Archives du mot-clé féminisme

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

https://muse.jhu.edu/

 

Volume 28, Issue 3, Fall 2016


Editorial Note

“Changing Feminist Paradigms and Cultural Encounters: Women’s Experiences in Ottoman and Post-Ottoman History in the Nineteenth and Twentieth Centuries”

Elisa Camiscioli, Jean H. Quataert, Benita Roth

 

Articles

Introduction

Gülhan Balsoy

 

“They can breathe freely now”: The International Council of Women and Ottoman Muslim Women (1893–1920s)

Nicole A.N.M. van Os

 

National and Transnational Dynamics of Women’s Activism in Turkey in the 1950s and 1960s: The Story of the ICW Branch in Ankara

Umut Azak, Henk de Smaele

 

Transcultural Encounters: Discourses on Women’s Rights and Feminist Interventions in the Ottoman Empire, Greece, and Turkey from the Mid-Nineteenth Century to the Interwar Period

Efi Kanner

 

Women’s Migration for Prostitution in the interwar Middle East and North Africa

Liat Kozma

 

Toxic Murder, Female Poisoners, and the Question of Agency at the Late Ottoman Law Courts, 1840–1908

Ebru Aykut

 

The Uncertainties of Freedom: The Second Constitutional Era and the End of Slavery in the Late Ottoman Empire

Ceyda Karamursel

 

Maternal Colonialism and Turkish Woman’s Burden in Dersim: Educating the “Mountain Flowers” of Dersim

Zeynep Turkyilmaz

Save

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: « Corps sous emprises », dernier numéro de la revue Travail, genre et sociétés

Le numéro 34/2015 de Travail, genre et sociétés
« Corps sous emprises »
vient de paraître aux éditions La Découverte

PARCOURS
Michèle Reverdy, composer à  tout prix
propos recueillis par Hyacinthe Ravet

DOSSIER
Corps sous emprises. Biopolitique et sexualité au Nord et au Sud
coordonné par Tania Angeloff et Delphine Gardey

  • L’invention de l’accouchement sans douleur, France 1950-1980
    Marilène Vuille
  • Mesurer la puberté. La médicalisation de l’adolescence, Suisse 1950-1970
    Laura Piccand
  • Cet obscur sujet du désir. Médicaliser les troubles de la sexualité féminine en Occident
    Delphine Gardey et Iulia Hasdeu
  • Le sexe des femmes migrantes. Excisées au Sud, réparées au Nord
    Michela Villani
  • Biopolitique du stérilet. Stratégies au Sud
    Chikako Takeshita

MUTATIONS

  • La direction d’école en France
    Gilles Combaz et Christine Burgevin

CONTROVERSE
Quotas en tout genre
coordonnée par Jacqueline Laufer et Marion Paoletti

  • Du côté des électeurs : la banalisation du principe de parité ?
    Victor Marneur et Frédéric Neyrat
  • Un « mal nécessaire » ? Les hauts fonctionnaires et les quotas
    Laure Bereni et Anne Revillard
  • Les quotas de femems dans les conseils d’administration
    Anne-Françoise Bender, Isabelle Berrebi-Hoffmann et Philippe Reigné
  • A l’université : les dessous d’un consensus apparent
    Elise Lemercier
  • Dans le sport, des principes aux faits…
    Catherine Louveau
  • Art et culture …Et que rien ne change !
    Reine Prat
  • Dans les syndicats : du volontarisme à  la contrainte légale
    Cécile Guillaume, Sophie Pochic et Rachel Silvera

CRITIQUES

  • Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne
    de Sabine Fortino, Benjamin Tejerica, Beatriz Cavia et José Calderon (dir.)
    par Carlos Prieto
  • Mères migrantes sans frontières. La dimension invisible de l’immigration philippine en France d’Asuncio Freznoza-Flot
    par Julien Debonneville
  • La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution
    de Lilian Mathieu
    par Lola Gonzalez-Quijano
  • L’enseignement ménager en France. Sciences et techniques au féminin
    de Joël Lebeaume
    par Nicole Mosconi
  • L’économie pour toutes. Un livre pour les femmes que les hommes feraient bien de lire
    de Jezabel Couppey-Soubeyran et Marianne Rubinstein
    par Rachel Silvera
  • L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail
    de’Alain Testart
    par Marie-Elisabeth Handman
  • La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte
    de Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier et Françoise Thébaud (coord.)
    par Yves Verneuil
  • Filles et garçons au lycée pro. Rapport à  l’école et rapport de genre
    de Séverine Depoilly
    par Nicolas Divert
  • Le genre de l’immigration et de la naturalisation. L’exemple de Marseille (1918-1940)
    de Linda Guerry
    par Stéphanie Condon

