Archives du mot-clé domination

Séminaire Prefics autour du genre de la contestation sociale, 4 juillet, Rennes 2

Un séminaire pour les rennais-e-s!

La dernière séance du séminaire sur « L’expérimentation de la contestation sociale » (Prefics) se déroulera autour de la thématique suivante « Le genre et les rapports sociaux de sexe : enjeu des luttes féministes et outil d’interprétation des mouvements sociaux et du militantisme ». Elle aura lieu le 4 juillet prochain de 9h30 à 12h en salle B332 (Université Rennes 2).

A cette occasion, les organisatrices, Claire Lesacher et Nadia Ouabdelmoumen, recevront deux intervenant-e-s :

Xavier Dunezat ( Enseignant de sciences sociales, membre associé du CRESPA, Paris 8-10 GTM) : « « Les rapports sociaux de sexe dans les mouvements sociaux : entre domination et résistance. Le cas des mobilisations dites de chômeurs et de sans-papiers »

Lydie Porée (co-auteure avec Patricia Godard du livre « Les femmes s’en vont en lutte ! Histoire et mémoire du féminisme à Rennes » (1965-1985 ) aux Éditions Goater) : « Histoire du féminisme à Rennes : une association et des projets conçus comme des outils de réflexion et de lutte pour aujourd’hui, retour sur une expérience de recherche militante »

En préparation du séminaire, les intervenant-e-s proposent la lecture des textes suivants :

– Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 29 | 2009, mis en ligne le 11 juin 2009. URL : http://clio.revues.org/index9217.html

– ROUX (P .) et al., « Le Militantisme n’échappe pas au patriarcat », Nouvelles questions féministes, 24 (3), 2005, p. 4-15.

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale

Un livre récent de philosophie politique qui permet de penser une des questions centrales dans notre séminaire : celle de la dialectique domination/émancipation. Noter deux contributions en rapport direct avec nos thématiques :

Quelles capacités politiques des classes populaires? Démobilisation, délégation, auto-organisation, par Christian Laval

La violence comme praxis libératrice : de Frantz Fanon à l’autodéfense, Entretien avec Elsa Dorlin

Présentation de l’ouvrage

Ouvrage collectif Émancipation, les métamorphoses de la critique sociale, sous la direction de Alexis Cukier, Fabien Delmotte et Cécile Lavergne, qui réunit les contributions de Hourya Bentouhami, Luc Boltanski, Alexis Cukier, Fabien Delmotte, Elsa Dorlin, Stéphane Haber, Razmig Keucheyan, Christian Laval, Cécile Lavergne, Irène Pereira, Jacques Rancière, Olivier Voirol. 


Pour penser et agir dans la société contemporaine, en vue de l’émancipation de toutes et tous, il faut comprendre les processus de domination, mais aussi connaître les nouvelles stratégies, les références et les cultures de la critique sociale.Quelles formes d’émancipation les théories critiques, féministes, marxistes, anarchistes, du post-colonialisme et de la démocratie radicale, défendent-elles ? Quels rapports entretiennent-elles avec les discours militants et politiques ? Quels sont les sujets, les méthodes, les problèmes et les objectifs de la critique sociale aujourd’hui ?Cet ouvrage collectif répond à ces questions, à travers analyses et prises de position de chercheur-e-s de courants théoriques et politiques différents. Ils abordent certains des domaines majeurs où les pratiques d’émancipation se réinventent : le travail, les identités, les cultures, le corps, l’engagement dans le rapport à la violence… les transformations récentes du capitalisme et de la question sociale, les nouvelles formes de mobilisation collective.

Par leur dialogue et leur confrontation, ces contributions proposent une cartographie des métamorphoses en cours de la critique sociale, des outils théoriques d’analyse des sociétés contemporaines et des pistes vers de nouvelles luttes politiques pour l’émancipation sociale.

Présentation, le sommaire et toutes les informations concernant cet ouvrage sur Le Carnet du Sophiapol.


L’ouvrage est en vente en librairie et sur le site de l’éditeur.

 

 

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories », 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

« Comment penser le travail au croisement des catégories ?« 

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
« Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Alexandre Jaunait, Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection »

Un article éclairant sur la critique intersectionnelle, sa généalogie, ses usages et ses possibilités méthodologiques:

Alexandre Jaunait et Sébastien Chauvin « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, 1/2012 (Vol. 62), p. 5-20.

Résumé

La notion d’intersectionnalité forgée aux États-Unis dans les années 1980 cherchait à donner un nom aux dilemmes stratégiques et identitaires rencontrés par des catégories de personnes subissant des formes combinées de domination. Cet article retrace la généalogie de cette notion aux États-Unis et en France depuis les années 1970 et décrit la façon dont son appropriation par les sciences sociales permet de reformuler en principes d’investigation empirique les problèmes normatifs de l’espace politico-juridique. La notion d’intersectionnalité, importée en France dans la deuxième moitié des années 2000, invite ainsi à explorer de nouveaux objets et de nouvelles méthodes de recherche, en particulier en science politique.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Sortie du dernier numéro Genre, sexualité & société, Périphériques

Genre, sexualité & sociétés, « Périphériques », 2012/7.

Dossier établi sous la direction d’Isabelle Clair et consacré à la sexualité comme ligne de démarcation dedans/dehors.

Dans sa présentation, les auteurs se proposent de renouveler l’enquête sur les classes populaires au prisme de la sexualité, de « révéler des superpositions entre classe sociale et race », de « re-visiter le genre » et d' »accéder au subjectivités ».

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Le Féminisme change-t-il nos vies ?

Gardey Delphine (dir.), Le féminisme change-t-il nos vies ?, Paris, Textuel, 2011

« Plus qu’un bilan, il s’agit de proposer une lecture vivante des prises de position féministes contemporaines et des questions dont elles s’emparent. Déclinée au présent, notre réflexion vise ce qui a eu lieu, ce qui est en cours et ce qui s’ouvre » (p. 10), ainsi s’ouvre cette petite encyclopédie critique, véritable boîte à outils pour penser avec l’épistémologie féministe.

L’ouvrage collectif dirigé par Delphine Gardey, historienne et sociologue, entreprend ainsi de dresser une synthèse vive des théories féministes et de leurs questionnements pour penser les rapports historiques, politiques et sociaux entre les sexes. Politique, travail, sexualité, individualisme, (post)colonialisme constituent autant de domaines investis et transformés par le féminisme.

La conclusion de l’ouvrage rappelle que pour penser le féminisme, race, genre, classe et sexualité doivent être articulés. « En contexte (post)féministe, la perte du sujet unifié (de l’action individuelle et collective) et de l’idéal de totalité est perçue comme un bienfait et le ressort pour de nouvelles connexions, de nouvelles opportunités » (p. 121). L’intersectionnalité permet alors de penser à partir de la multiplicité des expériences des femmes pour valoriser un pluralisme nécessaire à l’espace de réflexion du féminisme, mais également à son cadre d’action critique et politique.

Clyde Plumauzille

Sommaire

Le féminisme change-t-il nos vies ?
Delphine Gardey (historienne et sociologue)

Le féminisme a-t-il transformé la politique ? 
Isabelle Giraud (politiste)

Le féminisme a-t-il déplacé les frontières du travail ?
Rachel Vuagniaux (sociologue)

Le féminisme a-t-il redéfini les sexualités ?
Lorena Parini (politiste)

Un féminisme « décolonial » est-il possible ?
Lulia Hasdeu (anthropologue)

Le féminisme est-il soluble dans l’individu ? 
Laurence Bachmann (sociologue)

Le féminisme émancipera-t-il les hommes ? 
Christian Schiess (sociologue)

Définir les vies possibles, penser le monde commun 
Delphine Gardey

 

Compte-rendus en ligne:

http://lectures.revues.org/7791

http://gss.revues.org/index1995.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Genre et Classes Populaires

Ce carnet de recherche s’inscrit dans le prolongement d’un groupe de travail doctoral consacré à l’articulation genre et classes populaires. Il s’agit pour nous d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent » (Christina Hamel et Johanna Siméant, « Genre et classes populaires, » Genèses, n°64 2006/3).

De cette problématique de travail est né le séminaire « Genre et Classes populaires », inauguré à la Sorbonne en novembre 2011. A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce dernier se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi a étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première,Genre/Classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité… Les intervenant-e-s confronteront leurs terrains et leurs archives à ces interrogations, à travers des exemples précis, tels que les pratiques de consommation, les stratégies des migrant-e-s, l’engagement religieux ou encore les luttes au travail.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website