Archives pour la catégorie Séminaire 2012/2013

Séance la rue / Rachel Fuchs en podcast

La dernière séance de cette année de séminaire Genre et Classes Populaires in situ est à écouter en podcast dans la rubrique « Archives 2012/2013 », c’est à dire ICI.

Nous avons reçu Rachel Fuchs pour une intervention intitulée: « Les faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels » ou « Est-il possible pour une historienne qui s’était spécialisée dans l’histoire de la longue durée d’être heureuse avec micro-histoire ? »

Prochaine séance du séminaire – la RUE – Rachel Fuchs

Prochaine (et dernière) séance du séminaire : LA RUE 

Elle aura lieu le vendredi 14 juin de 16h à 18h en compagnie de Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University, avec une intervention intitulée :

« Les faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels »

ou

« Est-il possible pour une historienne qui s’était spécialisée dans l’histoire de la longue durée d’être heureuse avec micro-histoire ? »

Comment est-ce qu’une historienne sociale de la longue durée écrit la micro-histoire? Cette communication explore quelques questions soulevées en écrivant l’histoire par une histoire particulière des archives judiciaires. Celle-ci est de la Cour d’Assises. Cette communication commence par une brève discussion sur la valeur des archives judiciaires, et focalise rapidement sur le dramatis personae d’une affaire judiciaire d’avortement qui est jugé pendant décembre 1873. Cette procédure n’était pas une cause célèbre avec une large couverture médiatique, mais un procès qui concerne les gens ordinaires qui ont les vies difficiles. Ensuite, cette communication pose plusieurs questions méthodologiques. Elle cherche des contextes historiques pour cet aperçu sur un aspect de la vie intime des femmes. Je conclus que, avec les contextes historiques pertinents, une micro-histoire comme celle-ci est capable d’humaniser l’histoire sociale. Aussi, elle nous aide à comprendre comment la vie personnelle et spécifique était profondément touchée par les aspects politiques, économiques, sociaux et culturels de la société.

Toujours à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage)

Prochaine séance du séminaire le 17 mai 2013 : la maison comme lieu de travail, avec Marie Cartier et Christelle Avril + bibliographie indicative

La prochaine séance du séminaire aura lieu le 17 mai de 16h à 18h, à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage).

Nous accueillerons Marie Cartier et Christelle Avril, deux sociologues qui présenteront leurs travaux autour des emplois de service à domicile (femmes de ménage, aides à domicile pour personnes âgées et assistantes maternelles) très majoritairement exercés par des femmes des classes populaires.

Cette séance sera l’occasion d ‘aborder la maison comme lieu d’observation de l’intersection entre le genre et la classe sociale.

Quelques publications des intervenantes :

Avril Christelle, « Ressources et lignes de clivage parmi les aides à domicile. Spécifier une position sociale : quelles opérations de recherche ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 191-192, 2012, p. 86-105.

Avril Christelle, « Une mobilisation collective dans l’aide à domicile à la lumière des pratiques et des relations de travail », Politix, n° 86, 2009, p. 97-118

Avril Christelle, « Les aides à domicile pour personnes âgées face à la norme de sollicitude », Retraite et société, n° 53, 2008, p. 49-65

Cartier Marie, (avec  E. d’Halluin, M.-H. Lechien, J. Rousseau), « La « sous-activité » des assistantes maternelles : un rapport au métier différencié selon le positionnement social », Politiques sociales et familiales, n°109, 2012.

Cartier Marie, « Le caring,  un capital culturel populaire ? A propos de Formations of Class & gender de Beverley Skeggs », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°191-192, 2012.

Avril Christelle, Cartier Marie, Siblot Yasmine (coord.), dossier « Classes populaires et services publics », Sociétés Contemporaines, n°58, 2005/2

Avril Christelle, Cartier Marie, Serre Delphine, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris : La Découverte, 2010.