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Appropriations ordinaires des idées féministes, Politix

Le dernier numéro de la revue Politix est consacré aux appropriations ordinaires des idées féministes et sonde le continuum de ces formes d’appropriations qui permet de dépasser le clivage féministe-non féministe dans le quotidien des mouvements sociaux. Dirigé par Alban Jacquemart, Viviane Albenga et Laure Bereni, il s’appuie sur les contributions de Fanny Gallot, Eve Meuret-Campfort, Camille Masclet, Laurence Bachmann, Pauline Delage, Gwenaëlle Perrier et Pamela Aronson.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Premier numéro de la revue Comment s’en sortir: Du côté obscur : féminismes noirs

Nous souhaitons la bienvenue à la revue d’études féministes, queer et postcoloniales Comment s’en sortir et nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de ce numéro inaugural : « Du côté obscur : Féminismes noirs ».

CSS propose deux versions de ce numéro. Une version en ligne qui comporte la majorité des articles (Frictions), un entretien (Rencontre) et les recensions (Arsenal), à l’adresse suivante :http://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/, ainsi qu’une version imprimée aux Editions iXe, intitulée « Les murs renversés deviennent des ponts : CSS#1 : Féminismes noirs », autour d’un Manifeste et d’un article (Traverse).

http://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/

A l’occasion de cette première parution, le comité de rédaction deCSS organise deux évènements: le 27 mai prochain, au Monte-en-l’air, 2 rue de la Mare, 75020 Paris, à partir de 18h30 ; et le 4 juin, au Reid Hall de Columbia University, 4 rue de Chevreuse, 75006 Paris.

NUMÉRO 1

N° 1 | 2015 – Du côté obscur : féminismes noirs

From The Dark Side: Black Feminisms

Coordination

Keivan Djavadzadeh et Myriam Paris

Numéro téléchargeable en intégralité et par articles séparés.

Numéro intégral [PDF]

Introduction

Keivan Djavadzadeh & Myriam Paris
Du côté obscur : féminismes noirs
[PDF]

Rencontre

Françoise Vergès
Mettre en théorie et en pratique le principe de déplacement
[PDF]

Frictions

Tal Dor
Vers une conscience radicale : la libération féministe mizrahie pour une pensée émancipée
[PDF]

Sharon Kinsella
Visages noirs, sorcières et racisme contre les filles
(traduction de l’anglais par Mélanie Jouitteau)
[PDF]

Jacqueline Couti
La Doudou contre-attaque : Féminisme noir, sexualisation et doudouisme en question dans l’entre deux-guerres
(traduction de l’anglais par Michele Greer)
[PDF]

Karima Ramdani
Femmes modernes Et de traditions musulmanes. Traduction de la modernité coloniale dans les rhétoriques des féministes anticolonialistes
[PDF]

Vanessa Agard Jones
« Le jeu de qui ? » Les politiques sexuelles aux Antilles françaises
[PDF]

Sara Farris
Féministes de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?
(traduction de l’anglais par Michele Greer)
[PDF]

Arsenal

Noemi Michel et Eva Rodriguez
Générations Audre Lorde ; Autour du documentaire Audre Lorde. The Berlin years 1984 to 1992, Dagmar Schultz, Allemagne, 2012.
[PDF]

Julie Abbou
The Birth Of Chinese Feminism. Essential Texts in Transnational Theory, Lydia H. Liu, Rebecca E. Karl, Dorothy Ko, New York Columbia University Press, 2013.
[PDF]

Gianfranco Rebucini
Théories féministes et queers décoloniales : interventions Chicanas et Latinas états-uniennes, Les cahiers du CEDREF, éditions iXe, 2011.
[PDF]

Keivan Djavadzadeh
Angela Davis, Blues Legacies and Black Feminism, New York, Vintage Books, 1999.
[PDF]

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Conférence: Joan Scott, « Comment je suis devenue une historienne féministe », 30 mars

Conférences de l’Institut Emilie du Châtelet

Joan W. Scott: « Comment je suis devenue une historienne féministe »

20150330_191045

Dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre »

30 mars 2015

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 18h-20h30, conférence en français, suivie d’un cocktail

Avec Joan Wallach Scott, Historienne (Institute for Advanced Study, Princeton)

Joan W. Scott, historienne américaine, spécialiste de la France ouvrière du XIXe siècle et du travail des femmes, est une des grandes pionnières des études de genre. Son article le «Genre: une catégorie utile d’analyse historique» (1986, trad. française en 1988) a fait date et reste une référence majeure autant pour une théorie critique de l’histoire qu’elle poursuit, que  pour un questionnement épistémologique de toutes les disciplines. Observatrice critique des enjeux féministes en France, elle s’est intéressée plus particulièrement aux paradoxes de la lutte pour la citoyenneté, à la parité ou aux dimensions politiques et post coloniales des affaires de voile.Joan W. Scott est aujourd’hui professeure émérite à l’Institute for Advanced Study de Princeton (School of Social Science).

