Archives du mot-clé race

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Daryl Hafter and Nina Kushner, Women and Work in Eighteenth-Century France

Les femmes au travail, une question de genre, de classe et de race.

Daryl M. Hafter and Nina Kushner (éd.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Louisiana State University Press, 2015

In the eighteenth century, French women were active in a wide range of employments from printmaking to running wholesale businesses although social and legal structures frequently limited their capacity to work independently. The contributors to Women and Work in Eighteenth-Century France reveal how women at all levels of society negotiated these structures with determination and ingenuity in order to provide for themselves and their families.

Recent historiography on women and work in eighteenth-century France has focused on the model of the family economy, in which women’s work existed as part of the communal effort to keep the family afloat, usually in support of the patriarch’s occupation. The ten essays in this volume offer case studies that complicate the conventional model: wives of ship captains managed family businesses in their husbands extended absences; high-end prostitutes managed their own households; female weavers, tailors, and merchants increasingly appeared on eighteenth-century tax rolls and guild membership lists; and female members of the nobility possessed and wielded the same legal power as their male counterparts.

Examining female workers within and outside of the context of family, Women and Work in Eighteenth-Century France challenges current scholarly assumptions about gender and labor. This stimulating and important collection of essays broadens our understanding of the diversity, vitality, and crucial importance of women s work in the eighteenth-century economy.

Table of Contents:

Nina Kushner and Daryl M. Hafter, “Introduction”

Rafe Blaufarb, “The Phenomenon of Female Lordship”

Nancy Locklin, “Women and Work Identity”

Nina Kushner, “The Business of Being Kept: Elite Prostitution as Work”

Jacob D. Melish, “The Power of Wives: Managing Money and Men in the Family Businesses of Old Regime France”

Cynthia M. Truant, “Many Exceptional Women: Female Artists in Old Regime Paris”

Jane McLeod, “Printer Widows and the State in Eighteenth-Century France”

Jennifer L. Palmer, “Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce”

James B. Collins, “Women and the Birth of Modern Consumer Capitalism”

Daryl M. Hafter, “French Industrial Growth in Women’s Hands”

Judith A. DeGroat, “Women in the Paris Manufacturing Trades at the end of the Long Eighteenth Century”

Bonnie G. Smith, “Afterwards”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Sociétés contemporaines

Sociétés contemporaines

N° 94, 2014/2

Genre et nation : Approches sociologiques

Amélie Le Renard, Elisabeth Marteu (dir.)

Dans différents contextes, le genre se trouve aujourd’hui placé au centre de la promotion des identités nationales dites démocratiques, libérales et/ou progressistes. Un dossier pour comprendre comment ces reconfigurations s’opèrent à travers l’étude de trois univers professionnels et/ou associatifs articulant dans leur hiérarchie les notions de genre, de classe, de race (un centre de rétention pour étrangers en Allemagne, une entreprise multinationale implantée en Arabie Saoudite et une ONG œuvrant pour l’égalité hommes-femmes au Tadjikistan) afin de mettre en lumière la manière dont les questions de genre peuvent être un enjeu de pouvoir et de légitimation non seulement à l’échelle nationale mais également internationale.

Sommaire 

Amélie Le Renard, Élisabeth Marteu: « Introduction »

Mathilde Darley, « Les coulisses de la nation. Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière »

Amélie Le Renard, « « On n’est pas formatés comme ça en Occident ». Masculinités en compétition, normes de genre et hiérarchies entre nationalités dans une multinationale du Golfe »

Lucia Direnberger, »Genre, religion et nation au sein des ONG de prévention de violence domestique au Tadjikistan »

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Joan W. Scott ou l’histoire critique des inégalités

Clyde Plumauzille, « Joan W. Scott ou l’histoire critique des inégalités », La Vie des idées, 17 juin 2014.

