Archives du mot-clé classe

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communications: Good and Mad Women: Histories of Gender, Then, and Now

Call for Papers

“Australian Women’s History Network Symposium 2015

Good and Mad Women: Histories of Gender, Then and Now

 

Just over three decades ago, Jill Julius Matthews published Good and Mad Women: The historical construction of femininity in twentieth century Australia (1984), her path-breaking feminist history. This important book pre-dated Joan W. Scott’s proclamation of gender as a ‘useful category of historical analysis’ (1986) and continues to be influential. The Australian Women’s History Network celebrates the book’s anniversary by calling for papers that historicise gender and/ or reflect on the historiography of gender. In particular we seek work that aims to trace and analyse – as Matthews did in Good and Mad Women – ‘the specific meaning and experience of becoming a woman’, whether in twentieth century Australia or elsewhere in time and place. ‪The symposium also offers a platform for speakers – individually or on panels – to revisit classic works of gender history, examining how these were foundational and for whom, or to survey contemporary currents in gender history.

The AWHN welcomes broad engagement with the field of gender history; other possible topics and themes include:

–          Gender and sexualities

–          Gender in cross-cultural comparison

–          Gender, politics and resistance

–          Transgender

–          Feminist critiques of gender

–          Gender and embodiment

–          Gender, race and ethnicity

–          Men and masculinities

–          Gender and pleasure

–          Class and gender

–          Gender and colonialism; gender and nationalism.

The AWHN Symposium will be held on Wednesday 8 July as part of the 2015 Australian Historical Association conference ‘Foundational Histories’ to be held at the University of Sydney 6-10 July 2015. The keynote speaker will be Professor Jill Matthews. The annual general meeting will be held at lunch time with a reception and dinner to follow the symposium.

Please submit abstracts of no more than 200 words (for individual papers and panels) to the symposium convenor Zora Simic <z.simic@unsw.edu.au> by 28 February 2015. Please send as word or RTF files with an author bio of no more than 50 words.

Papers that are not selected as part of the AWHN program will be considered for the AHA program.

Each paper will run for twenty minutes with ten minutes for question time. Panels are allocated 90 minutes in total.”

 

The Australian Women’s History Network is convened by Sharon Crozier-de Rosa (University of Wollongong), Vera Mackie (University of Wollongong) and Zora Simic (University of New South Wales).

 

The Network can be contacted at

<auswhn@gmail.com>

or

Australian Women’s History Network

c/o Professor Vera Mackie

Faculty of Law, Humanities and the Arts

University of Wollongong

Wollongong, NSW, 2522

<http://www.auswhn.org.au/>

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue Sociétés contemporaines

Sociétés contemporaines

N° 94, 2014/2

Genre et nation : Approches sociologiques

Amélie Le Renard, Elisabeth Marteu (dir.)

Dans différents contextes, le genre se trouve aujourd’hui placé au centre de la promotion des identités nationales dites démocratiques, libérales et/ou progressistes. Un dossier pour comprendre comment ces reconfigurations s’opèrent à travers l’étude de trois univers professionnels et/ou associatifs articulant dans leur hiérarchie les notions de genre, de classe, de race (un centre de rétention pour étrangers en Allemagne, une entreprise multinationale implantée en Arabie Saoudite et une ONG œuvrant pour l’égalité hommes-femmes au Tadjikistan) afin de mettre en lumière la manière dont les questions de genre peuvent être un enjeu de pouvoir et de légitimation non seulement à l’échelle nationale mais également internationale.

Sommaire 

Amélie Le Renard, Élisabeth Marteu: « Introduction »

Mathilde Darley, « Les coulisses de la nation. Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière »

Amélie Le Renard, « « On n’est pas formatés comme ça en Occident ». Masculinités en compétition, normes de genre et hiérarchies entre nationalités dans une multinationale du Golfe »

Lucia Direnberger, »Genre, religion et nation au sein des ONG de prévention de violence domestique au Tadjikistan »

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à communications: Mères-célibataires : de la malédiction au libre-choix ?

