Archives du mot-clé genre

Dernier numéro de la revue: Gender & History (Forum: Rethinking Key Concepts in Gender History)

Dernier numéro de la revue: Gender & History (Forum: Rethinking Key Concepts in Gender History)

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gend.2016.28.issue-2/issuetoc

 

Volume 28, Issue 2, August 2016

 

Editorial

Editorial (pages 275–282)

Stuart Airlie, Maud Anne Bracke and Rosemary Elliot

 

Leonore Davidoff and the Founding of Gender & History (pages 283–287)

Jane Rendall and Keith McClelland

 

Blood, Contract and Intimacy: History and Practice with Leonore Davidoff (pages 288–298)

Megan Doolittle, Janet Fink and Katherine Holden

 

Forum: Rethinking Key Concepts in Gender History

Critical Thoughts on Keywords in Gender and History: An Introduction (pages 299–306)

Shireen Hassim

 

Gender Binary and the Limits of Poststructuralist Method (pages 307–323)

Anna Krylova

 

Historicising Agency (pages 324–339)

Lynn M. Thomas

 

‘Intersectionality’, Socialist Feminism and Contemporary Activism: Musings by a Second-Wave Socialist Feminist (pages 340–357)

Linda Gordon

 

Beyond ‘Crisis’ in Understanding Gender Transformation

Mary Louise Roberts

 

Degrading the Male Body: Manhood and Conflict in the High-medieval Low Countries (pages 367–386)

Stefan Meysman

 

Knightly Masculinity, Court Games and Material Culture in Late-medieval Portugal: The Case of Constable Afonso (c.1480–1504) (pages 387–400)

Hélder Carvalhal and Isabel dos Guimarães Sá

 

‘Poor Gordon’: What the Australian Cult of Adam Lindsay Gordon Tells Us About Turn-of-the-Twentieth-Century Masculine Sentimentality (pages 401–421)

Melissa Bellanta

 

Should we Abstain? Spousal Equality in Twelfth-century Byzantine Canon Law (pages 422–437)

Maroula Perisanidi

 

‘No More Fears, No More Tears’?: Gender, Emotion and the Aftermath of the Napoleonic Wars in France (pages 438–460)

Jennifer Heuer

 

Affection and Assimilation: Concubinage and the Ideal of Conjugal Love in Colonial Korea, 1922–38 (pages 461–479)

Sungyun Lim

 

‘Writing’ Black Womanhood in the Early Cuban Republic, 1904–16 (pages 480–500)

Takkara Brunson

 

Mourned Choices and Grievable Lives: The Anti-Abortion Movement’s Influence in Defining the Abortion Experience in Australia Since the 1960s (pages 501–519)

Erica Millar

 

Reviews

Anne-Marie Kilday, A History of Infanticide in Britain, c.1600 to the Present, (Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2013), pp. 338. ISBN 978-0-230-54707-0 (hb). (pages 520–521)

 

Bronwen Neil and Lynda Garland (eds), Questions of Gender in Byzantine Society (Ashgate: Farnham, 2013), pp. x + 218. ISBN 978-1-4094-4779-5 (hb), 978-1-4094-4780-1 (ebook), 978-1-4094-7449-4 (ePUB). Judith Herrin, Unrivalled Influence: Women and Empire in Byzantium (Princeton: Princeton University Press, 2013), pp. xix + 328. ISBN 978-0-691-15321-6. (pages 522–526)

 

Philip Grace, Affectionate Authorities: Fathers and Fatherly Roles in Late Medieval Basel (Farnham: Ashgate, 2015), pp. x + 186. ISBN 978-1-4724-4554-4 (hb). (pages 527–528)

 

Darlene Abreu-Ferreira, Women, Crime, and Forgiveness in Early Modern Portugal (Burlington: Ashgate, 2015), pp. xii + 237. ISBN 978-1-47244-2314. (pages 529–530)

 

Gary Waller, A Cultural Study of Mary and the Annunciation: From Luke to the Enlightenment (London: Pickering & Chatto, 2015), pp. 256. ISBN 1-848-93575-7 (hb). (pages 531–532)

 

Helen McCarthy, Women of the World: The Rise of the Female Diplomat (London: Bloomsbury, 2014), pp. xii + 416. ISBN: 978-1-408-84004-7 (pb). (pages 533–534)

 

Josephine Hoegaerts, Masculinity and Nationhood, 1830–1910: Constructions of Identity and Citizenship in Belgium (Basingstoke: Palgrave, 2014), pp. xii + 242. 978-1-137-39199-5 (hb). (pages 535–536)

 

Merrill D. Smith (ed.), Cultural Encyclopedia of the Breast (Lanham: Rownan and Littlefield, 2014), pp. xi + 288. ISBN 978-0-7591-2331-1 (hb); 978-0-7591-2332-8 (ebook). (pages 537–538)

 

Sarah B. Rodriguez, Female Circumcision and Clitoridectomy in the United States: A History of Medical Treatment (Rochester: University of Rochester Press, 2014), pp. ix + 280. ISBN: 978-1-58046-498-7 (hb). (pages 539–540)

 

Marilyn Booth, Classes of Ladies of Cloistered Spaces: Writing Feminist History through Biography in Fin-de-Siècle Egypt (Edinburgh: Edinburgh University Press, 2015), pp. v + 466. ISBN 978-0-7486-9486-0 (hb); 978-1-4744-0341-2 (epub). (pages 541–542)

 

Maria Fritsche, Homemade Men in Postwar Austrian Cinema: Nationhood, Genre and Masculinity (New York: Berghahn, 2013), pp. xi + 274. ISBN 978-0-85745-945-9 (hb); ISBN 978-0-85745-945-6 (ebook). (pages 543–544)

 

Eileen J. Suárez Findlay, We Are Left without a Father Here: Masculinity, Domesticity, and Migration in Postwar Puerto Rico (Durham: Duke University Press, 2014), pp. xii + 300. ISBN 978-0-8223-5766-7 (hb); 978-0-8223-5782-7 (pb). (pages 545–546)

 

Marilyn Morris, Sex, Money & Personal Character in Eighteenth-Century British Politics (New Haven: Yale University Press, 2014), pp. xiv + 257. ISBN 978-0-300-20845-0 (hb). (pages 547–548)

 

John H. Arnold and Sean Brady, What is Masculinity? Historical Dynamics from Antiquity to the Contemporary World (Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2011), pp. v + 461. ISBN: 978-0-230-27813-4 (hb); 978-1-137-30560-2 (pb). (pages 549–550)

 

Tanya Fitzgerald and Elizabeth M. Smyth (eds), Women Educators, Leaders and Activists: Educational Lives and Networks, 1900–1960 (London: Palgrave Macmillan, 2014), pp. v + 214. ISBN 978-1-137-30351-6 (hb). (pages 551–552)

 

Save

Save

Save

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization

Dernier numéro de la revue: Gender, Work & Organization

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gwao.v23.5/issuetoc

 

September 2016

Volume 23, Issue 5

 

‘But It’s Your Job To Be Friendly’: Employees Coping With and Contesting Sexual Harassment from Customers in the Service Sector

Laura Good and Rae Cooper

 

Denied Citizens of Turkey: Experiences of Discrimination Among LGBT Individuals in Employment, Housing and Health Care

Volkan Yılmaz and İpek Göçmen

 

Women Academics and Work–Life Balance: Gendered Discourses of Work and Care

Kim Toffoletti and Karen Starr

 

‘In a Male Workplace, Things Would Never Be Like This’: Using Gendered Notions to Neutralize Conflicts in a Swedish Supermarket

Kristina Johansson

 

‘To Do Or Not To Do (Gender)’ and Changing the Sex-Typing of British Theatre

Daniel Sage and Catherine Rees

 

 

Save

Save

Save

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue Genre et Histoire: Genre et classes populaires, in situ

17 | Printemps 2016
Genre et classes populaires, in situ

Sous la direction de Anaïs Albert, Fanny Gallot, Katie Jarvis, Anne Jusseaume, Ève Meuret-Campfort, Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Au-delà de la définition formulée par l’OMS en 1975, qu’est-ce que la « santé sexuelle » et comment est-elle produite du point de vue du genre ? Ce numéro entièrement consacré à la jeune recherche analyse la manière dont les institutions, dispositifs et pratiques véhiculent des injonctions à une « bonne santé » et à une « bonne sexualité ». Comment les patient∙e∙s le vivent-ils/elles ? En quoi cela participe-t-il de la construction d’une clinique genrée ?


Sommaire
Adeline Adam, Karine Duplan, Fanny Gallot, Lola Gonzalez-Quijano, Guillaume Roucoux, Marie-Sherley Valzema

Page 5 à 14

Le sexe sous contrôle médical

Introduction

Page 15 à 37

Avortement et norme procréative de la dernière génération soviétique en Russie

Page 39 à 60

Contrôler et contraindre : la planification médicalisée des femmes indigènes au Guatemala

Page 61 à 78

De la protection de la Nation à la protection des femmes : genèse de la criminalisation du VIH en France

Page 81 à 99

Vivre avec un corps asymétrique. Mastectomie, résistances et réappropriation

Page 101 à 122

Le genre de la contraception : représentations et pratiques des prescripteurs en France et en Angleterre

Page 123 à 144

La fièvre de lait et les maladies lactées. Des maladies genrées au XVIIIe siècle

Page 145 à 168

Qualité de vie et fertilité dans les études de suivi des personnes intersexuées
Hors-champ

Page 169 à 192

Des corps politisés : trajectoires et représentations de ‘gouines’

Page 193 à 212

La transphobie en France : insuffisance du droit et expériences de discrimination

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, genre et sociétés: Femmes dirigeantes

Le numéro 35/2016 (avril) de Travail, genre et sociétés « Femmes dirigeantes » vient de paraître aux éditions La Découverte

unnamed

PARCOURS
Liu Lu, tourments quotidiens d’une ouvrière paysanne chinoise
propos recueillis par Tang Xiaojing et Tania Angeloff

DOSSIER
Femmes dirigeantes
coordonné par Marlène Benquet et Jacqueline Laufer
Femmes hautes fonctionnaires en France, l’avènement d’une égalité élitiste
Alban Jacquemart, Fanny Le Mancq et Sophie Pochic

Celles qui survivent : dispositions improbables des dirigeantes dans la finance
Valérie Boussard

Les profils des femmes membres des conseils d’administration en France
Anne-Françoise Bender, Rey Dang et Marie José Scotto

Le ciel de plomb des organisations patronales
Marion Rabier

Cheffes d’orchestre, le temps des pionnières n’est pas révolu !
Hyacinthe Ravet
MUTATIONS
Les miettes du salariat : l’engagement au travail des sans-emploi
Morgane Kuehni

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Dissidences: Sexualités en révolutions XIXe-XXIe siècles

La culture révolutionnaire est-elle indissociable d’une révolution sexuelle, assumée comme telle ? Depuis au moins le Nouveau Monde Amoureux de Charles Fourier (1816) jusqu’à l’affirmation de militantes de Tout - « Votre libération sexuelle n’est pas la nôtre  » (1971) -, en passant par les surréalistes français confrontés aux accusations des communistes de « compliquer les rapports si simples et si sains de l’homme et de la femme  » (Breton, 1932), la question des sexualités et plus largement de l’amour percute l’engagement révolutionnaire, dans toutes ses dimensions.

Cette livraison de Dissidences analyse, depuis le XIXe siècle et dans une perspective internationale, ce point d’ombre, de tensions et de contradictions que représente la sexualité autour de trois axes : la théorisation révolutionnaire des sexualités émancipées et/ou asservies ; leur traduction dans des pratiques militantes et des expérimentations collectives ; leur collision avec les organisations radicales, libertaires ou contestataires.

Les études réunies ici abordent les enjeux politiques de la sexualité, au croisement du militantisme et des sciences sociales, de la théorie et de la pratique, de l’expérimentation et de l’organisation, sous des angles divers et en fonction d’analyses originales, offrant un éclairage nouveau ou abordant une dimension méconnue.

 

 

Sommaire

 

Editorial : sexualités en révolutions par Ludivine Bantigny, Fanny Gallot et Frédéric Thomas

 

Discours et théorisation des sexualités

  • Révolution morale et révolution politique : de la puissance d’être à l’affranchissement, les saint-simoniennes (1832 – 1834) par Bérangère Kolly
  • La seconde mort d’alexandra kollontaï ? par Jean-Guillaume Lanuque
  • Recherches surréalistes sur la sexualité. Esquisse d’une réévaluation par Frédéric Thomas
  • Une approche matérialiste du deuxième sexe de beauvoir est-elle possible ? par Florent Schoumacher
  • Politiser les sexualités. Débats et engagements en sciences sociales par Ludivine Bantigny

 

Pratiques et expérimentations militantes

  • Faire la révolution ou faire l’amour ? Le mouvement communiste et la question de la sexualité aux Philippines par Gwenola Ricordeau
  • Contrôler et organiser la sexualité dans un mouvement armé insurgé : le cas de la guérilla colombienne des FARC- EP par Elodie Gamache
  • La revendication homosexuelle et l’extrême gauche en France dans les années 1970 : de la ligue communiste révolutionnaire au trimestriel masques par Luc Pinhas
  • Le projet révolutionnaire à l’épreuve du viol. Le cas de « Révo » puis de l’OCT (1975-1979) par Fanny Gallot
  • Notes sur la pédophilie dans les années 1968 : un combat révolutionnaire ? par Fanny Gallot

 

Mouvements sociaux informels

  • Un activisme informel : la sexualité en prison pour hommes par Arnaud Gaillard
  • « Groupies ». Expérimentations sexuelles, transgressions de genre et stigmatisation sociale des fans de rock des années 1950 aux années 1970 par Florence Tamagne

 

Séminaire 10 mars – La routine en Révolution – Déborah Cohen

Le jeudi 10 mars, le séminaire “Genre et classes populaires” propose une séance sur la thématique de la routine en Révolution, dans la continuité de notre programme annuel autour de la notion de « routine.s ».

Nous aurons le plaisir de recevoir Déborah Cohen, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Rouen qui réalise actuellement une enquête portant sur « Faire entendre la voix du peuple, surveiller les traitres et les puissants: dire-vrai et dénonciation  (1789-1794) ».

Elle nous présentera une communication intitulée « Des hommes dénaturés par le despotisme ? La Révolution française et l’idée d’habitude, 1789-1795 »

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Présentation-débat du numéro Age et Sexualité de la revue Clio à la librairie Violette & co, 2 mars 2016

A l’occasion de la sortie du dossier spécial de la revue Clio sur « Age et Sexualité », la librairie Violette & Co, 102 rue de Charonne (Paris 11e) organise une présentation-débat le mercredi 2 mars 2016 de 19H à 20H30. Marie Bergström, Lucas Monteil et Mathieu Arbogast seront invités à échanger autour du thème Genre, sexualité et écart d’âge. Les échanges sont animés par Michel Bozon et Juliette Rennes qui ont coordonné ce numéro thématique. L’entrée est libre.

Sans titre
****
Sommaire du dossier. CLIO. Femmes, Genre, Histoire 42/201

 Âge et sexualité

Responsables du numéro : Michel BOZON & Juliette RENNES

Michel BOZON & Juliette RENNES
Histoire des normes sexuelles : l’emprise de l’âge et du genre

*Dossier*
Sandra BOEHRINGER & Stefano CACIAGLI
 L’âge des amours.
Genre et réciprocité érotique en Grèce archaïque

Christine THÉRÉ
 Âge de retour et retour d’âge :
l’asymétrie entre les sexes dans les discours médicaux
en France (1770-1836)

Ophélie RILLON
 Sexualité juvénile sous contrôle
dans les écoles secondaires maliennes (1960-1970)

Jean BÉRARD & Nicolas SALLÉE
 Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980)

Marie BERGSTRÖM
 L’âge et ses usages sexués sur les sites
de rencontres en France (années 2000)

Lucas MONTEIL
 De l’« Amour vieux-jeune ». Âge, classe et homosexualité masculine en Chine post-maoïste

*Regards complémentaires*

Mathieu ARBOGAST
 Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle

*Documents*
Christiane KLAPISCH-ZUBER La Fontaine de Jouvence.
Bain et jeunesse entre XIVe et XVIe siècle

Lynn BOTELHO
/Les Trois âges et la Mort /du peintre Hans Baldung (XVIe siècle)

Didier LETT Genre et violence sexuelle à l’encontre des enfants dans les archives judiciaires de Bologne au XVe siècle

Sommaire complet du numéro

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Gender & History, Special Issue: Men at Home: Domesticities, Authority, Emotions and Work

Dernier numéro de la revue: Gender & History

 

Volume 27, Issue 3, November 2015

 

Special Issue: Men at Home: Domesticities, Authority, Emotions and Work

Edited by: Raffaella Sarti

Articles:

Men at Home: Domesticities, Authority, Emotions and Work (Thirteenth–Twentieth Centuries) (pages 521–558)

   Raffaella Sarti

 

Part I – Which Domesticities?

 

Home and Away: The Flight from Domesticity in Late-Nineteenth-Century England Re-visited (pages 561–575)

   John Tosh

 

Illicit Intimacies: The Imagined ‘Homes’ of Gilbert Innes of Stow and his Mistresses (1751–1832) (pages 576–590)

Katie Barclay

 

Native American Men – and Women – at Home in Plural Marriages in Seventeenth-Century New France (pages 591–610)

   Sarah M. S. Pearsall

 

Lock Up Your Daughters! Male Activists, ‘Patriotic Domesticity’ and the Fight Against Sex Trafficking in England, 1880–1912 (pages 611–627)

   Rachael Attwood

 

Domesticity as Socio-Cultural Construction: Domestic Slavery, Home and the Quintal in Cabo Delgado (Mozambique) (pages 628–648)

   Francesca Declich

 

 

Part II – Male Authority, Love and Conflicts

 

Meanings of Fatherhood in Late-Medieval Montpellier: Love, Care and the Exercise of Patria Potestas (pages 651–668)

   Lucie Laumonier

 

Generations of Men and Masculinity in Two Late-Medieval Biographies of Saints (pages 669–683)

   Marita von Weissenberg

 

The Moretti Family: Late Marriage, Bachelorhood and Domestic Authority in Seventeenth-Century Venice (pages 684–702)

   Lisa Dallavalle

 

Fathers at Home: Life Writing and Late-Victorian and Edwardian Plebeian Domestic Masculinities (pages 703–717)

   Julie-Marie Strange

 

 

Part III – Material Culture, Household Economy and Work

 

A Passion for Porcelain, Silverware and Furniture in Male Aristocratic Homes (in Seventeenth- and Eighteenth-Century Central Italy) (pages 721–735)

   Benedetta Borello

 

The Early Modern German Professor at Home – Masculinity, Bachelorhood and Family Concepts (Sixteenth–Eighteenth Centuries) (pages 736–751)

   Elizabeth Harding

 

Husbands, Masculinity, Male Work and Household Economy in Eighteenth-Century Italy: The Case of Turin (pages 752–772)

   Beatrice Zucca Micheletto

 

Informal Economies and Masculine Hierarchies in Slave Communities of the US South, 1800–65 (pages 773–787)

   David Doddington

 

Part IV – Men at Home between Tradition and Innovation

 

The Bureaucrat, the Mulla and the Maverick Intellectual ‘at Home’: Domestic Narratives of Patriarchy, Masculinity and Modernity in Iran, 1880–1980 (pages 791–811)

   Joanna de Groot

 

Masculine Ways of Being at Home: Hobbies, Do-It-Yourself and Home Improvement in Argentina (1940–70) (pages 812–827)

   Inés Pérez

 

Fathers in 1960s Switzerland: A Silent Revolution? (pages 828–843)

   Caroline Rusterholz

 

Is the Personal Political for Men too? Encounter and Conflict between ‘New Left’ Men and Feminist Movements in 1970s Italy (pages 844–864)

   Paola Stelliferi

 

“The Ultimate Extension of Gay Community”: Communal Living and Gay Liberation in the 1970s (pages 865–881)

   Stephen Vider

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Table ronde: Prostitutions. Expressions, transactions, figurations, Orsay, 3 décembre

Prostitutions : expressions, transactions, figurations

positif
Anonyme, Etudes de nu, femme assise bras croisés© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

A l’occasion de la parution de Prostitutions. Des représentations aveuglantes, les auteurs de cet ouvrage au format original, à mi-chemin entre livre et magazine, dialogueront autour des prostitutions. Cette table ronde est placée sous le signe de la pluralité des disciplines, des discours et des sensibilités.

Avec la participation de :
Marie Robert, conservateur, musée d’Orsay
Daniel Grojnowski, professeur émérite en littérature, université Paris-Diderot-Paris VII
Yagos Koliopanos, doctorant en sociologie
Laurie Laufer, psychanalyste
Clyde Plumauzille, chercheuse en histoire

Modération : Isolde Pludermacher, conservateur, musée d’Orsay, Gabrielle Houbre, maîtresse de conférences, université Paris-Diderot-Paris-VII ; université Sorbonne-Paris-Cité

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque: Je travaille, donc je suis, Le Mage à 20 ans, 4 décembre

Vendredi 4 décembre 2015

  Je travaille, donc je suis. Le Mage a 20 ans

En Sorbonne – Amphithéâtre Louis Liard – 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

REDIFFUSION dans le Grand-Amphithéâtre de l’Université Paris Descartes
12, rue de l’École de Médecine – 75006 Paris

Ouverture
par Frédéric Dardel, Président de l’Université Paris Descartes

Conférence inaugurale
Angela Davis, University of California, Santa Cruz

Introduction : L’histoire du Mage

Tables rondes

  • Les forces du Mage
  • La reconfiguration/diversification des objets de recherche
  • Travail, genre et féminismes d’hier à demain

programme colloque-mage-20ans
Synthèse du colloque
Nicky Le Feuvre, Université de Lausanne

Conférence de clôture : « Faire l’histoire du travail des femmes »
Michelle Perrot, Université Paris Diderot

Pour celles ou ceux qui n’ont pas reçu de confirmation d’inscription de notre part :
Ce colloque rencontrant un très vif succès, nous ne pouvons pas vous garantir l’entrée dans l’amphi Louis Liard. Nous sommes conscientes qu’il n’existe pas de solution idéale en la matière et sommes sous la contrainte de questions administratives de gestion des salles en Sorbonne, qui ne dépendent pas de nous mais de l’Université.
Nous proposons donc une alternative en rediffusant en direct l’ensemble de la journée dans le Grand-Amphithéâtre de l’Université Paris Descartes – 12 rue de l’École de Médecine – 75006 Paris (à 5 minutes à pied de la Sorbonne). Il reste indispensable de vous inscrire pour cette rediffusion en nous renvoyant le bulletin ci-dessous dûment rempli avant le 27 novembre à: lemagea20ans@gmail.com.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: « Corps sous emprises », dernier numéro de la revue Travail, genre et sociétés

Le numéro 34/2015 de Travail, genre et sociétés
« Corps sous emprises »
vient de paraître aux éditions La Découverte

PARCOURS
Michèle Reverdy, composer à  tout prix
propos recueillis par Hyacinthe Ravet

DOSSIER
Corps sous emprises. Biopolitique et sexualité au Nord et au Sud
coordonné par Tania Angeloff et Delphine Gardey

  • L’invention de l’accouchement sans douleur, France 1950-1980
    Marilène Vuille
  • Mesurer la puberté. La médicalisation de l’adolescence, Suisse 1950-1970
    Laura Piccand
  • Cet obscur sujet du désir. Médicaliser les troubles de la sexualité féminine en Occident
    Delphine Gardey et Iulia Hasdeu
  • Le sexe des femmes migrantes. Excisées au Sud, réparées au Nord
    Michela Villani
  • Biopolitique du stérilet. Stratégies au Sud
    Chikako Takeshita

MUTATIONS

  • La direction d’école en France
    Gilles Combaz et Christine Burgevin

CONTROVERSE
Quotas en tout genre
coordonnée par Jacqueline Laufer et Marion Paoletti

  • Du côté des électeurs : la banalisation du principe de parité ?
    Victor Marneur et Frédéric Neyrat
  • Un « mal nécessaire » ? Les hauts fonctionnaires et les quotas
    Laure Bereni et Anne Revillard
  • Les quotas de femems dans les conseils d’administration
    Anne-Françoise Bender, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Philippe Reigné
  • A l’université : les dessous d’un consensus apparent
    Elise Lemercier
  • Dans le sport, des principes aux faits…
    Catherine Louveau
  • Art et culture …Et que rien ne change !
    Reine Prat
  • Dans les syndicats : du volontarisme à  la contrainte légale
    Cécile Guillaume, Sophie Pochic et Rachel Silvera

CRITIQUES

  • Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne
    de Sabine Fortino, Benjamin Tejerica, Beatriz Cavia et José Calderon (dir.)
    par Carlos Prieto
  • Mères migrantes sans frontières. La dimension invisible de l’immigration philippine en France d’Asuncio Freznoza-Flot
    par Julien Debonneville
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution
    de Lilian Mathieu
    par Lola Gonzalez-Quijano
  • L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin
    de Joël Lebeaume
    par Nicole Mosconi
  • L’économie pour toutes. Un livre pour les femmes que les hommes feraient bien de lire
    de Jezabel Couppey-Soubeyran et Marianne Rubinstein
    par Rachel Silvera
  • L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail
    de’Alain Testart
    par Marie-Elisabeth Handman
  • La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte
    de Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier et Françoise Thébaud (coord.)
    par Yves Verneuil
  • Filles et garçons au lycée pro. Rapport à  l’école et rapport de genre
    de Séverine Depoilly
    par Nicolas Divert
  • Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940)
    de Linda Guerry
    par Stéphanie Condon

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Gender, Work, & Organization

Dernier numéro de la revue: Gender, Work, & Organization

 

Volume 22, Issue 5, September 2015

Special Issue: Gendered Ageing in the New Economy

Edited by: Kathleen Riach, Wendy Loretto, Clary Krekula

Articles:

Gendered Ageing in the New Economy: Introduction to Special Issue (pages 437–444) Kathleen Riach, Wendy Loretto and Clary Krekula

Gendering Pensions: Making Women Visible (pages 445–458) Jo Grady

Work, Age and Other Drugs: Exploring the Intersection of Age and Masculinity in a Pharmaceutical Organization (pages 459–473) Barbara Foweraker and Leanne Cutcher

‘Success Is Satisfaction with What You Have’? Biographical Work–Life Balance of Older Female Employees in Public Administration (pages 474–494) Elisabeth Schilling

Technical Change and the Un/Troubling of Gendered Ageing in Healthcare Work (pages 495–509) Susan Halford, Natalia Kukarenko, Ann Therese Lotherington and Aud Obstfelder

Taking Stock: A Visual Analysis of Gendered Ageing (pages 510–528) Katrina Pritchard and Rebecca Whiting

Ageing, Corporeality and Embodiment, by Chris Gilleard and Paul Higgs. Anthem Press, 2014. 228 pp., hbk £60.00: Fashion and Age: Dress, the Body, and Later Life, by Julie Twigg. Bloomsbury, 2013. 184 pp., pbk £19.99 (pages 529–531) Sophie Hales

Older Workers in an Ageing Society: Critical Topics in Research and Policy, edited by Philip Taylor. Edward Elgar Publishers, 2013. 276 pp., hbk £83.00 (pages 532–533) Satu Heikkinen and Magnus Nilsson

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Association d’études de la sexualité, Congrès 2016

Appel de propositions pour les sessions du Congrès 2016

SSA CFP 2016 English and French (Cliquez pour télécharger)

L’Association d’études de la sexualité lance un appel de propositions pour sa quatrième rencontre annuelle, qui sera tenue du 29 au 31 mai 2016 à l’Université de Calgary à Calgary (Alberta) lors du Congrès du CRSH. Nous invitons des propositions de langues française et anglaise à partir de toute perspective disciplinaire ou interdisciplinaire. Il sera possible de présenter la même communication en français et en anglais. Si vous désirez présenter deux communications (l’une en français et l’autre en anglais), veuillez clairement indiquer cette intention dans votre résumé.

Suivant le thème du Congrès 2016, « L’énergie des communautés », nous nous intéressons notamment aux communications, réflexions créatives, expositions artistiques, films, œuvres multimédias et performances artistiques qui problématisent les notions de communauté et de l’appartenance dans leurs intersections avec le sexe, le genre et la sexualité. Étant donné l’engagement de l’Association d’études de la sexualité auprès d’une variété de communautés, dont les communautés autochtones, francophones et artistiques, le thème « L’énergie des communautés » est particulièrement propice pour nous.

