Archives du mot-clé espace

Lecture: Les Affranchies: franc-comtoises sans frontières

Les Affranchies : Franc-Comtoises sans frontière, sous la direction de Nella Arambasin, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014

À la recherche d’ »affranchies », cet ouvrage issu d’un colloque transdisciplinaire tenu à Besançon en juin 2011 et coordonné par Nella Arambasin se donne pour objectif les propos de Geneviève Fraisse à savoir « comprendre le jeu du chat et de la souris entre domination masculine et subversion féministe » par des études in situ où l’on retrouve notamment des nonnes rebelles, la coiffeuse d’Hillary Clinton ou encore les ouvrières de Lip.

Les questions d’espace, de situation et de position constituent la problématique centrale des différentes communications qui s’efforcent d’interroger l’affranchissement, la marge de manœuvre et plus généralement la capacité d’agir de femmes in situ, en interrogeant « leur implication locale, la manière dont les événements vécus sont liés aux modalités spatiales de leur déroulement/déplacement » soit leur « pratique du lieu ».

La notion de « lisière » mobilisée de façon convaincante par Nella Arambasin en introduction — dont la boîte à outils est plus que stimulante — constitue ainsi la déclinaison au spatial de cette puissance d’agir de femmes, elle renvoie à cette dialectique du « placement/déplacement » qui parcourt ce recueil, et à la volonté d’étudier l’affranchissement de ces femmes par les limites qu’elles négocient et les seuils qu’elles franchissent. « Déconstruire l’autorité : tours et détours », « Construire du lien en un lieu : l’ailleurs autrement », « Circuler entre espaces publics et privés : témoignages et sources », les titres des trois grandes parties de l’ouvrage soulignent bien le tournant spatial emprunté par ces différentes études de cas pour penser « la place » des femmes dans l’histoire.

 

Présentation de l’ouvrage en ligne.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de Géographie et cultures « Les espaces des masculinités »

Du grain à moudre dans cette revue de géographie culturelle pour penser les rapports sociaux de sexe et de sexualité in situ, et des perspectives stimulantes pour interroger la question encore peu traitée des masculinité dans le champ des études genre.

Dernier numéro en ligne de Géographie et cultures
83 | 2012
Les espaces des masculinités

Sous la direction de Charlotte Prieur et Louis Dupont

L’étude des masculinités est récente dans les sciences sociales. Elle l’est encore plus en géographie. Ce constat ne remet cependant pas en cause sa pertinence. Sa généalogie permet de tirer le fil qui est lié historiquement, épistémologiquement et politiquement à l’ensemble de ce que l’on appelle aujourd’hui « la géographie des sexes, genres et sexualités ». Le positionnement scientifique de cette géographie est simple : les lieux n’ont de sens que parce que des corps s’y trouvent. Or ces corps sont l’expression de personnes « genrées » et sexuées dont les relations sociales qui les font interagir incluent la sexualité, quand ce n’est pas cette dernière qui conditionnent les relations sociales. L’étude de la masculinité, puis des masculinités, partagent les débats et les enjeux qui traversent ces thématiques et ces méthodologies de recherche. Un de ces enjeux concerne la production même de la connaissance : la géographie est-elle masculine ? Un autre concerne la production même de la masculinité : elle n’est pas une mais pluriel et ne relève pas que d’un sexe, mais d’un rapport entre les sexes. Un troisième soulève la question du pouvoir et de la domination, d’un genre sur l’autre, d’un sexe sur l’autre, d’une sexualité sur l’autre, dans et par l’espace.

Découvrir le sommaire et les textes en intégralités sur http://gc.revues.org/

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à COM : Les frontières au prisme du genre : ancrages du genre et genre des lieux

Dans le cadre des 10 ans de l’association EFiGiES, l’atelier Aix-Marseille organise une seconde journée d’études autour du thème « Les frontières au prisme du genre ». Cette fois, nous proposons de discuter les ancrages du genre et le genre des lieux à l’occasion d’une journée qui se déroulera le vendredi 22 novembre 2013 à Marseille (rendu des propositions de communication avant le 15 juillet)

L’appel à communication à lire ICI.

Extrait:

« Afin de poursuivre notre réflexion, nous souhaitons organiser une deuxième journée EFiGiES. Il s’agira cette fois de faire travailler la métaphore de la frontière à partir du registre spatial sur lequel elle s’appuie : comment les frontières sociales contribuent-elles à découper ou unifier des territoires ? comment les partages géographiques ou leurs représentations alimentent-ils les frontières sociales ? Nous souhaitons donc réunir des communications autour des thèmes suivants :

  • Comment le genre contribue-t-il à produire l’espace ? La différence de sexe participe à modeler à la fois matériellement et symboliquement l’espace. Quels sont les effets de la division sexuelle du travail sur l’aménagement des lieux ? Comment le genre soutient-il l’existence de mondes imaginés ? De quelles façons et avec quels effets certains espaces se voient-ils investis de connotations genrées ?
  • Comment l’espace modèle-t-il le genre ? L’ancrage spatial des pratiques sociales dans des lieux, des sites, des territoires, des parcours ou des trajectoires participe à la production, tangible et symbolique, d’un système binaire lié au genre. Que nous aident à penser les mécanismes de ségrégation sexuelle de l’espace ? De quelles manières les mobilités géographiques engagent-elles le genre ? Comment les enjeux géopolitiques mobilisent-ils le genre ?

Nous souhaiterions que chaque contribution insiste sur la dimension spatiale des analyses présentées, et examine la question de la (re-)production ou de la transformation du genre sur le terrain étudié. Nous sommes également intéressé-es par des interventions proposant une critique explicite du cadre esquissé ici, à partir d’autres approches théoriques. »

Appel à communications: Women’s International Labor Organization: Transnational Networks, Working Conditions, and Gender Equality

Call for Papers

Women’s International Labor Organization: Transnational Networks, Working Conditions, and Gender Equality

https://www.ilo.org/century/events/WCMS_195590/lang–en/index.htm

 

With the passage of “Decent Work for Domestic Workers,” Convention #189 in June 2011, the International Labor Organization (ILO) re-emerged as a venue for wage earning women to demand economic justice. The planned collaborative volume Women’s ILO: Transnational Networks, Working Conditions, and Gender Equality, to become part of the ILO Century Series published by Palgrave, gives a history to the involvement of women in the ILO and the ways that gender entered into the construction of global labor standards. We ask, what role have women’s networks played inside and outside the ILO to improve working conditions for women and gender equality? How can we analyze the interaction between the national and the international level in the struggle to promote labor standards matching the needs of working women? What was the impact of ILO’s standards, technical cooperation programs and research, especially in non-selfgoverning territories and the (newly independent) states of the global South, in this regard? What impact did the Cold War have on ILO’s debate on working women? And finally, how has the ILO’s concern for domestic care and the informal economy broadened the concept of work?

Building upon a workshop held at the ILO in December 2012, we seek additional papers of around 7,000 words (including endnotes) preferably in English, but translation can be provided.  We are particularly interested in articles based on research in or focusing on Asia, Latin America, and Africa, which consider rural workers, specific conventions or occupational groups, and offer new perspectives. Our focus is the entire century, 1919 to the Present. Broad topics include, but are not limited to:

*The role of women’s networks inside and outside the ILO and their impact on how women’s issues moved from the margin to the center of ILO’s activities. This topic includes the relation between the ILO and the activities of woman reformers and activists in national and international organizations (NGOs, trade unions, research communities, feminist associations etc.)

*The interaction between the national and the international level in the struggle to promote labor standards for women

*The transformation of the debate on women’s work and related agenda-setting inside and outside the ILO in terms of un/gendered labor standards and changing/broadening concepts of work

*The reconfiguration of the debates on women’s work in the context of ILO’s concern with “native” or “non-metropolitan” workers, the informal economy and the fight against poverty

Paper abstracts should designate the topic, present the interpretation, and describe sources. Please send abstracts (c.300 words) in English, French or Spanish with a short C.V. by May 1 to:

Eileen Boris, Hull Professor and Chair, Department of Feminist Studies, University of California, Santa Barbara, USA: boris@femst.ucsb.edu

Dorothea Hoehtker, International Labour Organization (ILO), The ILO Century Project, Geneva, Switzerland: hoehtker@ilo.org

Susan Zimmerman, Professor of History, Department of Gender Studies – Department of History, Central European University: zimmerma@ceu.hu

Notification will be by June 1. It is our intent to workshop the paper drafts at an appropriate conference venue either in Europe or the United States during Spring 2014.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Genre et espace: Marianne Blidon fait le point sur Hypergéo

Une synthèse géographique très utile dans le cadre de notre réflexion, à découvrir en intégralité sur le site Hypergéo

 

