Dernier numéro de la revue Journal of Women’s History (Law, Marriage, and Women’s Agency: Studies from the Anglo-American and Iranian Worlds)

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

Law, Marriage, and Women’s Agency: Studies from the Anglo-American and Iranian Worlds

https://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.28.1.html

 

 

Volume 28, Issue 1, Spring 2016

 Editorial Note:

Law, Marriage, and Women’s Agency: Studies from the Anglo-American and Iranian Worlds

Elisa Camiscioli, Jean H. Quataert

 

Articles

Revisiting Ecclesiastical Adultery Cases in Eighteenth-Century England

Junko Akamatsu

 

“Woman and Her Needs”: Elizabeth Oakes Smith and the Divorce Question

Adam Tuchinsky

 

Gender, Space, and Ritual: Women Barristers, the Inns of Court, and the Interwar Press

Ren Pepitone

 

Business and Politics as Women’s Work: The Australian Colonies and the Mid-Nineteenth-Century Women’s Movement

Catherine Bishop, Angela Woollacott

 

Women Writing Women: Early Iranian Feminism and the Memoir of Tāj us-Saltanih

Shadi Ghazimoradi

 

Rejecting Reproduction: The National Organization for Non-Parents and Childfree Activism in 1970s America

Jenna Healey

 

Book Reviews

The History of Marriage through the Lens of Case Studies

Denise Z. Davidson

 

Enterprising Women

George Robb

 

Lost Stories of Women’s Alliances and Networks

Claire Schen

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à contributions « Displacement »

La revue Signs: Journal of Women in Culture and Society lance un appel à contibutions autour les questions concernant le lieu, le genre, et le « déplacement. »

Appel à contributions « Displacement »

La revue Signs: Journal of Women in Culture and Society

http://signsjournal.org/for-authors/calls-for-papers/#displacement

Call for Papers: Displacement

Signs: Journal of Women in Culture and Society invites submissions for a special issue titled “Displacement,” slated for publication in spring 2018.

The current refugee crisis gives new urgency to questions of gendered displacement. The United Nations’ most recent statistics place the number of registered Syrian refugees at 4.7 million, 50.7 percent of whom are women and over half of whom are children under eighteen. During the same period, tens of thousands of Central American women and children have crossed the Rio Grande into the United States. Feminists have already responded to concerns about sexual violence in refugee camps and during refugees’ journeys and to the gendered response to the crisis on the part of receiving states (i.e., demographic concerns surrounding gender ratios of migrants admitted). What are the larger questions of “displacement” that require an interdisciplinary and transnational feminist lens?

This special issue of Signs seeks submissions reflecting multifaceted, innovative, and interdisciplinary approaches to the question of displacement, as well as the potential for attention to displacement to address and transform central questions in feminist theory, including how feminists approach larger questions of space, place, and subjectivity. Feminist scholars have a long history of engagement with the question of displacement; across disciplines, feminist scholars have described, theorized, and critiqued gendered forms of displacement and how these displacements have shaped and reshaped geopolitics, national borders, political discourses, narrative form, and ethnic and racial formations both contemporarily and historically. Questions of place and belonging have long been at the heart of cultural work in literature, theater, visual culture, and the arts. We invite submissions on the theme of displacement widely conceived and at multiple scales—the subjective, the family, the city; regional, national, transnational, and global.  Possible subjects include:

  • How humanitarian and state responses to displaced persons depend on, reinforce, or transform gendered, racial, and sexual norms.
  • Visual and narrative representations of displacement in relation to gendered and racialized subjectivities.
  • Cultural representations of displacement, migration, belonging, and exile. Critical and historical investigations and comparisons of feminist ideas of these subjects.
  • Reverberations of historical displacements in the contemporary world.
  • Claims to space and place as forms of resistance to displacement or as the basis for social movements (i.e., landless movements, right to the city).
  • Dispossession and displacement as central to neoliberalism, capitalist development, colonization, and slavery. How are dispossession and displacement related?
  • How experiences of displacement reshape constructions of “home” or the nation.
  • Critical assessments of homophobic and gender-based violence as sources of displacement.
  • Gendered figurations of internally and externally displaced persons as threats to national sovereignty or borders. The production of new forms of intimacy through displacement or the creation of new social movements through and in response to displacement.
  • The way that ethical norms and perspectives ignore or undervalue the importance of gender and gendered perspectives with regard to displacement.

Pieces that critically examine or call into question distinctions between migrants, refugees, and internally displaced persons are also welcome.

Signs particularly encourages transdisciplinary and transnational essays that address large questions, debates, and controversies without employing disciplinary or academic jargon. We welcome essays that make a forceful case for why displacement demands a specific and thoughtfully formulated interdisciplinary feminist analysis and why it demands our attention now.  We seek essays that are forceful, passionate, strongly argued, and willing to take risks.

The deadline for submissions is September 15, 2016. Denise Horn, Assistant Professor of Political Science and International Relations at Simmons College, and Serena Parekh, Associate Professor of Philosophy at Northeastern University, will serve as guest editors of the issue.

Manuscripts may be submitted electronically through Signs’ Editorial Manager system at http://signs.edmgr.com and must conform to the guidelines for submission available at http://signsjournal.org/for-authors/author-guidelines/. This call for papers is also available as a PDF.

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Séminaire 10 mars – La routine en Révolution – Déborah Cohen

Le jeudi 10 mars, le séminaire “Genre et classes populaires” propose une séance sur la thématique de la routine en Révolution, dans la continuité de notre programme annuel autour de la notion de « routine.s ».

Nous aurons le plaisir de recevoir Déborah Cohen, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Rouen qui réalise actuellement une enquête portant sur « Faire entendre la voix du peuple, surveiller les traitres et les puissants: dire-vrai et dénonciation  (1789-1794) ».

Elle nous présentera une communication intitulée « Des hommes dénaturés par le despotisme ? La Révolution française et l’idée d’habitude, 1789-1795 »

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. Afin de vous permettre l’accès au bâtiment merci de nous contacter 24 heures à l’avance.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Présentation-débat du numéro Age et Sexualité de la revue Clio à la librairie Violette & co, 2 mars 2016

A l’occasion de la sortie du dossier spécial de la revue Clio sur « Age et Sexualité », la librairie Violette & Co, 102 rue de Charonne (Paris 11e) organise une présentation-débat le mercredi 2 mars 2016 de 19H à 20H30. Marie Bergström, Lucas Monteil et Mathieu Arbogast seront invités à échanger autour du thème Genre, sexualité et écart d’âge. Les échanges sont animés par Michel Bozon et Juliette Rennes qui ont coordonné ce numéro thématique. L’entrée est libre.

Sans titre
****
Sommaire du dossier. CLIO. Femmes, Genre, Histoire 42/201

 Âge et sexualité

Responsables du numéro : Michel BOZON & Juliette RENNES

Michel BOZON & Juliette RENNES
Histoire des normes sexuelles : l’emprise de l’âge et du genre

*Dossier*
Sandra BOEHRINGER & Stefano CACIAGLI
 L’âge des amours.
Genre et réciprocité érotique en Grèce archaïque

Christine THÉRÉ
 Âge de retour et retour d’âge :
l’asymétrie entre les sexes dans les discours médicaux
en France (1770-1836)

Ophélie RILLON
 Sexualité juvénile sous contrôle
dans les écoles secondaires maliennes (1960-1970)

Jean BÉRARD & Nicolas SALLÉE
 Les âges du consentement. Militantisme gai et sexualité des mineurs en France et au Québec (1970-1980)

Marie BERGSTRÖM
 L’âge et ses usages sexués sur les sites
de rencontres en France (années 2000)

Lucas MONTEIL
 De l’« Amour vieux-jeune ». Âge, classe et homosexualité masculine en Chine post-maoïste

*Regards complémentaires*

Mathieu ARBOGAST
 Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle

*Documents*
Christiane KLAPISCH-ZUBER La Fontaine de Jouvence.
Bain et jeunesse entre XIVe et XVIe siècle

Lynn BOTELHO
/Les Trois âges et la Mort /du peintre Hans Baldung (XVIe siècle)

Didier LETT Genre et violence sexuelle à l’encontre des enfants dans les archives judiciaires de Bologne au XVe siècle

Sommaire complet du numéro

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Conférence de Geneviève FRAISSE « La sexuation du monde, réflexions sur l’émancipation », 23 février

Mardi 23 février 2016, de 17h15 à 19h15 aura lieu une conférence de Geneviève FRAISSE, philosophe, directrice de recherche émérite au CNRS, membre du comité scientifique de PRESAGE sur « La sexuation du monde, réflexions sur l’émancipation »

La conférence se tiendra à Sciences Po, 27 rue St Guillaume (75007), dans la salle F. Goguel (5ème étage – en passant par le jardin).

Pour assister, il faut s’inscrire par mail auprès de valerie.richard@sciences-po.fr

Plus d’informations sur le site http://www.programme-presage.com/conferences.html

Journée d’étude du jeudi 25 février 2016: Pour une approche croisée des quartiers populaires

Le Groupe de Travail « Produire la ville “ordinaire” » du LabEx DynamiTe organise une journée d’étude sur le thème « Pour une approche croisée des quartiers populaires ». Elle se déroulera :

le jeudi 25 février 2015
de 9h à 17h
EHESS – Bâtiment « Le France » (salle 005)
190-198 avenue de France – 75013 Paris

 Ce séminaire part de travaux analysant les quartiers populaires comme espaces de ressources, d’ancrage et d’appropriation. Il souhaite ouvrir une réflexion à la fois théorique et méthodologique sur les apports d’une démarche qui croiserait plusieurs disciplines, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’urbanisme et la photographie, en discutant de leurs cadres théoriques et pratiques, de leurs singularités comme de leurs points communs et éventuelles filiations. La journée s’articulera autour de courtes présentations dans l’objectif de laisser une large part aux discussions collectives. Avec la participation de : Cécile Cuny (sociologue) ; Sylvie Fol (urbaniste) ; Pierre Gilbert (sociologue) ; Marie Morelle (géographe) ; Hortense Soichet (photographe) ; Cécile Vignal (sociologue) ; Charlotte Vorms (historienne).
Voici le programme:

Séminaire 11 février – La routine à l’hôtel – Amélie Beaumont

Le jeudi 11 janvier, le séminaire “Genre et classes populaires” propose une séance sur la thématique de la routine à l’hôtel, dans la continuité de notre programme annuel autour de la notion de « routine.s ».

Nous aurons le plaisir de recevoir Amélie Beaumont, sociologue (Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, CESSP/CRESPPA-CSU) qui réalise actuellement une thèse portant sur la socialisation des employés du luxe.

Elle nous présentera une communication intitulée : « L’importance du contact quotidien dans la transformation des pratiques genrées : le cas de l’apprentissage des classes supérieures par les employés de l’hôtellerie de luxe »

Le séminaire est ouvert à toutes et tous a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 19h. L’entrée des bâtiments est libre,  en disant que vous venez assister au séminaire Genre et Classes Populaires.

Appel à communications, Congrès International des Sociologues de Langue Française

XXe Congrès International des Sociologues de Langue Française

Sociétés en Mouvement, Sociologie en Changement

4-8 juillet 2016

Montréal

 

Avant le 31 janvier 2016 :

  • Proposer une communication
  • Demander un bourse AISLF du Congrès

CR04 – Sociologie des rapports sociaux de sexe


Pour un renouveau des approches sociologiques du genre dans les sociétés contemporaines en mouvement

La thématique générale du XXe congrès de l’AISLF invite à un renouvellement potentiel des approches théoriques et méthodologiques visant à rendre compte de la réalité sexuée des sociétés contemporaines. Les approches théoriques du genre sont fortement marquées par les conditions sociohistoriques (les « Trente glorieuses ») et géographiques (occidentales) de leur élaboration. Il paraît alors légitime de s’interroger sur les apports et limites des outils diffusés dans le dernier tiers du XXe siècle, dès lors qu’il s’agit d’appréhender de nouveaux phénomènes sociaux à l’orée du XXIe siècle. Comment appréhender les expériences sexuées au sein des sociétés contemporaines et rendre compte des nouveaux modes de régulation du genre qui émergent au sein des « sociétés en mouvement  ?

1. La complexité des effets sexués des grandes évolutions sociétales contemporaines

Un premier ensemble de communications prend pour objet central les grandes évolutions contemporaines, telles que la globalisation des enjeux économiques et écologiques, la transformation du travail, la dématérialisation, le vieillissement et le care, etc. Dans chaque cas, il s’agira d’analyser les effets de ces évolutions sur les configurations de genre, toujours de manière précise et historicisée.

2. L’institutionnalisation des politiques d’égalité et des études genre dans les sociétés de l’individualisation

Ces communications s’intéressent au processus d’institutionnalisation des activités de promotion de l’égalité femmes-hommes et/ou aux espaces formels de production et diffusion de connaissances sur les inégalités de sexe. Il s’agit de comprendre la pluralité des représentations de « l’égalité », qui sous-tendent les actions publiques en sa faveur, et les initiatives en matière d’enseignement et de recherche sur le genre, dans un contexte parfois marqué de fortes résistances sociales.

3. Les implications des grandes évolutions sociales pour l’approche sociologique du genre

Si les sociétés contemporaines sont effectivement marquées par « l’indétermination croissante des expériences sociales des femmes et des hommes » (cf. Actes du Congrès de Rabat), quels sont le sens et la finalité d’une sociologie du genre ? Depuis une quarantaine d’années, les travaux sur le genre ont été fondés sur le postulat d’une signification sociale majeure des appartenances catégorielles et sur l’idée de leur pouvoir prédictif des devenirs sociaux, différenciés et hiérarchisés, chez les individus sexués. Les « épreuves de vie » auxquelles hommes et femmes sont confronté·e·s dans différents contextes sociaux deviennent-elles de plus en plus indifférenciées ou demeurent-elles marquées par des spécificités de sexe, même partiellement reconfigurées ? Ces évolutions sonnent-t-elles le glas de la sociologie du genre ou appellent-t-elles à son adaptation ?

Les propositions comportant une dimension empirique documentée seront privilégiées. Elles devront s’inscrire dans la thématiques des « sociétés en mouvement » et dans celle d’un sociologie « en changement ». Il s’agit bien de montrer comment les « transformations sociales » se manifestent dans les expériences des individus sexués et comment elles alimentent une consolidation ou une reconfiguration des normes et des pratiques de genre.

Les responsables du CR4 prévoient d’organiser plusieurs séances communes avec d’autres CR ou GT de l’AISLF. Les partenariats seront déterminés en fonction des propositions de communication reçues et sélectionnées, notamment avec le GT07 (Sociologie des sexualités), le CR06 (Parcours de vie et vieillissement), le CR07 (Éducation, formation, socialisation), et le CR32 (Savoirs, métiers, identités professionnelles). Les propositions de communication qui s’inscrivent à l’interface de ces thématiques seront particulièrement appréciées.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Podcast séance « La routine des aliénés »-Anatole Le Bras et Paul Marquis

Le jeudi 14 janvier 2016, le séminaire Genre et classes populaires a eu le plaisir de recevoir deux historiens – Anatole Le Bras et Paul Marquis – pour une séance autour de la « routine des aliénés ».

L’intervention d’Anatole Le Bras (Sciences Po Paris) s’intitulait « Perturbation de la routine et internement. Entrée et sortie des internés à l’asile d’aliénés de Quimper. 1850-1900 ».

Paul Marquis (Sciences Po Paris) a, quant à lui, présenté une communication intitulée : « S’occuper au quotidien : sur les modalités de la routine asilaire en situation coloniale (Algérie, 1933-1963) »

Vous trouverez le podcast des deux interventions ci-dessous:

Intervention d’Anatole Le Bras

Intervention de Paul Marquis

Parution: numéro 34 de Savoir/Agir « De la classe ouvrière aux classes populaires »

Le numéro 34 de Savoir/Agir revue revient sur la transition entre classe ouvrière et classes populaires, mais surtout cherche à cerner « ce que populaire veut dire », en s’interrogeant sur la cohérence du groupe, sur sa reproduction et sur la pertinence de l’association ouvriers/employés, mais aussi en étudiant les multiples clivages qui traversent les classes populaires aujourd’hui.

Séminaire 14 janvier : La routine des aliénés (17h-20h)

Le jeudi 14 janvier, la troisième séance du séminaire “Genre et classes populaires” sur la notion de “routine-s” portera sur les asiles. Nous aurons le plaisir de recevoir deux historiens qui travaillent sur des espaces de traitement de la maladie mentale  :
Anatole Le Bras (historien, CHSP, Sciences Po Paris) : « Perturbation de la routine et internement. Entrée et sortie des internés à l’asile d’aliénés de Quimper. 1850-1900 »
et
Paul Marquis (historien, CHSP, Sciences Po Paris): « Fumer au quotidien, norme ou déviance? Sur les pratiques tabagiques à l’hôpital psychiatrique de BlidaJoinville
(1933-1963)

 

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 20h, car nous avons deux intervenants. L’entrée des bâtiments est libre,  en disant que vous venez assister au séminaire Genre et Classes Populaires.

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

Dernier numéro de la revue: Journal of Women’s History

https://muse.jhu.edu/journals/journal_of_womens_history/toc/jowh.27.4.html

 

 

Volume 27, Issue 4, Winter 2015

 

Articles:

The Ambiguities of Power in Russia, the United States, Japan, and France

Elisa Camiscioli, Jean H. Quataert

 

Debating Sharia: The 1917 Muslim Women’s Congress in Russia

Marianne Kamp

 

“How Come There’s Only Men Up There?”: Catholic Women’s Grassroots Anti-Abortion Activism

Karissa Haugeberg

 

Following the Money: Wealthy Women, Feminism, and the American Suffrage Movement

Joan Marie Johnson

 

An International Comparison of Women’s Suffrage: The Cases of Finland and New Zealand in the Late Nineteenth and Early Twentieth Century

Irma Sulkunen

 

Cultivating Feminine Affinity: Women, Domesticity, and Cold War Transnationality in the US Military Occupation of Okinawa

Mire Koikari

 

How Women Make Diplomacy: The British Embassy in Paris, 1815–1841

Jennifer Mori

 

Unusual Frontal Developments: Negotiating the Pregnant Body in Nineteenth-Century America

Shannon Withycombe

 

Book Reviews

International Perspectives on Reproductive History

Simone M. Caron

 

Building Identity through Work, Leisure, Migration, and Activism: Latinas in the Twentieth Century

Marlene Medrano

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue: Gender, Work, & Organization, January 2016

Dernier numéro de la revue: Gender, Work, & Organization

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gwao.v23.1/issuetoc

 

Volume 23, Issue 1, January 2016

 

Special Issue: Sexual Politics, Organizational Practices: Interrogating Queer Theory, Work and Organization

Edited by: Alison Pullen, Torkild Thanem, Melissa Tyler, Louise Wallenberg

 

Articles:

Sexual Politics, Organizational Practices: Interrogating Queer Theory, Work and Organization (pages 1–6)

Alison Pullen, Torkild Thanem, Melissa Tyler and Louise Wallenberg

 

Queer Categories: Queer(y)ing the Identification ‘Older Lesbian, Gay and/or Bisexual (LGB) Adults’ and its Implications for Organizational Research, Policy and Practice (pages 7–18)

   Andrew King

 

Occupational Segregation Research: Queering the Conversation (pages 19–35)

James McDonald

 

Towards Queering the Business School: A Research Agenda for Advancing Lesbian, Gay, Bisexual and Trans Perspectives and Issues (pages 36–51)

   Nick Rumens

 

Situated Transgressiveness: Exploring One Transwoman’s Lived Experiences across Three Situated Contexts (pages 52–70)

   Sara Louise Muhr, Katie Rose Sullivan and Craig Rich

 

Queering Queer (pages 71–73)

   Martin Parker

 

Review Essay New Directions in Queer Theory: Recent Theorizing in the Work of Lynne Huffer, Leo Bersani & Adam Phillips, and Lauren Berlant & Lee Edelman (pages 74–83)

   Nancy Harding

 

Postscript: Queer Endings/Queer Beginnings (pages 84–87)

   Alison Pullen, Torkild Thanem, Melissa Tyler and Louise Wallenberg

 

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue: Gender & History, Special Issue: Men at Home: Domesticities, Authority, Emotions and Work

Dernier numéro de la revue: Gender & History

 

Volume 27, Issue 3, November 2015

 

Special Issue: Men at Home: Domesticities, Authority, Emotions and Work

Edited by: Raffaella Sarti

Articles:

Men at Home: Domesticities, Authority, Emotions and Work (Thirteenth–Twentieth Centuries) (pages 521–558)

   Raffaella Sarti

 

Part I – Which Domesticities?

 

Home and Away: The Flight from Domesticity in Late-Nineteenth-Century England Re-visited (pages 561–575)

   John Tosh

 

Illicit Intimacies: The Imagined ‘Homes’ of Gilbert Innes of Stow and his Mistresses (1751–1832) (pages 576–590)

Katie Barclay

 

Native American Men – and Women – at Home in Plural Marriages in Seventeenth-Century New France (pages 591–610)

   Sarah M. S. Pearsall

 

Lock Up Your Daughters! Male Activists, ‘Patriotic Domesticity’ and the Fight Against Sex Trafficking in England, 1880–1912 (pages 611–627)

   Rachael Attwood

 

Domesticity as Socio-Cultural Construction: Domestic Slavery, Home and the Quintal in Cabo Delgado (Mozambique) (pages 628–648)

   Francesca Declich

 

 

Part II – Male Authority, Love and Conflicts

 

Meanings of Fatherhood in Late-Medieval Montpellier: Love, Care and the Exercise of Patria Potestas (pages 651–668)

   Lucie Laumonier

 

Generations of Men and Masculinity in Two Late-Medieval Biographies of Saints (pages 669–683)

   Marita von Weissenberg

 

The Moretti Family: Late Marriage, Bachelorhood and Domestic Authority in Seventeenth-Century Venice (pages 684–702)

   Lisa Dallavalle

 

Fathers at Home: Life Writing and Late-Victorian and Edwardian Plebeian Domestic Masculinities (pages 703–717)

   Julie-Marie Strange

 

 

Part III – Material Culture, Household Economy and Work

 

A Passion for Porcelain, Silverware and Furniture in Male Aristocratic Homes (in Seventeenth- and Eighteenth-Century Central Italy) (pages 721–735)

   Benedetta Borello

 

The Early Modern German Professor at Home – Masculinity, Bachelorhood and Family Concepts (Sixteenth–Eighteenth Centuries) (pages 736–751)

   Elizabeth Harding

 

Husbands, Masculinity, Male Work and Household Economy in Eighteenth-Century Italy: The Case of Turin (pages 752–772)

   Beatrice Zucca Micheletto

 

Informal Economies and Masculine Hierarchies in Slave Communities of the US South, 1800–65 (pages 773–787)

   David Doddington

 

Part IV – Men at Home between Tradition and Innovation

 

The Bureaucrat, the Mulla and the Maverick Intellectual ‘at Home’: Domestic Narratives of Patriarchy, Masculinity and Modernity in Iran, 1880–1980 (pages 791–811)

   Joanna de Groot

 

Masculine Ways of Being at Home: Hobbies, Do-It-Yourself and Home Improvement in Argentina (1940–70) (pages 812–827)

   Inés Pérez

 

Fathers in 1960s Switzerland: A Silent Revolution? (pages 828–843)

   Caroline Rusterholz

 

Is the Personal Political for Men too? Encounter and Conflict between ‘New Left’ Men and Feminist Movements in 1970s Italy (pages 844–864)

   Paola Stelliferi

 

“The Ultimate Extension of Gay Community”: Communal Living and Gay Liberation in the 1970s (pages 865–881)

   Stephen Vider

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn