Archives du mot-clé santé

Au-delà de la définition formulée par l’OMS en 1975, qu’est-ce que la « santé sexuelle » et comment est-elle produite du point de vue du genre ? Ce numéro entièrement consacré à la jeune recherche analyse la manière dont les institutions, dispositifs et pratiques véhiculent des injonctions à une « bonne santé » et à une « bonne sexualité ». Comment les patient∙e∙s le vivent-ils/elles ? En quoi cela participe-t-il de la construction d’une clinique genrée ?


Sommaire
Adeline Adam, Karine Duplan, Fanny Gallot, Lola Gonzalez-Quijano, Guillaume Roucoux, Marie-Sherley Valzema

Page 5 à 14

Le sexe sous contrôle médical

Introduction

Page 15 à 37

Avortement et norme procréative de la dernière génération soviétique en Russie

Page 39 à 60

Contrôler et contraindre : la planification médicalisée des femmes indigènes au Guatemala

Page 61 à 78

De la protection de la Nation à la protection des femmes : genèse de la criminalisation du VIH en France

Page 81 à 99

Vivre avec un corps asymétrique. Mastectomie, résistances et réappropriation

Page 101 à 122

Le genre de la contraception : représentations et pratiques des prescripteurs en France et en Angleterre

Page 123 à 144

La fièvre de lait et les maladies lactées. Des maladies genrées au XVIIIe siècle

Page 145 à 168

Qualité de vie et fertilité dans les études de suivi des personnes intersexuées
Hors-champ

Page 169 à 192

Des corps politisés : trajectoires et représentations de ‘gouines’

Page 193 à 212

La transphobie en France : insuffisance du droit et expériences de discrimination

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

14 février 2013 « Le genre du mal être au travail »

« Le genre du mal être au travail »
Séminaire CRESPPA Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris
UMR du CNRS 7217
Les séances auront lieu
59 rue Pouchet 75017 Paris métro Guy Môquet, bus 66
Organisation et renseignements : Régine Bercot :reginebercot@gmail.com
Comité scientifique : Régine Bercot, Julien Choquet, Florence Chappert, Anne-Sophie Cousteaux, Anne Jacquelin, Danièle Linhart,  Arnaud Mias, Michèle Paiva,  Danièle Kergoat
Présentation :
   En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.
 Séance 5 – Jeudi 14 février 2013, 14h-18h. Salle 159, Invisibilisation des liens de causalité entre santé et travail.
NATHALIE FRIGUL, Maitre de conférence, Université de Picardie, CURAPP.
MICHELLE PAIVA, Doctorante, Université Paris 10, CRESPPA-GTM
HELENE BRETIN, Maitre de conférence, Université, Paris 13, IRIS.
L’analyse des liens entre santé et travail ne relève pas seulement de la stricte causalité. Elle passe  aussi par la mise à jour des articulations souvent complexes entre des formes de dégradation de la santé et des processus de marginalisation progressive sur le marché du travail et de l’emploi.
Femmes de ménage exposées à des substances qui s’avèreront toxiques des années plus tard, ouvrièr(e)s exposées aux restructurations et à leurs effets… Travailleuses précaires de la distribution et des services à la personne… En bout de course, chômeuses de longue durée, pour lesquelles les expériences passées du travail et de l’emploi, les atteintes à la santé qui y sont liées sont déniées.
A partir de biographies professionnelles, il s’agira de voir comment se construit l’invisibilisation des liens travail-santé, sur quels ressorts de la division sexuée du travail elle s’appuie et dans quelles temporalités – professionnelles, familiales, institutionnelles – elle s’inscrit et s’exprime.
Séances suivantes :
http://www.gtm.cnrs.fr/Seminaires/presentation%20seminaires.htm

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website