Archives du mot-clé sociologie

Séance « Travailler chez soi » – 23 juin – Mazaud/Letourneux

Notre année de séminaire consacrée à la thématique de la routine et des routines sera clôturée le jeudi 23 juin (17h-20h) par une séance double intitulée : « Travailler chez soi : routines de travail, routines familiales ».

Nous aurons le plaisir de recevoir deux sociologues dont les recherches interrogent par des biais différents la question du travail à son propre domicile:

Caroline Mazaud (sociologue, École supérieure d’agriculture d’Angers / Université de Nantes) évoquera le cas des artisans dans une communication intitulée : « Porosité des sphères professionnelles et familiales chez les artisans ».

Frédérique Letourneux (sociologue, EHESS / Université de Nantes) présentera une communication intitulée :  « “Travailler chez soi”. Enjeux de négociation autour de la constitution d’un espace de travail dans un espace domestique », qui porte sur plusieurs professions amenées à faire du télétravail (graphistes ‘freelance’, journalistes-pigistes, télé-secrétaires).

Le séminaire se tient de 17h à 20h à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance (à l’adresse: evemeuretcampfort@gmail.com).

Appel à communications, Congrès International des Sociologues de Langue Française

XXe Congrès International des Sociologues de Langue Française

Sociétés en Mouvement, Sociologie en Changement

4-8 juillet 2016

Montréal

 

Avant le 31 janvier 2016 :

  • Proposer une communication
  • Demander un bourse AISLF du Congrès

CR04 – Sociologie des rapports sociaux de sexe


Pour un renouveau des approches sociologiques du genre dans les sociétés contemporaines en mouvement

La thématique générale du XXe congrès de l’AISLF invite à un renouvellement potentiel des approches théoriques et méthodologiques visant à rendre compte de la réalité sexuée des sociétés contemporaines. Les approches théoriques du genre sont fortement marquées par les conditions sociohistoriques (les « Trente glorieuses ») et géographiques (occidentales) de leur élaboration. Il paraît alors légitime de s’interroger sur les apports et limites des outils diffusés dans le dernier tiers du XXe siècle, dès lors qu’il s’agit d’appréhender de nouveaux phénomènes sociaux à l’orée du XXIe siècle. Comment appréhender les expériences sexuées au sein des sociétés contemporaines et rendre compte des nouveaux modes de régulation du genre qui émergent au sein des « sociétés en mouvement  ?

1. La complexité des effets sexués des grandes évolutions sociétales contemporaines

Un premier ensemble de communications prend pour objet central les grandes évolutions contemporaines, telles que la globalisation des enjeux économiques et écologiques, la transformation du travail, la dématérialisation, le vieillissement et le care, etc. Dans chaque cas, il s’agira d’analyser les effets de ces évolutions sur les configurations de genre, toujours de manière précise et historicisée.

2. L’institutionnalisation des politiques d’égalité et des études genre dans les sociétés de l’individualisation

Ces communications s’intéressent au processus d’institutionnalisation des activités de promotion de l’égalité femmes-hommes et/ou aux espaces formels de production et diffusion de connaissances sur les inégalités de sexe. Il s’agit de comprendre la pluralité des représentations de « l’égalité », qui sous-tendent les actions publiques en sa faveur, et les initiatives en matière d’enseignement et de recherche sur le genre, dans un contexte parfois marqué de fortes résistances sociales.

3. Les implications des grandes évolutions sociales pour l’approche sociologique du genre

Si les sociétés contemporaines sont effectivement marquées par « l’indétermination croissante des expériences sociales des femmes et des hommes » (cf. Actes du Congrès de Rabat), quels sont le sens et la finalité d’une sociologie du genre ? Depuis une quarantaine d’années, les travaux sur le genre ont été fondés sur le postulat d’une signification sociale majeure des appartenances catégorielles et sur l’idée de leur pouvoir prédictif des devenirs sociaux, différenciés et hiérarchisés, chez les individus sexués. Les « épreuves de vie » auxquelles hommes et femmes sont confronté·e·s dans différents contextes sociaux deviennent-elles de plus en plus indifférenciées ou demeurent-elles marquées par des spécificités de sexe, même partiellement reconfigurées ? Ces évolutions sonnent-t-elles le glas de la sociologie du genre ou appellent-t-elles à son adaptation ?