Appel à communication JE 30 janvier 2015 CECILLE/SAGEF
Université Charles de Gaulle – Lille 3

Mères-célibataires : de la malédiction au libre-choix ?
Regard croisé France/Grande-Bretagne

Invitée d’honneur : Pat Thane, Professeure d’histoire contemporaine, Institute for Contemporary British History, Kings College, Londres. Elle est co-auteure avec Tanya Evans de Sinners? Scroungers? Saints? Unmarried Motherhood in Twentieth-Century England, Oxford, 2012.

Argumentaire: Les perceptions et les vécus de celles que nous nommons aujourd’hui « les mères isolées » se sont grandement modifiées depuis la deuxième  moitié du XXè siècle. Symboliquement, la nomination et la perception du  « phénomène », allant de la stigmatisation à l’invisibilisation  (filles-perdues, filles-mères, mères célibataires, mères isolées,  parents isolés), témoignent de cette évolution. S’il est évident que le phénomène recouvre une multitude des cas de figure différents en fonction des époques, de la culture familiale et/ou communautaire, de la religion, de la classe sociale, du niveau d’éducation, du degré d’indépendance, il est patent que la domination masculine et les  inégalités femmes-hommes sont toujours au cœur de la question.  L’actualité récente, qu’il s’agisse du scandale des 800 squelettes de  bébés découverts dans une fosse commune en Irlande début juin 2014 ou  de la controverse autour du projet de loi français sur la famille du  gouvernement Hollande, montre l’intérêt, à la fois historique et  contemporain, de revisiter cette question dans la réalité comme dans  ses représentations littéraires notamment.

Les propositions de communications (environ 300 mots), accompagnées  d’une mini bio-biblio sont à envoyer avant le 15 septembre 2014 à
Florence Binard florence.binard@eila.univ-paris-diderot.fr et à Guyonne Leduc guyonne.leduc@univ-lille3.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La revue Travail, genre et sociétés fête ses 15 ans

La revue Travail, genre et sociétés fête ses 15 ans et vous invite à une rencontre, suivie d’un apéritif,

Mardi 20 mai 2014 de 18h à 21h

TGS Entrepôt

 

à L’Entrepôt

7/9 rue Francis de Pressensé – 75014 Paris (M° Pernety)

Avec

Hugues Jallon, PDG des éditions La Découverte

Le mot de l’éditeur

Anne Forssell, Secrétaire de rédaction et responsable d’édition de Travail, genre et sociétés

La fabrique d’une revue

Margaret Maruani, Directrice de Travail, genre et sociétés

Notre histoire

Hyacinthe Ravet, membre du comité de rédaction de Travail, genre et sociétés

Le travail est l’avenir des femmes

Intermède musical

Clémence Savelli, auteure-compositrice-interprète, et ses musiciens

Le féminisme en chantant

… suivi d’un « apéro »

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Période, nouvelle revue en ligne à découvrir

Présentée sobrement comme une « revue en ligne de théorie marxiste », Période offre depuis mars 2014 un ensemble d’articles varié et de qualité dont une partie provient de communications présentées au colloque Penser l’émancipation s’étant déroulé du 19 au 22 février 2014 à Nanterre (retrouvez le programme en ligne ici). Il s’agit ainsi pour ces derniers de repenser les combats pour l’émancipation sociale « à partir de réflexions critiques sur les dynamiques régressives dominantes ainsi que sur les expériences politiques et formes d’organisation sociale alternatives » (argumentaire du colloque).

Plusieurs articles intéressants nos problématiques sont à noter (mais tous sont à lire!):

« Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travail » de Silvia Federici qui, pointant les limites d’une approche exclusivement fondée sur les droits des femmes ou la prévention des violences sexistes, invite à remettre au centre de l’attention les effets de la nouvelle division internationale du travail.

