Archives du mot-clé lieu

Dernier numéro de la revue Genre et Histoire: Genre et classes populaires, in situ

17 | Printemps 2016
Genre et classes populaires, in situ

Sous la direction de Anaïs Albert, Fanny Gallot, Katie Jarvis, Anne Jusseaume, Ève Meuret-Campfort, Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories »

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à COM : Les frontières au prisme du genre : ancrages du genre et genre des lieux

Dans le cadre des 10 ans de l’association EFiGiES, l’atelier Aix-Marseille organise une seconde journée d’études autour du thème « Les frontières au prisme du genre ». Cette fois, nous proposons de discuter les ancrages du genre et le genre des lieux à l’occasion d’une journée qui se déroulera le vendredi 22 novembre 2013 à Marseille (rendu des propositions de communication avant le 15 juillet)

L’appel à communication à lire ICI.

Extrait:

« Afin de poursuivre notre réflexion, nous souhaitons organiser une deuxième journée EFiGiES. Il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ? Nous souhaitons donc réunir des communications autour des thèmes suivants :

  • Comment le genre contribue-t-il à produire l’espace ? La différence de sexe participe à modeler à la fois matériellement et symboliquement l’espace. Quels sont les effets de la division sexuelle du travail sur l’aménagement des lieux ? Comment le genre soutient-il l’existence de mondes imaginés ? De quelles façons et avec quels effets certains espaces se voient-ils investis de connotations genrées ?
  • Comment l’espace modèle-t-il le genre ? L’ancrage spatial des pratiques sociales dans des lieux, des sites, des territoires, des parcours ou des trajectoires participe à la production, tangible et symbolique, d’un système binaire lié au genre. Que nous aident à penser les mécanismes de ségrégation sexuelle de l’espace ? De quelles manières les mobilités géographiques engagent-elles le genre ? Comment les enjeux géopolitiques mobilisent-ils le genre ?

Nous souhaiterions que chaque contribution insiste sur la dimension spatiale des analyses présentées, et examine la question de la (re-)production ou de la transformation du genre sur le terrain étudié. Nous sommes également intéressé-es par des interventions proposant une critique explicite du cadre esquissé ici, à partir d’autres approches théoriques. »

COLL: Le tournant spatial des études genre, 16-17 novembre 2012

La volonté de consacrer notre séminaire de cette année à la question des lieux participe d’une réflexion globale qui s’articule actuellement dans le champ des études genre et dont témoigne la tenue de ce colloque organisé par le CEDREF et soutenu par l’Institut Emilie du Châtelet, à découvrir pour faire le point sur l’état de l’art!

Le tournant spatial des études genre

Argumentaire du colloque (programme à la fin de l’article)

L’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux connaît actuellement un renouveau dans les sciences humaines et sociales, si bien que certains auteurs parlent de tournant spatial pour désigner ce nouveau regard (Warf, Arias, 2009). Ce tournant spatial se manifeste à travers un intérêt renouvelé pour les notions de lieu, d’échelle, d’espace et de territoire, ainsi que de la façon dont elles s’articulent à d’autres catégories de la recherche en sciences humaines et sociales. Les travaux sur le genre s’inscrivent dans cette tendance, qu’on pense par exemple au succès de la revue Gender, Place and Culture.
Nous proposons, au cours de ces deux journée d’études interdisciplinaires de réfléchir à l’apport de la perspective spatiale aux études de genre, à partir des thèmes suivants :

1. Intersectionnalité et situation spatiale :

Quelles sont articulations possibles entre l’étude des situations spatiales des femmes et des hommes et les autres aspects sociaux et identitaires (race, classe, sexualité…) pris en compte dans les approches de l’intersectionnalité ?

2. Catégories spatiales et catégories du genre :

Comment l’entrée par le genre permet-elle de renouveler la réflexion sur des notions géographiques comme celle de lieu, d’espace, d’échelle et de territoire ? Comment, à l’inverse, l’entrée par l’espace permet-elle de questionner certaines catégories des études sur le genre ? Les interactions entre le genre et les structures spatiales : comment des conflits genrés peuvent-ils émerger autour des questions d’appropriation spatiale et de droit à l’espace ? Dans quelle mesure les mobilisations féministes peuvent-elles contribuer à l’appropriation et à la transformation des espaces ?

3. Interactions entre genre et structures spatiales

Quelles connections y a-t-il entre les conflits de genre et les problèmes des droits spatiaux et d’appropriation spatiale? Dans quelle mesure les mobilisations féministes participent à informer et transformer les espaces?

3. Les limites de l’approche spatialiste :

L’approche spatiale se focalise souvent sur certains lieux et échelles. Le « fétichisme spatial » peut-il être un obstacle à la compréhension des inégalités et, plus généralement, des relations de genre ?

4. L’utilisation de méthodes géographiques dans les études féministes et de genre :

On entend par méthodes géographiques l’ensemble des méthodes visant à connaître et à représenter la dimension spatiale des sociétés : cartographie, suivis de trajectoires, parcours commentés….Dans quelle mesure ces méthodes peuvent-elles contribuer à la mise en évidence de cartographies du pouvoir et de pratiques spatiales de résistance ?


Programme détaillé


Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website