Extraits de la notice « Genre« 

« La géographie française s’est emparée récemment du concept de genre, principalement par le biais de la production britannique. D’où l’idée très répandue que les Gender Studies seraient « une spécificité de l’espace académique anglo-américain », méconnaissant par la même les apports des nombreuses chercheuses françaises qui ont, dès les années 1980, travaillé à l’émergence d’espaces interdisciplinaires permettant la production et la diffusion de travaux portant sur les femmes, puis sur le genre et les sexualités (Rouch, 2009 [2001]). Or si ces questions peinent encore à trouver une place légitime au sein de la discipline, ce n’est pas tant parce qu’elles ne seraient pas pertinentes dans l’espace social français que parce que les résistances sociales, disciplinaires et institutionnelles demeurent fortes (Perreau, 2008 ; Blidon, 2008). Celles-ci s’appuient sur différents types de disqualification a priori ; le genre serait un « objet sociologique », « a-spatiale » et « non géographique », un « objet à la mode », un « objet mineur » et « exotique » qui occulte « les vrais enjeux de société » et « ne fait pas avancer les paradigmes de la géographie ».

L’inverse de ce que montrent les travaux menés depuis plusieurs années (Creton, 2002 et 2004 ; Hancock et Barthe, 2005), travaux que l’on peut classer en trois grandes approches.
- La première consiste à analyser en quoi le genre produit de la différenciation spatiale. L’espace est alors envisagé comme genré. On distingue ainsi des territoires ou des lieux masculins (les sous-marins, les fraternités ou les clubs anglais, les casernes), féminins (les couvents, les maternités, les instituts de beauté) ou mixtes (piscines, écoles, cafés, jardins publics) (Bard, 2004). Si ces derniers sont majoritaires, Erving Goffman analyse cette co-présence comme « un type de relation sociale bien particulière, entre ségrégation et indifférenciation, où les femmes et les hommes sont ensemble et séparés […] Et tout cela au nom de la délicatesse, de la civilisation, du respect dû aux femmes ou du besoin “naturel” des hommes de se retrouver entre eux » (2002, 36). Cette grille de lecture a été appliquée principalement aux mobilités quotidiennes (Diaz et al., 2004) ou aux migrations internationales (Catarino C. et al., 2005), aux questions de développement (Marius-Gnanou K., Hofmann E., 2006) ou à la ville envisagée du point de vue des pratiques des femmes (Denèfle, 2004), plus rarement et plus récemment de celles des hommes (Proth, 2002 ; Raibaud, 2006).
- Une deuxième approche consiste à analyser en quoi l’espace participe de la différenciation de genre et de la construction des identités masculines et féminines. L’espace est alors envisagé comme genrant. Ainsi les toilettes publiques conduisent à différencier les usagers selon leur sexe en s’appuyant sur un argument biologique doublé d’un impératif de pudeur et d’intimité. Cet usage différencié fait l’objet d’une socialisation précoce dès la maternelle. Cette grille de lecture s’applique aussi à l’appropriation et la répartition des espaces domestiques (Collignon, Staszak, 2004), aux usages des plages et à la mise en scène corporelle balnéaire (Barthe-Deloizy, 2003) ou à la vulnérabilité des femmes dans les espaces publics (Lieber, 2008). Cette dernière montre ainsi que « les “risques évidents” que courent les femmes lorsqu’elles se déplacent dans l’espace public ne sont pas la conséquence de leur appartenance sexuée, mais participent de la production de cette appartenance » (Lieber, 2008, 16).
- Enfin, le genre n’est pas seulement une organisation sociale entre les sexes, c’est aussi un système signifiant qui structure les catégories de pensée en grandes oppositions symboliques (sensibilité/rationalité, faiblesse/force, concret/abstrait). Une dernière approche, féministe, consiste donc à interroger les fondements même du savoir et les conditions de son élaboration en sciences humaines (Chabaud-Rychter et ali, 2010) et plus particulièrement en géographie (Bondi et Domosh, 1992 ; Massey, 1994). Cela passe par l’affirmation d’un point de vue situé et la critique de la figure du chercheur neutre et objectif qui produit une science universelle et surplombante. Ainsi Claire Hancock, qualifie la géographie centrée sur le territoire de « discipline masculiniste », rappellant que la « construction du sujet rationnel des Lumières a pris un visage particulier en géographie, qui s’est donné pour tâche la description exhaustive du monde, d’une façon qui l’a rendue complice de l’européocentrisme et du colonialisme : la géographie, science de la conquête et de l’appropriation de l’espace, était marquée dans sa conception même par un biais sexué » (2004, 168). D’autres travaux interrogent la construction des discours et des pratiques de terrain notamment la construction de valeurs masculines qui leurs sont associés comme la force physique ou l’endurance des géographes physiciens (Jegou et Chabrol, 2010). Néanmoins, les recherches actuelles tendent à bouleverser cette répartition et à intégrer le genre comme une catégorie d’analyse parmi d’autres, au même titre que l’âge, la classe ou l’origine selon des modalités intersectionnelles ou de co-formation (Bacchetta, 2009). Démarche qui participe d’une banalisation de la notion, ou plus précisément de sa progressive légitimation et reconnaissance au sein de la discipline, et par la même d’une meilleure compréhension des rapports de pouvoir qui traversent nos sociétés et structurent nos représentations du monde. »

Marianne Blidon

Références bibliographiques

- Bacchetta P., « Co-Formations : des spatialités de résistance décoloniales chez les lesbiennes “of color” en France », Genre, sexualité & société, n°1, 2009 (http://gss.revues.org/index810.html).
- Bard C. (dir.), Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, PUA, 2004.
- Barthe-Deloizy B., Géographie de la nudité. Être nu quelque part, Paris, Bréal, 2003.
- Beauvoir de S., Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.
- Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2008.
- Blidon M., « Jalons pour une géographie des homosexualités », L’Espace géographique, n°2, 2008, pp. 175-189.
- Bondi L., Domosh M., « Other figures in other places : on feminism, postmodernism and geography », in Environment and Planning D : Society and Space vol. 10, 1992 (traduit en français par D. Ganderton, in Staszak J.-F. (dir.), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001, pp. 63-79).
- Butler J., Trouble dans le genre, Paris, éditions La découverte, 2005 [1990].
- Catarino C., Morokvasic M. et Hily M.-A. (dir.), « Femmes, genre, migration et mobilités », REMI, vol. 21, n°1, 2005.
- Chabaud-Rychter D., Descoutures V., Devreux A.-M., Varikas E. (dir.), Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour, Paris, éditions La découverte, 2010.
- Collignon B., Staszak J.-F. (dir.), Espaces domestiques, construire, habiter, représenter, Paris, Bréal, 2004.
- Creton D. (dir.), « Questions de genre », Espace, populations, sociétés, vol. 3, 2002.
- Creton D. (dir.), « Espace, genre et sociétés », Espace, populations, sociétés, vol. 1, 2004.
- Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004.
- Diaz Olvera L., Plat D., Pochet P., « Mobilités quotidiennes des femmes en Afrique subsaharienne », in Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004.
- Dorlin E., Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008.
- Hancock C., « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », in Le genre des territoires,
- Bard C. (dir.), Angers, PUA, 2004, pp. 167-174.
- Hancock C., Barthe F. (dir.), « Le genre. Constructions spatiales et culturelles », Géographie et cultures, n°54, 2005.
- Goffman E., L’arrangement des sexes, Paris, Editions La Dispute, 2002.
- Jegou A., Chabrol A., « Discours, pratiques et postures des géographes physiciens et des géographes physiciennes : le genre en géographie physique », intervention au colloque Masculin/Féminin : questions pour la géographie, Bordeaux, 2010 (non publié).
- Lieber M., Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Les presses de SciencesPo, 2008.
- Marius-Gnanou K., Hofmann E., « De l’utilité d’intégrer l’outil genre dans les interventions de développement », in Guétat H., Grenier A.M. (dir.), Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse, IRD/PUM Presses Universitaires du Mirail, 2006.
- Maruani M. (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, éditions La découverte, 2005.
- Massey D., Space, Place and Gender, Cambridge, Polity Press, 1994.
- Oakley A., Sex, Gender and Society, London, Temple Smith, 1972
- Perreau B., « Introduction. In/discipliner la sexualité », EchoGéo, n°5, 2008 (http://echogeo.revues.org/5923).
- Prearo M. (dir.), « Révolution/Libération », Genre, sexualité & société, n°3, 2010 (http://gss.revues.org/index1005.html).
- Proth B., Lieux de drague, scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Editions Octarès, 2002.
- Raibaud Y., « Cultures urbaines : la ville au masculin ? », in Mixité, parité, genre et métiers de l’animation, Gillet J. C., Raibaud Y. (dir.), Paris, l’Harmattan, 2006, pp. 139-156.
- Rouch H., « L’Action Thématique Programmée “Recherches sur les femmes et recherches féministes” », Genre, sexualité & société, n°1, 2009 (http://gss.revues.org/index373.html).
- Scott J. W., « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, n°37-38, 1988, pp. 125-153.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

COLL: Le tournant spatial des études genre, 16-17 novembre 2012

La volonté de consacrer notre séminaire de cette année à la question des lieux participe d’une réflexion globale qui s’articule actuellement dans le champ des études genre et dont témoigne la tenue de ce colloque organisé par le CEDREF et soutenu par l’Institut Emilie du Châtelet, à découvrir pour faire le point sur l’état de l’art!

Le tournant spatial des études genre

Argumentaire du colloque (programme à la fin de l’article)

L’intérêt pour la dimension spatiale des phénomènes sociaux connaît actuellement un renouveau dans les sciences humaines et sociales, si bien que certains auteurs parlent de tournant spatial pour désigner ce nouveau regard (Warf, Arias, 2009). Ce tournant spatial se manifeste à travers un intérêt renouvelé pour les notions de lieu, d’échelle, d’espace et de territoire, ainsi que de la façon dont elles s’articulent à d’autres catégories de la recherche en sciences humaines et sociales. Les travaux sur le genre s’inscrivent dans cette tendance, qu’on pense par exemple au succès de la revue Gender, Place and Culture.
Nous proposons, au cours de ces deux journée d’études interdisciplinaires de réfléchir à l’apport de la perspective spatiale aux études de genre, à partir des thèmes suivants :

1. Intersectionnalité et situation spatiale :

Quelles sont articulations possibles entre l’étude des situations spatiales des femmes et des hommes et les autres aspects sociaux et identitaires (race, classe, sexualité…) pris en compte dans les approches de l’intersectionnalité ?

2. Catégories spatiales et catégories du genre :

Comment l’entrée par le genre permet-elle de renouveler la réflexion sur des notions géographiques comme celle de lieu, d’espace, d’échelle et de territoire ? Comment, à l’inverse, l’entrée par l’espace permet-elle de questionner certaines catégories des études sur le genre ? Les interactions entre le genre et les structures spatiales : comment des conflits genrés peuvent-ils émerger autour des questions d’appropriation spatiale et de droit à l’espace ? Dans quelle mesure les mobilisations féministes peuvent-elles contribuer à l’appropriation et à la transformation des espaces ?

3. Interactions entre genre et structures spatiales

Quelles connections y a-t-il entre les conflits de genre et les problèmes des droits spatiaux et d’appropriation spatiale? Dans quelle mesure les mobilisations féministes participent à informer et transformer les espaces?

3. Les limites de l’approche spatialiste :

L’approche spatiale se focalise souvent sur certains lieux et échelles. Le « fétichisme spatial » peut-il être un obstacle à la compréhension des inégalités et, plus généralement, des relations de genre ?

4. L’utilisation de méthodes géographiques dans les études féministes et de genre :

On entend par méthodes géographiques l’ensemble des méthodes visant à connaître et à représenter la dimension spatiale des sociétés : cartographie, suivis de trajectoires, parcours commentés….Dans quelle mesure ces méthodes peuvent-elles contribuer à la mise en évidence de cartographies du pouvoir et de pratiques spatiales de résistance ?


Programme détaillé


Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« In situ »: Programme du séminaire année 2012/2013

Séminaire Genre et Classes Populaires – 2012 / 2013

Genre et Classes Populaires in situ

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité…
Cette année, chaque séance sera ancrée dans un lieu (quartier, usine, rue, domicile…) comme observatoire des rapports sociaux, et des identités de genre et de classe in situ.
Les séances auront lieu le vendredi après-midi à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage), et seront composées d’un.e discutant.e et d’un ou deux intervenant.e.s. autour d’une sous- thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Programme à télécharger ICI.

26 octobre (16-18h) : In situ
Le groupe Genre et classes populaires à l’épreuve de l’espace.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : « Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation ».
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

11 janvier (16h-18h) : De l’usine au studio
Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) :  “Un espace militant hors l’usine en bassin siderurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980”

8 février (16h-18H) : Les espaces de loisirs
Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Villetaneuse (Experice) : “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

15 mars (16h-19H) : Le lycée
Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

17 mai (16h-19h) : Le domicile
Marie Cartier, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Nantes (CENS)

Et

Christelle Avril,Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Iris) : “A domicile : écarts de conditions de travail dans les métiers de service féminins peu qualifiés”.

14 juin (16h-18h) : Le quartier et les rues
Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University « Les Faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels”

 

Organisatrices du séminaire :
Fanny Gallot (Doctorante en Histoire, Université Lyon 1, LARHRA); Anaïs Albert (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Mathilde
Rossigneux-Méheust (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Clyde Plumauzille (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, IHRF EA 127); Katie Jarvis (Doctorante en Histoire, Université Wisconsin-Madison); Eve Meuret-Campfort (Doctorante en Sociologie, CENS-Centre Nantais de Sociologie Université de Nantes) ;
Anne Jusseaume (doctorante en Histoire, Centre d’Histoire de Sciences-Po).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website