Source: Culture on the Edge. Studies on Identity Formation, http://edge.ua.edu/russell-mccutcheon/the-evidence-of-experience/

« Depuis plus de trente ans, Joan Scott informe et transforme notre histoire comme notre façon de faire de l’histoire et nous oblige à repenser nos catégories, à déplacer notre regard. De la lutte des classes à la différence des sexes en passant par l’émancipation sexuelle et la question raciale, elle propose une analyse critique des rhétoriques républicaines pour déjouer les formes naturalisées de l’inégalité. »

A l’heure de l’offensive contre ladite « théorie du genre », retour sur un parcours épitstémologique salutaire.

http://www.laviedesidees.fr/Joan-W-Scott-ou-l-histoire.html

 

Voir également

« History Trouble, Entretien avec Joan Scott »Vacarmes, 2014.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Sirma Bilge, repolitiser l’intersectionnalité

Dans un article récent intitulé « Intersectionality Undone; Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Sirma Bilge, professeure de sociologie à l’université de Montréal se livre à une critique profonde et argumentée de la dépolitisation du concept d’intersectionnalité dans son utilisation universitaire et particulièrement dans le champs des études féministes. Elle commence par rappeler les origines de ce concept en insistant sur le fait que pour Kimberlé Krenshaw, l’intersectionnalité est profondément ancrée dans l’action et dans l’expérience de la domination, plus que dans l’abstraction théorique. Elle pointe ensuite la centralité de la question raciale dans cette notion. Sirma Bilge détaille ensuite les deux voies de la dépolitisation actuelle : d’une part, sa redéfinition dans une perspective néo-libérale comme une simple variante de la diversité, d’autre part le « blanchissement » de la notion (« the whitening of intersectionnality »). Cette seconde critique vise particulièrement les féministes européennes et leur tendance à expulser la race des débats autour de l’intersectionnalité que ce soit en inventant de nouvelles généalogies qui oblitèrent le rôle des féministes noires, ou en appelant à une plus grande théorisation ce qui relègue les individu-e-s subissant la domination et la décrivant au rôle d’exemples. Un passage au crible de cette notion et de ses dérives virulent et à coup sûr salutaire pour que l’intersectionnalité garde son potentiel critique et ne devienne pas un outil commode aux mains des dominant-e-s.

Résumé

This article identifies a set of power relations within contemporary feminist academic debates on intersectionality that work to “depoliticizing intersectionality,” neutralizing the critical potential of intersectionality for social justice-oriented change. At a time when intersectionality has received unprecedented international acclaim within feminist academic circles, a specifically disciplinary academic feminism in tune with the neoliberal knowledge economy engages in argumentative practices that reframe and undermine it. This article analyzes several specific trends in debate that neutralize the political potential of intersectionality, such as confining intersectionality to an academic exercise of metatheoretical contemplation, as well as “whitening intersectionality” through claims that intersectionality is “the brainchild of feminism ” and requires a reformulated “broader genealogy of intersectionality .”

Entretien : Joan Scott, historienne des « rapports de force dissymétriques »

 

Dans un entretien publié dans le dernier numéro de la revue Vacarme, l’historienne Joan Scott revient sur son parcours politique et universitaire, sur l’évolution de sa pensée du genre et de la classe, et plus fondamentalement de tous les « rapports de pouvoirs dissymétriques ». Joan Scott explique comment elle a été un « bébé couche rouge », élevée par des parents marxistes, avant de découvrir le féminisme dans les années 1970 : ces deux engagements politiques éclairent ses premiers travaux sur les ouvriers verriers de Carmaux d’une part, puis sur l’histoire des femmes . Sa découverte de la French Théory (Derrida et Foucault surtout) dans les années 1980, puis sa pratique de la psychanalyse dans les années 1990, la poussent à déplacer son regard et à interroger la production des catégories, dans et par le langage. Cette mise en perspective de Joan Scott donne des outils pour (re)lire son travail et penser les intersections.

 

Extraits (entretien complet de la revue Vacarme  à lire ici) :

  • Histoire ouvrière, histoire des femmes, French Theory

Mais peut-être qu’au fond, ma question a toujours été celle des rapports de force dissymétriques. Mon premier travail portait sur l’organisation sociale et politique des verriers de Carmaux à la fin du XIXe siècle. Je m’y intéressais à la prolétarisation d’un artisanat hautement qualifié, liée à la mécanisation des techniques de production. Et je l’ai décrite en termes de rapports de forces économiques et politiques : comment et pourquoi ces travailleurs ont-ils résisté aux transformations de leur travail ?

Quand la vigueur du féminisme des années 1970 m’a convaincue de la nécessité de penser l’histoire des femmes, j’ai tenté de comprendre les modalités de l’inégalité : j’ai questionné par exemple la façon dont le principe universel d’égalité des citoyens s’était accommodé de l’exclusion politique des femmes. Dans tous mes ouvrages, je m’attache ainsi à décrire la façon dont les gens qui vivent dans un rapport inégalitaire l’éprouvent, le pensent et le formulent.