 

Bibliographie indicative :

Numéro de la revue Travail, Genre et Sociétés : « Femmes providentielles, enfants et parents à charge »,  N° 6, 2001/2.

A. Dussuet, Travaux de femmes. Enquêtes sur les services à domicile, L’Harmattan, 2005.

A. Fouquet. 2001, “Le travail domestique : du travail invisible au “gisement” d’emplois », In Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Edited by J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, Paris : PUF, p.99-127.

E.N. Glenn. 1992. “From Servitude to Service Work: Historical Continuities in the Racial Division of Women’s Work”, Signs, 18 (I), p. 1-43.

M. Gollac, S. Volkoff. 2002, « La mise au travail des stéréotypes de genre : les conditions de travail des ouvrières », Travail, genre et sociétés, n°8, septembre, p. 25-53.

A. R. Hochschild, « Love and Gold » 2003. Global Woman. Nannies, maids, and sex workers in the new economy (ed. by B. Ehrenreich, A.R. Hochschild), New York: Metropolitan books, p.15-30.

G. Laforge, « Le statut d’emploi des intervenant(e)s à domicile dans le champ de l’aide et des services aux personnes : quelques réflexions sur une politique du « gisement d’emplois » », Revue de droit sanitaire et social, 2, 2005.

L. Mozère, 2001, « Comment se configurent les compétences dans un métier au féminin ? Le cas des assistantes maternelles, Recherches féministes (Montréal), Féminin pluriel, vol 14, n° 2, 83-114.

J. Rollins. 1985. Between women: Domestics and their Employers. Philadelphia :Temple University Press.

M. Segalen, 2010. À qui appartiennent les enfants ?., Paris : Tallandier.

B. Skeggs, Formations of Class and Gender: Becoming Respectable (single authored monograph) Theory, Culture and Society series. London. Sage. 1997.

F. Weber, S. Gojard, A. Gramain (dir.), Charges de famille., Dépendance et parenté dans la France contemporaine, La Découverte, collection « enquêtes de terrain », Paris, 2003, 420 p.

V. Zelizer. 2005. The Purchase of Intimacy, Princeton, N.J. : Princeton University Press.

 

Prochaine séance du séminaire : lycée, le 26 avril 2013

La prochaine séance du séminaire se tiendra le vendredi 26 avril 2013, de 16h à 19h. Comme prévu, nous aurons deux interventions sur le lycée :

Ugo Palheta, maître de conférences (Lille-3), rattaché à l’équipe Proféor du CIREL : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

 

Pour préparer la séance, une bibliographie indicative :

G. BRUCY, F. MAILLARD, et G. MOREAU. (dir.), Le CAP. Un diplôme du peuple, 1911-2011, Rennes, PUR, 2013.

J.-M. CHAPOULIE, L’Ecole d’Etat conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, PUR, 2011.

P. MARCHAND, « L’enseignement technique et professionnel en France, 1800-1919. Essai de bilan historiographique », Techniques et culture, 45, 2005, p. 15-35.

M. THIVEND, « L’enseignement technique et la promotion scolaire et professionnelle sous la Troisième République », Revue française de pédagogie, 159, avril-mai-juin 2007, p. 59-67.

et

C. BAUDELOT et R. ESTABLET, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992.

D. KERGOAT, Se battre, disent-elles, Paris, La Dispute, 2012.

G. MOREAU, « Filles et garçons au lycée professionnel », Cahiers du LERSCO, 1994, n°15.

N. MOSCONI, « La mixité dans l’enseignement technique industriel, ou l’impossible reconnaissance de l’autre », Revue française de pédagogie, 1987, n°78.

 

Et une bibliographie sélective de nos intervenants :

Stéphane LEMBRE,

« Bourses et boursiers de l’enseignement technique dans le Nord et le Pas-de-Calais (1900-1940) », dans Jean-François Condette (dir.), Le coût des études. Modalités, acteurs et implications sociales XVIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 315-331.

« L’Institut industriel du Nord de la France et ses voisins : création, circulations d’informations et de technologies (1872-1914) », dans Jean-François Eck et Pierre Tilly (dir.), Innovations et transferts de technologie en Europe du Nord-Ouest aux XIXe et XXe siècles, Bruxelles, PIE – Peter Lang, coll. « Euroclio. Etudes et documents », vol. 60, 2011, p. 105-120.

« Au secours du métier. Les écoles de dentellières en France et en Belgique des années 1850 aux années 1930 », Histoire de l’Éducation, n°123, juillet-septembre 2009, p. 45-70. http://histoire-education.revues.org/index2028.html

L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique 1800-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », à paraître (juin 2013).

Thèse de doctorat en histoire contemporaine : L’école des producteurs. Activités économiques et institutionnalisations de la formation professionnelle dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930, sous la direction de Jean-François CHANET (IEP de Paris), Université Lille 3, 2011.

 

Ugo PALHETA,

« Les devenirs socioprofessionnels des sortants sans diplôme. Un état des lieux dix ans après la sortie du système éducatif (1998-2008) »(avec Jean-Paul Gehin), Formation Emploi, avril-juin 2012, n°118, p. 15-35.

« Le collège divise. Appartenance de classe, trajectoires scolaires et enseignement professionnel »Sociologie, 2011, 4, p. 363-386.

« Retour sur le paradoxe de Willis. Les destins scolaires des jeunes d’origine populaire »Revue Agone, 2011, n°46.

« Enseignement professionnel et classes populaires : comment s’orientent les élèves “orientés” »Revue française de pédagogie, 2011, n°175, p. 59-72.

« L’apprentissage compagnonnique aujourd’hui. Entre résistance à la forme scolaire et transmission des valeurs du métier »Sociétés contemporaines, 2010, n°77, 1, p. 57-85.

« Cultures adolescentes et enseignement musical au collège. La transmission des savoirs musicaux à l’épreuve de la massification scolaire » (avec Florence Eloy), Revue française de pédagogie, 2008, n°163, p. 39-50.

« Luttes de classes, classes en luttes. Stratification scolaire et mobilisation anti-CPE »Politix. Revue des sciences sociales du politique, 2008, n°82, p. 169-192.

La domination scolaire. Sociologie de l’enseignement professionnel et de son public, Paris, PUF, 2012.

Genre et espace: Marianne Blidon fait le point sur Hypergéo

Une synthèse géographique très utile dans le cadre de notre réflexion, à découvrir en intégralité sur le site Hypergéo

 

Extraits de la notice « Genre« 

« La géographie française s’est emparée récemment du concept de genre, principalement par le biais de la production britannique. D’où l’idée très répandue que les Gender Studies seraient « une spécificité de l’espace académique anglo-américain », méconnaissant par la même les apports des nombreuses chercheuses françaises qui ont, dès les années 1980, travaillé à l’émergence d’espaces interdisciplinaires permettant la production et la diffusion de travaux portant sur les femmes, puis sur le genre et les sexualités (Rouch, 2009 [2001]). Or si ces questions peinent encore à trouver une place légitime au sein de la discipline, ce n’est pas tant parce qu’elles ne seraient pas pertinentes dans l’espace social français que parce que les résistances sociales, disciplinaires et institutionnelles demeurent fortes (Perreau, 2008 ; Blidon, 2008). Celles-ci s’appuient sur différents types de disqualification a priori ; le genre serait un « objet sociologique », « a-spatiale » et « non géographique », un « objet à la mode », un « objet mineur » et « exotique » qui occulte « les vrais enjeux de société » et « ne fait pas avancer les paradigmes de la géographie ».

L’inverse de ce que montrent les travaux menés depuis plusieurs années (Creton, 2002 et 2004 ; Hancock et Barthe, 2005), travaux que l’on peut classer en trois grandes approches.
- La première consiste à analyser en quoi le genre produit de la différenciation spatiale. L’espace est alors envisagé comme genré. On distingue ainsi des territoires ou des lieux masculins (les sous-marins, les fraternités ou les clubs anglais, les casernes), féminins (les couvents, les maternités, les instituts de beauté) ou mixtes (piscines, écoles, cafés, jardins publics) (Bard, 2004). Si ces derniers sont majoritaires, Erving Goffman analyse cette co-présence comme « un type de relation sociale bien particulière, entre ségrégation et indifférenciation, où les femmes et les hommes sont ensemble et séparés […] Et tout cela au nom de la délicatesse, de la civilisation, du respect dû aux femmes ou du besoin “naturel” des hommes de se retrouver entre eux » (2002, 36). Cette grille de lecture a été appliquée principalement aux mobilités quotidiennes (Diaz et al., 2004) ou aux migrations internationales (Catarino C. et al., 2005), aux questions de développement (Marius-Gnanou K., Hofmann E., 2006) ou à la ville envisagée du point de vue des pratiques des femmes (Denèfle, 2004), plus rarement et plus récemment de celles des hommes (Proth, 2002 ; Raibaud, 2006).
- Une deuxième approche consiste à analyser en quoi l’espace participe de la différenciation de genre et de la construction des identités masculines et féminines. L’espace est alors envisagé comme genrant. Ainsi les toilettes publiques conduisent à différencier les usagers selon leur sexe en s’appuyant sur un argument biologique doublé d’un impératif de pudeur et d’intimité. Cet usage différencié fait l’objet d’une socialisation précoce dès la maternelle. Cette grille de lecture s’applique aussi à l’appropriation et la répartition des espaces domestiques (Collignon, Staszak, 2004), aux usages des plages et à la mise en scène corporelle balnéaire (Barthe-Deloizy, 2003) ou à la vulnérabilité des femmes dans les espaces publics (Lieber, 2008). Cette dernière montre ainsi que « les “risques évidents” que courent les femmes lorsqu’elles se déplacent dans l’espace public ne sont pas la conséquence de leur appartenance sexuée, mais participent de la production de cette appartenance » (Lieber, 2008, 16).
- Enfin, le genre n’est pas seulement une organisation sociale entre les sexes, c’est aussi un système signifiant qui structure les catégories de pensée en grandes oppositions symboliques (sensibilité/rationalité, faiblesse/force, concret/abstrait). Une dernière approche, féministe, consiste donc à interroger les fondements même du savoir et les conditions de son élaboration en sciences humaines (Chabaud-Rychter et ali, 2010) et plus particulièrement en géographie (Bondi et Domosh, 1992 ; Massey, 1994). Cela passe par l’affirmation d’un point de vue situé et la critique de la figure du chercheur neutre et objectif qui produit une science universelle et surplombante. Ainsi Claire Hancock, qualifie la géographie centrée sur le territoire de « discipline masculiniste », rappellant que la « construction du sujet rationnel des Lumières a pris un visage particulier en géographie, qui s’est donné pour tâche la description exhaustive du monde, d’une façon qui l’a rendue complice de l’européocentrisme et du colonialisme : la géographie, science de la conquête et de l’appropriation de l’espace, était marquée dans sa conception même par un biais sexué » (2004, 168). D’autres travaux interrogent la construction des discours et des pratiques de terrain notamment la construction de valeurs masculines qui leurs sont associés comme la force physique ou l’endurance des géographes physiciens (Jegou et Chabrol, 2010). Néanmoins, les recherches actuelles tendent à bouleverser cette répartition et à intégrer le genre comme une catégorie d’analyse parmi d’autres, au même titre que l’âge, la classe ou l’origine selon des modalités intersectionnelles ou de co-formation (Bacchetta, 2009). Démarche qui participe d’une banalisation de la notion, ou plus précisément de sa progressive légitimation et reconnaissance au sein de la discipline, et par la même d’une meilleure compréhension des rapports de pouvoir qui traversent nos sociétés et structurent nos représentations du monde. »

Marianne Blidon

Références bibliographiques

- Bacchetta P., « Co-Formations : des spatialités de résistance décoloniales chez les lesbiennes “of color” en France », Genre, sexualité & société, n°1, 2009 (http://gss.revues.org/index810.html).
- Bard C. (dir.), Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, PUA, 2004.
- Barthe-Deloizy B., Géographie de la nudité. Être nu quelque part, Paris, Bréal, 2003.
- Beauvoir de S., Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949.
- Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2008.
- Blidon M., « Jalons pour une géographie des homosexualités », L’Espace géographique, n°2, 2008, pp. 175-189.
- Bondi L., Domosh M., « Other figures in other places : on feminism, postmodernism and geography », in Environment and Planning D : Society and Space vol. 10, 1992 (traduit en français par D. Ganderton, in Staszak J.-F. (dir.), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, 2001, pp. 63-79).
- Butler J., Trouble dans le genre, Paris, éditions La découverte, 2005 [1990].
- Catarino C., Morokvasic M. et Hily M.-A. (dir.), « Femmes, genre, migration et mobilités », REMI, vol. 21, n°1, 2005.
- Chabaud-Rychter D., Descoutures V., Devreux A.-M., Varikas E. (dir.), Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour, Paris, éditions La découverte, 2010.
- Collignon B., Staszak J.-F. (dir.), Espaces domestiques, construire, habiter, représenter, Paris, Bréal, 2004.
- Creton D. (dir.), « Questions de genre », Espace, populations, sociétés, vol. 3, 2002.
- Creton D. (dir.), « Espace, genre et sociétés », Espace, populations, sociétés, vol. 1, 2004.
- Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004.
- Diaz Olvera L., Plat D., Pochet P., « Mobilités quotidiennes des femmes en Afrique subsaharienne », in Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004.
- Dorlin E., Sexe, genre et sexualités, Paris, PUF, 2008.
- Hancock C., « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », in Le genre des territoires,
- Bard C. (dir.), Angers, PUA, 2004, pp. 167-174.
- Hancock C., Barthe F. (dir.), « Le genre. Constructions spatiales et culturelles », Géographie et cultures, n°54, 2005.
- Goffman E., L’arrangement des sexes, Paris, Editions La Dispute, 2002.
- Jegou A., Chabrol A., « Discours, pratiques et postures des géographes physiciens et des géographes physiciennes : le genre en géographie physique », intervention au colloque Masculin/Féminin : questions pour la géographie, Bordeaux, 2010 (non publié).
- Lieber M., Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Les presses de SciencesPo, 2008.
- Marius-Gnanou K., Hofmann E., « De l’utilité d’intégrer l’outil genre dans les interventions de développement », in Guétat H., Grenier A.M. (dir.), Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse, IRD/PUM Presses Universitaires du Mirail, 2006.
- Maruani M. (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, éditions La découverte, 2005.
- Massey D., Space, Place and Gender, Cambridge, Polity Press, 1994.
- Oakley A., Sex, Gender and Society, London, Temple Smith, 1972
- Perreau B., « Introduction. In/discipliner la sexualité », EchoGéo, n°5, 2008 (http://echogeo.revues.org/5923).
- Prearo M. (dir.), « Révolution/Libération », Genre, sexualité & société, n°3, 2010 (http://gss.revues.org/index1005.html).
- Proth B., Lieux de drague, scènes et coulisses d’une sexualité masculine, Toulouse, Editions Octarès, 2002.
- Raibaud Y., « Cultures urbaines : la ville au masculin ? », in Mixité, parité, genre et métiers de l’animation, Gillet J. C., Raibaud Y. (dir.), Paris, l’Harmattan, 2006, pp. 139-156.
- Rouch H., « L’Action Thématique Programmée “Recherches sur les femmes et recherches féministes” », Genre, sexualité & société, n°1, 2009 (http://gss.revues.org/index373.html).
- Scott J. W., « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du GRIF, n°37-38, 1988, pp. 125-153.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Pour la séance du 8 février – Bibliographie autour des centres de loisirs, « laboratoires du genre »

Quelques éléments bibliographiques autour des centres de loisirs, « laboratoires du genre »

Sylvie Cromer et al. « L’enfance, laboratoire du genre », Cahiers du Genre 2/2010 (n° 49), p. 5-14.
URL : www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2010-2-page-5.htm.

Alexandra Ferreira, « Filles et garçons au centre de loisirs, Apprentissages et construction des genres, ou les enjeux d’un « vivre ensemble », Accueils collectifs de mineurs : recherches, ParisLes Éditions Champ social/ MATRICE, 2012

Yves Raibaud, « Genre et loisirs des jeunes », Empan 1/2007 (n° 65), p. 67-73.
URL : www.cairn.info/revue-empan-2007-1-page-67.htm.

Nathalie Roucous, « Les loisirs de l’enfant ou le défi de l’éducation informelle »,Revue française de pédagogie, 160 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 01 septembre 2011, URL : http://rfp.revues.org/731

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Prochaine séance du séminaire GCP, le 8 février 2013: “Les espaces de loisirs” avec Alexandra Ferreira

La prochaine séance du séminaire aura lieu le 8 février, 16h-18h, à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage). Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université Paris 13 Villetaneuse, viendra discuter de sa recherche.

Son intervention est intitulée: “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

Pour préparer notre séance, un texte de notre intervenante « Temporalités et apprentissages de genre en centre de loisirs » et plusieurs suggestions bibliographiques: Quelques éléments bibliographiques autour des centre de loisirs, laboratoires du genre

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Intervention d’Ingrid Hayes en podcast

Retrouvez l’intervention d’Ingrid Hayes en podcast dans notre rubrique « Archives 2012/2013 ».

Son intervention intitulée “De l’usine au studio. Un espace militant hors l’usine en bassin sidérurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980” a été présentée à la dernière séance du séminaire le 11 janvier 2013.

Le 11 janvier 2013 : “De l’usine au studio” avec Ingrid Hayes.

Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle), a ouvert l’année 2013 pour le séminaire in situ, le 11 janvier.

Son intervention intitulée “De l’usine au studio. Un espace militant hors l’usine en bassin sidérurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980” est en écoute dans notre rubrique « Archives 2012/2013 ».

Pour approfondir:
– une série de webdocu sur dailymotion, Longwy radio lorraine coeur d’acier
– et pour se mettre dans le bain radiophonique, deux émissions de Là-Bas si j’y suis sur France Inter, sur Radio Lorraine, avec la participation d’Ingrid Hayes.

MODIFICATION: A. Hajat absent. Séance 16-18h // Prochaine séance du séminaire : « Le bureau ». Vendredi 30 novembre

Abdellali Hajat ne pourra finalement pas participer à la prochaine séance du séminaire le 30 novembre. La séance durera donc 2h au lieu de 3, en compagnie d’Annick Lacroix et de toute l’équipe GCP. 

 

Après notre séance introductive du 26 octobre au cours de laquelle nous avons défendu l’intérêt d’inscrire l’étude de l’intersection « Genre / Classes populaires » dans des lieux, nous aurons le plaisir d’accueillir, le 30 novembre de 16h à 19h, Abdellali Hajat et Annick Lacroix pour une séance autour du bureau.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : “Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation”.
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage)

Quelques billets sur gcp pour découvrir le travail d’Abdellali Hajjat:

A propos de l’intersectionnalité: Engagements, rébellions et genre dans les quartiers populaires en Europe

Abdellali Hajjat, Les frontières de l' »identité nationale »

