Archives du mot-clé militantisme

L’entre-soi masculin en politique, ce soir au Lieu-Dit, Paris XXe

L’entre-soi masculin en politique 

Soirée-débat, 25 novembre 2014, 19h au Lieu-Dit, Paris XXe. 

 

 



A l’occasion de la parution de son numéro 204 et de la journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes, la revue Actes de la recherche en sciences sociales vous invite à un débat sur l’entre-soi masculin en politique.



Deux femmes qui s’affrontent aux élections municipales de Paris en 2014, une loi sur la parité qui a permis d’assurer un même nombre d’élus et d’élues dans certaines assemblées : la domination traditionnelle des hommes dans le champ politique semble ébranlée.


Le travail proposé par les sociologues Catherine Achin et Sandrine Levêque montre qu’il n’en est rien, et que les hommes parviennent à maintenir un entre-soi excluant dans les coulisses du pouvoir.


Deux militantes féministes, Sarah Benichou et Celine Mouzon, viendront débattre de l’intérêt et des limites de la parité pour combattre le sexisme en politique. Leurs analyses montreront que, loin de se cantonner aux sphères institutionnelles, la question de l’entre-soi masculin concerne aussi les groupes et les organisations qui se déclarent les plus progressistes, radicales et même révolutionnaires.


Le débat aura lieu au bar

le Lieu-dit le 25 novembre 2014, 19h. www.le <http://www.lelieudit.com/

Intervenantes : Catherine Achin, Sandrine Lévêque, sociologues ; Sarah Benichou, Celine Mouzon, militantes. Modération : Sylvie Tissot.

 
Voir le sommaire du numéro : http://www.arss.fr/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Espaces réflexifs, « Attention, Gender »

Carnet de recherche, Espaces réflexifs constitue le support d’une écriture collective sur le thème de la réflexivité, dans les pratiques de recherche et d’enseignement. Chaque mois, un chercheur prend en charge la « direction » de la publication et présente ses problématiques réflexives.

Ce mois de juillet, Anne-Charlotte Husson, chercheuse à Lyon et animatrice de l’excellent blog Ca fait genre! prend ses quartiers dans la « Villa réflexive ». Dans un premier billet, elle revient sur la controverse autour du « Gender » puis, dans les suivants, évoque le rapport entre militantisme et recherche, la difficulté de mener des recherches sur les réalités liées au genre, des questions linguistique, etc. A lire avec plaisir.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire le 3 avril : « la rue » avec Ophélie Rillon et Lucile Ruault

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes populaires nous avons le plaisir d’accueillir  Ophélie Rillon (Docteure en histoire contemporaine, Paris I, son séminaire à l’EHESS: Dynamiques de genre en Afrique ) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) » et Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Lille II, son groupe de travail « Genre, normes procréatives et périnatalité« ) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ». Entre histoire et sciences politiques, une séance sur le monde contemporain où les femmes occupent la rue !

 La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 3 avril de 17h à 20h (nouvelle heure, n’oubliez pas). C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés: Genre, féminisme et syndicalisme

Travail, genre et sociétés, 2013/2 (n° 30), (retrouvez le sommaire sur cairn)
Ce dossier entend se saisir « de la problématique genre pour analyser les transformations du syndicalisme et ses perspectives de renouveau » (Cécile Guillaume, « Présentation du dossier », p.29). Il aborde plus spécifiquement « trois dimensions étroitement liées entre elles »:
– les mesures en faveur d’une meilleure « démocratie de genre » en interne des syndicats
– les actions menées par les syndicats pour défendre les intérêt des salarié-e-s
– les stratégies de syndicalisation en direction des femmes
A partir d’enquêtes inédites sur les stratégies syndicales en faveur de la représentation des femmes et de leurs intérêts dans différents contextes nationaux, il s’agit de questionner, par une approche comparative, la division sexuée du travail militant, les relations entre syndicalisme et féminisme ou encore les difficultés au quotidien éprouvées par les femmes de l’exercice d’une activité militante ou syndicale.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Table ronde avec Nancy Fraser, « Le Féminisme en mouvements », 18 février

« Le Féminisme en mouvements »
Table ronde autour du livre Le Féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale (La Découverte) soutenu par l’Institut du Genre


   Lundi 18 février, à 18h30
Fondation Calouste Gulbenkian | 39, bd de la Tour-Maubourg | Paris 7e
En présence de l’auteur, Nancy Fraser (New School for Social Research in New York/Collège d’études mondiales), Clémentine Autain, Sandra Laugier (université Paris 1), Anne Berger (université Paris 8), Elsa Dorlin (université Paris 8), Yves Sintomer (Université Paris 8) et Estelle Ferrarese (traductrice du livre).
Présentation :
   Autour de l’ouvrage de Nancy Fraser, Le Féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, octobre 2012.
Vue d’aujourd’hui, l’histoire du féminisme américain depuis les années 1960 apparaît comme un drame en trois actes. Dans un premier temps, le mouvement de libération des femmes naît comme une force insurrectionnelle visant à faire voler en éclats une politique technicisée et un imaginaire social-démocrate qui avait occulté l’injustice de genre. Ensuite, alors que les énergies utopiques commencent à s’épuiser, le féminisme est aspiré par la politique de l’identité. Ses élans transformateurs se trouvent canalisés vers un nouvel imaginaire politique qui place « la différence » au premier plan. Passant de la redistribution à la reconnaissance, le mouvement déplace son attention vers la politique culturelle au moment où un néolibéralisme naissant déclare la guerre à l’égalité sociale.
Enfin, depuis que le néolibéralisme est entré en crise, les conditions semblent réunies pour voir un féminisme revigoré rejoindre d’autres forces d’émancipation cherchant à assujettir des marchés déchaînés à un contrôle démocratique. Ainsi, le mouvement pourrait récupérer son esprit insurrectionnel tout en approfondissant les idées qui le caractérisent : sa critique structurelle de l’androcentrisme inhérent au capitalisme, son analyse systémique de la domination masculine et ses propositions d’amendements, informées par le genre, de la démocratie et de la justice.
Écrits entre 1984 et 2010, les articles qui composent ce livre donnent à lire la trajectoire théorique et politique d’une théoricienne féministe majeure de notre temps.
 Contact :
delavergne@msh-paris.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website