En même temps, je n’ai pas toujours appréhendé cette question dans la même perspective. J’ai commencé par raisonner en termes d’inégalités : entre les ouvriers et les patrons, entre les femmes et les hommes, entre les gouvernants et les gouvernés. À partir du début des années 1980, j’ai été saisie par ce qu’on appelle aux États-Unis « French theory ». La lecture de Foucault, de Derrida ou d’Irigaray m’a convaincue qu’il y avait des moyens de penser autrement les questions de domination, en introduisant l’idée de différence dans ma façon d’appréhender mes objets.

[…]

En travaillant comme je le faisais sur l’histoire de la classe ouvrière, en démontrant que telle ou telle émeute ou action violente était stratégique, conduite par des intérêts cohérents et même organisés, je cherchais aussi à légitimer les mouvements de protestation sociale et les émeutes urbaines que j’observais autour de moi. Avec d’autres, je m’efforçais donc de démontrer que ces mobilisations constituaient des formes politiques légitimes et rationnelles, quoi qu’en disaient gouvernement et patrons.

Sur un plan historique cette démarche avait évidemment des conséquences. La notion d’« action collective » de Charles Tilly nous permettait de révéler toute une panoplie de comportements militants jugés infra-politiques dans les histoires officielles. Cette extension de la notion de politique a sûrement rendu possible la réévaluation du rôle des femmes comme acteurs historiques, et même l’idée que « le personnel est politique ».

  • La définition du genre selon Joan Scott et ses inflexions

La notion de genre permettait de questionner l’attribution à la biologie des rôles sociaux de sexe : comment les sujets « masculin » et « féminin » sont-ils construits ? comment opèrent les systèmes normatifs ? comment les gens parviennent-ils à s’imaginer eux-mêmes hors des normes de comportement ? et le cas échéant, quelles sont les ressources discursives spécifiques à leur disposition ? Ces questions politiques de la critique féministe devaient pouvoir s’appliquer au matériau historique. Et c’est en effet ce qui m’a conduite à saluer le genre comme « une catégorie utile d’analyse historique ».

[…] Il n’y a pas d’hommes et de femmes, de classes ou de races, hors de leurs relations et de la façon dont ces relations sont entendues. Souligner que le genre, la classe ou la race participent de l’identité d’une femme n’est pas la même chose que demander comment ces attributs sont employés pour identifier et situer la femme dans des relations spécifiques. Il faut donc questionner ce qu’« homme » et « femme » signifient dans les contextes historiques ou géographiques où nous les rencontrons, sans croire que nous savons déjà qui et ce qu’ils sont. Le langage est ainsi devenu pour moi un objet d’enquête pour comprendre la construction des sujets, des organisations sociales et des relations de pouvoir.

[…] Quand elle a émergé, c’était une notion facile à saisir : genre renvoyait à la construction sociale des rôles masculin et féminin ; sexe à l’anatomie et à la biologie. Judith Butler expliquait que c’est le genre qui construit le sexe : sans doute y a-t-il des différences biologiques, mais elles n’ont aucun sens en elles-mêmes, elles sont ouvertes à l’interprétation ; le genre est donc ce qui assigne une signification à la différence biologique. Je suis encore attachée à cette conception : c’est elle qui a permis de dénaturaliser les rôles dévolus aux femmes et aux hommes, de montrer que l’anatomie n’est pas un destin, et donc de combattre les traitements inégalitaires justifiés par la différence anatomique.

Le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes.

[…] Alors qu’est-ce que le genre ? Disons que c’est la tentative, jamais définitive, jamais aboutie, de réponse à cette question sans réponse [la différence]. Cette tentative est culturelle et historique — et c’est en cela qu’elle intéresse ma discipline : le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes, la tentative toujours manquée de stabilisation des significations de cette différence.

