Archives du mot-clé sexualité

Dernier numéro de la revue Dissidences: Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

La culture révolutionnaire est-elle indissociable d’une révolution sexuelle, assumée comme telle ? Depuis au moins le Nouveau Monde Amoureux de Charles Fourier (1816) jusqu’à l’affirmation de militantes de Tout - « Votre libération sexuelle n’est pas la nôtre  » (1971) -, en passant par les surréalistes français confrontés aux accusations des communistes de « compliquer les rapports si simples et si sains de l’homme et de la femme  » (Breton, 1932), la question des sexualités et plus largement de l’amour percute l’engagement révolutionnaire, dans toutes ses dimensions.

Cette livraison de Dissidences analyse, depuis le XIXe siècle et dans une perspective internationale, ce point d’ombre, de tensions et de contradictions que représente la sexualité autour de trois axes : la théorisation révolutionnaire des sexualités émancipées et/ou asservies ; leur traduction dans des pratiques militantes et des expérimentations collectives ; leur collision avec les organisations radicales, libertaires ou contestataires.

Les études réunies ici abordent les enjeux politiques de la sexualité, au croisement du militantisme et des sciences sociales, de la théorie et de la pratique, de l’expérimentation et de l’organisation, sous des angles divers et en fonction d’analyses originales, offrant un éclairage nouveau ou abordant une dimension méconnue.

 

 

Sommaire

 

Editorial : sexualités en révolutions par Ludivine Bantigny, Fanny Gallot et Frédéric Thomas

 

Discours et théorisation des sexualités

  • Révolution morale et révolution politique : de la puissance d’être à l’affranchissement, les saint-simoniennes (1832 – 1834) par Bérangère Kolly
  • La seconde mort d’alexandra kollontaï ? par Jean-Guillaume Lanuque
  • Recherches surréalistes sur la sexualité. Esquisse d’une réévaluation par Frédéric Thomas
  • Une approche matérialiste du deuxième sexe de beauvoir est-elle possible ? par Florent Schoumacher
  • Politiser les sexualités. Débats et engagements en sciences sociales par Ludivine Bantigny

 

Pratiques et expérimentations militantes

  • Faire la révolution ou faire l’amour ? Le mouvement communiste et la question de la sexualité aux Philippines par Gwenola Ricordeau
  • Contrôler et organiser la sexualité dans un mouvement armé insurgé : le cas de la guérilla colombienne des FARC- EP par Elodie Gamache
  • La revendication homosexuelle et l’extrême gauche en France dans les années 1970 : de la ligue communiste révolutionnaire au trimestriel masques par Luc Pinhas
  • Le projet révolutionnaire à l’épreuve du viol. Le cas de « Révo » puis de l’OCT (1975-1979) par Fanny Gallot
  • Notes sur la pédophilie dans les années 1968 : un combat révolutionnaire ? par Fanny Gallot

 

Mouvements sociaux informels

  • Un activisme informel : la sexualité en prison pour hommes par Arnaud Gaillard
  • « Groupies ». Expérimentations sexuelles, transgressions de genre et stigmatisation sociale des fans de rock des années 1950 aux années 1970 par Florence Tamagne

 

Présentation-débat du numéro Age et Sexualité de la revue Clio à la librairie Violette & co, 2 mars 2016

A l’occasion de la sortie du dossier spécial de la revue Clio sur « Age et Sexualité », la librairie Violette & Co, 102 rue de Charonne (Paris 11e) organise une présentation-débat le mercredi 2 mars 2016 de 19H à 20H30. Marie Bergström, Lucas Monteil et Mathieu Arbogast seront invités à échanger autour du thème Genre, sexualité et écart d’âge. Les échanges sont animés par Michel Bozon et Juliette Rennes qui ont coordonné ce numéro thématique. L’entrée est libre.

Sans titre
****
Sommaire du dossier. CLIO. Femmes, Genre, Histoire 42/201

 Âge et sexualité

Responsables du numéro : Michel BOZON & Juliette RENNES

Michel BOZON & Juliette RENNES
Histoire des normes sexuelles : l’emprise de l’âge et du genre

*Dossier*
Sandra BOEHRINGER & Stefano CACIAGLI
 L’âge des amours.
Genre et réciprocité érotique en Grèce archaïque

Christine THÉRÉ
 Âge de retour et retour d’âge :
l’asymétrie entre les sexes dans les discours médicaux
en France (1770-1836)

Ophélie RILLON
 Sexualité juvénile sous contrôle
dans les écoles secondaires maliennes (1960-1970)

Jean BÉRARD & Nicolas SALLÉE
 Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980)

Marie BERGSTRÖM
 L’âge et ses usages sexués sur les sites
de rencontres en France (années 2000)

Lucas MONTEIL
 De l’« Amour vieux-jeune ». Âge, classe et homosexualité masculine en Chine post-maoïste

*Regards complémentaires*

Mathieu ARBOGAST
 Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle

*Documents*
Christiane KLAPISCH-ZUBER La Fontaine de Jouvence.
Bain et jeunesse entre XIVe et XVIe siècle

Lynn BOTELHO
/Les Trois âges et la Mort /du peintre Hans Baldung (XVIe siècle)

Didier LETT Genre et violence sexuelle à l’encontre des enfants dans les archives judiciaires de Bologne au XVe siècle

Sommaire complet du numéro

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communications: Association d’études de la sexualité, Congrès 2016

Appel de propositions pour les sessions du Congrès 2016

SSA CFP 2016 English and French (Cliquez pour télécharger)

L’Association d’études de la sexualité lance un appel de propositions pour sa quatrième rencontre annuelle, qui sera tenue du 29 au 31 mai 2016 à l’Université de Calgary à Calgary (Alberta) lors du Congrès du CRSH. Nous invitons des propositions de langues française et anglaise à partir de toute perspective disciplinaire ou interdisciplinaire. Il sera possible de présenter la même communication en français et en anglais. Si vous désirez présenter deux communications (l’une en français et l’autre en anglais), veuillez clairement indiquer cette intention dans votre résumé.