« In situ »: Programme du séminaire année 2012/2013

Séminaire Genre et Classes Populaires – 2012 / 2013

Genre et Classes Populaires in situ

Le séminaire « Genre et classes populaires » s’inscrit dans la perspective définie par Christelle Hamel et Johanna Siméant, dans le numéro de la revue Genèses consacré à cette thématique afin d’interroger la construction mutuelle des rapports de genre et de classe dans les milieux populaires pour comprendre « comment les mécanismes qui produisent ces deux types de domination s’agencent, se combinent, s’enchevêtrent ».
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, ce séminaire se propose de questionner l’articulation des rapports de domination afin de saisir la complexité des identités et des inégalités sociales. Cette approche intersectionnelle vise ainsi à étudier l’interaction des grands axes de la différenciation sociale et à confronter cette articulation première, Genre/classes populaires, à toutes les catégories de la différence : race, classe d’âge, sexualité…
Cette année, chaque séance sera ancrée dans un lieu (quartier, usine, rue, domicile…) comme observatoire des rapports sociaux, et des identités de genre et de classe in situ.
Les séances auront lieu le vendredi après-midi à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, en salle Picard (esc. C, 3e étage), et seront composées d’un.e discutant.e et d’un ou deux intervenant.e.s. autour d’une sous- thématique commune.

Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.

Programme à télécharger ICI.

26 octobre (16-18h) : In situ
Le groupe Genre et classes populaires à l’épreuve de l’espace.

30 novembre (16h-19h) : Le bureau
Abdellali Hajjat, Maître de conférences en science politique Université de Paris-Ouest Nanterre (CMH) : « Les gardiennes de la frontière nationale. Enquête dans des bureaux de naturalisation ».
Et
Annick Lacroix, Doctorante en histoire, ENS Cachan (ISP) : “Dames employées, aides et receveuses… Relations professionnelles et rapports de genre dans les bureaux de poste de l’Algérie coloniale (1900-1939)”.

11 janvier (16h-18h) : De l’usine au studio
Ingrid Hayes, Docteure en histoire contemporaine, Université Paris 1 (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle) :  “Un espace militant hors l’usine en bassin siderurgique: quelle place pour les femmes? L’exemple de la radio Lorraine Coeur d’Acier, Longwy 1979-1980”

8 février (16h-18H) : Les espaces de loisirs
Alexandra Ferreira, Doctorante en sciences de l’éducation, Université Paris 13 Villetaneuse (Experice) : “Le centre de loisirs élémentaire parisien comme lieu d’apprentissage du genre. Enjeux des mixités (sexuelle, générationnelle, sociale)”.

15 mars (16h-19H) : Le lycée
Ugo Palheta, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Lille-3 (OSC) : “Genre de la formation, formation du genre. Filles et garçons de l’enseignement professionnel au monde du travail”

Et

Stéphane Lembré, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université d’Artois (CREHS), IUFM Nord-Pas-de-Calais, « Les écoles pratiques de commerce et d’industrie de filles et de garçons (1892-1914) ».

17 mai (16h-19h) : Le domicile
Marie Cartier, Maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Nantes (CENS)

Et

Christelle Avril,Maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Paris 13 (Iris) : “A domicile : écarts de conditions de travail dans les métiers de service féminins peu qualifiés”.

14 juin (16h-18h) : Le quartier et les rues
Rachel Fuchs, Regents’ Professor and Distinguished Foundation Professor of History, Arizona State University « Les Faiseuses d’anges du quartier Notre-Dame des Champs: Communauté et réseaux personnels”

 

Organisatrices du séminaire :
Fanny Gallot (Doctorante en Histoire, Université Lyon 1, LARHRA); Anaïs Albert (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Mathilde
Rossigneux-Méheust (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRH XIXe); Clyde Plumauzille (Doctorante en Histoire, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, IHRF EA 127); Katie Jarvis (Doctorante en Histoire, Université Wisconsin-Madison); Eve Meuret-Campfort (Doctorante en Sociologie, CENS-Centre Nantais de Sociologie Université de Nantes) ;
Anne Jusseaume (doctorante en Histoire, Centre d’Histoire de Sciences-Po).

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website