Une question à : Julieta Longo, doctorante en sociologie au CEIL-CONICET, Argentine

Comment utiliser le croisement entre genre et classes populaires dans une étude de cas dans la grande distribution en Argentine (2006-2012)

[1]

Julieta Longo

a effectué un stage au LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail), à Aix-Marseille en France d’Avril à Juillet 2013

Les lieux de travail de la grande distribution, ont été analysés comme des exemples paradigmatiques de la précarisation, de féminisation et de la pacification de la classe ouvrière[1].

Si je regarde les espaces commerciaux des grands supermarchés, la division sexuelle du travail est évidente : les femmes, avec des contrats à temps partiel, travaillent sur les caisses et dans les secteurs de services aux clients, les hommes, avec des contrats à temps plein, dans les rayons. Les contrats à temps partiel sont ironiquement présentés comme offrant la possibilité d’avoir une famille ou de pouvoir continuer ses études. Mais finalement la rotation hebdomadaire des horaires (particulièrement des caissières) rend illusoire la possibilité de concilier famille et travail ou bien études et travail. Par ailleurs, le genre joue un rôle central non seulement dans la relation que les travailleurs construisent à leur travail, mais aussi dans le déploiement d’une « capacité d’agir » particulière.

 

De la division matérielle à la division symbolique au travail : qui travaille dans la grande distribution?

 

“[La réalité quotidien du travail] est très mauvaise. En plus parce que tu es une femme, et il y a l’idée que tu es là, mais que tu ne travailles pas. Et que sont les hommes du rayon qui travaillent. Et oui… ils travaillent, et c’est un travail où ils utilisent la force et tout… mais ils ne conçoivent pas que tu es là avec tes flyers… et que le faire n’est pas très drôle» (Promotrice dans différents hypermarchés à La Plata, 2008)

La division matérielle du travail dans la grande distribution est légitimée par une division symbolique qui, en premier lieu, est liée au genre. Les femmes doivent faire des travaux « administratifs », d’attention aux clients. Les hommes, dans les rayons, font des tâches « manuelles », de force, qui se rapprochent d’un travail masculin d’industrie[2].

Mais ici, les différences de genre sont renforcées par les différentes traditions et idéologies de classe. Les femmes proviennent, en général, des vieilles classes moyennes déclassées en Argentine après la crise de 2001. Faire un travail administratif, d’attention, avec « l’argent » et surtout sans utiliser « la force », est valorisé comme un travail de classe moyenne proche du travail de ses parents : dans l’administration publique ou dans les petites commerces. En revanche, les hommes des rayons proviennent d’une vieille classe ouvrière, qui est passée de l’industrie aux services. Parmi ces « travailleurs manuels » on trouve une conception du travail liée à l’utilisation de la force qui tend à considérer que les travaux d’attention et de services aux clients, ne sont pas vraiment des travaux. Cette dévalorisation est encore plus forte avec la figure des « promotrices » : on retrouve ici encore plus fortement l’idée que ces travailleuses – ce sont généralement des femmes – ne travaillent pas.

Donc, dans ces lieux de travail il y a une première discussion autour de que ce qu’est vraiment un travail, ou un travail utile, et elle est traversée par des idéologies de classe et par des rapports de genre.

 

Représentation syndicale, classe et genre : qui s’organise syndicalement?

 

« On était dans la conciliation obligatoire… mais ils ont suspendu  5 femmes. Parce que la persécution de la gérante est toujours contre les femmes» (Caissier dans un supermarché à Buenos Aires, 2011)

«… les femmes subissent des pressions dans le travail mais aussi chez elles, parce que, quand elles rentrent, elles doivent s’occuper de leurs enfants et leur mari leur dit « tu ne dois pas faire ça» [s’organiser] » (Délégué syndical dans un supermarché à Buenos Aires, 2011)

 

Finalement on peut trouver comment la division sexuelle se reproduit dans la représentation syndicale au travail. La grande majorité des dirigeants syndicaux et des délégués dans les hypermarchés sont des hommes, même si, depuis quelques années, sont incorporées des délégués femmes pour « ne pas perdre le lien » avec le secteur des caisses, un des plus importants dans la grande distribution. D’un côté, cette majorité masculine se fonde sur des difficultés qu’ont les femmes pour être déléguées : la double journée de travail et les doubles pressions qu’elles reçoivent (le patron au travail ; le mari à la maison). Mais aussi il y a une image « masculine » des syndicats qui sont les lieux de la politique et qui donc sont des lieux pour les hommes.

Par ailleurs, la représentation syndicale reproduit le patriarcat dans le travail : les délégués pensent qu’ils doivent protéger les femmes. Cette idée est le fruit de la construction et de la réaffirmation de la « faiblesse » des femmes dans ces lieux de travail. Faiblesse d’une part parce qu’elles ont le travail le plus exposé et immobile dans les caisses, et d’autre part parce qu’elles n’ont pas la possibilité de s’organiser comment les hommes, et finalement parce que le machisme se reproduit dans le travail : ce sont les femmes qui souffrent le plus du harcèlement des cadres. Cette idée de la « faiblesse » est construite quotidiennement dans le travail et renforcée par les cadres dans les moments des conflits.

 

La combinaison entre précarisation et pacification au travail dans la grande distribution s’appuie -en partie- sur la reproduction de la division sexuelle « traditionnelle » du travail. Mais cette division est mise en question dans les rapports de forces quotidiens autour de la question de « qui travaille ? » ou qui peut s’organiser syndicalement.

Si jusqu’ici, j’ai parlé de la manière par laquelle la division sexuelle se reproduit dans ces lieux de travail, je peux donner maintenant quelques exemples de comment elle se discute. La nécessité d’élire des femmes comme déléguées, la participation des femmes dans les conflits, et l’inclusion des demandes de  crèches pour les enfants dans les revendications, sont des exemples qui montrent les limites de la reproduction des divisions sexuelles traditionnelles (matérielle, symbolique et principalement politique) qui réduisent l’importance du travail des femmes et qui les excluent des espaces d’organisation collective. Ainsi, on peut comprendre ces discussions quotidiennes comme des fissures, qui, bien que limitées, montrent les limites de la reproduction d’une division sexuelle traditionnelle en ces nouveaux espaces féminisés du travail.


[1] Abal Medina, Paula (2009); Dispositivos, Resistencias, Modos de Politización. Un estudio sobre la relación capital – trabajo en grandes empresas. Thèse de doctorat. IDES. Universidad de General Sarmiento, Buenos Aires. Benquet, Marlene (2013) Encaisser! Enquête en immersion dans la grande distribution. La Découverte, Paris.

[2] La différence entre travail « administratif » et « manuel » concerne essentiellement la sphère symbolique, parce que de plus en plus tous les tâches dans la grande distribution deviennent manuelles et répétitives.


[1] Ce texte est une première approche de la problématique de la relation entre genre et classes populaires, à partir de la présentation et discussion, dans le groupe « Genre et Classes populaires », de ma thèse de doctorat, qui analyse la relation entre précarité et conflit au travail dans deux entreprises de la grande distribution en Argentine. Je veux remercier les participantes pour tous les commentaires dans la discussion, qui ont été l’origine de cette réflexion.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *