Appel à COM : Les frontières au prisme du genre : ancrages du genre et genre des lieux

Dans le cadre des 10 ans de l’association EFiGiES, l’atelier Aix-Marseille organise une seconde journée d’études autour du thème « Les frontières au prisme du genre ». Cette fois, nous proposons de discuter les ancrages du genre et le genre des lieux à l’occasion d’une journée qui se déroulera le vendredi 22 novembre 2013 à Marseille (rendu des propositions de communication avant le 15 juillet)

L’appel à communication à lire ICI.

Extrait:

“Afin de poursuivre notre réflexion, nous souhaitons organiser une deuxième journée EFiGiES. Il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ? Nous souhaitons donc réunir des communications autour des thèmes suivants :

  • Comment le genre contribue-t-il à produire l’espace ? La différence de sexe participe à modeler à la fois matériellement et symboliquement l’espace. Quels sont les effets de la division sexuelle du travail sur l’aménagement des lieux ? Comment le genre soutient-il l’existence de mondes imaginés ? De quelles façons et avec quels effets certains espaces se voient-ils investis de connotations genrées ?
  • Comment l’espace modèle-t-il le genre ? L’ancrage spatial des pratiques sociales dans des lieux, des sites, des territoires, des parcours ou des trajectoires participe à la production, tangible et symbolique, d’un système binaire lié au genre. Que nous aident à penser les mécanismes de ségrégation sexuelle de l’espace ? De quelles manières les mobilités géographiques engagent-elles le genre ? Comment les enjeux géopolitiques mobilisent-ils le genre ?

Nous souhaiterions que chaque contribution insiste sur la dimension spatiale des analyses présentées, et examine la question de la (re-)production ou de la transformation du genre sur le terrain étudié. Nous sommes également intéressé-es par des interventions proposant une critique explicite du cadre esquissé ici, à partir d’autres approches théoriques.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.