« Putes, corps désirants et émancipations » de Morgane Merteuil qui, s’appuyant sur une communication de Joan Scott au colloque Penser l’émancipation, examine la façon dont le « désir » réel ou supposé des prostituées est devenu une arme aux mains des franges répressives.

« La « vie quotidienne » : une analyse féministe » de Simona de Simoni, issu d’une intervention au colloque Penser l’émancipation, et dont l’objectif est de mobiliser la catégorie de « vie quotidienne » dans une perspective féministe.

 

Pour information, d’autres contributions issues du colloque Penser l’émancipation sont consultables sur la revue en ligne Contretemps: http://www.contretemps.eu/lectures/%C3%A0-lire-extrait-penser-l%C3%A9mancipation-collectif

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« Le genre au coeur de la classe sociale », Les amphis du Mage, ce mercredi 5 mars

LES AMPHIS DU MAGE
MERCREDI 5 MARS 2014
DE 17H À 20H00

Le genre au cœur de la classe sociale
Travail des femmes et idéologie du genre dans la formation de la bourgeoisie

Conf Mage

Débat en présence de Catherine Hall, co-auteure de Family Fortunes. Hommes et femmes de la  bourgeoisie anglaise 1780-1850

Avec
• Danièle Kergoat, sociologie, directrice de la collection
« Le genre du monde » aux éditions La Dispute
• Eleni Varikas, science politique, CNRS-CRESPPA/GTM
• Michèle Zancarini-Fournel, histoire, Université Lyon 1

Débat introduit et animé par Isabelle Clair, sociologue, CNRS-CRESPPA/GTM

Amphithéâtre Durkheim-Sorbonne
54 rue Saint Jacques,
75005 PARIS

Plus d’informations sur http://recherche.parisdescartes.fr/mage/Actualites/Genre-et-classe-sociale

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Le jeudi 20 février 2014, l’Institut du Genre et le Columbia Global Center de Reid Hall organisent une rencontre-débat de 18h30 à 20h30  autour de l’ouvrage Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler de Frédéric Regard (dir.), professeur de littérature anglaise (Université Paris-Sorbonne, Paris 4) avec la participation de Michel Prum, professeur de civilisation britannique (Université Paris 7) et d’Anne-E. Berger, professeure de littérature française et d’études de genre (Université Paris 8).

Introduction à la vie et à l’oeuvre de l’Anglaise Josephine Butler (1828-1906), qui « précipita une révolution du regard porté sur la prostitution à l’époque victorienne » (4e de couverture), cet ouvrage coordonné sous la direction de Frédéric Regard revient sur une figure complexe de l’abolitionnisme et paradoxalement méconnue de l’historiographie de la prostitution. Quatre parties divisent ce recueil,  allant de la biographie de cette femme issue de la grande bourgeoisie progressiste à l’édition d’un nombre important de ses textes en passant par un essai critique sur son engagement abolitionniste et son rapport au féminisme de l’ère victorienne.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage, Lilian Mathieu évoque à son propos la notion d' »entrepreneur de moral » d’Howard Becker:

« Elle aussi s’est montrée « fervent[e] et vertueu[se], souvent même imbu[e] de sa vertu », « inspiré[e] d’une éthique intransigeante » après avoir découvert une réalité qui lui a paru « mauvais[e] sans réserve ni nuances » et « tous les moyens lui [ont] sembl[é] justifiés pour l’éliminer ». Elle aussi a consacré sa vie à « une croisade pour la réforme des mœurs » parce qu’elle estimait qu’il subsistait dans la société anglaise de son époque une « forme de mal qui [la] choqu[ait] profondément » et que « le monde ne [pouvait] être en ordre tant que des normes n’aur[aient] pas été instaurées pour l’amender ». Ce mal, ce fut la réglementation de la prostitution, progressivement instaurée en Angleterre à partir de 1864, et pour l’abolition de laquelle elle se fit une propagandiste exaltée, n’hésitant pas à braver les restrictions imposées par la morale victorienne à l’expression politique des femmes. »

