « discours hétérosexistes contemporains » (p.29-33) permet ainsi de clarifier la nature des arguments utilisés par le discours religieux, par le discours à prétention anthropologique qui défend l’ordre symbolique ou par le discours républicain qui brandit le spectre du communautarisme. En plus d’être une synthèse des connaissances et des questionnements méthodologiques, ce Repères est donc une ressource précieuse qui donne de nombreux arguments pour affronter les propos oiseux de désastreux diners de famille…

Référence : Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité, Collection Repères, Paris, La Découverte, 2013.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.