Archives pour la catégorie Séances-Podcasts

Prochaine séance du séminaire le 12 juin autour de « l’espace rural » avec Nicolas Renahy et Vincent Robert

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes Populaire, nous avons le plaisir de recevoir Nicolas Renahy et Vincent Robert, qui viendront tous les deux nous parler, avec des angles d’approche très différents de l’espace rural.

Vincent Robert (Maître de conférences en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1) nous propose une communication intitulée « Ce que la sorcellerie peut nous apprendre des rapports de classe et de genre dans la France rurale du dix-neuvième siècle ? ».

Nicolas Renahy (Sociologue, Directeur de recherche à l’INRA, CESAER, Dijon)  intervient sur le thème « Redéfinir sa masculinité. La rupture biographique d’un ouvrier rural vue de son espace domestique ».

Nous nous interrogerons avec eux sur les spécificités de l’espace rural dans la production d’identités de genre et de classe, du XIXe siècle au très contemporain.

Attention : cette séance étant double, elle dure trois heures (de 17h à 20h). Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

Quelques pistes bibliographiques pour préparer la séance :

Publications de Nicolas Renahy:

– Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 [2005].
– Nicolas Renahy et Frédéric Rasera, « Virilités : au-delà du populaire »,  Travail, genre et sociétés, n° 29, 2013, p. 169-173.
La communication de Nicolas Renahy sera issue plus particulièrement d’un travail de coopération avec Sébastien Mary, un des « gars du coin » avec qui il a réalisé son enquête :
– Voir : Nicolas Renahy et Sébastien Mary, « “La soif du travail ?” Alcool, salariat & masculinité dans le bâtiment : le témoignage d’un adepte du “black” », Agone, n° 51 : campagnes populaires, campagnes bourgeoises, 2013, p. 86-100.- Et sur la démarche d’enquête de coopération entre sociologues et enquêtés, voir aussi : Michel Pialoux et Christian Corouge, Résister à la chaine. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue. Marseille, Agone, 2011.

Sur la sorcellerie

Pour présentation de l’historiographie de départ, il y a un excellent texte de Philippe Boutruy dans l’Histoire de la France religieuse (t. III, Du roi très chrétien à la laïcité républicaine), « La mutation des croyances », p. 440 -474 de l’édition de poche.

–Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage. Paris, Gallimard, 1977, 330 p. sur la sorcellerie dans le Bocage des années 1970

–Carmelo Lisón Tolosana, Sorcellerie, structure sociale et symbolisme en Galice, Paris, PUF, 1994, 350 p. Un anthropologue espagnol remarquable, travaillant sur la Galice des années 70-80.

–Robert Muchembled, La sorcière au village (XVe– XVIIIe siècle), Paris, Gallimard Julliard, 1979, 240 p.
–André Julliard. « Le malheur des sorts. Sorcellerie d’aujourd’hui en France ». In Robert Muchembled, (dir.) Magie et sorcellerie en Europe du Moyen-Age jusqu’à nos jours, Paris, A. Colin, 1994, 335 p. p. 267-320.

 

 

 

Prochaine séance du séminaire le 3 avril : « la rue » avec Ophélie Rillon et Lucile Ruault

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes populaires nous avons le plaisir d’accueillir  Ophélie Rillon (Docteure en histoire contemporaine, Paris I, son séminaire à l’EHESS: Dynamiques de genre en Afrique ) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) » et Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Lille II, son groupe de travail « Genre, normes procréatives et périnatalité« ) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ». Entre histoire et sciences politiques, une séance sur le monde contemporain où les femmes occupent la rue !

 La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 3 avril de 17h à 20h (nouvelle heure, n’oubliez pas). C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Prochaine séance : « La rue » avec Valentin Chémery le 20 février

Pour la cinquième séance du séminaire, nous avons le plaisir jeudi 20 février d’accueillir  Valentin Chémery (doctorant en histoire au Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et, avec lui, de nous pencher sur le regard policier porté sur les rapports sociaux et sur les rapports de genre dans l’Algérie coloniale.

Le séminaire aura lieu de 17h à 19h en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

Prochaine séance : l’usine avec Mirta Lobato le 24 janvier

Pour la première séance 2014 du séminaire, nous avons le plaisir d’accueillir Mirta Lobato (Professeure et chercheuse à l’Université de Buenos Aires) pour une communication outre-atlantique :
« A l’intérieur et à l’extérieur du lieu: les espaces de travail et la construction des identités dans une communauté ouvrière. Berisso dans la première moitié du XXe siècle ». 
(Dentro y fuera de lugar: los espacios laborales y la construcción de identidades en una comunidad obrera. Berisso en la primera mitad del siglo XX). 
La communication sera en espagnol et traduite simultanément. 


Attention changement exceptionnel, la séance aura lieu le vendredi 24 janvier de 14 à 16h.
C’est toujours salle Picard 3, au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle). 
 

 


Podcast séance « les lieux du travail informel » avec Ya-Han Chuang, le 19 décembre 2013

Le 19 décembre dernier, Ya-Han Chuang est venue présenter ses recherches sur le travail informel des femmes chinoises sans papiers dans les salons de manucure vers Château d’eau ou comme ouvrières de confection à Aubervilliers. Après être revenue sur les trajectoires migratoires des enquêtées, elle s’est beaucoup intéressée a leur capacité d’agir dans le contexte du travail informel.

Son intervention peut-être écoutée ici: https://archive.org/details/SminaireGCPYaHanChuang

« “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? »: prochaine séance du séminaire le 19 décembre avec la sociologue Ya-Han Chuang

Pour sa troisième séance, le séminaire « Genre et classes populaires » a le plaisir d’accueillir Ya-Han Chuang, doctorante en sociologie au GEMASS à l’Université Paris IV Sorbonne, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les lieux du travail informel (domicile et salon de manucure) :  « “Elles gagnent plus, mais je suis mon propre maître !” – Quelle “autonomie” pour les travailleuses sans papiers à Paris ? ».

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 19 décembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Pour découvrir ses travaux:

« Problematizing « Chinatowns »: conflicts and narratives surrounding Chinese quartiers in and around Paris 2013″: http://www.gemass.fr/IMG/pdf/Chinatowns_Chuang_and_Tremon_Offprint.pdf

« Les manifestation des chinois de Belleville », http://www.laviedesidees.fr/Les-manifestations-des-chinois-de.html

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Podcast séance « Le camp » avec Elissa Mailänder (28 novembre 2013)

Le 28 novembre dernier, le séminaire “Genre et classes populaires” a eu le plaisir d’accueillir Elissa Mailänder, Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, pour une communication autour du CAMP, portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les camps de concentration : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre, racismes et violences (1939-1945) ».

Son intervention peut être écoutée et télécharger ICI. (1h20)

« Les femmes allemandes au service de la guerre (1939-1945) »: prochaine séance du séminaire le 28 novembre avec l’historienne Elissa Mailänder

Pour sa deuxième séance, le séminaire « Genre et classes populaires » a le plaisir d’accueillir Elissa Mailänder, Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les camps de concentration : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre, racismes et violences (1939-1945) »

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 28 novembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle). 

Pour découvrir ses travaux:

Elissa Mailänder, La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes (1939-1945) : réflexions sur les dynamiques et logiques du pouvoir, Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories »

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Compte-rendu de la séance du 17 octobre 2013.

Séance du 17 octobre 2013.

Marianne Blidon, « Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) ».

Lors de cette séance de reprise la géographe Marianne Blidon revient sur sa thèse.

Elle rappelle d’abord les fondamentaux de la géographie, à savoir que l’espace est produit par les sociétés et qu’en retour l’espace produit aussi du social ; puis de la géographie du genre, à savoir que la différenciation sociale des sexes produit de la différenciation spatiale (liée à une répartition genrée des rôles). L’espace est donc à la fois le lieu de rapports de genre et producteur d’identités de genre.

Ensuite, elle explique le poids de Paris (ville refuge, ville politique) dans les récits de tous ordres qui analysent ou racontent l’affranchissement et l’affirmation des gays.

Le but de son enquête est d’explorer l’affirmation jamais remise en cause que l’homosexualité a partie liée avec la ville.

Pour elle, on comprend cette thèse en regardant les parcours des chercheurs porteurs de cette thèse pour qui cette évidence est fondée sur leur expérience (l’arrivée à la ville étant aussi souvent décisive dans leur coming out).

A cela elle oppose d’abord que la transition urbaine étant achevée en France, il ne peut s’agir de toute façon que de migrations ville/ville. Elle pose aussi la question de ce qui se passe quand on arrive à paris.

Elle présente ensuite la mise en place de son enquête -après avoir exposé pourquoi les grandes enquêtes sur la sexualité (ACSF-CSF) n’étaient pas utilisables pour explorer les migrations et les temporalités spatiales complexes des trajectoires biographiques et pourquoi les enquêtes presse gay, par leur perspective épidémiologique, n’était pas adaptée non plus à ce type de questionnement.

Résultats :

1/5 répondants n’a jamais connu de changement résidentiel/Peu de ruraux quand ils décohabitent vont vivre à Paris/Il n’y a que peu de trajectoires entre des espaces à faible dotation en produits à destination d’une clientèle gay et Paris. Les trajectoires des gays obéissent donc à des logiques connues des géographes des migrations : on ne quitte majoritairement pas la campagne pour se rendre dans une métropole. L’opposition ville/campagne pour penser les trajectoires gay n’est donc pas pertinente.

Cette enquête permet aussi de donner une autre perspective au rôle de la famille dans la sociologie de l’homosexualité, traditionnellement analysée comme une instance de précarisation au moment d’un coming out mal vécu. Or, elle montre qu’il y a des retours migratoires pour des raisons de précarités (sociales ou de santé) ou pour s’occuper des vieux parents.

Marianne Blidon conclut donc sur une grande diversité des trajectoires : surtout des cas d’enracinement, mais aussi des cas de nomadisme et des cas de prolongement entre moyennes et grandes villes. Les facteurs de mobilité qui ont été analysés sont extrêmement classiques (niveau de diplôme, âge, conjugalité).

Dans un dernier temps, elle analyse les tensions que son travail a suscitées. Elle revient alors sur la question de la pertinence de l’expérience pour être légitime à s’exprimer sur un sujet et sur les dominations de genre à l’œuvre dans l’Université.

 

Si vous êtes intéressés par toute cette passionnante enquête et ce stimulant exercice de réflexivité quantitative, il faut aller lire :

– Marianne Blidon, France Guérin, « Un rêve urbain ? La diversité   migratoire des gays », Sociologie, n°2, vol. 4, 2013, pp. 3-22.

– Marianne Blidon, « Géographie de la sexualité ou sexualité du  géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de   géographie, 687-688, 2012, pp. 525-542.

« Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) »: reprise du séminaire jeudi 17 octobre avec la géographe Marianne Blidon

Quelques pistes pour préparer la séance:

 Marianne Blidon, France Guérin, « Un rêve urbain ? La diversité   migratoire des gays », Sociologie, n°2, vol. 4, 2013, pp. 3-22.

Marianne Blidon, « Géographie de la sexualité ou sexualité du  géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de   géographie, 687-688, 2012, pp. 525-542.

Marianne Blidon, « Les sens du je. Usage épistémologique de  l’expérience et analyse des rapports sociaux », Géographie &  cultures, à paraître.

Pour mémoire, deux ouvrages commentés sur ce carnet pour compléter cette approche

Didier Eribon, Retour à Reims, 2009

Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité, 2013