Archives du mot-clé care

Prochaine séance du séminaire: 25 juin, Les religieuses

Dernière séance du séminaire de l’année : 25 juin, 17 h, Les Religieuses

Pour sa dernière séance de l’année, le jeudi le 25 juin, le séminaire Genre et classes populaires consacré cette année à l’exploration des savoir-faire et des savoir-être routiniers aura le plaisir d’accueillir Anne Jusseaume et Nicole Pellegrin pour une séance croisée autour des religieuses.

L’historienne Anne Jusseaume (Centre d’Histoire de Sciences Po) nous proposera une communication intitulée « Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle » et l’historienne Nicole Pellegrin (Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1) nous proposera une communication intitulée: « Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 11 juin la salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

Pour préparer la séance, quelques suggestions de lecture des travaux de nos invitées:

Anne Jusseaume

« Soigner des femmes en couches, un interdit levé pour rechristianiser? Des sœursauprès des parturientes au XIXe siècle ». Chrétiens et sociétés XVIe– XXIe, N°19 «Médecine et religion », 2012. http://chretienssocietes.revues.org/3342

« De la disgrâce à la grâce, la trajectoire des Filles de la Charité « de condition » auXIXe siècle », Hypothèses. Travaux de l’Ecole doctorale d’Histoire, Publications de la Sorbonne, 2014, https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2014-1-page-255.htm

Nicole Pellegrin

« Habits du soi, costume de l’autre. Pour une approche critique des sources écrites de l’histoire vestimentaire des identités françaises », in Des habits et nous. Vêtements et identités nationales, éd. Jean-Pierre Lethuillier, Rennes, PUR, 2007, p. 15-23.
« La Nonne en ses costumes de scène. Le cas du théâtre révolutionnaire français », in D. Doumergue et A. Verdier (dir.), Le Costume de scène, objet de recherche, Cirey-les-Mareilles, Lampsaque, 2014, pp. 139-156, ill.
« Quand le voile fait son cinéma. Notes sur les parures blanches de quelques religieuses « hollywoodiennes » préconciliaires » in Claude Coupry et Françoise Cousin (dir.), Lumières du blanc, Saint-Maur-des-Fossés, AFET et Sépia, 2014, pp. 129-138 ill.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution: Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire

Pour penser les classes ouvrières au féminin, l’ouvrage de Berverley Skeggs, paru initialement en 1997, vient enfin d’être traduit en français.

On pourra lire l’article de Marie Cartier sur cette approche renouvelée des classes populaires articulée à la question du genre et du care: Cartier Marie, « Le caring, un capital culturel populaire ? », Actes de la recherche en sciences sociales 1/ 2012 (n° 191-192), p. 106-113
URL : www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2012-1-page-106.htm.

Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015.

http://agone.org/lordredeschoses/desfemmesrespectables/

Traduit de l’anglais par Marie-Pierre Pouly

Préface d’Anne-Marie Devreux

« On est sorties à Manchester l’autre samedi, toutes les trois. C’était bien en fait, on s’est bien marrées. Mais à un moment on est allées dans le quartier bourge, et on se marrait devant les chocolats en se demandant combien on en aurait mangé si on avait pu se les payer, et il y a cette femme qui nous a lancé un regard. Si les regards pouvaient tuer. Genre, on était là, c’est tout, on faisait rien de mal, on n’était pas crades ni rien. Elle nous a juste regardées. On aurait dit que c’était chez elle et qu’on n’avait rien à faire là. Ben tu sais quoi, on est parties, on n’a plus rien dit pendant une demi-heure. T’imagines ? On s’est bien fait remettre à notre place. On aurait dû lui mettre notre poing dans la gueule. C’est des trucs comme ça qui te dégoûtent de sortir. Il vaut mieux rester chez soi. »

La matière première de ce livre est une série d’entretiens menés par Beverley Skeggs avec quatre-vingt-trois jeunes femmes issues de la classe ouvrière anglaise, inscrites à une formation d’aide à la personne et travaillées par leur propre respectabilité. Abordant leur rapport à la sexualité, à la classe ou au féminisme, cet ouvrage vient apporter un prolongement essentiel aux travaux de Pierre Bourdieu et de Paul Willis.

Sociologue britannique comptant parmi les spécialistes des cultural studies et de la pensée féministe, Beverley Skeggs a notamment codirigé Transformations : Thinking Through Feminism (Routledge, 2000) et Feminism after Bourdieu (Blackwell, 2004).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire « Domestique » : une condition plurielle ?, 18 décembre 2014, EHESS

« DOMESTIQUE » : UNE CONDITION PLURIELLE ?
Les relations de travail des employé.e.s à domicile

 
Séminaire de recherche 
ouvert au public organisé par 
 
Christelle Avril (Iris, U. Paris 13) & Marie Cartier (CENS, U. de Nantes, IUF) 
à l’occasion de la venue en France de Débora Gorbán (CONICET-IDAES, Univ. Nacional de San Martín) 
 
avec la participation de Eleonora Elguezabal (INRA)Marie-Hélène Lechien (GRESCO, U. de Limoges) et Ania Tizziani (CONICET-ICI, Univ. Nacional de General Sarmiento) 
Ce séminaire propose une réflexion sur les « relations de travail » (relations hiérarchiques, entre pairs, professionnelles) des employé.e.s à domicile. Il innove en proposant de centrer l’attention non pas seulement sur les situations de domination exacerbées repérées dans les recherches sur lesdomestic workers aux Etats-Unis mais plus largement sur la diversité inter-nationale et intra-nationale des conditions d’emplois et de travail chez les employé.e.s à domicile. Comment cette diversité des situations de subordination influence-t-elle les « relations de travail » des employé.e.s à domicile ?
 
Jeudi 16 décembre 2014 
9h00-13h00
EHESS 190 av. de France 75013 Paris salle 1
http://iris.ehess.fr/index.php?2664

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire le 17 mai 2013 : la maison comme lieu de travail, avec Marie Cartier et Christelle Avril + bibliographie indicative

La prochaine séance du séminaire aura lieu le 17 mai de 16h à 18h, à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage).

Nous accueillerons Marie Cartier et Christelle Avril, deux sociologues qui présenteront leurs travaux autour des emplois de service à domicile (femmes de ménage, aides à domicile pour personnes âgées et assistantes maternelles) très majoritairement exercés par des femmes des classes populaires.

Cette séance sera l’occasion d ‘aborder la maison comme lieu d’observation de l’intersection entre le genre et la classe sociale.

Quelques publications des intervenantes :

Avril Christelle, « Ressources et lignes de clivage parmi les aides à domicile. Spécifier une position sociale : quelles opérations de recherche ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 191-192, 2012, p. 86-105.

Avril Christelle, « Une mobilisation collective dans l’aide à domicile à la lumière des pratiques et des relations de travail », Politix, n° 86, 2009, p. 97-118

Avril Christelle, « Les aides à domicile pour personnes âgées face à la norme de sollicitude », Retraite et société, n° 53, 2008, p. 49-65

Cartier Marie, (avec  E. d’Halluin, M.-H. Lechien, J. Rousseau), « La « sous-activité » des assistantes maternelles : un rapport au métier différencié selon le positionnement social », Politiques sociales et familiales, n°109, 2012.

Cartier Marie, « Le caring,  un capital culturel populaire ? A propos de Formations of Class & gender de Beverley Skeggs », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°191-192, 2012.

Avril Christelle, Cartier Marie, Siblot Yasmine (coord.), dossier « Classes populaires et services publics », Sociétés Contemporaines, n°58, 2005/2

Avril Christelle, Cartier Marie, Serre Delphine, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris : La Découverte, 2010.

 

Bibliographie indicative :

Numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés : « Femmes providentielles, enfants et parents à charge »,  N° 6, 2001/2.

A. Dussuet, Travaux de femmes. Enquêtes sur les services à domicile, L’Harmattan, 2005.

A. Fouquet. 2001, “Le travail domestique : du travail invisible au “gisement” d’emplois », In Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Edited by J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, Paris : PUF, p.99-127.

E.N. Glenn. 1992. “From Servitude to Service Work: Historical Continuities in the Racial Division of Women’s Work”, Signs, 18 (I), p. 1-43.

M. Gollac, S. Volkoff. 2002, « La mise au travail des stéréotypes de genre : les conditions de travail des ouvrières », Travail, genre et sociétés, n°8, septembre, p. 25-53.

A. R. Hochschild, « Love and Gold » 2003. Global Woman. Nannies, maids, and sex workers in the new economy (ed. by B. Ehrenreich, A.R. Hochschild), New York: Metropolitan books, p.15-30.

G. Laforge, « Le statut d’emploi des intervenant(e)s à domicile dans le champ de l’aide et des services aux personnes : quelques réflexions sur une politique du « gisement d’emplois » », Revue de droit sanitaire et social, 2, 2005.

L. Mozère, 2001, « Comment se configurent les compétences dans un métier au féminin ? Le cas des assistantes maternelles, Recherches féministes (Montréal), Féminin pluriel, vol 14, n° 2, 83-114.

J. Rollins. 1985. Between women: Domestics and their Employers. Philadelphia :Temple University Press.

M. Segalen, 2010. À qui appartiennent les enfants ?., Paris : Tallandier.

B. Skeggs, Formations of Class and Gender: Becoming Respectable (single authored monograph) Theory, Culture and Society series. London. Sage. 1997.

F. Weber, S. Gojard, A. Gramain (dir.), Charges de famille., Dépendance et parenté dans la France contemporaine, La Découverte, collection « enquêtes de terrain », Paris, 2003, 420 p.

V. Zelizer. 2005. The Purchase of Intimacy, Princeton, N.J. : Princeton University Press.

 

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories », 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

« Comment penser le travail au croisement des catégories ?« 

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
« Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website