Suivant le thème du Congrès 2016, « L’énergie des communautés », nous nous intéressons notamment aux communications, réflexions créatives, expositions artistiques, films, œuvres multimédias et performances artistiques qui problématisent les notions de communauté et de l’appartenance dans leurs intersections avec le sexe, le genre et la sexualité. Étant donné l’engagement de l’Association d’études de la sexualité auprès d’une variété de communautés, dont les communautés autochtones, francophones et artistiques, le thème « L’énergie des communautés » est particulièrement propice pour nous.

Dans nos rôles de personnes impliquées dans la recherche critique et le militantisme liés à une variété de réseaux universitaires, artistiques et politiques, nous participons à la création de communautés queers et de systèmes de liens affectifs. L’histoire de l’intégration de la recherche scientifique et la recherche communautaire est longue et complexe. Les études critiques de la sexualité dénoncent les systèmes d’hétéronormativité qui privilégient les structures de liens affectifs et les pratiques sexuelles dominantes. Notre association favorise les théories et les méthodes intersectionnelles, décolonisatrices et multidimensionnelles. Elle est vouée à la dénonciation de projets homonationalistes qui réinscrivent la normativité comme technologie de gouvernance. En délégitimisant les savoirs produits par les communautés « autres », cette réinscription du pouvoir naturalise et privilégie les épistémologies dominantes.

Cette année, nous invitons l’exploration des questions suivantes : Quels sont les lieux de résistance et de complicité opérationnalisés par les sexualités et les études de la sexualité contemporaines? Quelles communautés et quelles formes d’appartenance sont rendues viables, et lesquelles deviennent inhabitables dans le contexte des cadres contemporains de la sexualité? Quelles sont les conséquences affectives de viser « l’énergie » des communautés d’un point de vue critique? Comment pouvons-nous visualiser et nous engager auprès de diverses cultures et communautés à l’ère de la politique mondiale et des relations transnationales? Nous invitons les chercheuses et chercheurs, les activistes et les artistes à soumettre des propositions qui se penchent sur les multiples dimensions de l’énergie des communautés incluant, mais sans se limiter, aux concepts suivants :

  • l’indigénéité, la dé/colonisation et le transnationalisme;
  • les études de la sexualité dans les discours scientifiques, artistiques et communautaires;
  • la langue, la culture et l’anglonormativité;
  • la racisation et la blancheur;
  • les corps inter/sexués, les genres et les subjectivités;
  • l’in/capacité et la crip theory;
  • les subjectivités trans* et la théorie trans-;
  • les politiques de l’espace et des contre-publics;
  • les écologies queers, l’anthropocène, l’espèce-isme et la distinction humain-animal;
  • les politiques vitales, les nouveaux matérialismes et les ontologies centrées sur l’objet;
  • la nécropolitique et la biopolitique, les morts-vivants, la « mort lente »;
  • le travail, la précarité, la survie;
  • les sexualités « illicites » et le travail du sexe;
  • les liens affectifs et les familles;
  • les droits, la reconnaissance et la résistance.

POUR SOUMETTRE VOTRE PROPOSITION : Nous encourageons la soumission de présentations d’une variété de formats, y compris les conférences, les panels, les ateliers, les tables rondes, les affiches, le visionnement de films et de vidéos, les performances artistiques, les expositions et les événements culturels. Une attention particulière sera portée aux séances impliquant des artistes ou des chercheurs, chercheuses ou activistes communautaires. Si vous proposez une présentation non conventionnelle, veuillez inclure une brève description de vos potentiels besoins en ce qui concerne le matériel technique/audiovisuel, le lieu et dimensions de la pièce, la possibilité de déplacer les meubles, ou autre.

Toute proposition doit être soumise sous forme d’un seul fichier (Word ou PDF) contenant (1) un résumé d’un maximum de 150 mots pour les communications individuelles, (2) une biographie d’un maximum de 50 mots et (3) un CV abrégé d’UNE page soulignant son affiliation institutionnelle ou communautaire, ses intérêts de recherche et ses projets/publications/expositions/performances en cours. Pour les propositions de panel et de table ronde, en plus d’une biographie de 50 mots et d’un CV abrégé d’une page pour chaque personne participante, la soumission doit inclure une description de 150 mots précisant les objectifs du panel dans son ensemble et un résumé de 100 mots pour chaque personne participante. Trois ou quatre personnes participeront à chaque panel. Si vous proposez un atelier dont l’horaire diffère de l’horaire conventionnel, veuillez l’indiquer. Comme une séance dure normalement 75 minutes, chaque communication présentée dans un panel doit durer environ 15 minutes. Toute soumission de panel et de table ronde doit indiquer le choix d’une personne pour animer la séance. Veuillez envoyer votre soumission sous forme de pièce jointe à l’adresse suivante : sexualitystudiesassociation@gmail.com.

La date limite des soumissions est le 20 novembre 2015. Les personnes ayant soumis des propositions seront avisées de la décision du comité de sélection vers la fin du mois de janvier 2016. Pour présenter au congrès, il faut être membre de l’association en date du 1er avril 2016 au plus tard.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Seventeenth Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities

Appel à communications: Seventeenth Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities

Call for Papers

Difficult Conversations: Thinking and Talking about Women,
Genders, and Sexualities Inside and Outside the Academy
at Hofstra University, Hempstead NY
June 1-4, 2017

The deadline for submission of proposals for individual papers, panels, and other sessions is January 15, 2016.  All proposals must be submitted electronically via the Berkshire Conference website. (http://2017berkshireconference.hofstra.edu/call-for-papers/#instructions). This site will be available for submissions from August 1, 2015 to January 15, 2016. As part of the submission process, you will be asked to select the Theme Track, or subject area, in which you would like your proposal considered. Your proposal will then be forwarded to the appropriate Track Chair.

Themed Tracks

From those listed below, please identify the subject area in which you wish to have your proposal considered. Note: Several divisions include suggested themes for exploration. These suggestions do not preclude proposals on other topics.  Questions about tracks should be directed to track co-chairs.