Dans nos rôles de personnes impliquées dans la recherche critique et le militantisme liés à une variété de réseaux universitaires, artistiques et politiques, nous participons à la création de communautés queers et de systèmes de liens affectifs. L’histoire de l’intégration de la recherche scientifique et la recherche communautaire est longue et complexe. Les études critiques de la sexualité dénoncent les systèmes d’hétéronormativité qui privilégient les structures de liens affectifs et les pratiques sexuelles dominantes. Notre association favorise les théories et les méthodes intersectionnelles, décolonisatrices et multidimensionnelles. Elle est vouée à la dénonciation de projets homonationalistes qui réinscrivent la normativité comme technologie de gouvernance. En délégitimisant les savoirs produits par les communautés « autres », cette réinscription du pouvoir naturalise et privilégie les épistémologies dominantes.

Cette année, nous invitons l’exploration des questions suivantes : Quels sont les lieux de résistance et de complicité opérationnalisés par les sexualités et les études de la sexualité contemporaines? Quelles communautés et quelles formes d’appartenance sont rendues viables, et lesquelles deviennent inhabitables dans le contexte des cadres contemporains de la sexualité? Quelles sont les conséquences affectives de viser « l’énergie » des communautés d’un point de vue critique? Comment pouvons-nous visualiser et nous engager auprès de diverses cultures et communautés à l’ère de la politique mondiale et des relations transnationales? Nous invitons les chercheuses et chercheurs, les activistes et les artistes à soumettre des propositions qui se penchent sur les multiples dimensions de l’énergie des communautés incluant, mais sans se limiter, aux concepts suivants :

  • l’indigénéité, la dé/colonisation et le transnationalisme;
  • les études de la sexualité dans les discours scientifiques, artistiques et communautaires;
  • la langue, la culture et l’anglonormativité;
  • la racisation et la blancheur;
  • les corps inter/sexués, les genres et les subjectivités;
  • l’in/capacité et la crip theory;
  • les subjectivités trans* et la théorie trans-;
  • les politiques de l’espace et des contre-publics;
  • les écologies queers, l’anthropocène, l’espèce-isme et la distinction humain-animal;
  • les politiques vitales, les nouveaux matérialismes et les ontologies centrées sur l’objet;
  • la nécropolitique et la biopolitique, les morts-vivants, la « mort lente »;
  • le travail, la précarité, la survie;
  • les sexualités « illicites » et le travail du sexe;
  • les liens affectifs et les familles;
  • les droits, la reconnaissance et la résistance.

POUR SOUMETTRE VOTRE PROPOSITION : Nous encourageons la soumission de présentations d’une variété de formats, y compris les conférences, les panels, les ateliers, les tables rondes, les affiches, le visionnement de films et de vidéos, les performances artistiques, les expositions et les événements culturels. Une attention particulière sera portée aux séances impliquant des artistes ou des chercheurs, chercheuses ou activistes communautaires. Si vous proposez une présentation non conventionnelle, veuillez inclure une brève description de vos potentiels besoins en ce qui concerne le matériel technique/audiovisuel, le lieu et dimensions de la pièce, la possibilité de déplacer les meubles, ou autre.

Toute proposition doit être soumise sous forme d’un seul fichier (Word ou PDF) contenant (1) un résumé d’un maximum de 150 mots pour les communications individuelles, (2) une biographie d’un maximum de 50 mots et (3) un CV abrégé d’UNE page soulignant son affiliation institutionnelle ou communautaire, ses intérêts de recherche et ses projets/publications/expositions/performances en cours. Pour les propositions de panel et de table ronde, en plus d’une biographie de 50 mots et d’un CV abrégé d’une page pour chaque personne participante, la soumission doit inclure une description de 150 mots précisant les objectifs du panel dans son ensemble et un résumé de 100 mots pour chaque personne participante. Trois ou quatre personnes participeront à chaque panel. Si vous proposez un atelier dont l’horaire diffère de l’horaire conventionnel, veuillez l’indiquer. Comme une séance dure normalement 75 minutes, chaque communication présentée dans un panel doit durer environ 15 minutes. Toute soumission de panel et de table ronde doit indiquer le choix d’une personne pour animer la séance. Veuillez envoyer votre soumission sous forme de pièce jointe à l’adresse suivante : sexualitystudiesassociation@gmail.com.

La date limite des soumissions est le 20 novembre 2015. Les personnes ayant soumis des propositions seront avisées de la décision du comité de sélection vers la fin du mois de janvier 2016. Pour présenter au congrès, il faut être membre de l’association en date du 1er avril 2016 au plus tard.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn