Archives du mot-clé Christelle Avril

Parution : Christelle Avril – Les aides à domicile : un autre monde populaire

Christelle Avril, maîtresse de conférences à l’université Paris-XIII et chercheuse au laboratoire IRIS, que nous avions reçu dans le séminaire Genre et classes populaires en mai 2013, publie l’ouvrage tiré de sa thèse de doctorat en sociologie à la Dispute. A partir d’une enquête quantitative et qualitative sur les aides à domicile, ce livre intitulé « Les aides à domicile : un autre monde populaire » participe à enrichir la compréhension sociologique des mondes populaires contemporains. Croisant classe, sexe, et race, elle aborde de front la complexité interne des positionnements sociaux des individu-e-s au sein des classes populaires.

Présentation de l’éditeur :

« Plus de cinq cent mille femmes travaillent comme aides à domicile en France ; ce chiffre ne cesse d’augmenter face aux besoins croissants des personnes âgées et des familles. Mais qui sont ces femmes – parce que ce sont essentiellement des femmes – et quelles sont leurs conditions d’existence ? Sait-on vraiment en quoi consiste leur travail quotidien ? Que signifie pour elles travailler auprès de personnes âgées ?

Christelle Avril, sociologue, maîtresse de conférences à l’université Paris-XIII et chercheuse au laboratoire IRIS, travaille sur l’articulation entre classe, genre et « race » dans une perspective résolument empirique et en multipliant les méthodes d’enquête et d’analyse. Elle éclaire l’univers des femmes des milieux populaires en partant, de façon inédite, de la scène professionnelle.

L’auteure révèle ainsi parmi ces travailleuses du bas de l’échelle sociale de profondes divisions qui différencient les attitudes de classe, opposent immigrées et non immigrées, ou encore distinguent les conceptions de l’identité féminine.

Fondé sur une enquête de terrain extrêmement riche et sur des données chiffrées, cet ouvrage, dont Olivier Schwartz souligne dans sa postface l’importance et l’audace, éclaire les rapports et les tensions qui mettent en mouvement l’ensemble de la société. »

Table des matières :

Introduction
Prendre au sérieux le travail des aides à domicile
Entrer dans l’univers des femmes de milieux populaires
Mettre en lumière des styles de féminité
Étudier les relations interraciales
Plan du livre
Première partie : Travail, position, positionnements
Chapitre premier. Les conditions et les cadres de travail
Travailler dans des domiciles
Travailler avec le bureau
L’enquête de terrain et l’enquête statistique
Chapitre II. Les conditions symboliques de travail
L’enquête sociohistorique
Dotées d’une mission sociale et sanitaire (années 1960-1980)
La perte du mandat (années 1990-2000)
La mise en cause de la licence (années 1990-2000)
Une professionnalisation managériale
Chapitre III. La position des aides à domicile dans l’espace social  
La position actuelle des aides à domicile
Une approche dynamique de la position sociale
Chapitre IV. Les positionnements pluriels et concurrents face au travail   
Façonner son travail
Deux positionnements en interdépendance
Deuxième partie : Tournées vers un certain pôle des milieux populaires
Chapitre V. Une conception du travail acceptable
Le rôle joué par l’image de ce travail
La virilité au féminin
Paraître « féminine » au travail
Chapitre VI. Nous et elles
Les contours spécifiques du « nous » dans le secteur
 « Elles » : les femmes aux diplômes généraux
 « Elles » : les collègues « noires » et « arabes »
Chapitre VII. Socialisées à leur univers de référence 
Une alliée principale
La sélection sociale et la modulation de l’investissement relationnel
Une sociabilité commune
Des dispositions domestiques partagées
« Faire à la place de »
Chapitre VIII. Un style de féminité affilié aux milieux populaires   
Un corps « racisant »
Un rapport au vieillissement socialement situé
Troisième partie : Tournées vers un certain pôle des classes moyennes-supérieures
Chapitre IX. Une conception du travail transgressive
La soumission et le conformisme de la nécessité
Des femmes fières de leur travail
Des signes d’une conception différente des genres
Se faire plaisir
Chapitre X. Des légitimités professionnelles 
Forcer le respect
Un investissement indifférent au genre
Des professionnelles de la vieillesse
Chapitre XI. La légitimation sociale : une alliance avec les femmes diplômées 
Un écart social et des affinités professionnelles
Une alliance concrète
Entre management et solidarité au féminin
Chapitre XII. Un style de féminité sous contraintes  
Une position sociale façonnée par la dimension raciale
Un autre style de féminité
Conclusion 
Défaire les clichés
Le changement social à partir de l’étude des aides à domicile
Vers des perspectives politiques
Postface. Richesse d’un livre, par Olivier Schwartz

 

« In situ »: Programme du séminaire année 2012/2013

Séminaire Genre et Classes Populaires – 2012 / 2013

Genre et Classes Populaires in situ

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité…
Cette année, chaque séance sera ancrée dans un lieu (quartier, usine, rue, domicile…) comme observatoire des rapports sociaux, et des identités de genre et de classe in situ.
Les séances auront lieu le vendredi après-midi à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage), et seront composées d’un.e discutant.e et d’un ou deux intervenant.e.s. autour d’une sous- thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Programme à télécharger ICI.

26 octobre (16-18h) : In situ
Le groupe Genre et classes populaires à l’épreuve de l’espace.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : « Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation ».
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

11 janvier (16h-18h) : De l’usine au studio
Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) :  “Un espace militant hors l’usine en bassin siderurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980”

8 février (16h-18H) : Les espaces de loisirs
Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Villetaneuse (Experice) : “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

15 mars (16h-19H) : Le lycée
Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

17 mai (16h-19h) : Le domicile
Marie Cartier, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Nantes (CENS)

Et

Christelle Avril,Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Iris) : “A domicile : écarts de conditions de travail dans les métiers de service féminins peu qualifiés”.

14 juin (16h-18h) : Le quartier et les rues
Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University « Les Faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels”

 

Organisatrices du séminaire :
Fanny Gallot (Doctorante en Histoire, Université Lyon 1, LARHRA); Anaïs Albert (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Mathilde
Rossigneux-Méheust (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Clyde Plumauzille (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, IHRF EA 127); Katie Jarvis (Doctorante en Histoire, Université Wisconsin-Madison); Eve Meuret-Campfort (Doctorante en Sociologie, CENS-Centre Nantais de Sociologie Université de Nantes) ;
Anne Jusseaume (doctorante en Histoire, Centre d’Histoire de Sciences-Po).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l’Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l’époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website