  1. Gender and the State: Majorities and Minorities

The state is present in gendered debates on the rights and obligations of citizenship, the provision of social welfare, governance and control, hierarchy and fealty, discrimination and marginalization. State power and also state violence are expressed differentially according to gender, with reference to legal status, reproductive rights, marriage, death, and an individual’s inclusion in the polity. Proposals might explore some of the following questions: How are gendered experiences and identities shaped by the state, and how do the demands of sexual, racial, ethnic, religious, and indigenous minorities shape state practices and institutions? How does power circulate between majorities and minorities, and how is difference, subordination, and subjecthood produced by the state, and also challenged by non-dominant communities? Specific examples might also refer to legal equality and legal status; struggles for suffrage; reproductive, human, and migrant rights; and the regulation of gendered forms of labor.

Track Chairs:

  1. Social Justice, Migration and the City

Cities – as spatial forms, economic entities, and human habitats – are dynamic hubs where identity, social relations, power, inequality, and social change are visible and contested in the natural, built, and human environment, in memories and artifacts of the past, and the present. Movements of people searching for better lives and for greater opportunities, fleeing persecution and violence, or just escaping the confines of their previous lives, often end up in cities. Whether segregated or intermingled, people from different regions and different parts of the world negotiate space and identity, fight for justice and create change. We invite proposals from historians and interdisciplinary scholars working on different geographical areas, or transnationally, that explore some aspect of the historical role that migrants, migration and urban space have played in advancing both inequality and freedom, in incubating struggles for social justice and change.

Proposals in this track are encouraged to consider the following questions: how migration and mobility have impacted economic, social, cultural and political relations and formations; how the city as a spatial form influences perceptions about poverty and wealth, citizenship, social control and the nation of freedom; how global forces, markets and privatization create and/or shape urban spaces and people’s lives; how inequalities manifest in urban spaces and through institutions such as housing, employment, and education; how cities shape notions of community and belonging, identity, access and exclusion; and how urban (suburban and ex-urban) environments structure organizing, grassroots activism and social justice agendas

Track Chairs:

  1. Globalized Labor

Examining women’s labor from a global perspective offers many possibilities to consider historical specificity, women’s migration, political involvement, and transnational social movements, as well as the multiple ways in which women’s labor shapes and is shaped by broader political and economic processes. It also examines how women’s labor has defined global circuits, labor demands, and transnational labor, especially in regards to intimate labor, care-giving, outsourcing life (surrogacy), lack of documentation, and informal economies.  By the same token, we are interested in papers that look at how women have organized to challenge women’s disenfranchisement and oppression within globalized systems of labor and production.

We invite proposals from historians of different geographical areas, transnational scholars, as well as activists that address the following areas: women and transatlantic/transpacific migration; trafficking and forced labor; neoliberalism and labor migration; subcontracted labor; guest workers; the informal sector; women entrepreneurs; the gender pay gap; women’s labor and climate change; segregated labor markets; international labor organizing; women’s labor and social reproduction; transnational families and women’s work; surrogate motherhood and transnational adoption; women’s labor and free trade policy; the wages for housework movement; working class/labor movements; transnational social movements; the International Labour Organization (ILO) and women’s labor; labor legislation/protective legislation and women workers.

Track Chairs:

Top of page

  4. Slavery and Other Forms of Unfree Labor

We invite historians, activists, and others who are interested in examining how systems of unfree labor shaped lived experiences in “free” and “unfree” societies from ancient times to the twenty-first century. Slavery configured the geographic landscape of all who came into contact with it and connected societies economically, especially as global capitalism developed rapidly.  As a result of slavery’s commodification, systems of inequality were established that still linger.  We hope that the panel presentations offered will provide deep analyses of slavery, push forward new methodological approaches, broaden historiographical borders that have surrounded the subject, and advance new questions about the historical legacies of unfree labor.  We are especially interested in receiving proposals that emphasize the gendered dimensions of slavery and unfree labor in comparative frameworks temporally and spatially, from the ancient world to the 21st century. Papers might include analyses of slave systems that connected societies across the Atlantic, Pacific or Indian oceans, trans-Saharan slavery, convict labor, sexual (including marriage) and debt slavery, or other institutions of bonded labor.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and Capitalism

With the recent, renewed interest in the history of capitalism, we seek to open up a conversation that deepens our understanding of capitalism and its diverse role in the transformation of economies and societies across the globe.  We are particularly interested in proposals that consider how the study of women and gender can help us better understand global capitalism as an internally differentiated and interconnected, shared structure.  Proposals that join an innovative use of both quantitative and qualitative methods and evidence will be given special consideration, as will those that incorporate how historians, activists, artists, economists and others have engaged with the histories of capitalism.  We invite submissions on topics as diverse as corporate capitalism, the service economy, markets and consumption, business, the environment and development, social networks, globalization and antiglobalization, and big data.

Track chairs:

  1. Sexualities, Gender Identities and Expressions

We call for proposals that consider the question of how sex, sexualities and gender are managed and maintained across boundaries of race, class, and culture  (among others). New paths of contestation engaging the fluidity of genders and sexualities are called for in the current state of emergency surrounding issues of anti-Black racism and police brutality that have generated public protest in the United States.  Similarly, popular and state uprisings across the Middle East and North Africa (among others), have destabilized conventional hierarchies. How might these conflicts generate new models of activism, scholarship, and praxis along axes of gender identity, expression, and sexualities?  How do emergent gender identities and sexual expressions produce both antagonisms and possibilities? Papers that concern historically situated race and racism and local and transnational state violence are particularly relevant.  The Sexualities and Gender Identities and Expressions track will also consider but not be limited to: queer pedagogies; reproductive technologies and sexualities; relations among Feminist Studies/LGBTQ Studies/ Queer Studies; police states and violence; intimate partner violence; social protest; pleasure and sexual practices; trans*/national movements and movement building; political coalitions; dangerous intimacies.

Track Chairs:

Top of page

7. Women, Gender and Science

The Program Committee welcomes proposals for panels, papers, round-table discussions, or other presentations on all aspects of the history of women, gender(s), and science (including medicine and technology). We are particularly interested in creating a program that includes a range of geographic areas, historical periods, and methodologies. We welcome proposals that are interdisciplinary and intersectional, and that represent a diverse set of voices within academia and beyond including, but not limited to, those that engage visual and performing arts, science fiction, civic science, do-it-yourself experiments, computing and the Maker Movement. We especially encourage panel proposals that bring together scholars, artists, and/or practitioners around a common theme.

Track Chairs:

  1. Pedagogy and Work Culture, K-12

The Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities brings together thousands of historians, activists, educators, and artists to share their research and activism. The 2017 conference especially wants to involve teachers and teacher educators in a lively discussion of teachers’ work as well as curriculum, pedagogy, and the history of education informed by feminist, queer, Marxist, and race-based theory. We plan to partner teachers and teacher educators with academics, school activists, museum educators, librarians, and artists to explore gender and sexuality in school curricula and the life of schools and those who work there. A range of creative presentation formats—including performance-based, digital, and open forum—are encouraged.  Possible topics include:  How genders and sexuality are taught (or not taught) in the curriculum in the era of high stakes testing; Engaging social issues in K-12 curriculum (e.g., peace, suffrage, temperance, anti-lynching) that illuminate and enrich the understanding of a particular era or movement;  The gendered nature of the attack on public education, the history of women in the schools, and teacher union history; Gender and the work of teachers, including oral histories of closeted and “out” queer educators.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and War

War, as a time of dramatic rupture and change, can bring terrible suffering but also, potentially, opportunity. Wars serve to construct, fracture and challenge gender identities and gendered hierarchies. Gender, moreover, has been a mobilizing theme for both anti-war and militaristic movements. We invite innovative contributions that address topics such as the gendered dimensions of both home fronts and battle fronts; the intersections of gender, ethnicity and religious identification in war contexts; the ways that different genders and sexualities are negotiated within wartime regimes; the intersections of war, gender, science and technology; the gendered dimensions of war memory, memorialization and mourning; the gendering of wartime discourse and propaganda; and media, literary and visual representations of gender, war and conflict. Submissions may deal with any geographical area(s) and any historical era, from ancient to modern.

Track Chairs:

Top of page

10. Refugees, Asylum and Gender

Gender and sexuality have shaped the flow of people fleeing war persecution, man-made and natural catastrophes, playing a strong role not only in who flees, but also in what they experience. Additionally, as a form of forced migration, refugee migration invites juxtaposition with detention and deportation, international adoption, and human trafficking.  Thus we invite path breaking contributions that address the experiences of such coerced migrants in various  times and places, focusing on such topics as sustaining everyday life in refugee camps and in resettlement, gendered persecution (such as intimate partner violence, forced marriage, or rape) in asylum cases, gendered treatment of refugees, gendered effects of refugee and asylum policies, the gendered discourse of refugees and asylum, gendered forms of resilience and creativity,  the intersection of gender/race/culture/ability and sexuality and historic and ongoing inequity as a factor in forced migration. We especially welcome proposals that cross boundaries, creatively re-think the nature and format of presentations, and include presenters from beyond the confines of academia.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and Religion

The twenty-first century has seen a revival of religion as a marker of gender difference in many parts of the globe.  Religious concepts and practices continue to be invoked to strengthen hierarchies, enforce conformity, and deny fundamental rights.  In light of those developments, submissions to Difficult Conversations on women, gender, and religion, are invited to reassess historical scholarship of the past decades that revealed competing theologies, and to question how, at this stage in history, scholars and activists may effectively advance more nuanced understandings of faith, religious systems, and the values associated with them.  Of particular interest are questions of gendered agency and authority in religion; religious “tradition” and identity; and the interplay between religion and sexuality.

Track Chairs:

  1. Performance Studies and Visual Culture

This track explores the ways in which performance and visual culture can create, interrogate, and reshape the meanings and representations of gender, sexuality, race, class, ability and other categories of identification.  Papers and presenters from any discipline that seeks to theorize and understand historical and contemporary modes of embodiment, agency, representation, and resistance are encouraged. Proposals may also incorporate short performances as a means of enhancing audience engagement with central questions about agency, representation and creation.  Presentations might use performance as an organizing framework for considering a wide range of gendered practices and relationships, including but not limited to: museums and memorials; landscapes and the built environment; food and consumption; technology and digital media; nationalism, totalitarianism, repression, and revolution; theatre and creative practices, literary production, and censorship.

Track Chairs:

  1. Politics and Popular Culture

The relationship between politics and popular culture is key to understanding women, gender, and sexualities across historical eras.  We invite submissions that critically engage the history of popular culture in any time period and locale.  Popular culture history has emerged as a vibrant field that yields new ways to study the intersections of race, gender, class, sexuality, and (dis)ability.  Submitters can take up a number of issues ranging from how and why popular culture is central to the quotidian experiences of people around the globe to its role in the shifting paradigms of feminism, body politics, critical race theory, trans studies, imperialism, transnational studies, and reproductive justice.  By centering on forms of popular cultural expression, including film, music, sports, dance, fashion, print media, social media, this track seeks to bring a diverse group of scholars, cultural producers, and practitioners into conversation with one another.

Track Chairs:

  1. Work Cultures/Work Realities: The Academy and Beyond

This track seeks individual papers, panels, or roundtable sessions on issues or themes relevant to the work we (broadly defined) do. We hope to generate informed conversation about pedagogy, but also working conditions—for those working in any capacity in higher educational institutions as well as those in other settings.  Given the service burdens in the academy that fall particularly heavily on women and people of color, how do we see that such contributions are valued?  Do we need to redefine teaching and service as intellectual endeavors?  Is it necessary to change dominant understandings of scholarship?  How would we set about doing these tasks?  These issues are particularly timely given attacks on university employees and the questions raised by politicians, parents, and students about the “value” or “utility” of history?  They are also important in light of those scholars, including public historians, public intellectuals, and digital humanists whose contributions often cannot be measured by “traditional” categories.  Other difficult conversations are to be had on how historians in various settings (schools, universities, non-profits, for-hire) can work together? We also seek to address how scholarship and work are married beyond the academy.  Can one still be a historian and work, for example, in non-academic settings.  What does it mean to be an Alt-Ac, public historian or history informed activist in 2017?

Track Chairs:

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’étude, Que fait le genre à l’histoire du XIXe siècle?, EHESS, 12-13 octobre

Journée(s) d’étude

Que fait le genre à l’histoire du XIXe siècle?

EHESS – Salles 638-640 – 190-198, avenue de France – 75013 Paris
Depuis maintenant près d’une quarantaine d’années, l’histoire des femmes et, plus récemment, les études de genre ont ouvert des perspectives nouvelles dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, et contribué à y faire évoluer les méthodes d’enquête. Les 12 et 13 octobre 2015, deux journées d’études prendront appui sur le travail des historien-ne-s pour proposer, autour d’un cas concret – celui des croisements entre rapports de genre et rapports coloniaux dans la France du XIXe siècle – une réflexion interdisciplinaire sur les apports heuristiques des concepts de genre et d’intersectionnalité. Leurs organisatrices, Elizabeth Claire (CRH), Caroline Fayolle (Paris 8), Lola Gonzalez-Quijano (CRH) et Sylvie Steinberg (CRH), précisent ici l’enjeu de cette rencontre.

Ces deux journées d’étude entendent relire l’histoire du long XIXe siècle français au prisme du genre et en résonance avec les questions plus contemporaines étudiées au sein de la Mention Genre Politique et Sexualités (GPS-Sociologie) de l’EHESS. Réunissant des historien.nes, sociologues, littéraires et politistes, elle souhaite initier un travail collectif permettant de dépasser les frontières disciplinaires et de croiser les approches et les outils théoriques.

Il s’agira de mettre en lumière des travaux récents en sciences humaines et sociales qui ont souligné le caractère heuristique du genre et du concept d’intersectionnalité pour comprendre les mutations de la France du XIXe siècle. Assumant le fait que la recherche interroge le passé depuis un présent qui la situe, ces journées s’attacheront aussi à comprendre en quoi les cadres de pensées issus du XIXe siècle, s’ils sont mouvants et peuvent être déconstruits, continuent à nourrir les représentations collectives et les conceptions actuelles du politique. Un retour sur cette période ne peut manquer d’éclairer les stéréotypes à l’œuvre dans les logiques de domination et d’exclusion aujourd’hui. Il s’agira ainsi de proposer des premiers jalons pour opérer, à partir du XIXe siècle, une généalogie des controverses contemporaines qui articulent les questions liées au genre, à la sexualité, au racisme et au post-colonialisme.

Afin de participer à la réflexion collective sur « les sciences sociales au XXIe siècle » menée dans le cadre du quarantenaire de l’EHESS, une table ronde conclusive proposera une discussion mettant en perspective les apports théoriques de ces journées et une réflexion épistémologique sur l’évolution des usages du genre dans les sciences humaines et sociales et notamment en histoire. Le genre sera questionné à la fois comme catégorie d’analyse pour le champ universitaire et comme outil critique mobilisé dans les conflits sociaux et politiques.
Date
du lundi 12 octobre 2015 à 09h30 au mardi 13 octobre 2015 à 17h30
Contact
Liste d’inscription
inscription à : genre19e@gamil.com

programme_genrehistoire19e_v2

http://actualites.ehess.fr/nouvelle6771.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Publication: Sociologie de la prostitution, Lilian Mathieu

Vient de paraître aux éditions La Découverte un repère salutaire consacré à la sociologie de la prostitution par Lilian Mathieu : retour sur un faisceau de pratiques économico-sexuelles stigmatisées qui nous donne à voir les rapports de pouvoir qui s’exercent sur une partie de la population marquée par son mauvais genre, sa position économique subalterne et son insubordination sexuelle.

 

Résumé:
La prostitution est un objet social double. Il s’agit bien sûr d’une pratique singulière qui articule sexualité et économie et qui implique divers protagonistes (femmes et hommes prostitués, clients, proxénètes). Mais elle est aussi un « problème social » à la définition et au traitement desquels participent entrepreneurs de morale, législateurs, policiers ou encore travailleurs sociaux, dont l’action exerce en retour de considérables effets sur la pratique et le quotidien des personnes prostituées.
C’est toute la complexité des rapports entre ces deux dimensions de la prostitution que cet ouvrage s’est donné pour objet d’explorer, en dressant un bilan des recherches sociologiques qui lui sont consacrées. Un tel enjeu n’est pas anodin, s’agissant d’une réalité sociale davantage objet de polémique, voire de fantasme, que de connaissance scientifique. Pourtant, la sociologie de la prostitution a connu ces dernières années d’importants développements, en France comme à l’étranger, qui ont permis d’atténuer son statut d’« objet sale » trop longtemps relégué aux marges de la recherche.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_la_prostitution-9782707179159.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Journée d’étude: « Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après »

Journée d’étude

« Foucault, la sexualité, l’Antiquité : 30 ans après »

organisée par Sandra Boehringer et Daniele Lorenzini

Amphi Buffon, Université Paris Diderot-Paris 7, Paris

11 avril 2015, 9h-18h

La sexualité est l’un des derniers grands chantiers ouverts par Michel Foucault. L’Histoire de la sexualité est une entreprise immense, qui marqua profondément le champ des sciences humaines : dans les deux volumes portant sur l’Antiquité, Michel Foucault allait proposer de nouveaux epistemai aux spécialistes pour aborder les sociétés grecque et romaine, et un nouveau cadre épistémologique pour penser l’érotisme et le processus par lequel l’individu est amené à se reconnaître comme sujet de son désir et de sa propre existence.