Les propositions comportant une dimension empirique documentée seront privilégiées. Elles devront s’inscrire dans la thématiques des « sociétés en mouvement » et dans celle d’un sociologie « en changement ». Il s’agit bien de montrer comment les « transformations sociales » se manifestent dans les expériences des individus sexués et comment elles alimentent une consolidation ou une reconfiguration des normes et des pratiques de genre.

Les responsables du CR4 prévoient d’organiser plusieurs séances communes avec d’autres CR ou GT de l’AISLF. Les partenariats seront déterminés en fonction des propositions de communication reçues et sélectionnées, notamment avec le GT07 (Sociologie des sexualités), le CR06 (Parcours de vie et vieillissement), le CR07 (Éducation, formation, socialisation), et le CR32 (Savoirs, métiers, identités professionnelles). Les propositions de communication qui s’inscrivent à l’interface de ces thématiques seront particulièrement appréciées.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Prochaine séance du séminaire : 11 juin, 17h, Les Personnes âgées

Prochaine séance du séminaire : 11 juin, 17h, Les Personnes âgées

Jeudi le 11 juin, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les “Routines,” aura le plaisir d’accueillir Valentine Trépied pour une séance autour des “personnes âgées.”

La sociologue Valentine Trépied (Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS) présentera une intervention intitulée: « Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD ».

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 11 juin la salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Podcast séance « sportifs » avec Nicolas Damont et Manuel Schotté

Vous trouverez ci-dessous le podcast de la séance du séminaire qui s’est tenue le 12 février 2015 autour des « sportifs »

Nous avons à cette occasion exploré les « routines » de la construction de la masculinité à travers la pratique du football dans le cas de Nicolas Damont et la course athlétique dans le cas de Manuel Schotté. L’étude de la routine dans le sport se révèle particulièrement féconde dans la mesure où la répétition toujours recommencée de gestes précis est essentielle à l’entraînement. Cette temporalité mineure (l’entraînement) s’oppose en outre à la temporalité majeure de l’événement qu’est la compétition sportive (le match ou la course) qui ne pourrait cependant exister sans l’entraînement, cet « apprentissage par corps » (Sylvia Faure) quotidien.

En suivant de près la formation progressive des apprentis footballeurs d’un centre d’apprentissage de région parisienne, Nicolas Damont montre quelle masculinité est construite par le sport, entre les injonctions des entraineurs sur le terrain et les injonctions des camarades de formation. Ces masculinités, fortement hétérosexuelles, sont néanmoins variées et posent la question de la manière dont la pratique sportive vient retravailler la masculinité populaire.

Dans un autre univers sportif et social, Manuel Schotté revient sur la formation de jeunes athlètes marocains qui s’engagent dans la course athlétique au Maroc et en viennent progressivement à organiser leur avenir autour de cette pratique. La migration en France pour un sport où les élus sont très peu nombreux et la précarité qu’elle implique montre que la différenciation des parcours sportifs dépend beaucoup des ressources sociales que les coureurs sont à même de mobiliser dans cette situation.

Intervention de Nicolas Damont, « D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs » :

Podcast intervention Nicolas Damont

Intervention de Manuel Schotté, « La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité » : 

Podcast intervention Manuel Schotté

Bonne écoute !

Parution : Sociologie des classes populaires contemporaines

Parution d’un manuel éclairant sur les classes populaires contemporaines qui nous aide à faire le point sur cette notion toujours en débat.

Sociologie des classes populaires contemporaines,

Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy

Armand Colin, 2015

http://iris.ehess.fr/docannexe/image/2718/CoutantColinU.png

Présentation de l’éditeur:

Classes populaires, milieux populaires, quartiers populaires, électorat populaire… Autant d’expressions récurrentes dans les discours médiatiques et les débats politiques. Pourtant, la notion demeure floue, le « populaire » étant perçu tantôt comme une figure sociale inquiétante, tantôt comme une figure à revaloriser.

Revenant sur plusieurs décennies de recherches et s’appuyant sur des travaux récents, cet ouvrage propose une analyse sociologique inédite. Après un retour sur la constitution d’une sociologie des classes populaires en France et ses enjeux, chaque chapitre comporte un cadrage empirique et une mise en perspective théorique : qui sont les ouvriers et les employés aujourd’hui ? Quels conditions et modes de vie caractérisent ces hommes et ces femmes ? Quelles sont les dynamiques qui animent ces groupes et en modifient sans cesse les contours ?

