Archives du mot-clé intersectionnalité

Dernier numéro de la revue Genre et Histoire: Genre et classes populaires, in situ

17 | Printemps 2016
Genre et classes populaires, in situ

Sous la direction de Anaïs Albert, Fanny Gallot, Katie Jarvis, Anne Jusseaume, Ève Meuret-Campfort, Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Intersectionnalité, prochaine séance de l’atelier genre du Centre Emile Durkheim (Bordeaux)

Le jeudi 20 novembre 2014, 14h00 – 16h30, l’atelier genre du Centre Emile Durkheim aura le plaisir de recevoir A. Jaunait, maître de conférences en science politique à l’université de Poitiers pour la présentation de l’article (coécrit avec S. Chauvin) « Représenter l’intersection : les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue française de science politique, 62(1), 2012, p. 5-20.

Université de Bordeaux, Site Victoire, salle des séminaires

En préparation de la séance, quelques pistes de lecture.

A. Jaunait, S. Chauvin, « Représenter l’intersection », Revue française de science politique 1/ 2012 (Vol. 62), p. 5-20

URL : www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-1-page-5.htm.

E. Lépinard, « Doing intersectionality: Repertoires of feminist practices in France and Canada » in Gender & Society

http://gas.sagepub.com/cgi/reprint/28/6/877.pdf?ijkey=kBr5vzeCSv3q09y&keytype=finite

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dictionnaire Genre et Science politique: outil de travail d’intérêt majeur

Catherine Achin, Laure Bereni (dir.), Dictionnaire genre & science politique. Concepts, objets, problèmes, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2013, 700 p.

Sous la direction de Catherine Achin et Laure Bereni, ce dictionnaire collectif synthétise constitue un jalon important dans le développement des études de genre au sein des sciences sociales en France. Paru en pleine controverse sur la soi-disant « théorie du genre », cette publication permet un état des savoirs plus que salutaire.

L’intersectionnalité des catégories de la différence et la mise au jour de la construction mutuelle des rapports sociaux constituent un des fils rouges de ce dictionnaire qui propose un  éclairage systématique du double processus de production et de productivité politiques du genre. Le compte-rendu qu’en fait Lucas Monteil sur le site la Vie des idées est à cet égard lumineux: http://www.laviedesidees.fr/Le-genre-le-politique-et-les.html.

Difficile d’y résister.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque « Le genre de l’engagement dans les années 1968 », 5-6 juin 2014

Colloque international

« Le genre de l’engagement dans les années 1968 »

Université de Rouen, 5 et 6 juin 2014

Organisé par Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon et Fanny Gallot

genre engagement

Argumentaire : 
Depuis près de quarante ans, les travaux de sciences sociales analysant les sociétés contemporaines à la lumière du genre se sont développés et multipliés, offrant ainsi un éclairage particulièrement riche et stimulant pour la compréhension du social et du politique. Pour penser «l’arrangement des sexes» (E. Goffman), la dimension sexuée de l’organisation sociale et les tensions en découlant, le genre a en effet démontré sa pertinence critique comme catégorie d’analyse pour signifier les rapports de pouvoir entre les sexes. Forgé par des échanges disciplinaires et géographiques, le genre s’est notamment développé en France par l’intermédiaire de l’histoire des femmes. Loin de se réduire à l’étude d’un groupe, le genre a d’abord constitué un outil pour ceux – et surtout – celles qui entendaient analyser le social du point de vue des catégories de sexe historiquement construites sur le modèle de la division et de la hiérarchie, des femmes en particulier. En cela, l’histoire des femmes a contribué à un profond renouvellement historiographique, tandis que paraissent des travaux dans de nombreuses disciplines, soucieux de ne pas considérer le genre comme un cache-sexe dont on userait de manière descriptive pour désigner les femmes. La sociologie et la science politique ont ainsi produit des réflexions importantes analysant les effets du genre sur la construction du social et du social sur la (re)production des inégalités entre femmes et hommes. Au coeur de celles-ci, l’exclusion et l’inclusion du politique – dans sa définition large – apparaissent comme des zones de tension majeures, ce qu’illustrent les études sur le militantisme, les mobilisations et actions collectives. Ce colloque souhaite s’appuyer sur ces travaux mais en ancrant la réflexion dans une perspective historique. L’ambition est de saisir l’influence du genre dans les multiples formes d’engagement et de conflictualité politique, du point de vue des organisations politiques ou syndicales, des mouvements associatifs ou des collectifs militants, mais aussi des trajectoires biographiques de l’engagement. Il s’agit de déterminer dans quelle mesure le genre bouscule et reconfigure les formes de l’engagement et du militantisme. Le cadre chronologique retenu, les «années 1968» – dont il s’agit d’interroger la pertinence –, entend interroger les mobilisations politiques selon l’évolution des inégalités de genre et tout en mesurant les effets des féminismes de la première et deuxième vague sur le militantisme. Dans cette perspective, comment le genre s’articule-t-il avec les autres rapports sociaux (la classe, la race, l’âge, la sexualité) ? Quelle influence exerce-t-il sur les savoir-faire militants, les thèmes et les formes que revêtent les engagements ? Le genre intervient-il dans d’éventuelles concurrences entre objets et formes de mobilisations ?

Programme
Jeudi 5 juin
 
9H15 : Accueil
 
9H45-10H: Introduction : Ludivine Bantigny (Université de Rouen/ Centre d’histoire de Sciences Po), Fanny Bugnon (Centre Emile Durkheim IEP de Bordeaux), Fanny Gallot (LHEST-IDHE)
 
10H-12H45 : Institutions et contestations (présidence : Michelle Zancarini-Fournel, Université Lyon-I)
 
Caroline Rolland-Diamond (Université Paris-X-Nanterre), « « One Man, One Vote »: la délicate place des femmes noires américaines dans la lutte pour l’égalité et la justice au cours des longues années 1960 »
Pauline Delage (EHESS), « Briser le silence / speaking out : la double voix contre les violences faites aux femmes en France et aux Etats-Unis »
Ludivine Bantigny (Université de Rouen), « Le genre de l’événement : féminin/masculin en Mai-Juin 1968 »
Pause
Andrea Cavazzini (Université de Liège), « La contradiction introuvable. Remarques sur le féminisme et le conflit de genre dans la Séquence rouge italienne »
Felix Krawatzek (Oxford University), « De la contestation du régime du genre à l’écroulement du système politique ? Les engagements politiques des jeunes pendant la pérestroïka »
12H-12H30 Discussion
 
14H-16H30 Militantisme, organisations, émancipation (présidence : Xavier Vigna, Université de Dijon)
 
Manus McGrogan (Université de Portsmouth), « Chasser le flic viril de sa tête : mouvements de libération contre mao-spontex dans l’après-Mai »
Fanny Gallot (LHEST-IDHE), « “Révo” à l’épreuve des féminismes dans les années 1968 : entre initiatives et tensions »
Vincent Porhel (Université Lyon-I), « Femmes et militantisme : l’exemple du PSU à Lyon »
Pause
 
Ophélie Rillon (Université Paris-I), « Des mobilisations de femmes lettrées en contexte autoritaire: la « dépolitisation » comme outil d’émancipation (Les années 1968 au Mali) »
Massimo Prearo (Université de Vérone), « La construction de la mixité gay et lesbienne dans les années 1970 : espaces, territoires et lieux associatifs »
Anthony Favier (LARHRA-RÉSÉA), « Le genre du militantisme de la JOCF et ses contestations au moment du second féminisme (années 1968) ».
16H15-16H45 Discussion
 
16H45-19H Images, figurations, représentations (présidence : Jean-François Sirinelli, Centre d’histoire de Sciences Po Paris)
 
Chris Reynolds (Université de Nottingham), « Les représentations filmiques de femmes en 1968 »
Hélène Fleckinger (Université Paris-VIII), Genre, cinéma et féminisme
Julian Bourg (Boston College), « L’œil engagé : le film et le genre des années 1970 »
 
Pause
Frédéric Thomas (Dissidences/ Louvain-la-Neuve), « Des hommes à la caméra ? Représentation et reconfiguration de l’engagement au prisme du genre dans Tout va bien (1972) et Camera sutra… ou les visages pâles(1973) »
Lorraine Wiss (Université Lyon-II), « Penser les prises de paroles féministes au théâtre en période de luttes »
 
18H40-19H Discussion
 
Vendredi 6 juin
 
 
9H30-12H15 Genre, trajectoires et pratiques de l’engagement (présidence de séance : Sylvie Chaperon, Université de Toulouse-Le Mirail)
 
Alban Jacquemart (Centre d’Etudes pour l’Emploi/ Centre Maurice Halbwachs), « Genre et répertoires d’action dans les mouvements féministes des années 1968 »
Claire Blandin (Université Paris XII) et Bibia Pavard (Université Paris-II), « Des relais du féminisme dans la presse féminine ? Les journalistes de Elleet Marie Claire dans les années 1968 : genre, profession et engagement »
Julie Pagis (CNRS, CERAPS Lille-II), « Reconvertir des ressources militantes dans d’autres sphères de vie »
Pause
 
Myriam Paris (Université Paris-VIII), « Mobilisations féministes sur la frontière impériale : l’Union des Femmes de la Réunion »
Camille Masclet (Université de Lausanne/Université Paris-VIII), « Entre femmes : revisiter la non mixité comme mode d’action des féministes de la deuxième vague »
 
11H45-12H15 Discussion
 
14H-16H Genre et syndicalisme (présidence : Jean Vigreux, Université de Dijon)
 
Vanessa Monney (Université de Lausanne)« Professionnalisation du militantisme syndical en Suisse: division sexuée du travail et trajectoires de soixante-huitard.e.s »
Eve Meuret Campfort (CENS, Université de Nantes), « Comment de jeunes ouvrières nantaises deviennent militantes syndicales dans les années 1968 ? Le cas de l’usine Chantelle de Saint-Herblain »
Vincent Gay (Université d’Evry), « Etre une femme dans un syndicat d’hommes et des grèves d’ouvriers immigrés »
15H20-16H Discussion et pause
Violences de genre, violences et genre (présidence : Raphaëlle Branche, Université Paris-I)
Anne Kwaschik (Freie Universität Berlin), « Femme(s) terroriste(s). Violence politique et lutte armée dans les années 1970 »
Dominique Grisard (Université de Bâle), La violence politique en Allemagne et en Suisse
Maritza Felices-Lunes (Université d’Ottawa), « La libération des femmes par le sang : mysticisme et puritanisme dans le discours politique du Sentier Lumineux »
Pause
 
Cristina Wolff (Université de Santa Catarina, Brésil), « Muchacha de mirada clara : être femme dans le mouvement de la gauche armée au Cône Sud d’Amérique dans les années 1970 »
Stéphanie Latte Abdallah (IREMAM détachée à l’Institut Français du Proche-Orient, IFPO), « Les engagements post-67 en prison et sur la détention politique des Palestiniens: masculinités, féminités et relations de genre »
18H-18H30 Discussion et pause
 
18H30-19H Conclusions : Julian Jackson (Queen Mary, University of London)

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Sirma Bilge, repolitiser l’intersectionnalité

Dans un article récent intitulé « Intersectionality Undone; Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Sirma Bilge, professeure de sociologie à l’université de Montréal se livre à une critique profonde et argumentée de la dépolitisation du concept d’intersectionnalité dans son utilisation universitaire et particulièrement dans le champs des études féministes. Elle commence par rappeler les origines de ce concept en insistant sur le fait que pour Kimberlé Krenshaw, l’intersectionnalité est profondément ancrée dans l’action et dans l’expérience de la domination, plus que dans l’abstraction théorique. Elle pointe ensuite la centralité de la question raciale dans cette notion. Sirma Bilge détaille ensuite les deux voies de la dépolitisation actuelle : d’une part, sa redéfinition dans une perspective néo-libérale comme une simple variante de la diversité, d’autre part le « blanchissement » de la notion (« the whitening of intersectionnality »). Cette seconde critique vise particulièrement les féministes européennes et leur tendance à expulser la race des débats autour de l’intersectionnalité que ce soit en inventant de nouvelles généalogies qui oblitèrent le rôle des féministes noires, ou en appelant à une plus grande théorisation ce qui relègue les individu-e-s subissant la domination et la décrivant au rôle d’exemples. Un passage au crible de cette notion et de ses dérives virulent et à coup sûr salutaire pour que l’intersectionnalité garde son potentiel critique et ne devienne pas un outil commode aux mains des dominant-e-s.

Résumé

This article identifies a set of power relations within contemporary feminist academic debates on intersectionality that work to “depoliticizing intersectionality,” neutralizing the critical potential of intersectionality for social justice-oriented change. At a time when intersectionality has received unprecedented international acclaim within feminist academic circles, a specifically disciplinary academic feminism in tune with the neoliberal knowledge economy engages in argumentative practices that reframe and undermine it. This article analyzes several specific trends in debate that neutralize the political potential of intersectionality, such as confining intersectionality to an academic exercise of metatheoretical contemplation, as well as “whitening intersectionality” through claims that intersectionality is “the brainchild of feminism ” and requires a reformulated “broader genealogy of intersectionality .”

« Le genre au coeur de la classe sociale », Les amphis du Mage, ce mercredi 5 mars

LES AMPHIS DU MAGE
MERCREDI 5 MARS 2014
DE 17H À 20H00

Le genre au cœur de la classe sociale
Travail des femmes et idéologie du genre dans la formation de la bourgeoisie

Conf Mage

Débat en présence de Catherine Hall, co-auteure de Family Fortunes. Hommes et femmes de la  bourgeoisie anglaise 1780-1850

Avec
• Danièle Kergoat, sociologie, directrice de la collection
« Le genre du monde » aux éditions La Dispute
• Eleni Varikas, science politique, CNRS-CRESPPA/GTM
• Michèle Zancarini-Fournel, histoire, Université Lyon 1

Débat introduit et animé par Isabelle Clair, sociologue, CNRS-CRESPPA/GTM

Amphithéâtre Durkheim-Sorbonne
54 rue Saint Jacques,
75005 PARIS

Plus d’informations sur http://recherche.parisdescartes.fr/mage/Actualites/Genre-et-classe-sociale

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Travailler avec l’intersectionnalité : (Re)découvrir la rubrique « Une question à »

Dans la rubrique « Une question à » de notre carnet, nous avons souhaité interroger des chercheurs et des chercheuses sur  leur travail avec les catégories de la différence. Comment ces dernières sont-elles mobilisées ou appréhendées? Comment peut-on penser leur(s) imbrication(s) ou leur(s) articulation(s)? Enfin, comment ces problématiques interviennent-elles dans le parcours personnel et/ou professionnel de ces chercheurs et chercheuses ?

Parce que travailler avec l’intersectionnalité oblige à complexifier son objet et à interroger des configurations variables et situées de la domination où se réactualisent les catégories de la différence, il nous paraît nécessaire de mobiliser et de présenter des études de cas, des trajectoires et des pratiques de recherche qui permettent de concrétiser et d’illustrer ce questionnement théorique afin d’en faciliter la compréhension.

Retour sur les derniers articles de cette rubrique:

– Une question à : Carolina Orquiza Cherfem, Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil

– Une question à : Pascale Molinier, Professeure de psychologie à Paris 13 Villetaneuse

– Une question à : Julieta Longo, doctorante en sociologie au CEIL-CONICET, Argentine

– Une question à : Héloise Duché, doctorante en histoire à l’Université Paris 8 (CIRCEFT)

Pour aller plus loin, un article utile sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin “Représenter l’intersection”, Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories »

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Mauvais genre de Chloé Cruchaudet

 

Chloë Cruchaudet, Mauvais genre, Paris, Delcourt/Mirages, 2013, 160 p.

Réalisé d’après La Garçonne et l’assassin, un essai de Fabrice Virgili et Danièle Voldman (voir le compte-rendu de Florence Tamagne pour la revue Clio) , Mauvais genre raconte un fait divers réel, l’histoire d’un déserteur de la première guerre mondiale qui se travestit en femme pour échapper aux tranchées.

Une BD passionnante qui sait faire profit de la micro-histoire pour révéler cette étude de cas d’un travestissement en un objet d’étude historique. S’y trouvent convoquées les problématiques de l’histoire des masculinités, celles des études de genre ainsi que les questions socio-économique relatives aux usages du travestissement.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CONF: Angela Davis à la Sorbonne nouvelle

La vidéo est en ligne, Angela Davis y parle intersectionnalité, émancipation et bien d’autres choses encore!Elle est aussi mercredi 20 mars la rédactrice en chef exceptionnelle de l’Humanité

Conférence exceptionnelle du 19 mars 2013 à la Sorbonne Nouvelle  à l’occasion de la sortie en salles du film Free Angela and all political prisoners.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

ART: Sirma Bilge « Feminism After Bourdieu »

Recension de Sirma Bilge de l’ouvrage Feminism After Bourdieu de Lisa Adkins et Bev Skeggs (eds.)

Ou comment mobiliser aujourd’hui la boîte à outils bourdieusienne dans les études féministes

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CFP: L’intersectionnalité et les pratiques sociales

Appel à contribution à retrouver sur Calenda

Revue Nouvelles pratiques sociales Vol. 26, no 2 (printemps 2014)

Nouvelles pratiques sociales journal Vol. 26, no 2 (spring 2014)

*  *  *

Publié le mardi 26 février 2013 par Elsa Zotian

RÉSUMÉ

Nous voulons dans ce dossier, faire le point sur l’intersectionnalité, ses différentes approches, et explorer le potentiel pour le renouvellement des pratiques sociales que ce soit en recherche, en enseignement, en intervention ou dans une perspective de théorisation. Pour ce faire, nous aimerions solliciter des articles qui examinent différentes questions liées aux inégalités sociales vues sous l’angle de l’intersectionnalité ainsi que des contributions qui font état d’expérimentation de pratiques d’intervention inspirées de ce cadre. En bref, nous souhaitons explorer dans ce numéro un bon nombre des usages possibles de l’intersectionnalité.

Lire la suite

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories », 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

« Comment penser le travail au croisement des catégories ?« 

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
« Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

ART: Sirma Bilge, « Repolitiser l’intersectionnalité »

Une mise au point critique de Sirma Bilge, sociologue engagée dans une importante réflexion sur les problématiques intersectionnelles des politiques contemporaines liées au genre, aux sexualités et à la race (voir notre bibliographie générale).

Article en ligne sur le site de l’Institut de recherche, d’étude et de formation sur le syndicalisme et les mouvements sociaux.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website