Archives du mot-clé agency

Appel à communications: Mères-célibataires : de la malédiction au libre-choix ?

Appel à communication JE 30 janvier 2015 CECILLE/SAGEF
Université Charles de Gaulle – Lille 3

Mères-célibataires : de la malédiction au libre-choix ?
Regard croisé France/Grande-Bretagne

Invitée d’honneur : Pat Thane, Professeure d’histoire contemporaine, Institute for Contemporary British History, Kings College, Londres. Elle est co-auteure avec Tanya Evans de Sinners? Scroungers? Saints? Unmarried Motherhood in Twentieth-Century England, Oxford, 2012.

Argumentaire: Les perceptions et les vécus de celles que nous nommons aujourd’hui « les mères isolées » se sont grandement modifiées depuis la deuxième  moitié du XXè siècle. Symboliquement, la nomination et la perception du  « phénomène », allant de la stigmatisation à l’invisibilisation  (filles-perdues, filles-mères, mères célibataires, mères isolées,  parents isolés), témoignent de cette évolution. S’il est évident que le phénomène recouvre une multitude des cas de figure différents en fonction des époques, de la culture familiale et/ou communautaire, de la religion, de la classe sociale, du niveau d’éducation, du degré d’indépendance, il est patent que la domination masculine et les  inégalités femmes-hommes sont toujours au cœur de la question.  L’actualité récente, qu’il s’agisse du scandale des 800 squelettes de  bébés découverts dans une fosse commune en Irlande début juin 2014 ou  de la controverse autour du projet de loi français sur la famille du  gouvernement Hollande, montre l’intérêt, à la fois historique et  contemporain, de revisiter cette question dans la réalité comme dans  ses représentations littéraires notamment.

Les propositions de communications (environ 300 mots), accompagnées  d’une mini bio-biblio sont à envoyer avant le 15 septembre 2014 à
Florence Binard florence.binard@eila.univ-paris-diderot.fr et à Guyonne Leduc guyonne.leduc@univ-lille3.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture: Les Affranchies: franc-comtoises sans frontières

Les Affranchies : Franc-Comtoises sans frontière, sous la direction de Nella Arambasin, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014

À la recherche d’ »affranchies », cet ouvrage issu d’un colloque transdisciplinaire tenu à Besançon en juin 2011 et coordonné par Nella Arambasin se donne pour objectif les propos de Geneviève Fraisse à savoir « comprendre le jeu du chat et de la souris entre domination masculine et subversion féministe » par des études in situ où l’on retrouve notamment des nonnes rebelles, la coiffeuse d’Hillary Clinton ou encore les ouvrières de Lip.

Les questions d’espace, de situation et de position constituent la problématique centrale des différentes communications qui s’efforcent d’interroger l’affranchissement, la marge de manœuvre et plus généralement la capacité d’agir de femmes in situ, en interrogeant « leur implication locale, la manière dont les événements vécus sont liés aux modalités spatiales de leur déroulement/déplacement » soit leur « pratique du lieu ».

La notion de « lisière » mobilisée de façon convaincante par Nella Arambasin en introduction — dont la boîte à outils est plus que stimulante — constitue ainsi la déclinaison au spatial de cette puissance d’agir de femmes, elle renvoie à cette dialectique du « placement/déplacement » qui parcourt ce recueil, et à la volonté d’étudier l’affranchissement de ces femmes par les limites qu’elles négocient et les seuils qu’elles franchissent. « Déconstruire l’autorité : tours et détours », « Construire du lien en un lieu : l’ailleurs autrement », « Circuler entre espaces publics et privés : témoignages et sources », les titres des trois grandes parties de l’ouvrage soulignent bien le tournant spatial emprunté par ces différentes études de cas pour penser « la place » des femmes dans l’histoire.

 

Présentation de l’ouvrage en ligne.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories »

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

« Les travailleuses du sexe peuvent-elles penser leur émancipation ? »

« Morgane Merteuil et Damien Simonin s’attachent ici à déconstruire les discours abolitionnistes sur la prostitution, en interrogant leurs effets sur la vie des principales concernées : les travailleuses du sexe. Non seulement la prostitution ne peut être appréhendée sous le prisme de la seule violence faite aux femmes, mais il est temps d’entendre la voix de celles et ceux qui se mobilisent pour reconnaître leurs droits à la libre disposition de leur corps. Se pose donc ici la question de savoir comment émanciper la prostitution du discours abolitionniste ». 

A découvrir dans la revue Contretemps!

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories », 22 février

Co-organisé par Fanny Gallot animatrice du séminaire GCP: l’intersectionnalité appliquée à la sphère du travail.

« Comment penser le travail au croisement des catégories ?« 

Atelier de recherche organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Les séances auront lieu au 59/61 rue Pouchet, Paris. La salle sera affichée à l’entrée du bâtiment 

Présentation :
   Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co- construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-doctorantes, chercheure). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner    la    réflexion    sur    le    croisement    des    catégories    et    l’ imbrication    des    rapports    de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique. Dans chaque séance de ce séminaire mensuel, la présentation d’une recherche sera suivie d’un débat introduit par une discutante.
Programme :
1ère séance, vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) – Introduction (séance exceptionnelle de 2h30, introduction de l’atelier)
Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)
2nd séance, vendredi 29 mars de 14h à 16h (Salle 159) – La capacité d’agir des travailleuses dans l’économie informelle Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne – GEMASS)
« La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)
3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des
terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)
4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) Les femmes dans les
coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil)
« Rapports sociaux de genre et de classe dans l’expérience de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, IHARA et IHEST)
5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à annoncer) – Séance conclusion Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective.
Contact :
michelle.paiva@hotmail.fr

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Séance du 4 novembre : « Introduction au séminaire Genre et classes populaires »

Anaïs Albert et Clyde  Marlo Plumauzille introduisent les définitions et les enjeux du séminaire Genre et classes populaires.

Intervention de Clyde Marlo Plumauzille et d\’Anais Albert (clic droit pour télécharger)