Fondé sur des données historiques, statistiques et des enquêtes de terrain, enrichi de nombreux encadrés, ce manuel propose une lecture d’ensemble de la société française contemporaine, vue à partir des groupes populaires, qui en composent la majeure partie.

Yasmine SIBLOT est professeure de sociologie à l’université Paris 8 et membre du CRESSPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris) dans l’équipe CSU.
Marie CARTIER est maître de conférences à l’université de Nantes, chercheuse au CENS (Centre nantais de sociologie), membre junior de l’IUF (Institut universitaire de France).
Isabelle COUTANT est chercheuse au CNRS au laboratoire IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux).
Olivier MASCLET est maître de conférences à l’université Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité et chercheur au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux).
Nicolas RENAHY est chercheur à l’INRA, directeur du CESAER (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux).

Dernier numéro de la revue: Gender & Society, December 2014

Dernier numéro de la revue: Gender & Society, December 2014

 

http://gas.sagepub.com/content/28/6.toc

December 2014; 28 (6)

 

Le Sommaire:

Articles

Krista M. Brumley

The Gendered Ideal Worker Narrative: Professional Women’s and Men’s Work Experiences in the New Economy at a Mexican Company

Gender & Society December 2014 28: 799-823, first published on August 19, 2014

 

Rachel Rinaldo

Pious and Critical: Muslim Women Activists and the Question of Agency

Gender & Society December 2014 28: 824-846, first published on September 9, 2014

 

Catherine Bolzendahl

Opportunities and Expectations: The Gendered Organization of Legislative Committees in Germany, Sweden, and the United States

Gender & Society December 2014 28: 847-876, first published on August 1, 2014

 

Éléonore Lépinard

Doing Intersectionality: Repertoires of Feminist Practices in France and Canada

Gender & Society December 2014 28: 877-903, first published on July 25, 2014

 

Kristin Natalier and Belinda Hewitt

Separated Parents Reproducing and Undoing Gender Through Defining Legitimate Uses of Child Support

Gender & Society December 2014 28: 904-925, first published on August 19, 2014

 

Book Reviews

Bethany L. Brown

Book Review: Into the Fire: Disaster and the Remaking of Gender by Shelley Pacholok

Gender & Society December 2014 28: 926-928, first published on March 13, 2014

 

Jennifer L. Martin

Book Review: The Rise of Women: The Growing Gender Gap in Education and What It Means for American Schools by Thomas A. Diprete and Claudia Buchmann

Gender & Society December 2014 28: 928-929, first published on March 18, 2014

 

Kylie Parrotta

Book Review: Sexual Minorities in Sports: Prejudice at Play edited by Melanie L. Sartore-Baldwin

Gender & Society December 2014 28: 930-932, first published on March 21, 2014

 

Marybeth C. Stalp

Book Review: The Marginalized Majority: Media Representation and Lived Experiences of Single Women by Kristie Collins

Gender & Society December 2014 28: 932-934, first published on March 17, 2014

 

Catherine Mobley

Book Review: Our Roots Run Deep as Ironweed: Appalachian Women and the Fight for Environmental Justice by Shannon Elizabeth Bell

Gender & Society December 2014 28: 934-936, first published on April 25, 2014

 

Laura S. Logan

Book Review: Compassionate Confinement: A Year in the Life of Unit C by Laura S. Abrams and Ben Andersen-Nathe

Gender & Society December 2014 28: 936-938, first published on April 25, 2014

 

Laura V. Heston

Book Review: Queering Marriage: Challenging Family Formation in the United States by Katrina Kimport

Gender & Society December 2014 28: 938-940, first published on April 22, 2014

 

Emily S. Mann

Book Review: Amigas y Amantes: Sexually Nonconforming Latinas Negotiate Family by Katie L. Acosta

Gender & Society December 2014 28: 940-942, first published on June 23, 2014

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 

Masculinité, classe et race : Entretien avec la sociologue australienne Raewyn Connell dans Contretemps

Raewyn Connell, qui a forgé le concept de masculinité hégémonique s’est aussi intéressée par le passé aux rapports de classe (Ruling Class, Ruling Culture, 1977) et aux effets du colonialisme (Southern Theory, 2007). Elle revient sur son parcours intellectuel dans un entretien donné à Contretemps (propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros) consultable sur le site de la revue.

Elle aborde plus précisément la question de l’intersection et de la méthodologie permettant de la cerner – entretien biographique et étude de cas :

« Je crois que mes recherches sur les masculinités, les rapports de classe et la colonialité du savoir partagent un même engagement critique envers le pouvoir, les inégalités sociales, l’institutionnalisation des privilèges et la justice sociale dans son sens le plus large.

Elles partagent aussi une conscience historique (un de mes ouvrages les plus connus en Australie s’intitule d’ailleurs Class Structure in Australian History7) et, ainsi, une attention aux changements structurels et aux luttes sociales. C’est une démarche qui me paraît essentielle pour toute recherche – y compris très localisée – mue par un souci de justice sociale.

Ces agendas de recherche ont par ailleurs en commun de s’attacher à rendre compte de la texture du réel, de la matière rugueuse des processus sociaux et de l’irréductibilité des gens, de l’expérience et des institutions. Durant ces années, l’entretien biographique et l’analyse par étude de cas sont les outils que j’ai le plus mobilisés. Il s’agit d’une méthode lente, laborieuse, rétive à l’automatisation. Elle est sans équivalent pour rendre compte de la complexité des situations locales tout en prenant le pouls des dynamiques globales. Cette méthode force également les chercheur•e•s à interagir avec des personnes en chair et en os, que les routines scientifiques tendent à abstraire à travers leur lexique : « sujet », « acteur », « agent ». Ils et elles sont alors contraint•e•s à les traiter avec respect, y compris lorsque leurs pratiques sociales leurs sont détestables. Je me suis par exemple retrouvée dans cette situation lors mes entretiens avec des hommes d’affaire »

 

Dernier numéro de la revue Gender & Society

Sortie du dernier numéro du Gender & Society:

 title page

August 2013; 27 (4)

Hae Yeon Choo

The Cost of Rights: Migrant Women, Feminist Advocacy, and Gendered Morality in South Korea

 

Veronica Montes

The Role of Emotions in the Construction of Masculinity: Guatemalan Migrant Men, Transnational Migration, and Family Relations

 

Yinni Peng and Odalia M. H. Wong

Diversified Transnational Mothering via Telecommunication: Intensive, Collaborative, and Passive

 

Daisy Deomampo

Gendered Geographies of Reproductive Tourism

 

Leslie K. Wang

Unequal Logics of Care: Gender, Globalization, and Volunteer Work of Expatriate Wives in China

 

Erynn Masi De Casanova

Embodied Inequality: The Experience of Domestic Work in Urban Ecuador

 

Book Reviews

Tola Olu Pearce

Book Review: Sexuality and Gender Politics in Mozambique: Rethinking Gender in Africa by Signe Arnfred

 

Luz María Gordillo

Book Review: Intimate Migrations: Gender, Family, and Illegality Among Transnational Mexicans by Deborah A. Boehm

 

Faezeh Bahreini

Book Review: Between Feminism and Orthodox Judaism: Resistance, Identity, and Religious Change in Israel by Yael Israel-Cohen

 

Jill Bystydzienski

Book Review: Gender and Science: Studies across Cultures by Neelam Kumar

 

Angelika Von Wahl

Book Review: Gender–Class Equality in Political Economies by Lynn Prince Cooke

 

Kathryn D. Linnenberg

Book Review: For the Family?: How Class and Gender Shape Women’s Work by Sarah Damaske

 

Karin A. Martin

Book Review: The Gender Trap: Parents and the Pitfalls of Raising Boys and Girls by Emily W. Kane

 

Rebecca G. Adams

Book Review: Odd Couples: Friendships at the Intersection of Gender and Sexual Orientation by Anna Muraco

 

Jennifer L. Pierce

Book Review: Paid to Party: Working Time and Emotion in Direct Sales by Jamie L. Mullaney and Janet Hinson Shope

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Prochaine séance du séminaire le 17 mai 2013 : la maison comme lieu de travail, avec Marie Cartier et Christelle Avril + bibliographie indicative

La prochaine séance du séminaire aura lieu le 17 mai de 16h à 18h, à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage).