L’ouvrage permet ainsi d’interroger les ambiguïtés et les ambivalences du féminisme victorien aux origines du courant abolitionniste, et ce, « spécialement dans son abord des questions sexuelles et des rapports de classe, ainsi que dans son inspiration (imprégnation, vaudrait-il mieux dire, dans le cas de J. Butler) religieuse » souligne Lilian Mathieu.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Journal of Women’s History, Le 25ième anniversaire de la Revue

Dernier numéro de la revue:

Journal of Women’s History

Le 25ième anniversaire de la Revue

Avec un article à noter spécifiquement: Elieen Boris, “Class Returns”

 

Volume 25, Number 4, Winter 2013

Journal of Women’s History at 25: The Anniversary Issue

Guest Editors: Teresa A. Meade, Leila J. Rupp

 

Guest Editorial Note

Journal of Women’s History at 25: The Anniversary Issue

Teresa A. Meade, Leila J. Rupp

 

Reshaping History: The Intersection of Radical and Women’s History

Iris Berger, Stephen Brier, Ellen Carol DuBois, Jean H. Quataert, David Serlin, Rhonda Y. Williams, Judy Tzu-Chun Wu, Eileen Boris, Kate Weigand

 

Thematic Articles

Turns of the Kaleidoscope: “Race,” Ethnicity, and Analytical Patterns in American Women’s and Gender History

Michele Mitchell

 

Class Returns

Eileen Boris

 

Since Intimate Matters: Recent Developments in the History of Sexuality in the United States

John D’Emilio, Estelle B. Freedman

 

Layering the Lenses: Toward Understanding Reproductive Politics in the United States

Rickie Solinger

 

A Presence in the Past: A Transgender Historiography

Genny Beemyn

 

Not Just Any Body: Disability, Gender, and History

Susan Burch, Lindsey Patterson

 

Women, Gender, Intimacy, and Empire

Elisa Camiscioli

 

Welfare States, Neoliberal Regimes, and International Political Economy: Gender Politics of Latin America in Global Context

Karin Alejandra Rosemblatt

 

On Borderlands/La Frontera: Gloria Anzaldúa and Twenty-Five Years of Research on Gender in the Borderlands

Monica Perales

Eugénie Cotton, Pak Chong-ae, and Claudia Jones: Rethinking Transnational Feminism and International Politics

Francisca de Haan

 

National/Regional Articles

Women’s and Gender History in Australia: A Transformative Practice

Marilyn Lake

 

The Pleasures and Perils of Feminist Tributes—Canada

Franca Iacovetta, Catherine Carstairs

 

Chinese Women’s History: Global Circuits, Local meanings

Joan Judge

 

Recent Collaborative Endeavors by Historians of Women and Gender in Japan

Yuko Takahashi

 

The Women’s Movement under Ottoman and Republican Rule: A Historical Reappraisal

Arzu Öztürkmen

 

Feminism and Women’s History in Academic Institutions in the Southern Cone: Argentina, Brazil, Chile, and Uruguay

Cecilia Belej, Ana Lía Rey

 

Twenty-Five Years of African Women Writing African Women’s and Gendered Worlds

Nwando Achebe

 

The Past and Present of European Women’s and Gender History: A Transatlantic Conversation

Ida Blom, Mineke Bosch, Antoinette Burton, Anna Clark, Karen Hagemann, Laura E. Nym Mayhall, Karen Offen, Mary Louise Roberts, Birgitte Søland, Mary Jo Maynes

 

Women’s and Men’s World History? Not Yet

Judith P. Zinsser

 

The Practice of History

Clio in the Curriculum: The State of Women and Women’s History in the Middle and High School Curriculum…and Perhaps a way Forward

Barbara Winslow

 

Women, Men, and Others: The Challenges of Mainstreaming Gender History in the Classroom

Kumkum Roy

 

The Business of History: Working as a Historical Consultant

Heather Lee Miller

 

Thou Shalt Commit: The Internet, New Media, and the Future of Women’s History

Claire Bond Potter

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

« “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? »: prochaine séance du séminaire le 19 décembre avec la sociologue Ya-Han Chuang

Pour sa troisième séance, le séminaire « Genre et classes populaires » a le plaisir d’accueillir Ya-Han Chuang, doctorante en sociologie au GEMASS à l’Université Paris IV Sorbonne, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les lieux du travail informel (domicile et salon de manucure) :  « “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? ».

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 19 décembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Pour découvrir ses travaux:

« Problematizing « Chinatowns »: conflicts and narratives surrounding Chinese quartiers in and around Paris 2013″: http://www.gemass.fr/IMG/pdf/Chinatowns_Chuang_and_Tremon_Offprint.pdf

« Les manifestation des chinois de Belleville », http://www.laviedesidees.fr/Les-manifestations-des-chinois-de.html

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés: Genre, féminisme et syndicalisme

Travail, genre et sociétés, 2013/2 (n° 30), (retrouvez le sommaire sur cairn)
Ce dossier entend se saisir « de la problématique genre pour analyser les transformations du syndicalisme et ses perspectives de renouveau » (Cécile Guillaume, « Présentation du dossier », p.29). Il aborde plus spécifiquement « trois dimensions étroitement liées entre elles »:
– les mesures en faveur d’une meilleure « démocratie de genre » en interne des syndicats
– les actions menées par les syndicats pour défendre les intérêt des salarié-e-s
– les stratégies de syndicalisation en direction des femmes
A partir d’enquêtes inédites sur les stratégies syndicales en faveur de la représentation des femmes et de leurs intérêts dans différents contextes nationaux, il s’agit de questionner, par une approche comparative, la division sexuée du travail militant, les relations entre syndicalisme et féminisme ou encore les difficultés au quotidien éprouvées par les femmes de l’exercice d’une activité militante ou syndicale.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CONF: Angela Davis à la Sorbonne nouvelle

La vidéo est en ligne, Angela Davis y parle intersectionnalité, émancipation et bien d’autres choses encore!Elle est aussi mercredi 20 mars la rédactrice en chef exceptionnelle de l’Humanité

Conférence exceptionnelle du 19 mars 2013 à la Sorbonne Nouvelle  à l’occasion de la sortie en salles du film Free Angela and all political prisoners.

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CFP: L’intersectionnalité et les pratiques sociales

Appel à contribution à retrouver sur Calenda

Revue Nouvelles pratiques sociales Vol. 26, no 2 (printemps 2014)

Nouvelles pratiques sociales journal Vol. 26, no 2 (spring 2014)

*  *  *

Publié le mardi 26 février 2013 par Elsa Zotian

RÉSUMÉ

Nous voulons dans ce dossier, faire le point sur l’intersectionnalité, ses différentes approches, et explorer le potentiel pour le renouvellement des pratiques sociales que ce soit en recherche, en enseignement, en intervention ou dans une perspective de théorisation. Pour ce faire, nous aimerions solliciter des articles qui examinent différentes questions liées aux inégalités sociales vues sous l’angle de l’intersectionnalité ainsi que des contributions qui font état d’expérimentation de pratiques d’intervention inspirées de ce cadre. En bref, nous souhaitons explorer dans ce numéro un bon nombre des usages possibles de l’intersectionnalité.

Lire la suite

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

PUB: Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (dir.) « Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme »

Yolaine Parisot et Nadia Ouabdelmoumen (dir.), Genre et migrations postcoloniales. Lectures croisées de la norme, PU de Rennes, 190 p., 15 euros.

Les migrations sont à envisager comme autant de contextes, à la lumière du genre entendu comme la production sociale des différences et des distinctions et leur incorporation matérielle, et comme l’ensemble des processus de fabrication, d’institution et de légitimation de rapports sociaux dissymétriques. Le fil conducteur est donc ici celui d’une réflexion sur les théorisations de la norme, énoncées depuis ce double point de vue, et sur les violences symboliques que celles-ci révèlent ou dont elles procèdent, qu’il s’agisse de la tentation universaliste de la théorie occidentale, d’une part, du refus radical de cette théorie, d’autre part, ou encore de la cristallisation autour des discours masculins de décolonisation.
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3110

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

JE 23-24 mai 2013 « Enfances inégales : Corps, genre, classe »

En résonance avec notre séance consacrée aux socialisations de genre dans les centres de loisirs:

« Enfances inégales : Corps, genre, classe »
Journées d’études organisées par le PRISSM-SOI et le LISST-CAS
23-24 mai
Toulouse le Mirail
Argumentaire :
   Dans une société en pleine mutation sociale, les enfants sont le support d’enjeux sociaux, économiques et politiques de plus en plus importants. Dans ce contexte, la question de leurs modes de socialisation et des processus de transmission intergénérationnels se pose d’autant plus que les instances classiques de socialisation évoluent (nouvelles formes de vie familiale par exemple), connaissent des difficultés, se multiplient (développement des modes de gardes et des pratiques extra scolaires). Elles sont par ailleurs concurrencées par d’autres formes de socialisation, relatives à la participation aux groupes des pairs ou encore aux consommations médiatiques. En ce sens, une meilleure connaissance des modalités concrètes de socialisation des enfants constitue un enjeu important.
Le corps, moyen d’expression identitaire mais aussi produit d’un façonnement social, occupe une place centrale dans ces processus. Il fonctionne en effet comme « support de classements », et notamment comme élément central de la distinction de genre. Le fonctionnement asymétrique des catégories sexuées implique en effet l’apprentissage de techniques et d’usages du corps distincts selon les sexes.
Depuis les années 1990, l’étude de l’enfance et des enfants a connu un regain d’intérêt important en sociologie, sous l’impulsion en particulier d’auteurs se réclamant de la sociologie de l’enfance. Se proposant d’étudier les enfants pour eux-mêmes, en tant qu’ « acteurs » et non en tant qu’ « objets » de la socialisation, ils revendiquent une rupture avec les travaux antérieurs sur l’enfance, et invitent à s’intéresser à ce que les enfants font plutôt qu’à ce que la société leur fait. Dans cette perspective, les pratiques enfantines sont rarement analysées en relation avec les influences socialisatrices auxquelles les enfants sont soumis.
Le programme ANR NORMENFAN « Prescription des normes, socialisation des enfants et construction du genre », dans lequel s’inscrivent ces journées d’étude, se centre a contrario sur l’étude des socialisations corporelles enfantines. Il étudie les usages du corps dans deux domaines de pratiques : les pratiques ludiques, physiques et sportives, d’une part, les pratiques de travail de l’apparence, d’autre part.
L’objectif de ces journées d’étude est de confronter les résultats obtenus dans le cadre du programme ANR avec ceux de chercheurs travaillant sur des thématiques et/ou dans des perspectives proches.
La première journée « Normes corporelles et construction du genre » se centre sur l’analyse de la production des normes corporelles dans les discours juridiques, scientifiques, littéraires et médiatiques, et sur la manière dont les filles et les garçons s’approprient (ou pas) ces normes en fonction de leur âge et/ou de leurs modes de socialisation.
La seconde journée « Enfances inégales » étudie les processus de différenciation sociale des enfants, notamment en ce qui concerne leurs usages du corps. Que les communications se centrent sur les pratiques enfantines, ou sur les stratégies éducatives des adultes qui les encadrent, elles questionnent toutes les données analysées au regard de la position sociale des enquêtés et de leurs modalités de socialisation.
Programme et infos :
http://w3.msh.univ-tlse2.fr/arpege/spip.php?article104

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website