Archives du mot-clé Mathilde Rossigneux-Méheust

Podcast séance routine en institution-Mathilde Rossigneux-Méheust

Le jeudi 14 avril 2016, nous avons eu le plaisir de recevoir Mathilde Rossigneux-Méheust (historienne, Université Paris I) pour une séance autour de la routine en institution.

Elle nous a présenté une intervention intitulée : « La mise en place de la routine dans les hospices de vieux, entre soins, soucis d’administration et volonté d’encadrement »

L’enregistrement de l’intervention est disponible ci-dessous :

> Podcast séance « Routine en institution » avec Mathilde Rossigneux-Méheust

Programme séminaire 2013/2014

Séminaire « Genre et classes populaires »

Année 2013 / 2014

Genre et classes populaires in situ

Cloud 2013-2014

 

A  la croisée de l’histoire et de  la sociologie, mais aussi de la géographie et de la science politique, le séminaire « Genre et Classes Populaires » se propose, depuis 2011, d’étudier  les rapports sociaux de sexe/de genre à l’intérieur des classes populaires. Au plus près des pratiques et des discours des acteur-e-s, il s’agit de saisir la complexité des inégalités sociales mais aussi des identités, des appropriations – individuelles et collectives – des normes sociales et de leur éventuel dépassement. Les autres catégories de la différence (race, classe d’âge, sexualité…) sont prises en compte dans ces équations toujours multiples.

Pour observer les formes prises par ces intersections, le séminaire appréhende les rapports sociaux dans des espaces délimités, in situ donc. Chaque séance est organisée autour d’un lieu précis : la rue, la maison, l’usine… Il s’agit aussi d’une réflexion méthodologique insistant sur la nécessité de travailler à partir d’archives ou d’observations des pratiques et de situer les discours des acteurs. Les catégories, toujours pensées dans des configurations socialement et historiquement construites, deviennent moins les outils que les objets de l’analyse. Après une première année majoritairement consacrée à l’espace parisien, le séminaire cherche cette année à explorer des territoires extra-urbains et/ou extra-nationaux, pour mettre nos premiers acquis à l’épreuve de la comparaison.

Les  séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

PROGRAMME (PDF)

 

Jeudi 17 octobre : Séance introductive (17-19h)

Marianne Blidon (Maîtresse de conférences en sociologie, démographie, IDUP, Paris I) : « Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) ».

 

Jeudi 28 novembre : Le camp de concentration (17-19h)

Elissa Mailänder (Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, Paris) : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre et racismes et violences (1939-1945) ».

 

Jeudi 19 décembre : Les lieux du travail informel : domicile et salon de manucure (17-19h)

Yahan Chuang (Doctorante en sociologie au GEMASS, ATER à Paris IV Sorbonne) : « “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? ».

 

Vendredi 24 janvier : L’usine (14-16h)

Mirta Lobato (Professeure et chercheuse à l’Université de Buenos Aires) : « A l’intérieur et à l’extérieur du lieu: les espaces de travail et la construction des identités dans une communauté ouvrière. Berisso dans la première moitié du XXe siècle ». (Dentro y fuera de lugar: los espacios laborales y la construcción de identidades en una comunidad obrera. Berisso en la primera mitad del siglo XX).

 

Jeudi 20 février. La rue (1) (17-19h)

Valentin Chémery (Doctorant en histoire, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris I) : « Rapports sociaux et rapports de genre en Algérie coloniale au prisme du regard policier (XIXe siècle) ».

 

Jeudi 3 avril. La rue (2) (17-20h)

Ophélie Rillon (Doctorante en histoire contemporaine, Centre d’études des mondes africains, Paris I) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) ».

Et

Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Centre d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales, Lille II) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ».

 

Jeudi 15 mai. La maison (17-19h)

Romain Huret (Maître de conférences en histoire contemporaine, Lyon II) : « Un homme dans la maison? Discriminations sociales et genrées aux Etats-Unis: le cas de la loi “man in the house” pour les femmes célibataires ».

 

Jeudi 12 juin. L’espace rural (17-20h)

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon) : « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Et

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) : « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

 

 

« In situ »: Programme du séminaire année 2012/2013

Séminaire Genre et Classes Populaires – 2012 / 2013

Genre et Classes Populaires in situ

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité…
Cette année, chaque séance sera ancrée dans un lieu (quartier, usine, rue, domicile…) comme observatoire des rapports sociaux, et des identités de genre et de classe in situ.
Les séances auront lieu le vendredi après-midi à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage), et seront composées d’un.e discutant.e et d’un ou deux intervenant.e.s. autour d’une sous- thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Programme à télécharger ICI.

26 octobre (16-18h) : In situ
Le groupe Genre et classes populaires à l’épreuve de l’espace.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : « Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation ».
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

11 janvier (16h-18h) : De l’usine au studio
Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) :  “Un espace militant hors l’usine en bassin siderurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980”

8 février (16h-18H) : Les espaces de loisirs
Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Villetaneuse (Experice) : “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

15 mars (16h-19H) : Le lycée
Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

17 mai (16h-19h) : Le domicile
Marie Cartier, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Nantes (CENS)

Et

Christelle Avril,Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Iris) : “A domicile : écarts de conditions de travail dans les métiers de service féminins peu qualifiés”.

14 juin (16h-18h) : Le quartier et les rues
Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University « Les Faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels”

 

Organisatrices du séminaire :
Fanny Gallot (Doctorante en Histoire, Université Lyon 1, LARHRA); Anaïs Albert (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Mathilde
Rossigneux-Méheust (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Clyde Plumauzille (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, IHRF EA 127); Katie Jarvis (Doctorante en Histoire, Université Wisconsin-Madison); Eve Meuret-Campfort (Doctorante en Sociologie, CENS-Centre Nantais de Sociologie Université de Nantes) ;
Anne Jusseaume (doctorante en Histoire, Centre d’Histoire de Sciences-Po).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website