Une question à : Pascale Molinier, Professeure de psychologie à Paris 13 Villetaneuse

Groupe Genre et Classes Populaires : Comment, dans l’étude du genre, ne pas perdre la classe ni oublier la race ?

Pascale Molinier : En France, si l’on croise genre et classe populaire avec salariat féminin, le « travail de service à la personne » s’impose comme la situation la plus représentative et l’image de la travailleuse qui vient à l’esprit est celle d’une femme non Blanche. Les travailleuses de ce secteur, surtout dans les grands centres urbains et leurs périphéries, sont (ou leur famille) en majorité originaires des pays arabes, de l’Afrique subsaharienne, des Caraïbes ou de l’Asie du Sud Est.

La deuxième caractéristique est que travaillant dans des secteurs féminisés, ces femmes ont souvent d’autres femmes pour cheffes. Cet encadrement qualifié est constitué en majorité de Blanches. Il en résulte que l’analyse du travail dans ce domaine du care dévoile l’existence de rapports sociaux de classe et de race entre femmes.

Aussi est-il nécessaire d’inscrire cette analyse dans un dispositif théorique de type « intersectionniste » ; afin de ne pas perdre de vue les processus de « racialisation » de la classe populaire et de segmentation du groupe des femmes.

L’une des difficultés de l’intersectionnisme réside dans le jonglage à trois balles : genre, classe, race, comment ne pas en perdre une ?  En l’occurrence, dit-on souvent, comment ne pas perdre la classe ?

Je ne prétends pas donner une réponse d’ensemble mais, à partir d’une expérience de terrain dans une maison de retraite, je vais donner deux exemples, l’un concernant la classe, l’autre concernant la race, qui montrent comment ces dimensions sont à la fois imbriqués et malgré tout distinctes.

Les soignantes disent souvent que pour faire bien leur travail « il faut aimer les malades ». Ce dire est disqualifié par l’encadrement comme « non professionnel ». Si les soignantes ne sont pas prises au sérieux quand elles parlent de l’amour, ce n’est pas en raison de leur couleur de peau, mais parce que leur savoir et leurs pratiques sont « populaires » et méprisés par l’idéologie du « professionnalisme » qui est également un point de vue de classe.

En revanche, dans cette maison de retraite lambda, une panne d’ascenseur a duré plus de 5 semaines, pour des raisons assurantielles, sans que l’encadrement s’émeuve de la charge de travail supplémentaire. « On n’est quand même pas des esclaves » disent les soignantes. Se pourrait-il que la pénibilité du travail soit euphémisée par l’encadrement du fait que celles qui assument les corvées sont Noires ? Quel horrible soupçon !

Le classisme fait taire les femmes subalternes en délégitimant leur « voix différente ». Le racisme est plus souvent l’expression en négatif d’une indifférence à leur vie. Du côté des chercheurs, le racisme n’est une réalité que s’ils osent en formuler le soupçon. Ce qui compte, c’est d’être attentif à la façon dont les subalternes perçoivent ou interprètent « quand même » cette indifférence. On ne peut dire mieux. Ce qui est indifférent à l’encadrement, c’est que les soignantes ne le sont pas, esclaves.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *