Archives du mot-clé Histoire des femmes

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

https://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.27.4.html

 

 

Volume 27, Issue 4, Winter 2015

 

Articles:

The Ambiguities of Power in Russia, the United States, Japan, and France

Elisa Camiscioli, Jean H. Quataert

 

Debating Sharia: The 1917 Muslim Women’s Congress in Russia

Marianne Kamp

 

“How Come There’s Only Men Up There?”: Catholic Women’s Grassroots Anti-Abortion Activism

Karissa Haugeberg

 

Following the Money: Wealthy Women, Feminism, and the American Suffrage Movement

Joan Marie Johnson

 

An International Comparison of Women’s Suffrage: The Cases of Finland and New Zealand in the Late Nineteenth and Early Twentieth Century

Irma Sulkunen

 

Cultivating Feminine Affinity: Women, Domesticity, and Cold War Transnationality in the US Military Occupation of Okinawa

Mire Koikari

 

How Women Make Diplomacy: The British Embassy in Paris, 1815–1841

Jennifer Mori

 

Unusual Frontal Developments: Negotiating the Pregnant Body in Nineteenth-Century America

Shannon Withycombe

 

Book Reviews

International Perspectives on Reproductive History

Simone M. Caron

 

Building Identity through Work, Leisure, Migration, and Activism: Latinas in the Twentieth Century

Marlene Medrano

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Article: Michelle Perrot ou le goût des autres, La Vie des Idées

« Explorer les marges et les non-dits, restituer les paroles et les vies oubliées, c’est encore traduire en actes ce goût des autres jamais démenti et qui trouve de multiples espaces pour s’exprimer. »

Un portrait de l’historienne pionnière des femmes, du genre et des classes populaires Michelle Perrot par Isabelle Lacoue-Labarthe sur La Vie des Idées: http://www.laviedesidees.fr/Michelle-Perrot-ou-le-gout-des-autres.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History, Printemps 2015

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

 

http://gas.sagepub.com/content/current

 

Volume 27, Number 1, Spring 2015

 

Editorial Note:

Rethinking Transnationalism and Histories of Women, Race, and Sexuality In and Between Latin America and the United States, 1870–1970

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

Articles:

A Feisty Woman in Nineteenth-Century Mexico: Laura Méndez de Cuenca (1853–1928)

Mílada Bazant

 

Raising Pan Americans: Early Women Activists of Hemispheric Cooperation, 1916–1944

Dina Berger

 

Creating Madres Campesinas: Revolutionary Motherhood and the Gendered Politics of Nation Building in 1950s Bolivia

Nicole L. Pacino

 

Modern Kitchens in the Pampas: Home Mechanization and Domestic Work in Argentina, 1940–1970

Inés Pérez

 

“I had to Promise . . . Not to Ask ‘Nasty’ Questions Again”: African American Women and Sex and Marriage Education in the 1940s

Christina Simmons

 

Not to Rely Completely on the Courts: Florynce “Flo” Kennedy and Black Feminist Leadership in the Reproductive Rights Battle, 1969–1971

Sherie M. Randolph

 

Book Reviews

Struggles for Citizenship: Gender, Sexuality, and the State (Then and Now)

Natasha Zaretsky

 

Adoption Politics: Families, Identities, and Power

Ann S. Blum

 

Intersecting Histories of Gender, Race, and Disability

Alison M. Parker

 

Transcending Cross-Cultural Frontiers: Gender, Religion, Race, and Nation in Asia and the Near East

Mona L. Siegel

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History, Summer 2014

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.26.2.html

Volume 26, Number 2, Summer 2014

 

Feminists in the Global West: Advances, Reversals, and Persistence

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

Wollstonecraft as an International Feminist Meme

Eileen Hunt Botting, Christine Carey Wilkerson, Elizabeth N. Kozlow

 

Feminism and Fatherhood in Western Europe, 1900–1950s

Ann Taylor Allen

 

Transnational Pan-American Feminism: The Friendship of Bertha Lutz and Mary Wilhelmine Williams, 1926–1944

Katherine M. Marino

 

“A Rainbow of Women”: Diversity and Unity at the 1977 U.S. International Women’s Year Conference

Doreen J. Mattingly, Jessica L. Nare

 

“The Hand that Rocks the Cradle Should Rock the U. of C.”: The Faculty Wife and the Feminist Era

Katherine Turk

 

Getting to the Heart of Science: Rosalie Bertell’s Eco-Feminist Approach to Science and Anti-Nuclear Activism

Lisa Rumiel

 

Book Reviews

Women, Revolution, and the Making of a New Nation

Kim Cary Warren

 

Goodnight Ladies

Ann M. Little

 

Women and Welfare in the United States

Miriam Cohen

 

Breaching the Wall: Beyond the Convent in Catholic Reformation Europe

Lynn Wood Mollenauer

 

“Tapestries of Contacts”: Transnationalizing Women’s History

Francisca de Haan

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Spring 2014, Dernier numéro de la revue Journal of Women’s History

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

https://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.26.1.html

 

Volume 26, Number 1, Spring 2014

 

À noter: un article de Lara Vapnek sur l‘International Congress of Working Women en 1919, un article d’Aisha Finch sur les femmes esclaves pendant les insurrections cubaines, et des articles sur le travail de Gerda Lerner.

 

Tributes, Politics, and Innovations in Women’s and Gender History

Jean H. Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

Remembering Gerda Lerner

“For the Future of Women’s Past”

Kathryn Kish Sklar

 

Gerda Lerner—Inspiration—Counselor—Friend

Molly Murphy MacGregor

 

Answering the Call

Leisa Meyer

 

Life with Gerda

Nancy Isenberg

 

Remembering Gerda

Kathy Brown

 

Surviving with Gerda

Maureen Fitzgerald

 

Gerda Lerner: Leftist and Feminist

Linda Gordon

 

Women’s History for the Future: Gerda Lerner’s Last Agenda-Setting

Nancy MacLean

 

Selected Bibliography of Gerda Lerner’s Works

 

Historical Analogy, Comparisons, and Evidence: Feminist Reflections

The Gendered Nose and its Lack: “Medieval” Nose-Cutting and its Modern Manifestations

Patricia Skinner

 

Thinking About Context

Susan Mosher Stuard

 

Blaming it on the “Barbarians”: Alleged Uses of Nose-Cutting Among the Franks

Bonnie Effros

 

The Perception of Suffering: On Patricia Skinner’s “The Gendered Nose”

Lora Wildenthal

 

Response: The Constancy of Cruelty and Power

Patricia Skinner

 

Articles

Ottoman Royal Women’s Spaces: The Acoustic Dimension

Nina Ergin

 

“What Looks Like a Revolution”: Enslaved Women and the Gendered Terrain of Slave Insurgencies in Cuba, 1843–1844

Aisha Finch

 

The Rise and Demise of Missionary Wives

Emily J. Manktelow

 

The 1919 International Congress of Working Women: Transnational Debates on the “Woman Worker”

Lara Vapnek

 

Book Reviews

The Politics and Histories of Sexual and Gender Based Violence

Brett Shadle

 

American Women Missionaries in the World

Theresa Kaminski

 

Centering Sex in Modern American History

Kali N. Gross

 

Negotiating Gender in Native North America

Fay A. Yarbrough

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Entretien : Joan Scott, historienne des « rapports de force dissymétriques »

 

Dans un entretien publié dans le dernier numéro de la revue Vacarme, l’historienne Joan Scott revient sur son parcours politique et universitaire, sur l’évolution de sa pensée du genre et de la classe, et plus fondamentalement de tous les « rapports de pouvoirs dissymétriques ». Joan Scott explique comment elle a été un « bébé couche rouge », élevée par des parents marxistes, avant de découvrir le féminisme dans les années 1970 : ces deux engagements politiques éclairent ses premiers travaux sur les ouvriers verriers de Carmaux d’une part, puis sur l’histoire des femmes . Sa découverte de la French Théory (Derrida et Foucault surtout) dans les années 1980, puis sa pratique de la psychanalyse dans les années 1990, la poussent à déplacer son regard et à interroger la production des catégories, dans et par le langage. Cette mise en perspective de Joan Scott donne des outils pour (re)lire son travail et penser les intersections.

 

Extraits (entretien complet de la revue Vacarme  à lire ici) :

  • Histoire ouvrière, histoire des femmes, French Theory

Mais peut-être qu’au fond, ma question a toujours été celle des rapports de force dissymétriques. Mon premier travail portait sur l’organisation sociale et politique des verriers de Carmaux à la fin du XIXe siècle. Je m’y intéressais à la prolétarisation d’un artisanat hautement qualifié, liée à la mécanisation des techniques de production. Et je l’ai décrite en termes de rapports de forces économiques et politiques : comment et pourquoi ces travailleurs ont-ils résisté aux transformations de leur travail ?

Quand la vigueur du féminisme des années 1970 m’a convaincue de la nécessité de penser l’histoire des femmes, j’ai tenté de comprendre les modalités de l’inégalité : j’ai questionné par exemple la façon dont le principe universel d’égalité des citoyens s’était accommodé de l’exclusion politique des femmes. Dans tous mes ouvrages, je m’attache ainsi à décrire la façon dont les gens qui vivent dans un rapport inégalitaire l’éprouvent, le pensent et le formulent.

En même temps, je n’ai pas toujours appréhendé cette question dans la même perspective. J’ai commencé par raisonner en termes d’inégalités : entre les ouvriers et les patrons, entre les femmes et les hommes, entre les gouvernants et les gouvernés. À partir du début des années 1980, j’ai été saisie par ce qu’on appelle aux États-Unis « French theory ». La lecture de Foucault, de Derrida ou d’Irigaray m’a convaincue qu’il y avait des moyens de penser autrement les questions de domination, en introduisant l’idée de différence dans ma façon d’appréhender mes objets.

[…]

En travaillant comme je le faisais sur l’histoire de la classe ouvrière, en démontrant que telle ou telle émeute ou action violente était stratégique, conduite par des intérêts cohérents et même organisés, je cherchais aussi à légitimer les mouvements de protestation sociale et les émeutes urbaines que j’observais autour de moi. Avec d’autres, je m’efforçais donc de démontrer que ces mobilisations constituaient des formes politiques légitimes et rationnelles, quoi qu’en disaient gouvernement et patrons.

Sur un plan historique cette démarche avait évidemment des conséquences. La notion d’« action collective » de Charles Tilly nous permettait de révéler toute une panoplie de comportements militants jugés infra-politiques dans les histoires officielles. Cette extension de la notion de politique a sûrement rendu possible la réévaluation du rôle des femmes comme acteurs historiques, et même l’idée que « le personnel est politique ».

  • La définition du genre selon Joan Scott et ses inflexions

La notion de genre permettait de questionner l’attribution à la biologie des rôles sociaux de sexe : comment les sujets « masculin » et « féminin » sont-ils construits ? comment opèrent les systèmes normatifs ? comment les gens parviennent-ils à s’imaginer eux-mêmes hors des normes de comportement ? et le cas échéant, quelles sont les ressources discursives spécifiques à leur disposition ? Ces questions politiques de la critique féministe devaient pouvoir s’appliquer au matériau historique. Et c’est en effet ce qui m’a conduite à saluer le genre comme « une catégorie utile d’analyse historique ».

[…] Il n’y a pas d’hommes et de femmes, de classes ou de races, hors de leurs relations et de la façon dont ces relations sont entendues. Souligner que le genre, la classe ou la race participent de l’identité d’une femme n’est pas la même chose que demander comment ces attributs sont employés pour identifier et situer la femme dans des relations spécifiques. Il faut donc questionner ce qu’« homme » et « femme » signifient dans les contextes historiques ou géographiques où nous les rencontrons, sans croire que nous savons déjà qui et ce qu’ils sont. Le langage est ainsi devenu pour moi un objet d’enquête pour comprendre la construction des sujets, des organisations sociales et des relations de pouvoir.

[…] Quand elle a émergé, c’était une notion facile à saisir : genre renvoyait à la construction sociale des rôles masculin et féminin ; sexe à l’anatomie et à la biologie. Judith Butler expliquait que c’est le genre qui construit le sexe : sans doute y a-t-il des différences biologiques, mais elles n’ont aucun sens en elles-mêmes, elles sont ouvertes à l’interprétation ; le genre est donc ce qui assigne une signification à la différence biologique. Je suis encore attachée à cette conception : c’est elle qui a permis de dénaturaliser les rôles dévolus aux femmes et aux hommes, de montrer que l’anatomie n’est pas un destin, et donc de combattre les traitements inégalitaires justifiés par la différence anatomique.

Le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes.

[…] Alors qu’est-ce que le genre ? Disons que c’est la tentative, jamais définitive, jamais aboutie, de réponse à cette question sans réponse [la différence]. Cette tentative est culturelle et historique — et c’est en cela qu’elle intéresse ma discipline : le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes, la tentative toujours manquée de stabilisation des significations de cette différence.

  • Genre et race : la question du voile en France

Peut-être y a-t-il un biais, dès lors que je travaille sur le genre. Mais j’ai souvent rencontré dans mes recherches les intersections des questions de genre et des questions de race, par exemple. Les unes et les autres sont des constructions. Je ne crois pas pouvoir être soupçonnée de négliger une différence. Dans le livre que j’ai consacré au débat français sur le voile, Politics of the Veil, le chapitre intitulé « racisme » analyse la façon dont a été construite l’idée même du musulman : j’observe dans les discours contemporains de la colonisation de l’Algérie la prégnance des métaphores du dévoilement et de la pénétration, la façon dont se superposent domination impériale et domination sexuelle. Et je reste frappée par la sexualisation du débat récent : il concerne bien sûr l’immigration, mais il vise en premier lieu les femmes, leur corps, leur exposition « ostentatoire » ! Les personnes issues de l’immigration post-coloniale subissent des discriminations du fait de la couleur de leur peau ou de leur nom ; mais on s’en prend au voile des femmes pour faire des migrants les responsables des échecs de l’intégration.

[…] On m’a dit que [ce livre] ne se vendrait pas, particulièrement si c’était écrit par une personne étrangère… C’est vrai que ses deux premiers chapitres résument, pour le public américain, une histoire que les Français connaissent très bien. Mais le dernier a certainement été perçu comme trop critique. J’y explore les différences entre les représentations du sexe et de la sexualité dans un certain imaginaire de l’islam et un certain imaginaire de « l’identité française ». Pour des musulmans, le sexe et la sexualité sont des problèmes ; il faut tout particulièrement éviter que surgissent, dans l’espace public, des troubles entre les sexes. Mais l’imaginaire français fait de la séduction — comme négociation de la différence des sexes — un caractère national, en négligeant d’ailleurs l’inégalité entre les hommes et les femmes et les rapports de pouvoir sur lesquels elle repose, puisqu’on affirme en même temps que la France est le lieu de l’égalité de genre. On l’a vu au moment de l’affaire DSK ! Il y a donc là, comme trait d’une « identité nationale », la négation que le sexe et la sexualité soient des problèmes. Les musulmanes qui portent le voile, pour des raisons qui peuvent être très différentes les unes des autres, exposent comme problème la différence des sexes et la sexualité. C’est la reconnaissance de ce problème qui est jugée inacceptable.

En France, nier que le sexe et la sexualité soient des problèmes est un trait de “l’identité nationale”.

[…] Je n’ai jamais critiqué « la France », mais des Français qui justifient des comportements racistes et discriminatoires par des idées universelles et républicaines. Je ne suis pas étonnée de voir aujourd’hui ce féminisme-là revendiqué par des partis d’extrême droite. On peut toujours me traiter de « multiculturaliste américaine », j’ai appris de mon expérience américaine à débusquer le racisme et la discrimination.

 

 

Journal of Women’s History, Le 25ième anniversaire de la Revue

Dernier numéro de la revue:

Journal of Women’s History

Le 25ième anniversaire de la Revue

Avec un article à noter spécifiquement: Elieen Boris, “Class Returns”

 

Volume 25, Number 4, Winter 2013

Journal of Women’s History at 25: The Anniversary Issue

Guest Editors: Teresa A. Meade, Leila J. Rupp

 

Guest Editorial Note

Journal of Women’s History at 25: The Anniversary Issue

Teresa A. Meade, Leila J. Rupp

 

Reshaping History: The Intersection of Radical and Women’s History

Iris Berger, Stephen Brier, Ellen Carol DuBois, Jean H. Quataert, David Serlin, Rhonda Y. Williams, Judy Tzu-Chun Wu, Eileen Boris, Kate Weigand

 

Thematic Articles

Turns of the Kaleidoscope: “Race,” Ethnicity, and Analytical Patterns in American Women’s and Gender History

Michele Mitchell

 

Class Returns

Eileen Boris

 

Since Intimate Matters: Recent Developments in the History of Sexuality in the United States

John D’Emilio, Estelle B. Freedman

 

Layering the Lenses: Toward Understanding Reproductive Politics in the United States

Rickie Solinger

 

A Presence in the Past: A Transgender Historiography

Genny Beemyn

 

Not Just Any Body: Disability, Gender, and History

Susan Burch, Lindsey Patterson

 

Women, Gender, Intimacy, and Empire

Elisa Camiscioli

 

Welfare States, Neoliberal Regimes, and International Political Economy: Gender Politics of Latin America in Global Context

Karin Alejandra Rosemblatt

 

On Borderlands/La Frontera: Gloria Anzaldúa and Twenty-Five Years of Research on Gender in the Borderlands

Monica Perales

Eugénie Cotton, Pak Chong-ae, and Claudia Jones: Rethinking Transnational Feminism and International Politics

Francisca de Haan

 

National/Regional Articles

Women’s and Gender History in Australia: A Transformative Practice

Marilyn Lake

 

The Pleasures and Perils of Feminist Tributes—Canada

Franca Iacovetta, Catherine Carstairs

 

Chinese Women’s History: Global Circuits, Local meanings

Joan Judge

 

Recent Collaborative Endeavors by Historians of Women and Gender in Japan

Yuko Takahashi

 

The Women’s Movement under Ottoman and Republican Rule: A Historical Reappraisal

Arzu Öztürkmen

 

Feminism and Women’s History in Academic Institutions in the Southern Cone: Argentina, Brazil, Chile, and Uruguay

Cecilia Belej, Ana Lía Rey

 

Twenty-Five Years of African Women Writing African Women’s and Gendered Worlds

Nwando Achebe

 

The Past and Present of European Women’s and Gender History: A Transatlantic Conversation

Ida Blom, Mineke Bosch, Antoinette Burton, Anna Clark, Karen Hagemann, Laura E. Nym Mayhall, Karen Offen, Mary Louise Roberts, Birgitte Søland, Mary Jo Maynes

 

Women’s and Men’s World History? Not Yet

Judith P. Zinsser

 

The Practice of History

Clio in the Curriculum: The State of Women and Women’s History in the Middle and High School Curriculum…and Perhaps a way Forward

Barbara Winslow

 

Women, Men, and Others: The Challenges of Mainstreaming Gender History in the Classroom

Kumkum Roy

 

The Business of History: Working as a Historical Consultant

Heather Lee Miller

 

Thou Shalt Commit: The Internet, New Media, and the Future of Women’s History

Claire Bond Potter

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Séance d’affiches de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes: Histoires sur la brèche

Berks 2014

 

Appel à communications: Séance d’affiches de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes: Histoires sur la brèche
Toronto, du 22 au 25 mai 2014
Date d’échéance des propositions: le 29 novembre

http://berksconference.org/conference-blog/cfps-poster-session-2014-berkshire-conference-on-the-history-of-women/

Nous cherchons des propositions pour la séance d’affiches qui aura lieu lors de la conférence Berkshire 2014 sur l’histoire des femmes à l’Université de Toronto. Nous accueillerons des soumissions sur n’importe quel sujet, dans n’importe quelle discipline, du moment où elles concernent le thème plus général de la conférence, Histories on the Edge/Histoires sur la brèche.

La séance d’affiches vise à relier des chercheur(e)s de tous les domaines et disciplines et à leur fournir un espace dans lequel partager et discuter de leurs recherches en cours. Elle est aussi ouverte à d’autres présentations qui ne peuvent s’intégrer aisément dans un panel régulier, comme les work-in-progress, les projets reliés à des technologies et des expositions du format d’une table. Les étudiant(e)s de premier cycle, les étudiant(e)s diplômé(e)s, les chercheur(e)s non affiliés, et les personnes qui ne participent pas déjà au programme de la conférence sont vivement encouragées à postuler.

Les présentateurs-trices devront mettre en forme et imprimer leur propre affiche, qui ne doit pas dépasser le format de 36 po x 48 po. D’autres directives et informations seront fournies lors de la sélection.

Les soumissions pour la session d’affiches devraient inclure les éléments suivants :

– Un formulaire de demande dûment rempli (voir ci-dessous)
– Un résumé de 250 mots
– Un CV d’une page qui inclut votre nom, votre affiliation et vos coordonnées de contact
– Une maquette simple de l’affiche prévue

Veuillez envoyer votre demande et toute question à bcwhposter@utsc.utoronto.ca en un seul document .pdf  le ou avant le 29 novembre 2013.

La Seizième conférence Berkshire sur l’histoire des femmes qui se tiendra à Toronto du 22 au 25 mai 2014. L’Université de Toronto accueille ainsi la première «Big Berks» à avoir lieu au Canada, en collaboration avec des unités et des universités co-marraines de Toronto et de partout ailleurs au Canada.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Lectures d’été

Lectures d’été

L’Histoire des femmes

Gerda Lerner, Living with History/ Making Social Change (2009)

Gerda Lerner, one of the founders of women’s history in the United States, passed away in January 2013. She published her last book, Living with History / Making Social Change, in 2009. This collection of essays reflects on her struggles academia to bring marginalized groups to the fore as important historical actors. It also details some of the professional challenges she faced as a female pioneer.

From the publisher:

“This stimulating collection of essays in an autobiographical framework pans the period from 1963 to the present. It encompasses Gerda Lerner’s theoretical writing and her organizational work in transforming the history profession and in establishing Women’s History as a mainstream field.
Six of the twelve essays are new, written especially for this volume; the others have previously appeared in small journals or were originally presented as talks, and have been revised for this book. Several essays discuss feminist teaching and the problems of interpretation of autobiography and memoir for the reader and the historian. Lerner’s reflections on feminism as a worldview, on the meaning of history writing, and on problems of aging lend this book unusual range and depth. Together, the essays illuminate how thought and action connected in Lerner’s life, how the life she led before she became an academic affected the questions she addressed as a historian, and how the social and political struggles in which she engaged informed her thinking. Written in lucid, accessible prose, the essays will appeal to the general reader as well as to students at all levels. Living with History / Making Social Change offers rare insight into the life work of one of the leading historians of the United States.”
Gerda Lerner’s detailed obituary from The New York Times: http://www.nytimes.com/2013/01/04/us/gerda-lerner-historian-dies-at-92.html?pagewanted=all&_r=0
Interviews with Gerda Lerner excerpted from a forthcoming documentary on her life: http://www.livinghistorymovie.com/trailer/#.Ud9t1FO9w3Y

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro du Journal of Women’s History

Sortie du dernier numéro du Journal of Women’s History:

Journal of Women's history Cover

http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.25.1.html

 

Articles

Women’s Politics, Art, and Faith: National, Transnational, and Colonial Perspectives

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

In Pursuit of Toyen: Feminist Biography in an Art-Historical Context

Karla Huebner

 

Deutsche Heimat in Afrika: Colonial Revisionism and the Construction of Germanness through Photography

Willeke Sandler

 

A Community in the Clouds: Advertising Tobacco and Gender in Pre-revolutionary Russia

Tricia Starks

 

Betrayal, Vengeance, and the Anarchist Ideal: Virgilia D’Andrea’s Radical Antifascism in (American) Exile, 1928–1933

Franca Iacovetta, Lorenza Stradiotti

 

Engendering Contempt for Collaborators: Anti-Hanjian Discourse Following the Sino-Japanese War of 1937–1945

Yun Xia

 

Colonial Charity in Hong Kong: A Case of the Po Leung Kuk in the 1930s

Angelina Chin

 

“An Africa of Religious Life”: Fredrika Bremer’s American Faith Journey, 1849–1851

Alison Twells

 

Book Reviews

Gender, Colonialism, and Faith

Elizabeth Elbourne

 

Meeting the Challenges of Mary

Amy G. Remensnyder

 

Reproducing Sexuality in the Postwar United States

Jennifer Brier

 

Negotiating Womanhood in the Households and on the Picket Lines of the American South, 1865–1965

Giselle Roberts

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue Genre et Histoire

A retrouver en ligne: http://genrehistoire.revues.org/1546

Sommaire

10 | Printemps 2012

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communications: History of Women’s Health Conference (18th Century to the Present)

Appel à communications:

History of Women’s Health Conference

(18th Century to the Present)

April 17, 2013

Pennsylvania Hospital, Philadelphia

 

De l’annonce:

The Pennsylvania Hospital, Philadelphia, will host its eighth annual History of Women’s Health Conference on Wednesday, April 17, 2013. We invite interested persons to send a one to two page proposal or abstract of your topic by Friday, November 2, 2012 for consideration. The History of Women’s Health Conference focuses on areas of women’s health from the 18th century to the present. This conference encourages interdisciplinary work. Topics of interest include, but are not limited to, obstetrics and gynecology (fertility, infertility, birth control methods, menopause), adolescence (health, cultural influences, body image, puberty, eating disorders), mental health topics, aging concerns, women’s health as consumer health, the female as conveyed in popular culture, overall women’s health, access to health care, minority health, nursing, midwifery, female healers, and more.

http://www.uphs.upenn.edu/paharc/collections/events/

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn