14 février 2013 “Le genre du mal être au travail”

“Le genre du mal être au travail
Séminaire CRESPPA Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris
UMR du CNRS 7217
Les séances auront lieu
59 rue Pouchet 75017 Paris métro Guy Môquet, bus 66
Organisation et renseignements : Régine Bercot :reginebercot@gmail.com
Comité scientifique : Régine Bercot, Julien Choquet, Florence Chappert, Anne-Sophie Cousteaux, Anne Jacquelin, Danièle Linhart,  Arnaud Mias, Michèle Paiva,  Danièle Kergoat
Présentation :
   En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.
 Séance 5 – Jeudi 14 février 2013, 14h-18h. Salle 159, Invisibilisation des liens de causalité entre santé et travail.
NATHALIE FRIGUL, Maitre de conférence, Université de Picardie, CURAPP.
MICHELLE PAIVA, Doctorante, Université Paris 10, CRESPPA-GTM
HELENE BRETIN, Maitre de conférence, Université, Paris 13, IRIS.
L’analyse des liens entre santé et travail ne relève pas seulement de la stricte causalité. Elle passe  aussi par la mise à jour des articulations souvent complexes entre des formes de dégradation de la santé et des processus de marginalisation progressive sur le marché du travail et de l’emploi.
Femmes de ménage exposées à des substances qui s’avèreront toxiques des années plus tard, ouvrièr(e)s exposées aux restructurations et à leurs effets… Travailleuses précaires de la distribution et des services à la personne… En bout de course, chômeuses de longue durée, pour lesquelles les expériences passées du travail et de l’emploi, les atteintes à la santé qui y sont liées sont déniées.
A partir de biographies professionnelles, il s’agira de voir comment se construit l’invisibilisation des liens travail-santé, sur quels ressorts de la division sexuée du travail elle s’appuie et dans quelles temporalités – professionnelles, familiales, institutionnelles – elle s’inscrit et s’exprime.
Séances suivantes :
http://www.gtm.cnrs.fr/Seminaires/presentation%20seminaires.htm

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website


A propos Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.