Qu’en est-il, trente ans après ? Comment définir l’impact dans le champ des sciences humaines des travaux de Michel Foucault sur la sexualité et l’Antiquité, au moment où paraît le volume Subjectivité et vérité – le premier cours de Michel Foucault au Collège de France entièrement consacré à l’Antiquité gréco-romaine ? Et quel est l’usage qu’en font actuellement les anthropologues des mondes grec et romain, vingt-cinq ans après l’ouvrage pionnier Before Sexuality : The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World ? Lors de cette journée, il s’agira de comprendre comment les travaux de Michel Foucault ont infléchi les réflexions des chercheur-e-s et des intellectuel-le-s qui s’appuient aujourd’hui sur l’Antiquité dans les champs nombreux que sont l’éthique, les études de genre, la philosophie, l’histoire, l’anthropologie, la politique et la psychanalyse.

Le programme: http://www.anhima.fr/spip.php?article1354&lang=fr

Abstract : The history of sexuality is one of the last major projects launched by Michel Foucault. The History of Sexuality is a momentous undertaking that profoundly affected the fields of humanities and social sciences: in the two volumes dealing with Antiquity, Michel Foucault proposed new epistemai with which specialists could approach the societies of ancient Greece and Rome; in particular, he created a new epistemological framework for analyzing the erotic realm, and the process by which the individual is required to recognize him/herself as the subject of his/her desire and his/her own existence.

Where does this leave us, thirty years later? How should we define the impact that Michel Foucault’s work on sexuality and Antiquity had on the fields of humanities and social sciences, now that the volume Subjectivity and Truth has appeared – Michel Foucault’s first course at the Collège de France entirely devoted to Greco-Roman Antiquity? How do current anthropologists of the Greek and Roman worlds do their work, twenty-five years after the pioneering book Before Sexuality: The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World? In this conference, we will consider how the work of Michel Foucault reoriented the investigations of researchers and intellectuals, who today use Antiquity as a site of analysis in many fields such as ethics, gender studies, philosophy, history, anthropology, politics and psychoanalysis.

Avec : Jean Allouch, Thamy  Ayouch, Sandra Boehringer, Claude Calame, Frédéric Gros,  Laurie Laufer, Daniele  Lorenzini, Kirk Ormand,  Olivier Renaut, Arianna  Sforzini, Luca Paltrinieri,  Violaine Sebillotte-Cuchet

Comité scientifique : Vincent  Azoulay, Luc Brisson, Arnold I. Davidson, David M. Halperin, Judith Revel

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Genre, sexualité et société, printemps 2014

Explorer et faire bouger les frontières sexuelles avec le dernier numéro de la revue Genre, sexualité et société, Parias sexuels.
Numéro sous la direction de Rostom Mesli et Mathieu Trachman
The Leather Last Supper
  • Présentation

    • Rostom Mesli et Mathieu Trachman
      Introduction [Texte intégral]
  • Dossier

    • David M. Halperin
      Chronique d’un scandale [Texte intégral]
      Diary of a Scandal
    • Aurore Le Mat
      L’homosexualité, une « question difficile ». Distinction et hiérarchisation des sexualités dans l’éducation sexuelle en milieu scolaire [Texte intégral]
      Homosexuality, a “difficult question”. Classification and hierarchical organization of homosexuality and heterosexuality in sex education curricula
    • Jean Bérard
      De la libération des enfants à la violence des pédophiles. La sexualité des mineurs dans les discours politiques des années 1970 [Texte intégral]
      From Children’s Liberation to Pedophiles’ Abuse. Underage Sex in 1970s Political Discourses
    • Pierre Brasseur
      Une vocation à aimer l’invalide. La mobilisation ratée de Jean Adnet [Texte intégral]
      A calling to love the disabled. Jean Adnet and the failure to mobilize
    • Yolande Cohen
      De parias à victimes. Mobilisations féministes sur la prostitution en France et au Canada (1880-1920) [Texte intégral]
      From pariahs to victims. Feminist mobilizations on prostitution in France and Canada (1880-1920)
    • Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas
      Les trans comme parias. Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans en France [Texte intégral]
      Trans People as Pariahs. The Treatment of Trans People’s Sexuality by the French Media
    • Etienne Meunier
      « No guys with attitude ». Sociabilité et hiérarchie sexuelle dans une sex party gaie de New York [Texte intégral]
      “No Guys with Attitude”. Sexual Sociability and Hierarchy in a NYC Private Gay Sex Party
    • Geoff Mains
      « Vue d’un sling » [Texte intégral]
      « A View From a Sling »

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Expo: Masculin/Masculin, musée d’Orsay

Masculin.Masculin

L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours, Musée d’Orsay, 24 septembre 2013 – 2 janvier 2014

Cette exposition dévoile les corps et instille du trouble dans le genre masculin. De l’avènement du néoclassicisme jusqu’à nos jours, le nu masculin s’émancipe des canons académiques pour venir questionner les possibles genrés et sexuels de la société. « Sujet de dévoilement et d’érotisme » (Philippe Comar, Nu masculin: la figure de l’idéal, Catalogue de l’exposition, p. 93), la nudité masculine vient progressivement révéler des corps à la marge, des corps déviants déjouant les codes académiques et les normes de genre d’une masculinité virile et hétérosexuelle.

On peut néanmoins regretter qu’au-delà de l’exploration des frontières de la sexualité (les grilles de lecture des études genre et des études queer sont plusieurs fois mises à profit dans les panneaux de l’expo), le nu masculin n’ait pas été mobilisé dans cette exposition pour questionner les normes de classe, de race ou encore d’âge qui participent de la construction de « La » masculinité acceptée et acceptable.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de Géographie et cultures « Les espaces des masculinités »

Du grain à moudre dans cette revue de géographie culturelle pour penser les rapports sociaux de sexe et de sexualité in situ, et des perspectives stimulantes pour interroger la question encore peu traitée des masculinité dans le champ des études genre.

Dernier numéro en ligne de Géographie et cultures
83 | 2012
Les espaces des masculinités

Sous la direction de Charlotte Prieur et Louis Dupont

L’étude des masculinités est récente dans les sciences sociales. Elle l’est encore plus en géographie. Ce constat ne remet cependant pas en cause sa pertinence. Sa généalogie permet de tirer le fil qui est lié historiquement, épistémologiquement et politiquement à l’ensemble de ce que l’on appelle aujourd’hui « la géographie des sexes, genres et sexualités ». Le positionnement scientifique de cette géographie est simple : les lieux n’ont de sens que parce que des corps s’y trouvent. Or ces corps sont l’expression de personnes « genrées » et sexuées dont les relations sociales qui les font interagir incluent la sexualité, quand ce n’est pas cette dernière qui conditionnent les relations sociales. L’étude de la masculinité, puis des masculinités, partagent les débats et les enjeux qui traversent ces thématiques et ces méthodologies de recherche. Un de ces enjeux concerne la production même de la connaissance : la géographie est-elle masculine ? Un autre concerne la production même de la masculinité : elle n’est pas une mais pluriel et ne relève pas que d’un sexe, mais d’un rapport entre les sexes. Un troisième soulève la question du pouvoir et de la domination, d’un genre sur l’autre, d’un sexe sur l’autre, d’une sexualité sur l’autre, dans et par l’espace.

Découvrir le sommaire et les textes en intégralités sur http://gc.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CONF: Angela Davis à la Sorbonne nouvelle

La vidéo est en ligne, Angela Davis y parle intersectionnalité, émancipation et bien d’autres choses encore!Elle est aussi mercredi 20 mars la rédactrice en chef exceptionnelle de l’Humanité

Conférence exceptionnelle du 19 mars 2013 à la Sorbonne Nouvelle  à l’occasion de la sortie en salles du film Free Angela and all political prisoners.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Amy Stanley « Selling Women: Prostitution, Markets, and the Household in Early Modern Japan »

Loin de la machine à fantasmes des geischas, cet ouvrage traite de la prostitution « ordinaire » des japonaises au XIXe siècle et définit cette dernière comme une forme d’activité économique rémunérée participant de la division de classe et de la division sexuée du travail dans l’économie japonaise.

L’auteure s’intéresse plus particulièrement à la question des mobilités géographiques et économiques qui articulent le travail sexuel, ses enjeux et ses effets sur les rapports de classe et de genre de la société japonaise.

Pour feuilleter les premières pages.

Pour un premier compte-rendu sur cet ouvrage.

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du livre Female Sexuality and Cultural Degradation in Enlightenment France

Female Sexuality and Cultural Degradation in Enlightenment France by Mary McAlpin

The eighteenth century was a crucial time in which European society transitioned from the one-sex to two-sex model. The evolution continues to underpin contemporary notions of European sexuality and gender. Mary McAlpin explores the discourses – philosophical, medical, and literary – surrounding the presumed dangerous effects that  “hyper-civilization” could have on sexuality.

From the publisher:

In her study of eighteenth-century literature and medical treatises, Mary McAlpin takes up the widespread belief among cultural philosophers of the French Enlightenment that society was gravely endangered by the effects of hyper-civilization. McAlpin’s study explores a strong thread in this rhetoric of decline: the belief that premature puberty in young urban girls, supposedly brought on by their exposure to lascivious images, titillating novels, and lewd conversations, was the source of an increasing moral and physical degeneration. In how-to hygiene books intended for parents, the medical community declared that the only cure for this obviously involuntary departure from the « natural » path of sexual development was the increased surveillance of young girls. As these treatises by vitalist and vitalist-inspired physiologists became increasingly common in the 1760s, McAlpin shows, so, too, did the presence of young, vulnerable, and virginal heroines in the era’s novels. Analyzing novels by, among others, Jean-Jacques Rousseau, Denis Diderot, and Choderlos de Laclos, she offers physiologically based readings of many of the period’s most famous heroines within the context of an eighteenth-century discourse on women and heterosexual desire that broke with earlier periods in recasting female and male desire as qualitatively distinct. Her study persuasively argues that the Western view of women’s sexuality as a mysterious, nebulous force–Freud’s « dark continent »–has its secular origins in the mid-eighteenth century.

Contents: Introduction: daughters of Eve; Puberty and the splitting of the single sex; Women as bellwethers of cultural degradation; Julie d’Etange, or sexuality and the virtuous heroine; The Marquise de Merteuil, or sexuality in the state of nature; Marie-Jeanne Roland, or sexuality and the republic of virtue; Conclusion: Sade’s way; Works cited; Index.

About the Author: Mary McAlpin is Associate Professor of French at the University of Tennessee, USA.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Lectures d’été

Du temps pour la lecture et l’évasion, quelques suggestions pour prolonger notre réflexion sur les rapports sociaux et la domination, les identités de genre et de classe et l’émancipation…

Polars et féminisme

  • Amanda Cross, Ruth Rendell, Dorothy Sayers…. Quelques suggestions de lectures en lien avec la féminisation du polar et le polar féministe à découvrir dans l’article d’Ilana Löwy « Féminisme et roman policier« .

Auto-analyses, genre, sexe et classes populaires

  • Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Champs, 2009, voir notre billet. Et pour prolonger l’auto-analyse de l’auteur, Retour sur Retour à Reims, paru dernièrement aux éditions Cartouche.  L’auteur s’y explique sur les enjeux intellectuels et politiques de Retour à Reims : les classes et les identités, le vote des milieux populaires, le rôle du système scolaire dans la reproduction sociale, etc. Il réinscrit sa démarche dans l’ensemble de son œuvre, notamment Réflexions sur la question gayUne morale du minoritaire, ou encore Echapper à la psychanalyse
  • Martine Sonnet, Atelier 62, Le Temps qu’il fait, 2008. Travail historien et littéraire à la fois, ce livre est une enquête sur le père de Martine Sonnet, artisan-forgeron normand devenu ouvrier des forges chez Renault à Billancourt. Historienne des femmes, du travail, Martine Sonnet s’éloigne de l’exercice (auto)biographique pour saisir au quotidien l’expérience du travail ouvrier, en même temps que les transformations intimes et sociales qui affectent une famille tout juste sortie de la campagne. On peut retrouver l’actualité du groupe femme et travail surhttp://fht.hypotheses.org/2112
  • Annie Ernaux, La Place, Gallimard, 1983, réed. Folio 1986. Mentionnée à plusieurs reprises dans l’ouvrage d’Eribon, l’auteure retrace dans un style épuré la vie et la mort de son père, garçon de ferme devenu ouvrier et petit commerçant qui espérait qu’elle soit « mieux que lui » et évoque ainsi la distance de classe qui s’est construite entre eux. Elle écrit alors  » j’ai fini de mettre à jour que j’ai dû déposer au seuil du monde bourgeois et cultivé quand j’y suis entrée ». (Entretien dans Politix)
  • Dorothy Allison, Peau, éd. Baland, 1999 (1994 pour l’édition originale). Série d’essais sur la mise à nu biographique. Skin. Talking about Sex, Litterature and Class, le titre anglais est révélateur du parti pris littéraire de cette oeuvre radicale d’une militante féministe lesbienne prosexe convaincue de l’importance de sa classe sociale (elle, femme pauvre de Caroline du Sud) dans la formation de son identité sexuelle et sexuée.
  • Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal?, ed. de l’Olivier, 2012. Une biographie-fiction (« j’ai écrit une histoire avec laquelle je pouvais vivre, l’autre était trop douloureuse, je n’y aurais pas survécu. ») dans l’Angleterre proléraire des années 60-70, où littérature et identité sexuelle et rapports de classe occupent une place décisive dans ce roman d’apprentissage et d’émancipation féministe. (Recension dans le Monde des Livres)

Black feminism et récit de soi

  • Un ouvrage pionnier du Black Feminism, l’autobiographie d’Angela Davis (Angela Davis, Une Autobiographie, 1975) une des grandes figures du mouvement afro-américain et militante révolutionnaire aux Etats-Unis, offre une analyse simultanée des rapports de race et de genre dans l’Amérique « postesclavagiste » du XXe siècle. Condamnée à mort en 1972, elle sera libérée à la suite d’un très fort mouvement de mobilisation international. Elle approfondira par la suite son analyse des systèmes de domination à l’intersection du genre, du sexe, de la race et de la classe ( notamment dans Femmes, race et classe, Paris, Des Femmes, 2007 (1reéd. : 1981)).

Des romans pour restituer la parole des ouvrières

  • Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, 2008. Après la fermeture de Roussel-Uclaf, à Romainville, l’auteur réalise soixante entretiens auprès d’ancien-ne-s salarié-e-s sur leurs parcours à l’usine depuis 1967. Ainsi, il crée, à partir des propos rapportés par chacun d’entre eux des personnages de fiction. Pour plus d’informations: http://www.nonfiction.fr/article-1368-plus_belle_la_vie_dusine.htm
  • Francois Bon, Daewoo, Livre de poche, 2006. Daewoo, c’est le nom d’une usine, d’une pièce de théâtre et d’un roman. François Bon, entre enquête et fiction, part à la rencontre des anciennes ouvrières de Daewoo, intercalant dans son récit des extraits de la pièce de théâtre. Il évoque leur vie à et hors l’usine, la reconversion, les p’tits boulots, pour « Refuser. Faire face à l’effacement même »: http://www.espacestemps.net/document1637.html
  • Franck Magloire, Ouvrière, Editions de l’Aube, 2004. Après la fermeture de Moulinex, Franck Magloire demande à sa mère, ancienne ouvrière, de lui parler, de lui raconter, sa vie, son travail à l’usine. Dans une sorte de monologue, elle se prend au jeu et transmet à son fils, une histoire, une mémoire.

A Dystopian Classic

  • Angela Carter, The Passion of New Eve, Virago Modern Classics, 1992,(originally published in 1977). Carter’s novel portrays the physical, psychological, and cultural transformation of a man named Evelyn into a woman against the backdrop of an unstable dystopia. This raw world is spun partly from Carter’s vivid imagination and, more tellingly, from the underbelly of gendered norms naturalized in modern society. Carter’s romp through Evelyn’s self-discovery is unsettling, commanding, and thought-provoking. It is a fictional tour de force as a microstudy of modern subjectivity, agency, subversion, and power relations. A review from 2003:  http://trashotron.com/agony/reviews/2003/carter-passion_of_new_eve.htm.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro de Savoir/Agir, « Couples, sexualités, vie privée/vie publique »

La problématique du dossier Couples, sexualités, vie privée/vie publique s’inscrit dans les recherches actuelles sur la sexualité : pratiques, représentations, normes et rapports de genre, sur l’évolution des comportements en France et en Europe, sur les représentations et les théories de la sexualité.

Dans le sillage des problématiques du séminaires Genre et classes populaires on soulignera également dans ce numéro, l’entretien avec Margaret Maruani: « Travail, genre, deux fils rouges pour décrypter le réel ».

http://www.atheles.org/editionsducroquant/revuesavoiragir/revuesavoiragirn20/

Sommaire

Dossier
Couples, sexualités, vie privée/vie publique
Frédéric Lebaron, Louis Weber

Trajectoires sexuelles, représentations sexuelles
Nathalie Bajos, Michel Bozon

De la nature des petits arrangements entre les sexes
Odile Fillod

Politique familiale et politique de la sexualité ne font pas bon ménage
Virginie De Luca Barrusse

Élever un enfant un week-end sur deux
Aurélie Fillod-Chabaud

Théories du genre et théorie du droit
Stéphanie Hennette-Vauchez, Charlotte Girard

Régulation de la vie privée dans le contrat social en Islande et en Suède
Marie Digoix, Nathalie Le Bouteillec

Transgenre et transsexualité dans la littérature marocaine de langue française
Jean Zaganiaris

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website