Archives du mot-clé prostitution

Table ronde: Prostitutions. Expressions, transactions, figurations, Orsay, 3 décembre

Prostitutions : expressions, transactions, figurations

positif
Anonyme, Etudes de nu, femme assise bras croisés© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

A l’occasion de la parution de Prostitutions. Des représentations aveuglantes, les auteurs de cet ouvrage au format original, à mi-chemin entre livre et magazine, dialogueront autour des prostitutions. Cette table ronde est placée sous le signe de la pluralité des disciplines, des discours et des sensibilités.

Avec la participation de :
Marie Robert, conservateur, musée d’Orsay
Daniel Grojnowski, professeur émérite en littérature, université Paris-Diderot-Paris VII
Yagos Koliopanos, doctorant en sociologie
Laurie Laufer, psychanalyste
Clyde Plumauzille, chercheuse en histoire

Modération : Isolde Pludermacher, conservateur, musée d’Orsay, Gabrielle Houbre, maîtresse de conférences, université Paris-Diderot-Paris-VII ; université Sorbonne-Paris-Cité

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Annulation de la séance du jeudi 22 janvier avec Catherine Négroni

Malheureusement, Catherine Négroni doit annuler son intervention dans notre séminaire ce jeudi 22 janvier.

Nous nous retrouvons donc le 12 février à 17h pour une séance autour des sportifs avec Manuel Schotté et Nicolas Damont (voir programme).

 

Pour la deuxième séance du séminaire Genre et Classes Populaires sur le thème “routine-s”, nous avons le plaisir de recevoir Catherine Négroni qui viendra nous parler du quotidien du travail prostitutionnel.

Jeudi 22 janvier : Les prostituées (17h-19h)

Catherine Négroni (sociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, Université Lille 1/CNRS)

« Vivre au quotidien le travail prostitutionnel : parcours de prostituées, transsexuelles, migrantes »

 

Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.

Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Voir  le programme du séminaire 2014/2015 sur le thème “Routine-s” ici: http://gcp.hypotheses.org/1983

 

Catherine Négroni: http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article180

Négroni Catherine, Cardon P., 2013, « Enfance, famille et intervention publique : au prisme du parcours biographique », Recherches familiales, n° 10, p. 70-74

Négroni Catherine, 2013, « Parcours migratoires de prostituées équatoriennes transsexuelles », Migrations et Sociétés, vol. 25, n° 145, janvier-février, p. 153-166

Négroni Catherine, 2013, « Réflexivité et accompagnement des parcours de formation en reconversion professionnelle à l’université », in « Formation et réflexivité : les pratiques relationnelles et la question technique », La revue Les sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle, numéro coordonné par Philippe Mazereau et Béatrice Savarieau, vol. 46, p. 21-40

Négroni Catherine, 2013, « La latence, concept clé des bifurcations professionnelles : approcher la prise de décision à travers une analyse du récit et du statut de la parole des individus », in Ch. Niewiadomski et Ch. Delory Momberger (dir.), Territoires contemporains de la recherche bio-graphique, Teraedre, p.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l’University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j’analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française – et une grande partie de l’Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Lecture: Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Le jeudi 20 février 2014, l’Institut du Genre et le Columbia Global Center de Reid Hall organisent une rencontre-débat de 18h30 à 20h30  autour de l’ouvrage Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler de Frédéric Regard (dir.), professeur de littérature anglaise (Université Paris-Sorbonne, Paris 4) avec la participation de Michel Prum, professeur de civilisation britannique (Université Paris 7) et d’Anne-E. Berger, professeure de littérature française et d’études de genre (Université Paris 8).

Introduction à la vie et à l’oeuvre de l’Anglaise Josephine Butler (1828-1906), qui « précipita une révolution du regard porté sur la prostitution à l’époque victorienne » (4e de couverture), cet ouvrage coordonné sous la direction de Frédéric Regard revient sur une figure complexe de l’abolitionnisme et paradoxalement méconnue de l’historiographie de la prostitution. Quatre parties divisent ce recueil,  allant de la biographie de cette femme issue de la grande bourgeoisie progressiste à l’édition d’un nombre important de ses textes en passant par un essai critique sur son engagement abolitionniste et son rapport au féminisme de l’ère victorienne.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage, Lilian Mathieu évoque à son propos la notion d' »entrepreneur de moral » d’Howard Becker:

« Elle aussi s’est montrée « fervent[e] et vertueu[se], souvent même imbu[e] de sa vertu », « inspiré[e] d’une éthique intransigeante » après avoir découvert une réalité qui lui a paru « mauvais[e] sans réserve ni nuances » et « tous les moyens lui [ont] sembl[é] justifiés pour l’éliminer ». Elle aussi a consacré sa vie à « une croisade pour la réforme des mœurs » parce qu’elle estimait qu’il subsistait dans la société anglaise de son époque une « forme de mal qui [la] choqu[ait] profondément » et que « le monde ne [pouvait] être en ordre tant que des normes n’aur[aient] pas été instaurées pour l’amender ». Ce mal, ce fut la réglementation de la prostitution, progressivement instaurée en Angleterre à partir de 1864, et pour l’abolition de laquelle elle se fit une propagandiste exaltée, n’hésitant pas à braver les restrictions imposées par la morale victorienne à l’expression politique des femmes. »

L’ouvrage permet ainsi d’interroger les ambiguïtés et les ambivalences du féminisme victorien aux origines du courant abolitionniste, et ce, « spécialement dans son abord des questions sexuelles et des rapports de classe, ainsi que dans son inspiration (imprégnation, vaudrait-il mieux dire, dans le cas de J. Butler) religieuse » souligne Lilian Mathieu.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Karine Lambert « Itinéraires féminins de la déviance »

Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance. Provence 1750-1850

 PU de Provence, 312 p., 21 euros. ISBN : 978-2-85399-825-3

Afin de dépasser la dichotomie traditionnelle entre la femme, éternelle mineure, soumise au pouvoir arbitraire et tyrannique de l’homme et la femme rebelle, nous avons isolé plusieurs parcours féminins au sein des archives judiciaires provençales de 1750 à 1850. Au-delà des actes criminels, et des attitudes déviantes, leurs paroles révèlent leur capacité de résistance, certes parfois ténue, à une gestionnormative de leur corps et de leurs identités. De la rue à l’espace domestique, ces femmes tentent d’imprimer leurs désirs, leurs volontés dans leurs rapports aux hommes, aux autres. Les stratégies mises en lumière lors de la procédure judiciaire établissent des brèches dans un rituel social normatif. Ces femmes de peu se jouent des représentations de genre pour s’affirmer sous les regards de leur parenté, de leur communauté d’appartenance et face aux jugements des autorités judiciaires. Leurs discours montrent comment elles rusent avec les assignations et les rôles sociaux de sexe. Elles s’expriment dans la violence et le sang, mais également par le Verbe, indice de leur souffrance et de leur refus du mode habituel du «  vivre-ensemble  ». Jugées contestataires, elles ne défendent parfois que leur intégrité physique des attentats de la misère, du mépris, de la brutalité. Mais pour tous, leur culpabilité reste intrinsèquement liée à leur sexe. Derrière le caractère exceptionnel de leurs crimes se livrent par bribes le quotidien des rapports entre les sexes ainsi qu’une sociabilité pétrie de tensions et de tentatives d’apaisement, de sentiments amoureux et de déchirures affectives.

http://gsite.univ-provence.fr/document.php?pagendx=1480

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« Les travailleuses du sexe peuvent-elles penser leur émancipation ? »

« Morgane Merteuil et Damien Simonin s’attachent ici à déconstruire les discours abolitionnistes sur la prostitution, en interrogant leurs effets sur la vie des principales concernées : les travailleuses du sexe. Non seulement la prostitution ne peut être appréhendée sous le prisme de la seule violence faite aux femmes, mais il est temps d’entendre la voix de celles et ceux qui se mobilisent pour reconnaître leurs droits à la libre disposition de leur corps. Se pose donc ici la question de savoir comment émanciper la prostitution du discours abolitionniste ». 

A découvrir dans la revue Contretemps!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Amy Stanley « Selling Women: Prostitution, Markets, and the Household in Early Modern Japan »

Loin de la machine à fantasmes des geischas, cet ouvrage traite de la prostitution « ordinaire » des japonaises au XIXe siècle et définit cette dernière comme une forme d’activité économique rémunérée participant de la division de classe et de la division sexuée du travail dans l’économie japonaise.

L’auteure s’intéresse plus particulièrement à la question des mobilités géographiques et économiques qui articulent le travail sexuel, ses enjeux et ses effets sur les rapports de classe et de genre de la société japonaise.

Pour feuilleter les premières pages.

Pour un premier compte-rendu sur cet ouvrage.

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Mise à jour de la Bibliographie « Prostitution »

Grisélidis Réal

 En lien avec la dernière séance de notre séminaire, une suggestion actualisée de titres à découvrir ici en histoire, sociologie et anthropologie de la prostitution.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La Bibliographie « Prostitution » est en ligne

En lien avec la dernière séance de notre séminaire, une suggestion de titres à découvrir ici en histoire, sociologie et anthropologie de la prostitution.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro d’Actuel Marx, Néolibéralisme

 

Actuel Marx, Néolibéralisme: Rebond/Rechute, 2012/1 (n° 51), 216 pages.

On recommande notamment autour du genre et des catégories de la différence, les articles de Michelle Zancarini-Fournel, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies« , et de Lilian Mathieu, « Appuis normatifs et compétences pour l’émancipation : l’exemple des revendications des prostituées« .

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website