  • Genre et race : la question du voile en France

Peut-être y a-t-il un biais, dès lors que je travaille sur le genre. Mais j’ai souvent rencontré dans mes recherches les intersections des questions de genre et des questions de race, par exemple. Les unes et les autres sont des constructions. Je ne crois pas pouvoir être soupçonnée de négliger une différence. Dans le livre que j’ai consacré au débat français sur le voile, Politics of the Veil, le chapitre intitulé « racisme » analyse la façon dont a été construite l’idée même du musulman : j’observe dans les discours contemporains de la colonisation de l’Algérie la prégnance des métaphores du dévoilement et de la pénétration, la façon dont se superposent domination impériale et domination sexuelle. Et je reste frappée par la sexualisation du débat récent : il concerne bien sûr l’immigration, mais il vise en premier lieu les femmes, leur corps, leur exposition « ostentatoire » ! Les personnes issues de l’immigration post-coloniale subissent des discriminations du fait de la couleur de leur peau ou de leur nom ; mais on s’en prend au voile des femmes pour faire des migrants les responsables des échecs de l’intégration.

[…] On m’a dit que [ce livre] ne se vendrait pas, particulièrement si c’était écrit par une personne étrangère… C’est vrai que ses deux premiers chapitres résument, pour le public américain, une histoire que les Français connaissent très bien. Mais le dernier a certainement été perçu comme trop critique. J’y explore les différences entre les représentations du sexe et de la sexualité dans un certain imaginaire de l’islam et un certain imaginaire de « l’identité française ». Pour des musulmans, le sexe et la sexualité sont des problèmes ; il faut tout particulièrement éviter que surgissent, dans l’espace public, des troubles entre les sexes. Mais l’imaginaire français fait de la séduction — comme négociation de la différence des sexes — un caractère national, en négligeant d’ailleurs l’inégalité entre les hommes et les femmes et les rapports de pouvoir sur lesquels elle repose, puisqu’on affirme en même temps que la France est le lieu de l’égalité de genre. On l’a vu au moment de l’affaire DSK ! Il y a donc là, comme trait d’une « identité nationale », la négation que le sexe et la sexualité soient des problèmes. Les musulmanes qui portent le voile, pour des raisons qui peuvent être très différentes les unes des autres, exposent comme problème la différence des sexes et la sexualité. C’est la reconnaissance de ce problème qui est jugée inacceptable.

En France, nier que le sexe et la sexualité soient des problèmes est un trait de “l’identité nationale”.

[…] Je n’ai jamais critiqué « la France », mais des Français qui justifient des comportements racistes et discriminatoires par des idées universelles et républicaines. Je ne suis pas étonnée de voir aujourd’hui ce féminisme-là revendiqué par des partis d’extrême droite. On peut toujours me traiter de « multiculturaliste américaine », j’ai appris de mon expérience américaine à débusquer le racisme et la discrimination.

 

 

Prochaine séance : « La rue » avec Valentin Chémery le 20 février

Pour la cinquième séance du séminaire, nous avons le plaisir jeudi 20 février d’accueillir  Valentin Chémery (doctorant en histoire au Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et, avec lui, de nous pencher sur le regard policier porté sur les rapports sociaux et sur les rapports de genre dans l’Algérie coloniale.

Le séminaire aura lieu de 17h à 19h en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

« “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? »: prochaine séance du séminaire le 19 décembre avec la sociologue Ya-Han Chuang

Pour sa troisième séance, le séminaire « Genre et classes populaires » a le plaisir d’accueillir Ya-Han Chuang, doctorante en sociologie au GEMASS à l’Université Paris IV Sorbonne, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les lieux du travail informel (domicile et salon de manucure) :  « “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? ».

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 19 décembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Pour découvrir ses travaux:

« Problematizing « Chinatowns »: conflicts and narratives surrounding Chinese quartiers in and around Paris 2013″: http://www.gemass.fr/IMG/pdf/Chinatowns_Chuang_and_Tremon_Offprint.pdf

« Les manifestation des chinois de Belleville », http://www.laviedesidees.fr/Les-manifestations-des-chinois-de.html

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Femmes des quartiers populaires, en résistance contre les discriminations, Collectif

Femmes des quartiers populaires : en résistance contre les discriminations, Travail collectif mené par des femmes du Blanc-Mesnil et Saïd Bouamama, préfacé par Didier Mignot et Hervé Bramy, Le Temps des Cerises, 212 p.

