Archives du mot-clé médecine

Au-delà de la définition formulée par l’OMS en 1975, qu’est-ce que la « santé sexuelle » et comment est-elle produite du point de vue du genre ? Ce numéro entièrement consacré à la jeune recherche analyse la manière dont les institutions, dispositifs et pratiques véhiculent des injonctions à une « bonne santé » et à une « bonne sexualité ». Comment les patient∙e∙s le vivent-ils/elles ? En quoi cela participe-t-il de la construction d’une clinique genrée ?


Sommaire
Adeline Adam, Karine Duplan, Fanny Gallot, Lola Gonzalez-Quijano, Guillaume Roucoux, Marie-Sherley Valzema

Page 5 à 14

Le sexe sous contrôle médical

Introduction

Page 15 à 37

Avortement et norme procréative de la dernière génération soviétique en Russie

Page 39 à 60

Contrôler et contraindre : la planification médicalisée des femmes indigènes au Guatemala

Page 61 à 78

De la protection de la Nation à la protection des femmes : genèse de la criminalisation du VIH en France

Page 81 à 99

Vivre avec un corps asymétrique. Mastectomie, résistances et réappropriation

Page 101 à 122

Le genre de la contraception : représentations et pratiques des prescripteurs en France et en Angleterre

Page 123 à 144

La fièvre de lait et les maladies lactées. Des maladies genrées au XVIIIe siècle

Page 145 à 168

Qualité de vie et fertilité dans les études de suivi des personnes intersexuées
Hors-champ

Page 169 à 192

Des corps politisés : trajectoires et représentations de ‘gouines’

Page 193 à 212

La transphobie en France : insuffisance du droit et expériences de discrimination

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La prosopographie au féminin, prochaine séance du séminaire « La prosopographie, objets et méthodes » (ENS de Lyon)

La seconde séance du séminaire « La prosopographie, objets et méthodes » sera consacrée à la question de la prosopographie au féminin. Elle aura lieu le vendredi 28 novembre, de 14h à 17h, à l’ENS de Lyon, Parvis René Descartes, en salle F 005.
Ce séminaire est ouvert à toutes et tous. N’hésitez pas à diffuser l’information à toute personne que vous penseriez intéressée.
28 novembre 2014 (Ens de Lyon) : Les femmes
Sylvie Duval (École française de Rome), « Les moniales entre réforme religieuse et transformations sociales (1385-1461) »

Caroline Giron-Panel (Bibliothèque nationale de France), « Prosopographie des musiciennes des Ospedali de Venise (XVIIe-XVIIIe s.) »

Vincent Vilmain (GSRL UMR 8582 CNRS/EPHE), « les femmes de la faculté de médecine de Paris (1871-1914) »

Le programme complet est disponible à l’adresse suivante: http://prosopographie.hypotheses.org/116

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire le 3 avril : « la rue » avec Ophélie Rillon et Lucile Ruault

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes populaires nous avons le plaisir d’accueillir  Ophélie Rillon (Docteure en histoire contemporaine, Paris I, son séminaire à l’EHESS: Dynamiques de genre en Afrique ) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) » et Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Lille II, son groupe de travail « Genre, normes procréatives et périnatalité« ) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ». Entre histoire et sciences politiques, une séance sur le monde contemporain où les femmes occupent la rue !

 La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 3 avril de 17h à 20h (nouvelle heure, n’oubliez pas). C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).