Nous accueillerons Marie Cartier et Christelle Avril, deux sociologues qui présenteront leurs travaux autour des emplois de service à domicile (femmes de ménage, aides à domicile pour personnes âgées et assistantes maternelles) très majoritairement exercés par des femmes des classes populaires.

Cette séance sera l’occasion d ‘aborder la maison comme lieu d’observation de l’intersection entre le genre et la classe sociale.

Quelques publications des intervenantes :

Avril Christelle, « Ressources et lignes de clivage parmi les aides à domicile. Spécifier une position sociale : quelles opérations de recherche ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 191-192, 2012, p. 86-105.

Avril Christelle, « Une mobilisation collective dans l’aide à domicile à la lumière des pratiques et des relations de travail », Politix, n° 86, 2009, p. 97-118

Avril Christelle, « Les aides à domicile pour personnes âgées face à la norme de sollicitude », Retraite et société, n° 53, 2008, p. 49-65

Cartier Marie, (avec  E. d’Halluin, M.-H. Lechien, J. Rousseau), « La « sous-activité » des assistantes maternelles : un rapport au métier différencié selon le positionnement social », Politiques sociales et familiales, n°109, 2012.

Cartier Marie, « Le caring,  un capital culturel populaire ? A propos de Formations of Class & gender de Beverley Skeggs », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°191-192, 2012.

Avril Christelle, Cartier Marie, Siblot Yasmine (coord.), dossier « Classes populaires et services publics », Sociétés Contemporaines, n°58, 2005/2

Avril Christelle, Cartier Marie, Serre Delphine, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris : La Découverte, 2010.

 

Bibliographie indicative :

Numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés : « Femmes providentielles, enfants et parents à charge »,  N° 6, 2001/2.

A. Dussuet, Travaux de femmes. Enquêtes sur les services à domicile, L’Harmattan, 2005.

A. Fouquet. 2001, “Le travail domestique : du travail invisible au “gisement” d’emplois », In Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Edited by J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, Paris : PUF, p.99-127.

E.N. Glenn. 1992. “From Servitude to Service Work: Historical Continuities in the Racial Division of Women’s Work”, Signs, 18 (I), p. 1-43.

M. Gollac, S. Volkoff. 2002, « La mise au travail des stéréotypes de genre : les conditions de travail des ouvrières », Travail, genre et sociétés, n°8, septembre, p. 25-53.

A. R. Hochschild, « Love and Gold » 2003. Global Woman. Nannies, maids, and sex workers in the new economy (ed. by B. Ehrenreich, A.R. Hochschild), New York: Metropolitan books, p.15-30.

G. Laforge, « Le statut d’emploi des intervenant(e)s à domicile dans le champ de l’aide et des services aux personnes : quelques réflexions sur une politique du « gisement d’emplois » », Revue de droit sanitaire et social, 2, 2005.

L. Mozère, 2001, « Comment se configurent les compétences dans un métier au féminin ? Le cas des assistantes maternelles, Recherches féministes (Montréal), Féminin pluriel, vol 14, n° 2, 83-114.

J. Rollins. 1985. Between women: Domestics and their Employers. Philadelphia :Temple University Press.

M. Segalen, 2010. À qui appartiennent les enfants ?., Paris : Tallandier.

B. Skeggs, Formations of Class and Gender: Becoming Respectable (single authored monograph) Theory, Culture and Society series. London. Sage. 1997.

F. Weber, S. Gojard, A. Gramain (dir.), Charges de famille., Dépendance et parenté dans la France contemporaine, La Découverte, collection « enquêtes de terrain », Paris, 2003, 420 p.

V. Zelizer. 2005. The Purchase of Intimacy, Princeton, N.J. : Princeton University Press.

 

Dernier numéro de la revue Gender & Society:

Sortie du dernier numéro du Gender & Society:

Gender & Society

http://gas.sagepub.com/content/current

Articles:

Jocelyn A. Hollander

“I Demand More of People”: Accountability, Interaction, and Gender Change

 

Rachel E. Dwyer, Randy Hodson, and Laura McCloud

Gender, Debt, and Dropping Out of College

 

Vicki Schull, Sally Shaw, and Lisa A. Kihl

“If A Woman Came In … She Would Have Been Eaten Up Alive”: Analyzing Gendered Political Processes in the Search for an Athletic Director

 

Thomas J. Linneman

Gender in Jeopardy!: Intonation Variation on a Television Game Show

 

Book Review Symposium:

Denise Copelton and Joan Spade

Conversations: A Symposium on Stephanie Coontz’s A Strange Stirring

 

Katja M. Guenther

Rethinking a Feminist Classic: Reflections on Coontz’s A Strange Stirring

 

Benita Roth

Real Housewives with Real Problems?

 

Nancy Whittier

Everyday Readers and Social Movements: Considering the Impact of The Feminine Mystique

 

Stephanie Coontz

A Response to Reviewers

 

Book Reviews:

Tristan S. Bridges

Book Review: Nurturing Dads: Social Initiatives for Contemporary Fatherhood

 

Michael W. Yarbrough

Book Review: Unhitched: Love, Marriage, and Family Values from West Hollywood to Western China

 

Sarah Jane Brubaker

Book Review: Poverty, Battered Women, and Work in U.S. Policy

 

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Sortie de « Penser la violence des femmes » sous la dir. de C. Cardi et G. Pruvost

Coline Cardi, Geneviève PruvostPenser la violence des femmes, La Découverte, 448 p., 32 euros.

Tueuses, ogresses, sorcières, pédophiles, hystériques, criminelles, délinquantes, furies, terroristes, kamikazes, cheffes de gang, lécheuses de guillotine, soldates, policières, diablesses, révolutionnaires, harpies, émeutières, pétroleuses, viragos, guerrières, Amazones, boxeuses, génocidaires, maricides… Qu’y a-t-il de commun entre toutes ces figures ? Pour le comprendre, il importe d’exhumer, de dénaturaliser, d’historiciser et de politiser la violence des femmes. Telle est l’ambition de cet ouvrage qui propose une approche pluridisciplinaire sur un sujet trop longtemps ignoré des sciences sociales.
Cette somme inédite, réunissant des études historiques, anthropologiques, sociologiques, linguistiques et littéraires, révèle combien la violence des femmes est au coeur d’enjeux d’ordre à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707172969

Rencontre avec COLINE CARDI et GENEVIÈVE PRUVOST pour la parution de l’ouvrage qu’elles ont dirigé Penser la violence des femmes (La Découverte)
Mercredi 26 septembre à 19h à la librairie Violette and Co
Qu’elles soient tueuses, pédophiles, kamikazes, soldates, révolutionnaires, cheffes de gang ou boxeuses, qui a-t-il de commun entre elles ? Cette somme inédite, réunissant les études de 32 contributrices-teurs de différentes disciplines, révèle combien la violence exercée par les femmes est au cœur d’enjeux à la fois politique et épistémologique. Penser la violence des femmes, c’est en faire un véritable levier pour considérer autrement la différence des sexes, la violence et, par-delà, l’ordre social.
http://www.violetteandco.com/librairie/article.php?id_article=582

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du manuel Sociologies du genre d’Isabelle Clair

Isabelle Clair, Sociologies du genre, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2012, 125 p.

Après la récente coordination du dernier numéro de la revue Genre, sexualité & société, une nouvelle contribution stimulante d’Isabelle Clair, sociologue chargée de recherche au sein de l’équipe « Genre, Travail Mobilités » du laboratoire Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA).

PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR

Traduit de l’anglo-américain, le concept de genre s’est progressivement imposé en France au cours des quinze dernières années. Il recouvre désormais un corpus incluant d’autres concepts qui l’ont précédé, tels que « rapports sociaux de sexe » ou « domination masculine ». L’objectif de ce manuel est de mieux cerner la polysémie du genre et d’introduire aux recherches prolifiques qui sont rassemblées sous sa bannière.

Tous les travaux de la sociologie du genre ont en commun une problématique : la construction sociale de la différence hiérarchisée des sexes et/ou des sexualités ; une histoire, commencée dans les années 1970, ancrée dans une critique féministe de la sociologie de l’époque qui voyait dans la classe sociale le seul clivage pertinent pour analyser les relations sociales ; une ambition : faire la preuve, enquête après enquête, de la transversalité des rapports de sexe et de sexualité dans le monde social, et convaincre de la nécessité de leur prise en compte dans l’élaboration de n’importe quel objet sociologique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website