Zouina Meddour  (chargée de mission, « lutte contre les discriminations ») et Saïd Bouamama (sociologue) sont allés à la rencontre de femmes des quartiers populaires du Blanc-Mesnil. Dans ce livre collectif, qui retrace à la première personne les trajectoires et les expériences de ces femmes âgées de 30 à 75 ans, d’origines diverses et représentatives de la population de cette ville de la Seine-Saint-Denis, s’exprime un quartier pauvre de la banlieue parisienne « raconté par un « je » pluriel d’habitantes qui en ont assez que d’autres parlent à leur place » (médiapart-femmes-des-quartiers-populaires (1)).

La notion d’empowerment est au cœur de ces présentations de soi qui veulent non seulement décrire les multiples résistances du quotidien, mais également déjouer les clichés associés aux quartiers populaires pour les transformer.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Masculinité, classe et race : Entretien avec la sociologue australienne Raewyn Connell dans Contretemps

Raewyn Connell, qui a forgé le concept de masculinité hégémonique s’est aussi intéressée par le passé aux rapports de classe (Ruling Class, Ruling Culture, 1977) et aux effets du colonialisme (Southern Theory, 2007). Elle revient sur son parcours intellectuel dans un entretien donné à Contretemps (propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros) consultable sur le site de la revue.

Elle aborde plus précisément la question de l’intersection et de la méthodologie permettant de la cerner – entretien biographique et étude de cas :

« Je crois que mes recherches sur les masculinités, les rapports de classe et la colonialité du savoir partagent un même engagement critique envers le pouvoir, les inégalités sociales, l’institutionnalisation des privilèges et la justice sociale dans son sens le plus large.

Elles partagent aussi une conscience historique (un de mes ouvrages les plus connus en Australie s’intitule d’ailleurs Class Structure in Australian History7) et, ainsi, une attention aux changements structurels et aux luttes sociales. C’est une démarche qui me paraît essentielle pour toute recherche – y compris très localisée – mue par un souci de justice sociale.

Ces agendas de recherche ont par ailleurs en commun de s’attacher à rendre compte de la texture du réel, de la matière rugueuse des processus sociaux et de l’irréductibilité des gens, de l’expérience et des institutions. Durant ces années, l’entretien biographique et l’analyse par étude de cas sont les outils que j’ai le plus mobilisés. Il s’agit d’une méthode lente, laborieuse, rétive à l’automatisation. Elle est sans équivalent pour rendre compte de la complexité des situations locales tout en prenant le pouls des dynamiques globales. Cette méthode force également les chercheur•e•s à interagir avec des personnes en chair et en os, que les routines scientifiques tendent à abstraire à travers leur lexique : « sujet », « acteur », « agent ». Ils et elles sont alors contraint•e•s à les traiter avec respect, y compris lorsque leurs pratiques sociales leurs sont détestables. Je me suis par exemple retrouvée dans cette situation lors mes entretiens avec des hommes d’affaire »

 

CONF: Angela Davis à la Sorbonne nouvelle

La vidéo est en ligne, Angela Davis y parle intersectionnalité, émancipation et bien d’autres choses encore!Elle est aussi mercredi 20 mars la rédactrice en chef exceptionnelle de l’Humanité

Conférence exceptionnelle du 19 mars 2013 à la Sorbonne Nouvelle  à l’occasion de la sortie en salles du film Free Angela and all political prisoners.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CFP: L’intersectionnalité et les pratiques sociales

Appel à contribution à retrouver sur Calenda

Revue Nouvelles pratiques sociales Vol. 26, no 2 (printemps 2014)

Nouvelles pratiques sociales journal Vol. 26, no 2 (spring 2014)

*  *  *

Publié le mardi 26 février 2013 par Elsa Zotian

RÉSUMÉ

Nous voulons dans ce dossier, faire le point sur l’intersectionnalité, ses différentes approches, et explorer le potentiel pour le renouvellement des pratiques sociales que ce soit en recherche, en enseignement, en intervention ou dans une perspective de théorisation. Pour ce faire, nous aimerions solliciter des articles qui examinent différentes questions liées aux inégalités sociales vues sous l’angle de l’intersectionnalité ainsi que des contributions qui font état d’expérimentation de pratiques d’intervention inspirées de ce cadre. En bref, nous souhaitons explorer dans ce numéro un bon nombre des usages possibles de l’intersectionnalité.

Lire la suite

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories », 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

« Comment penser le travail au croisement des catégories ?« 

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
« Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

ART: Sirma Bilge, « Repolitiser l’intersectionnalité »

Une mise au point critique de Sirma Bilge, sociologue engagée dans une importante réflexion sur les problématiques intersectionnelles des politiques contemporaines liées au genre, aux sexualités et à la race (voir notre bibliographie générale).

Article en ligne sur le site de l’Institut de recherche, d’étude et de formation sur le syndicalisme et les mouvements sociaux.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communication – RT 24 de l’AFS « Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l’altérité » – Nantes 2013

Le Ve congrès de l’Association Française de Sociologie se tiendra à l’Université de Nantes, en partenariat avec le Centre Nantais de Sociologie-CENS, du 2 au 5 septembre 2013.

Il s’organisera autour du thème: « Les Dominations ». Voir l’argumentaire ici.

Le Réseau Thématique 24 « Genre, Classe, Race. Rapports sociaux et construction de l’altérité » a lancé son appel à communication :

Le 5è Congrès de l’Association Française de Sociologie a pour thème : Les dominations. Le RT24 se réjouit de ce thème qui structure en profondeur l’activité du réseau depuis sa création. Notre appel s’appuie aussi sur les séminaires internes qui ont animé la vie du réseau depuis 2009 et au cours desquels nous avons réfléchi sur les concepts, la méthodologie et l’épistémologie de l’articulation des rapports sociaux. Enfin, notre appel entend prendre en compte la dynamique contestataire qui dénonce les rapports de domination – notamment de racisation – au sein des espaces universitaires, qu’ils soient féministes ou non, et y compris au sein du RT24.

La volonté de croiser l’analyse des dominations et une forme de réflexivité sur les dominations nous a conduit-e-s à proposer de consacrer une des sessions à la question suivante : Comment le racisme traverse-t-il les espaces universitaires en France ? Pour cette session, nous n’attendons pas tant des communications que des témoignages, des analyses, des propositions sur le problème pointé et les moyens de s’y attaquer.

Par ailleurs, pour les autres sessions, les propositions de communication devront s’inscrire dans une perspective qui tient compte de la co-formation des rapports sociaux de sexe, de classe et de race. Nous souhaitons développer la réflexion commune autour des questions suivantes : Comment la sociologie conceptualise-t-elle les diverses formes de domination (sexe, classe, race) ? Pouvons-nous analyser la complexité des diverses formes de domination avec les outils méthodologiques conventionnels ? Quels sont les apports de l’étude des rapports sociaux de sexe, classe et race à la sociologie ?

Pour ce faire, nous proposons 4 axes directeurs dans lesquels nous classerons les propositions de communications retenues. Quel que soit l’axe privilégié, nous attendons que les communications présentent les dispositifs méthodologiques mobilisés.

 

Axe 1. Travail et dominations

La domination qui s’exerce dans le travail revêt des formes multiples. Dans le cadre de cet axe, nous voudrions nous centrer sur la manière dont tant la naturalisation des compétences professionnelles dites féminines que le culturalisme sont mobilisés pour produire la division ethnique, sexuée et classée du travail productif et reproductif avec son cortège de discriminations et d’inégalités complexes.

Il s’agit non pas de décrire les inégalités et rapports de pouvoir mais d’analyser l’articulation entre les dimensions matérielles et symboliques, ces dernières présentant souvent un caractère d’évidence tant pour les employeurs que pour les salarié-es qui freinent leur dévoilement. Quels sont les modes de résistance des salarié-es à ces assignations ? Si les effets de la naturalisation ont été au cœur des travaux fondateurs du féminisme matérialiste et des recherches contemporaines sur le care, ceux du culturalisme ont été moins documentés dans les recherches féministes. Nous attendons des communications qui se focalisent sur les intrications entre ces deux dimensions – matérielle et symbolique – à partir d’une enquête de terrain, notamment dans les services marchands.

 

Axe 2. Domination, catégorisation et action collective

Depuis 6 ans, l’un des groupes de travail du RT 24 réfléchit sur les mouvements sociaux et les résistances. Pour ce Congrès, nous proposons d’orienter la réflexion dans trois directions.

1. Les rapports de domination suscitent des formes d’action collective visant à préserver ou contester les formes de domination. Par exemple, comment les rapports sociaux contribuent-ils à sélectionner les participant-e-s à une mobilisation ou encore les répertoires d’action collective (grèves, occupations, squats, manifestations, action syndicale, lobbies, recours au droit, etc.) ?