Plus d’informations sur le site de l’IEC: http://www.institutemilieduchatelet.org/details-conferences?id=268
Retrouvez notre entretien avec Joan Scott dans la rubrique « Une question à »: http://gcp.hypotheses.org/254

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Film: « Je ne suis pas féministe, mais… »

« Je ne suis pas féministe, mais… »

 Un film de Florence & Sylvie Tissot

delphy-newsletter

En 1970, à la suite d’une action retentissante sous l’Arc de Triomphe à Paris, Christine Delphy fonde, avec d’autres féministes comme Monique Wittig , le MLF. Devenue sociologue, elle ne cesse, dans les décennies qui suivent, de lutter pour les droits des femmes. Je ne suis pas féministe, mais… lui consacre un portrait et met en lumière, à travers son parcours, les avancées historiques et les enjeux actuels du mouvement féministe.

Plus d’informations sur https://jenesuispasfeministemais.wordpress.com/ 

À l’occasion de la sortie du coffret DVD de Je ne suis pas féministe, mais… des débats et des projections à travers toute la France et à l’étranger. A venir notamment:

8 mars, 15h00, Lille : L’Abécédaire de Christine Delphy, projection en présence de Sylvie Tissot.

12 mars, 20h00, Paris : Je ne suis pas féministe, mais…, projection en présence des réalisatrices et de Christine Delphy.

14 mars, à 16h30, Festival International de films de femmes de Créteil : Je ne suis pas féministe, mais… en présence des réalisatrices et de Christine Delphy

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« Le féminisme est-il soluble dans le nationalisme? », 10 octobre, Violette & Co

 « Le féminisme est-il soluble dans le nationalisme? »

10 octobre 2014, à partir de 19h

Librairie Violette & Co, 102 Rue de Charonne, 75011 Paris

Animatrice du débat : Natacha Chetcuti (Sociologue, chercheure associée au CRESPPA, équipe « GTM ») et Yvette Claverane (ancienne journaliste et militante)

En France comme en Europe, les débats concernant l’égalité entre les femmes et les hommes et l’accès aux droits des lesbiennes et des gays a donné lieu à des affrontements politiques, qui ont fait resurgir les figures historiques de l’extrême droite et de la droite classique. Elles donnent lieu à deux modèles politiques : l’arabe et le musulman comme synonyme de terrorisme et de délinquance, et celle du retour au fantasme juif, associée à l’homosexualité comme figure de la décadence. S’ajoute à ces poncifs la question du nationalisme dont se réfère entre autres l’extrême droite par rapport aux politiques européennes.

Le féminisme (et/ou le lesbianisme) comme projet social de résistance et d’émancipation se trouve ici confronté à des questions qui ne sont pas si nouvelles, si l’on en croit les différents questionnements qui ont été soulevés dans les années 1980 et 1990 dans certains cercles universitaires (Féminisme et nazisme, CEDREF, 1992 ; Les féministes face à l’antisémistime et au racisme, ANEF, 1998), et dans des mouvements sociaux. Néanmoins dans le contexte actuel, l’hétérosexisme, le classisme, le racisme et l’antisémitisme, se trouvent au centre du système capitaliste en tant que formes structurelles d’oppression.

Ces enjeux contemporains des pratiques et des discours réactionnaires seront analysés à l’aune de la notion même d’humanité. Ainsi Claire Ambroselli (médecin) reviendra sur le rôle de la médecine et de la résistance aux crimes contre l’humanité. Eve Pascal (lesbienne féministe) traitera de la résistance des lesbiennes pendant la seconde guerre mondiale. Par l’analyse des théories politiques et littéraires des intellectuels d’extrême droite dans les années 1930, Sandrine Sanos (historienne), examinera la généalogie des discours d’extrême droite afin d’éclairer la compréhension des modèles actuels de l’antisémitisme, et de leur corrélation éventuelle avec les politiques d’égalité de genre et d’hétérnormativité. Karima Ramdani (politologue) proposera une analyse des rapports entre nationalisme-féminisme/féministes françaises-algériennes-féministes algériennes et de la racialisation du genre et de la sexualité dans l’Algérie coloniale. Eleni Varikas, politologue, (sous réserve) questionnera les rapports entre exclusion, émancipation par la production des terminologies des différences.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Espaces réflexifs, « Attention, Gender »

Carnet de recherche, Espaces réflexifs constitue le support d’une écriture collective sur le thème de la réflexivité, dans les pratiques de recherche et d’enseignement. Chaque mois, un chercheur prend en charge la « direction » de la publication et présente ses problématiques réflexives.

Ce mois de juillet, Anne-Charlotte Husson, chercheuse à Lyon et animatrice de l’excellent blog Ca fait genre! prend ses quartiers dans la « Villa réflexive ». Dans un premier billet, elle revient sur la controverse autour du « Gender » puis, dans les suivants, évoque le rapport entre militantisme et recherche, la difficulté de mener des recherches sur les réalités liées au genre, des questions linguistique, etc. A lire avec plaisir.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire Prefics autour du genre de la contestation sociale, 4 juillet, Rennes 2

Un séminaire pour les rennais-e-s!

La dernière séance du séminaire sur « L’expérimentation de la contestation sociale » (Prefics) se déroulera autour de la thématique suivante « Le genre et les rapports sociaux de sexe : enjeu des luttes féministes et outil d’interprétation des mouvements sociaux et du militantisme ». Elle aura lieu le 4 juillet prochain de 9h30 à 12h en salle B332 (Université Rennes 2).

A cette occasion, les organisatrices, Claire Lesacher et Nadia Ouabdelmoumen, recevront deux intervenant-e-s :

Xavier Dunezat ( Enseignant de sciences sociales, membre associé du CRESPA, Paris 8-10 GTM) : « « Les rapports sociaux de sexe dans les mouvements sociaux : entre domination et résistance. Le cas des mobilisations dites de chômeurs et de sans-papiers »

Lydie Porée (co-auteure avec Patricia Godard du livre « Les femmes s’en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Rennes » (1965-1985 ) aux Éditions Goater) : « Histoire du féminisme à Rennes : une association et des projets conçus comme des outils de réflexion et de lutte pour aujourd’hui, retour sur une expérience de recherche militante »

En préparation du séminaire, les intervenant-e-s proposent la lecture des textes suivants :

– Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 11 juin 2009. URL : http://clio.revues.org/index9217.html

– ROUX (P .) et al., « Le Militantisme n’échappe pas au patriarcat », Nouvelles questions féministes, 24 (3), 2005, p. 4-15.

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Clio, Les lois genrées de la guerre

couv_Clio_39

À l’occasion de la parution du n°39 de CLIO, Femmes, Genre, Histoire, la revue porte son regard sur les femmes et les conflits. Depuis la fin du XXe siècle, l’étude de cette thématique a été renouvelée par l’approche anthropologique du fait guerrier, par une attention à l’intime et par la focale sur les sorties de guerre. La dénonciation de la violence sexuelle et la protection des populations civiles ont été de plus en plus prises en compte au niveau international. Ainsi, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les violences faites aux femmes et la mixité croissante de la sphère militaire ont constitué un marqueur fluctuant de ce que l’on nomme « les lois de la guerre ».

Sommaire du dossier coordonné par Fabrice Virgili:

• Philippe Clancier, « Hommes guerriers et femmes invisibles, le choix des scribes dans le Proche-Orient ancien »
• Sophie Cassagnes-Brouquet, « Au service de la guerre juste. Mathilde de Toscane (XIe-XIIe siècle) »
• Mariana Muravyeva, « “Ni pillage ni viol sans ordre préalable”. Codifier la guerre dans l’Europe moderne »
• Régis Schlagdenhauffen, « Désirs condamnés : punir les « homosexuels » en Alsace annexée (1940-1945) »
• Alain Blum & Amandine Regamey, « Le héros et la martyre ou le viol effacé (Lituanie 1944-2000) »
• Christine Lévy, « Le Tribunal international des femmes de Tokyo en 2000 : une réponse féministe au révisionnisme ? »

Plus d’infos sur http://clio.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Joan W. Scott ou l’histoire critique des inégalités

Clyde Plumauzille, « Joan W. Scott ou l’histoire critique des inégalités », La Vie des idées, 17 juin 2014.

