2011/2012

 Séminaire de recherche

Genre et Classes Populaires, Travailler avec l’intersectionnalité

Université Paris 1, 17 rue de la Sorbonne, Salle Picard (3ème étage, escalier C)

Le premier vendredi du mois.

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre «comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».

A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité… Les intervenant-e-s confronteront leurs terrains et leurs archives à ces interrogations, à travers des exemples précis, tels que les pratiques de consommation, les stratégies des migrant-e-s, l’engagement religieux ou encore les luttes au travail.

Cette année, les séances se concentreront sur la France de la Révolution Française, temps de bouleversement des identités collectives, jusqu’au très contemporain.

Programme

4 novembre 2011, 17h-19h

Séance introductive, Anaïs Albert et Clyde Marlo Plumauzille

2 décembre 2011, 17h-19h

Muriel Cohen, (doctorante en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Peut-on étudier la famille sans utiliser le prisme du genre ? Le cas des familles algériennes arrivées en France entre 1945 et 1985.

Discutantes : Fanny Gallot et Patricia González Almeida

6 janvier 2012, 16-18h

Anthony Favier (doctorant en histoire à l’Université Lyon 2 Lumière, LARHRA), Filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne et remise en cause du genre dans les années 68.

Discutantes : Fanny Gallot et Mathilde Rossigneux-Méheust

3 février 2012, 16h-18h

Sandrine Roll (docteure en histoire), Lectrices et consommatrices en France à la Belle Epoque.

Discutantes : Anaïs Albert et Clyde Marlo Plumauzille

2 mars 2012, 16h-18h

Juliette Rennes (maîtresse de conférences à l’EHESS, membre du GSPM), Genre, âge et vieillissement, quelques perspectives de recherche.

Discutantes : Eve Meuret-Campfort et Mathilde Rossigneux-Méheust

6 avril 2012, 16-18h

François Jarrige et Xavier Vigna (maîtres de conférences, Université de Bourgogne), Le genre de la contestation ouvrière, France, XIXe-XXe siècles.

Discutantes : Anaïs Albert, Fanny Gallot et Eve Meuret-Campfort

4 mai  2012, 16-18h

Isabelle Puech, (sociologue, chercheuse associée au CEE, Responsable observatoire à la FEPEM),  L’emploi des femmes dans les services à la personne : une réalité ambivalente.

Discutantes : Eve Meuret-Campfort et Patricia González Almeida

1er juin 2012, 16h-18h

Lola Gonzalez-Guijano (doctorante à l’EHESS / Université l’Orientale de Naples), Le cinquième quart : la prostitution des ouvrières parisiennes de la seconde moitié du XIXe siècle.

Discutantes : Mathilde Rossigneux-Méheust et Clyde Marlo Plumauzille

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website