2. Les actions collectives rejouent les rapports de domination en leur sein. Par exemple, comment l’organisation du travail militant contribue-t-elle à (re)produire des frontières et hiérarchies sociales au sein d’une mobilisation ? Avec quelle conséquence sur les pratiques et trajectoires militantes ?

3. Par l’analyse des frontières sociales qui se reconfigurent dans les mobilisations, nous souhaitons approfondir la question de la catégorisation. L’action collective importe-t-elle un lexique catégoriel préexistant et/ou produit-elle, via l’actualisation des rapports de domination en son sein, un lexique catégoriel spécifique ? Quelle dialectique entre catégorisation et minorisation ? Entre catégorisation et segmentation des causes ? Entre catégorisation et résistance ?

Nous invitons ici les communications à interroger le travail sociologique de catégorisation. Comment les catégories utilisées pour donner à voir l’action des rapports sociaux sont-elles construites ? Comment déjouer les pièges de l’essentialisation ?

 

Axe 3. Homonormativité : (re)penser les normes à partir des « minorités » sexuelles

Dans une perspective critique des concepts d’hétéronormativité et d’hétérosocialité, nous souhaitons interroger ces modèles d’analyse dans le processus d’institutionnalisation des couples homosexuels qui se manifeste depuis les années 1990 à travers les revendications relatives au statut légal des couples de même sexe. Dans le contexte actuel, en France, les revendications pour le mariage (gay et lesbien) et celles relatives à la filiation sont devenues un enjeu politique qui peut être pensé à la fois comme un accès au droit pour tou-te-s selon un éthos universaliste, mais aussi comme un mouvement de normalisation à l’opposé des théories critiques des institutions selon une position revendiquée de marge en tant que pouvoir subversif.

Comment les normes hétéronormatives dominantes peuvent-elles rejoindre les normes homonormatives ? Par exemple, l’homoparentalité peut être saisie comme une injonction à la procréation qui pèse plus sur les lesbiennes que sur les gays, rejoignant ainsi l’injonction sociale à la maternité qui pèse sur toutes les femmes et soulève la question de la marchandisation des corps des femmes avec « la gestation pour autrui », l’un des modes d’homoparentalité revendiqué par certains gays. Enfin, l’homonormativité peut être saisie par l’analyse de l’injonction à la vérité sur soi (coming-out) dans une analyse croisée genre, classe, race et en lien avec l’homonationalisme qui met l’accent sur la construction de l’altérité ethnico-raciale au sein des « minorités » sexuelles.

 

Axe 4. Pratiques de la masculinité et domination

Dans la lignée des travaux féministes matérialistes ayant interrogé les hommes comme dominants, cet axe propose d’étudier les pratiques de la masculinité en tant qu’elles participent des rapports sociaux de sexe. En questionnant le renouvellement des manifestations sociales de la masculinité, il s’agit de penser l’articulation dynamique des structures matérielles d’oppression et des formations identitaires. Cette perspective liant les structures aux pratiques ouvre la voie à une convergence des approches matérialistes et des théories poststructuralistes dites postféministes. Si, dans un contexte de backlash antiféministe, l’étude de la masculinité requiert de placer au centre de l’analyse la question de la domination, il nous apparaît nécessaire de concilier celle-ci avec celle des masculinités subalternes et de leurs expressions sociales. Des subcultures sexuelles ayant vu émerger des masculinités féminines ou trans aux masculinités populaires et/ou racisées, quelles relations ces formes subalternes entretiennent-elles avec la « masculinité hégémonique » ? Quels types d’agencement des rapports sociaux de genre, classe, race soutiennent ces pratiques de la masculinité ? Quelles relations de dépendance ou d’autonomie ont-elles à l’égard du modèle hégémonique et de la domination ? Enfin, ces masculinités subalternes sont-elles à même de mettre à jour les mécanismes ordinaires de la domination masculine ?

 

Le RT24 tient à rappeler que la participation au Congrès suppose des frais d’inscription et d’adhésion à l’Association Française de Sociologie.

Les propositions de communication de 3000/4000 signes (bibliographie comprise)

sont à adresser d’ici le 15 janvier 2013 à l’adresse suivante :

rtgcr.afs@inv.univ-rouen.fr