Source: Culture on the Edge. Studies on Identity Formation, http://edge.ua.edu/russell-mccutcheon/the-evidence-of-experience/

« Depuis plus de trente ans, Joan Scott informe et transforme notre histoire comme notre façon de faire de l’histoire et nous oblige à repenser nos catégories, à déplacer notre regard. De la lutte des classes à la différence des sexes en passant par l’émancipation sexuelle et la question raciale, elle propose une analyse critique des rhétoriques républicaines pour déjouer les formes naturalisées de l’inégalité. »

A l’heure de l’offensive contre ladite « théorie du genre », retour sur un parcours épitstémologique salutaire.

http://www.laviedesidees.fr/Joan-W-Scott-ou-l-histoire.html

 

Voir également

« History Trouble, Entretien avec Joan Scott »Vacarmes, 2014.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History, Summer 2014

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

http://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.26.2.html

Volume 26, Number 2, Summer 2014

 

Feminists in the Global West: Advances, Reversals, and Persistence

Jean Quataert, Leigh Ann Wheeler

 

Wollstonecraft as an International Feminist Meme

Eileen Hunt Botting, Christine Carey Wilkerson, Elizabeth N. Kozlow

 

Feminism and Fatherhood in Western Europe, 1900–1950s

Ann Taylor Allen

 

Transnational Pan-American Feminism: The Friendship of Bertha Lutz and Mary Wilhelmine Williams, 1926–1944

Katherine M. Marino

 

“A Rainbow of Women”: Diversity and Unity at the 1977 U.S. International Women’s Year Conference

Doreen J. Mattingly, Jessica L. Nare

 

“The Hand that Rocks the Cradle Should Rock the U. of C.”: The Faculty Wife and the Feminist Era

Katherine Turk

 

Getting to the Heart of Science: Rosalie Bertell’s Eco-Feminist Approach to Science and Anti-Nuclear Activism

Lisa Rumiel

 

Book Reviews

Women, Revolution, and the Making of a New Nation

Kim Cary Warren

 

Goodnight Ladies

Ann M. Little

 

Women and Welfare in the United States

Miriam Cohen

 

Breaching the Wall: Beyond the Convent in Catholic Reformation Europe

Lynn Wood Mollenauer

 

“Tapestries of Contacts”: Transnationalizing Women’s History

Francisca de Haan

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Colloque « Le printemps international du genre », 26-27 mai

Le printemps international du genre

 

ACTE V,  26 et 27 mai 2014. Les scènes se passent à l’amphi X de  Paris 8, et au Grand Auditorium des Archives Nationales

Colloque international organisé par Anne E. Berger et Éric Fassin

– Enjeux politiques et savants de l’institutionnalisation et de l’internationalisation d’un champ d’études –

Ce colloque international clôturera l’ensemble des manifestations d’anniversaire en invitant à la réflexion collective, en langues naturelles et langages théoriques variés,  sur l’avenir intellectuel, politique et institutionnel des études de genre à l’heure de leur internationalisation. Le Centre d’études féminines et d’études de genre accueillera des représentant-e-s de centres ou de programmes en études de genre et/ou Women’s Studies fondés en Afrique, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie, en Europe et en Océanie au cours des quarante dernières années, et avec lesquels il a engagé des relations intellectuelles et collégiales, ainsi que des  collaborations scientifiques.

Participant-e-s invité-e-s : Carmen Belloni, professeure de sociologie de la famille et directrice du Centro Internationale di Ricerche e Studi delle Donne,  Université de Turin, Italie ; George Chauncey, professeur d’histoire, co-directeur de la Yale Research Initiative on The History of Sexualities, Yale University, États-Unis ; Francine Demichel, professeure de droit émérite, ancienne présidente de l’Université, Paris 8 ; Delphine Gardey, professeure de sociologie, directrice des études genre, Université de Genève, Suisse ; Clare Hemmings, professeure d’études de Genre à l’Institut d’études de genre, London School of Economics, Royaume-Uni ; Ranjanna Khanna, professeure de littérature anglophone et de théorie féministe,  directrice du programme de Women’s Studies, Duke University, États-Unis ; Léon Matangila Musadila, professeur à l’Université de Kinshasa, République démocratique du Congo ;Griselda Pollock, professeure d’histoire de l’art et de théorie féministe, School of Fine Arts and Cultural Studies, Université de Leeds, Royaume-Uni ; Tuija Pulkkinen, professeure de philosophie politique et d’études de genre, directrice du programme en études de genre, Department of History, Philosophy, Culture and Art Studies, Université d’Helsinki, Finlande ; Fatou Sarr, professeure de sociologie et fondatrice du Centre d’études de genre de l’université de Dakar, Sénégal ; Marta Segarra, professeure de littérature française et francophone et d’études de genre, directrice du Centre Dona y Literatura, Université de Barcelone, Espagne ; Mara Viveros Vigoya, professeure d’anthropologie, ancienne directrice de l’école en études de genre, Université Nationale de Colombie à Bogota ; Elizabeth Weed, co-fondatrice de la revue américaine d’études culturelles féministes differences et ancienne directrice du Pembroke Center, Brown University, États-Unis.

Argumentaire

Les paradoxes de l’institutionnalisation

Le développement d’études féminines ou de genre (women’s studies ou gender studies), en France comme ailleurs, repose sur un paradoxe : d’un côté, c’est un mouvement social et politique qui en a été le catalyseur ; de l’autre, leur essor implique que la recherche s’autonomise du militantisme. De fait, aujourd’hui, les études sur le genre et les sexualités constituent bien un champ autonome, comme l’attestent les revues et colloques pour ce qui concerne la recherche, en même temps que les nouvelles formations et les diplômes universitaires qui en dessinent les contours pédagogiques.

Le paradoxe redouble actuellement : on peut s’inquiéter non plus seulement d’une marginalisation de ce champ d’études, mais aussi désormais, symétriquement, de sa normalisation. L’institutionnalisation expose en effet à la dépolitisation : la (relative) reconnaissance de recherches jusqu’alors illégitimes se paierait ainsi d’un prix élevé s’il leur fallait se contenter de rentrer dans le rang universitaire.

Pour autant, rien ne condamne ce champ académique à se couper du féminisme, ou plutôt des féminismes. L’autonomisation savante n’est pas nécessairement une rupture avec la politique. D’ailleurs, ce sont les épistémologies féministes du « savoir situé » qui ont permis d’interroger les illusions de la « neutralité » scientifique. Enfin, les analyses que produisent ces études peuvent à leur tour alimenter et  infléchir l’action politique. La tension productive entre recherche et engagement dans ce domaine fera ainsi l’objet d’une attention particulière tout au long de notre colloque.

Les tournants politico-théoriques

Penser les enjeux politiques et épistémologiques des études de genre, ce n’est pas seulement confronter celles-ci à la politique féministe (et vice-versa) ; c’est aussi explorer les tensions à la fois théoriques et politiques qui les traversent – en particulier autour de l’articulation problématique entre questions de genre et de sexualité (voire entre femmes et minorités sexuelles), mais aussi entre questions sexuelles et raciales (sinon entre femmes blanches et minorités raciales).  Comment ces tensions se sont-elles formulées et théorisées depuis trente ans ? Qu’en est-il aujourd’hui ?

Les effets de l’internationalisation

Réfléchir à la constitution de ce champ d’études aujourd’hui, c’est enfin interroger la géopolitique du genre. Les féminismes ont fleuri un peu partout dans le monde. Mais l’institutionnalisation des études féministes, de genre et de sexualité se révèle très variable : selon les pays, elles restent très inégalement reconnues. Toutefois, c’est à tort qu’on les identifie, en particulier en France, à la seule « Amérique ». Non seulement ces études ont pris pied dans lesAmériques, mais aussi sur les différents continents. L’heure n’est donc plus à opposer un centre et une périphérie : ce colloque s’intéressera plutôt, pour penser cette internationalisation, à la pluralité des centres d’études, et au décentrement qui en résulte.

Il importe désormais d’analyser l’internationalisation des études de genre dans toute leur complexité, soit à la fois l’élaboration d’un langage commun, y compris dans les institutions internationales, et la pluralité des féminismes, voire des postféminismes, inscrits dans des histoires inséparablement locales et globales ; bref, il faut prendre pour objet tout à la fois la construction nationale des études de genre et la circulation internationale qui les constitue.

Ainsi, commémorer quarante années d’existence d’un Centre d’études, ce n’est pas tant célébrer l’endurance du féminisme universitaire, désormais inscrit dans la durée, que revenir sur cette histoire pour orienter notre présent vers un avenir. « D’où venons-nous ? » : cette question prend tout son sens par rapport à deux autres : « Où en sommes nous ? » et « Où allons-nous ? »

26 Mai, Amphi X, Paris 8

Matin

9h30 : Ouverture par Sandra Laugier, professeure de philosophie, université Paris 1, Directrice adjointe scientifique, chargée de l’interdisciplinarité, INSHS, CNRS

9:45 : Laurence Gavarini, vice-présidente adjointe du Conseil Scientifique de Paris 8, ancienne co-directrice de l’École Doctorale Pratiques et Théories du Sens, enseignante-chercheuse associée au Centre

10h : Introduction, Anne E. Berger et Éric Fassin

10h 30 – 13h:  Session 1

Institutionnalisation et pluralisation des féminismes

Griselda Pollock, professeure d’histoire de l’art et d’études féministes, Université de Leeds, UK : « Is Feminism a Bad Memory? »

Tuija Pulkinnen,  professeure de philosophie politique et d’études de genre, Université de Helsinki, Finlande : « Institutionalization of Gender Studies and Pluralization of Feminist Theory »

Delphine Gardey, professeure d’histoire et d’études de genre, Université de Genève, CH : « Ouvrir, traduire et coaliser : l’hospitalité des études féministes »

12h: Discutantes : Yannick Ripa et Coline Cardi

Après-midi

14H30- 17h : Session 2

L’internationalisation entre obstacles et  avancées

Carmen Belloni,  professeure de sociologie et d’études de genre, Université de Turin, Italie : « Un centre d’études de genre dans un contexte social bloqué et une institution en difficulté »

Pinar Selek : “Le genre oublié. Les difficultés de penser et d’enseigner le genre en Turquie”

Mara Viveros Vigoya, professeure d’anthropologie et d’études de genre,

Université nationale de Colombie, Bogota : « Les études de genre en Amérique latine entre défi et méfiance »

16h30: Discutant-e-s: Elsa Dorlin et Éric Fassin

Pause

27 mai, Grand Auditorium des Archives Nationales

Matin

10h : Ouverture de la journée par Michèle Riot-Sarcey, professeure émérite en histoire moderne et histoire du genre, fondatrice du RING, ancienne membre du Centre

10h30 – 13h : Session 3

Les métamorphoses d’un champ: tournants politiques et avenirs théoriques

Clare Hemmings, professeure d’études de genre, Gender Institute, London School of Economics, RU : « From Phallic Feminist Mothers to Polymorphous Queer Children: Institutionalising Stories of Queer/Feminist Difference »

Ranjanna Khanna, professeure de littérature et de Women’s Studies, Duke University, EUA : « Futurity:  Thinking about ‘the future’ in Feminist theory »

Elizabeth Weed, Co-fondatrice et ancienne directrice, Pembroke Center for  Teaching and Research on Women, Brown University, EUA : « The Lure of the Post-Critical »

Discutantes: Anne E. Berger et Nacira Guénif-Souilamas

Après-midi

14h30- 17h: Session 4

Logiques (trans)nationales

Miriam Pillar Grossi

Fatou Sarr, sociologue, Maître de conférences et directrice du Laboratoire Genre et recherche scientifique de l’IFAN Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal :                  « Institutionnalisation du genre dans l’espace universitaire et légitimation scientifique de l’action politique en faveur de l’égalité de genre au Sénégal : le rôle du Laboratoire Genre de l’IFAN dans l’aboutissement de la loi sur la parité »

Marta Segarra, professeure de littérature française et francophone et d’études de genre, Université de Barcelone, Espagne : « Le genre est mort. Vive le genre! Les études de genre en Espagne »

Discutantes: Valérie Pouzol et Mercedes Yusta

17h: Conclusion

Plus d’informations sur http://blogefeg40ans.wordpress.com/le-printemps-international-du-genre/

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Colloque « Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe »

Penser avec Françoise Collin, philosophe et féministe

Colloque international co-organisé par l’Institut Emilie du Châtelet IEC et le RING

5-6 mai 2014
Université Paris Diderot, amphi Buffon,
15 rue Hélène Brion 75013 Paris, métro/RER : Bibliothèque François Mitterrand
Entrée libre, dans la limite des places disponibles . Pas d’inscriptions

Françoise Collin nous a quitté-e-s le premier septembre 2012. Elle était écrivaine, féministe, philosophe. Née à l’écriture par la poésie, ses premiers poèmes ont été publiés dans la revue Écrire et ses premiers romans, au Seuil, à la fin des années 1950. Sans abandonner la littérature, elle s’est consacrée ensuite à la philosophie et a fait paraître chez Gallimard un important essai philosophique, Maurice Blanchot et la question de l’écriture (1971), alors que Blanchot n’était connu que d’un cercle restreint.
En 1973, de retour d’un voyage à New York, elle crée et anime à Bruxelles la première revue féministe en langue française, Les Cahiers du Grif (Groupe de recherche et d’information féministe). Nomade et indépendante, elle s’installe à Paris en 1981 et relance une nouvelle version plus intellectuelle des Cahiers du Grif. Elle introduit alors sur la scène philosophique une lecture novatrice de Hannah Arendt ,qu’elle développera en 1999 dans L’homme est-il devenu superflu ? Hannah Arendt (Odile Jacob).

Françoise Collin voulait se situer à «l’articulation complexe entre poétique et politique», entre «politique et symbolique» pour penser le devenir du féminisme. Le féminisme en tant que sujet politique «imprévu» de l’histoire: tel est le défi de la «révolution permanente» de la pensée de Françoise Collin.

Par son refus de toute position dogmatique, sa pensée est aussi à même de rassembler les diverses réflexions sur le féminisme et sur le genre. Un colloque international sera donc l’occasion à la fois de faire connaître les multiples facettes de son parcours foisonnant, son envergure d’intellectuelle féministe et les aspects poétiques et politiques de son œuvre afin de poursuivre le dialogue auquel elle nous invite. 

Programme

Lundi 5 mai 2014

Accueil 9h00

I – Philosophie et féminisme. La pensée et l’agir

9h30-12h30  Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe

Ouverture : Isabelle This Saint-Jean, Vice-présidente du Conseil régional dʼÎle-de-France chargée de
lʼenseignement supérieur et de la recherche; Florence Rochefort, histoire, GSRL CNRS/EPHE, présidente de l’IEC ; Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS-Université Paris Dauphine, membre du RING.

Présidence de séance : Christine Planté, littérature, université Lumière Lyon 2
Mara Montanaro, philosophie, université Paris Descartes : Lʼécriture philosophique de Françoise Collin

Rosi Braidotti, philosophie, université dʼUtrecht: Lʼimmigrée blanche (communication enregistrée)

Lecture de textes

Pause

Geneviève Fraisse, philosophie et histoire de la pensée féministe, CNRS: Le Féminisme dans la philosophie
Martine Leibovici, philosophie, université Paris Diderot, CSPRP: Tenir aux femmes. Françoise Collin et la dissymétrie
Débat

Projection d’un extrait de film (avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir)

12h30 Déjeuner libre

14h00-15h00 Françoise Collin: philosophe féministe/ philosophe et féministe (suite)

Présidence de séance : Sonia Dayan Herzbrun, sociologie, université Paris Diderot

Table-ronde : Une révolution permanente
Animée par Eleni Varikas, sciences politiques, unversité Paris 8
Participantes :
Sylvia Duverger, philosophie, université Paris 8
Elsa Dorlin, philosophie, université Paris 8
Judith Revel, philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Débat

15h15-18h00  L’agir féministe
Présidence de séance : Rada Iveković, philosophie, université Paris 8

Diane Lamoureux, science politique, université Laval, Québec: Le féminisme de lʼinsurrection
Florence Rochefort, histoire, CNRS (GSRL CNRS/EPHE) et Michelle Zancarini-Fournel, histoire, université Claude Bernard Lyon 1: Les Cahiers du GRIF dans le paysage féministe des années 1970-1980
Débat

Pause

Tableronde : Travailler avec Françoise Collin
Animée par Pascale Molinier, psychologie sociale, université Paris 13 Nord
Participantes :
Danielle Haase-Dubosc, littérature, université Columbia, New York
Nadine Plateau, co-fondatrice du réseau Sophia, Belgique 
Françoise Duroux
, philosophie, université Paris 8
Christiane Veauvy, sociologie, CNRS/EHESS
Débat

18h00 Cocktail
Mardi 6 mai 2014
Accueil 9h00

II – Créativité et poétique

9h30-13h00  Littérature, arts et symbolique
Présidence de séance : Laurie Laufer, psychanalyse, université Paris Diderot

Nadia Setti, littérature, université Paris 8: Poiesis et praxis : créer, agir, écrire en mouvement
Carmen Boustani, littérature, université de Beyrouth: Françoise Collin et la question de lʼécriture
Débat

Pause

Martha Rosenberg, psychanalyse, Buenos Aires: Un dialogue personnel en quête du sujet féministe
Monique Schneider, psychanalyse, université Paris Diderot:  Le Rendez-vous. Le temps dʼavant le commencement
Débat

Table-rondeCulture et représentations
Animée par Oristelle Bonis, éditions iXe
Participantes :
Evelyne Accad, écrivaine (Liban)
France Théoret, écrivaine (Québec)
Fabienne Dumont, histoire de lʼart contemporain et critique dʼart, EESAB
Débat

13h00 Déjeuner libre

III – Réception et enjeux

14h30-17h00  L’écho international
Présidence de séance : Anne Emmanuelle Berger, littérature, université Paris 8

Marisa Forcina, philosophie, université de Salento: Une réception italienne
Marie Blanche Tahon, sociologie, université dʼOttawa: Françoise Collin au Québec
Débat

Lecture

Pause

Table-rondePenser le féminisme aujourdʼhui
Animée par Dominique Fougeyrollas, sociologie, CNRS, université Paris Dauphine
Participantes :
Eleni Varikas, sciences politiques, université Paris 8
Irène Kaufer, militante syndicale et féministe, Bruxelles
Federica Giardini, philosophie, université de Rome 3
Débat

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website