Archives pour la catégorie Lectures

L’infa-ordinaire selon Georges Perec : un questionnement sur la routine

 

Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?

En 1973, dans un texte bref intitulé « Approches de quoi ? », Georges Perec pose la question de la matière du quotidien et de la manière de l’analyser. Son invitation à explorer l’infra-ordinaire rejoint et prolonge les questions que nous nous posons cette année dans le séminaire GCP, articulé autour de la notion « routine ».  Les réponses que donnent Georges Perec sont essentiellement littéraires, mais les questions posées nous permettent d’approfondir l’analyse socio-historique qui nous tient à coeur. Voici donc ce texte incisif.

Georges Perec, Approches de quoi ?, 1973

Ce qui nous parle, me semble-t-il, c’est toujours l’événement, l’insolite, l’extra-ordinaire : cinq colonnes à la une, grosses manchettes. Les trains ne se mettent à exister que lorsqu’ils déraillent, et plus il y a de voyageurs morts, plus les trains existent; les avions n’accèdent à l’existence que lorsqu’ils sont détournés; les voitures ont pour unique destin de percuter les platanes: cinquante-deux week-ends par an, cinquante-deux bilans: tant de morts et tant mieux pour l’information si les chiffres ne cessent d’augmenter ! Il faut qu’il y ait derrière l’événement un scandale, une fissure, un danger, comme si la vie ne devait se révéler qu’à travers le spectaculaire, comme si le parlant, le significatif était toujours anormal: cataclysmes naturels ou bouleversements historiques, conflits sociaux, scandales politiques…
Dans notre précipitation à mesurer l’historique, le significatif, le révélateur, ne laissons pas de côté l’essentiel: le véritablement intolérable, le vraiment inadmissible: le scandale, ce n’est pas le grisou, c’est le travail dans les mines. Les  » malaises sociaux  » ne sont pas  » préoccupants  » en période de grève, ils sont intolérables vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent soixante-cinq jours par an.

[…]
Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?
Interroger l’habituel. Mais justement, nous y sommes habitués. Nous ne l’interrogeons pas, il ne nous interroge pas, il semble ne pas faire problème, nous le vivons sans y penser, comme s’il ne véhiculait ni question ni réponse, comme s’il n’était porteur d’aucune information. Ce n’est même plus du conditionnement, c’est de l’anesthésie. Nous dormons notre vie d’un sommeil sans rêves. Mais où est-elle, notre vie ? Où est notre corps ? Où est notre espace ?
Comment parler de ces  » choses communes « , comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes.
Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie: celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique.
Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. […]
Ce qu’il s’agit d’interroger, c’est la brique, le béton, le verre, nos manières de table, nos ustensiles, nos outils, nos emplois du temps, nos rythmes. Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Nous vivons, certes, nous respirons, certes; nous marchons, nous ouvrons des portes, nous descendons des escaliers, nous nous asseyons à une table pour manger, nous nous couchons dans un lit pour dormir. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ?
Décrivez votre rue. Décrivez-en une autre. Comparez.
Faites l’inventaire de vos poches, de votre sac. Interrogez-vous sur la provenance, l’usage et le devenir de chacun des objets que vous en retirez.
Questionnez vos petites cuillers.
Qu’y a-t-il sous votre papier peint ?
Combien de gestes faut-il pour composer un numéro de téléphone ? Pourquoi ?
Pourquoi ne trouve-t-on pas de cigarettes dans les épiceries ? Pourquoi pas ?

Il m’importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d’une méthode, tout au plus d’un projet. Il m’importe beaucoup qu’elles semblent triviales et futiles : c’est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d’autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité.

Texte reproduit dans Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, Le Seuil, 1989, p. 9-13.

Parution: Paris, ville ouvrière, de Maurizio Gribaudi.

Dans la continuité de plusieurs travaux récents d’histoire sur Paris et les Parisiens au premier XIXe siècle (Vivre la Ville de Piette et Racliffe, par exemple), cet ouvrage revient sur les dynamiques sociales, économiques et démographiques de cette période pour révéler « la grouillante vitalité avec laquelle se croisent, cohabitent et collaborent, bon gré mal gré, quantité de différentes physionomies professionnelles et sociales ». Avec ce livre, Maurizio Gribaudi cherche à établir une modernité du Paris populaire. Le livre se révèle particulièrement stimulant quand il examine les transformations du maillage urbain et les logiques d’appropriations populaires de l’espace urbain.

Parution: Daryl Hafter and Nina Kushner, Women and Work in Eighteenth-Century France

Les femmes au travail, une question de genre, de classe et de race.

Daryl M. Hafter and Nina Kushner (éd.), Women and Work in Eighteenth-Century France, Louisiana State University Press, 2015

In the eighteenth century, French women were active in a wide range of employments from printmaking to running wholesale businesses although social and legal structures frequently limited their capacity to work independently. The contributors to Women and Work in Eighteenth-Century France reveal how women at all levels of society negotiated these structures with determination and ingenuity in order to provide for themselves and their families.

Recent historiography on women and work in eighteenth-century France has focused on the model of the family economy, in which women’s work existed as part of the communal effort to keep the family afloat, usually in support of the patriarch’s occupation. The ten essays in this volume offer case studies that complicate the conventional model: wives of ship captains managed family businesses in their husbands extended absences; high-end prostitutes managed their own households; female weavers, tailors, and merchants increasingly appeared on eighteenth-century tax rolls and guild membership lists; and female members of the nobility possessed and wielded the same legal power as their male counterparts.

Examining female workers within and outside of the context of family, Women and Work in Eighteenth-Century France challenges current scholarly assumptions about gender and labor. This stimulating and important collection of essays broadens our understanding of the diversity, vitality, and crucial importance of women s work in the eighteenth-century economy.

Table of Contents:

Nina Kushner and Daryl M. Hafter, “Introduction”

Rafe Blaufarb, “The Phenomenon of Female Lordship”

Nancy Locklin, “Women and Work Identity”

Nina Kushner, “The Business of Being Kept: Elite Prostitution as Work”

Jacob D. Melish, “The Power of Wives: Managing Money and Men in the Family Businesses of Old Regime France”

Cynthia M. Truant, “Many Exceptional Women: Female Artists in Old Regime Paris”

Jane McLeod, “Printer Widows and the State in Eighteenth-Century France”

Jennifer L. Palmer, “Women and Contracts in the Age of Transatlantic Commerce”

James B. Collins, “Women and the Birth of Modern Consumer Capitalism”

Daryl M. Hafter, “French Industrial Growth in Women’s Hands”

Judith A. DeGroat, “Women in the Paris Manufacturing Trades at the end of the Long Eighteenth Century”

Bonnie G. Smith, “Afterwards”

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Parution : Sociologie des classes populaires contemporaines

Parution d’un manuel éclairant sur les classes populaires contemporaines qui nous aide à faire le point sur cette notion toujours en débat.

Sociologie des classes populaires contemporaines,

Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy

Armand Colin, 2015

http://iris.ehess.fr/docannexe/image/2718/CoutantColinU.png

Présentation de l’éditeur:

Classes populaires, milieux populaires, quartiers populaires, électorat populaire… Autant d’expressions récurrentes dans les discours médiatiques et les débats politiques. Pourtant, la notion demeure floue, le « populaire » étant perçu tantôt comme une figure sociale inquiétante, tantôt comme une figure à revaloriser.

Revenant sur plusieurs décennies de recherches et s’appuyant sur des travaux récents, cet ouvrage propose une analyse sociologique inédite. Après un retour sur la constitution d’une sociologie des classes populaires en France et ses enjeux, chaque chapitre comporte un cadrage empirique et une mise en perspective théorique : qui sont les ouvriers et les employés aujourd’hui ? Quels conditions et modes de vie caractérisent ces hommes et ces femmes ? Quelles sont les dynamiques qui animent ces groupes et en modifient sans cesse les contours ?

Fondé sur des données historiques, statistiques et des enquêtes de terrain, enrichi de nombreux encadrés, ce manuel propose une lecture d’ensemble de la société française contemporaine, vue à partir des groupes populaires, qui en composent la majeure partie.

Yasmine SIBLOT est professeure de sociologie à l’université Paris 8 et membre du CRESSPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris) dans l’équipe CSU.
Marie CARTIER est maître de conférences à l’université de Nantes, chercheuse au CENS (Centre nantais de sociologie), membre junior de l’IUF (Institut universitaire de France).
Isabelle COUTANT est chercheuse au CNRS au laboratoire IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux).
Olivier MASCLET est maître de conférences à l’université Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité et chercheur au CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux).
Nicolas RENAHY est chercheur à l’INRA, directeur du CESAER (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux).

A paraître « Genre et christianisme, Plaidoyers pour une histoire croisée »

Après deux journées d’études sur le genre en 2011 et 2012 organisées par l’Association Française d’Histoire Religieuse, ce volume Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, coordonné par Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali della Sudda prolonge l’invitation à articuler le genre et la religion dans la recherche historique .

Comme l’annonce l’AFHRC, « la « théorie du genre » est devenue l’un des arguments clefs au cœur d’un débat où institutions religieuses et croyants ont formé la pointe de l’opposition. Pour autant, on ne saurait oublier que le genre a une histoire, que ses acceptions sont diverses et que l’historiographie anglo-saxonne l’a proposé voici trente ans comme une clef de lecture au même titre que d’autres catégories d’analyse comme la religion, la classe ou l’âge. De l’histoire des femmes et du genre aux masculinités, les quatorze auteurs réunis ici montrent de manière convaincante que le genre peut permettre de penser le religieux dans ses articulations avec le social, le politique, le culturel voire, en régime chrétien, son cœur même : la piété, la mystique et le miracle ».

Faisant écho aux débats récents (éducation, reconnaissance des unions homosexuelles), cet ouvrage propose un bilan historiographique, mobilise le genre pour relire certains dossiers (Lourdes), questionne les identités féminines et les masculinités, et enfin s’interroge sur les jeunesses catholiques, faisant intervenir l’âge comme catégorie d’analyse supplémentaire.

Voici la table des matières : 

Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda : Une histoire religieuse sans genre est-elle (encore) possible ?

Historiographies

Claude Langlois : Du féminin dans le catholicisme contemporain.
Sabine Rousseau : Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre.
Josephine Hoegaerts : Soldats dévots et saints combatifs. L’historiographie anglophone et germanophone des masculinités religieuses.

Jeux de genre

Antoinette Guise-Castelnuovo : Lourdes au prisme du genre.
Chantal Verdeil : La sœur, le prêtre et les mariés : lecture genrée d’une source missionnaire (1936).

Identités féminines

Paul Chopelin : Les résistances féminines à la politique religieuse d’État sous la Révolution française.
Florence Rochefort : Les conceptions de genre du journal féminin protestant La Femme (1879-1891).
Delphine Moussel-Brillaxis : La jeune fille d’Action catholique au Mexique dans les années 1950.

Masculinités à l’épreuve

Caroline Muller : Le catholicisme au masculin ? Antoine Manilève (1879-1950).
Yann Raison du Cleuziou : Révolution ascétique et redéfinition de la virilité sacerdotale au milieu du XXe siècle.

Jeunesses catholiques

Fabien Groeninger : Sport catholique et genre.
Anthony Favier : Des normes de genre chez les filles et gars de la jeunesse ouvrière chrétienne (années 1950-1970).

Genre(s) en débat

Sara Teinturier : De la mixité des sexes à l’éducation différenciée dans les établissements privés catholiques (1960-2010).
Romain Carnac : Les autorités catholiques face à la reconnaissance légale des unions homosexuelles (1992-2013).

 

L’ouvrage paraîtra en janvier 2015, mais il est déjà disponible par souscription à tarif réduit. Pour plus d’informations : http://afhrc.hypotheses.org/2600

Mise en page 1

 

Parution : Sirma Bilge, repolitiser l’intersectionnalité

Dans un article récent intitulé « Intersectionality Undone; Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Sirma Bilge, professeure de sociologie à l’université de Montréal se livre à une critique profonde et argumentée de la dépolitisation du concept d’intersectionnalité dans son utilisation universitaire et particulièrement dans le champs des études féministes. Elle commence par rappeler les origines de ce concept en insistant sur le fait que pour Kimberlé Krenshaw, l’intersectionnalité est profondément ancrée dans l’action et dans l’expérience de la domination, plus que dans l’abstraction théorique. Elle pointe ensuite la centralité de la question raciale dans cette notion. Sirma Bilge détaille ensuite les deux voies de la dépolitisation actuelle : d’une part, sa redéfinition dans une perspective néo-libérale comme une simple variante de la diversité, d’autre part le « blanchissement » de la notion (« the whitening of intersectionnality »). Cette seconde critique vise particulièrement les féministes européennes et leur tendance à expulser la race des débats autour de l’intersectionnalité que ce soit en inventant de nouvelles généalogies qui oblitèrent le rôle des féministes noires, ou en appelant à une plus grande théorisation ce qui relègue les individu-e-s subissant la domination et la décrivant au rôle d’exemples. Un passage au crible de cette notion et de ses dérives virulent et à coup sûr salutaire pour que l’intersectionnalité garde son potentiel critique et ne devienne pas un outil commode aux mains des dominant-e-s.

Résumé

This article identifies a set of power relations within contemporary feminist academic debates on intersectionality that work to “depoliticizing intersectionality,” neutralizing the critical potential of intersectionality for social justice-oriented change. At a time when intersectionality has received unprecedented international acclaim within feminist academic circles, a specifically disciplinary academic feminism in tune with the neoliberal knowledge economy engages in argumentative practices that reframe and undermine it. This article analyzes several specific trends in debate that neutralize the political potential of intersectionality, such as confining intersectionality to an academic exercise of metatheoretical contemplation, as well as “whitening intersectionality” through claims that intersectionality is “the brainchild of feminism ” and requires a reformulated “broader genealogy of intersectionality .”

Parution: Genre et Techniques, XIXe-XXIe siècle

Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle), PUR, 2013

Issu des travaux réalisés à l’occasion du colloque intitulé « genre et techniques » en 2012, ce recueil d’articles souhaite déjouer le stéréotype reliant « naturellement » technique et masculinité et, par là même, offrir une nouvelle approche à la problématique des femmes au travail. Les auteurs questionnent ainsi les façons par lesquelles le genre et sa construction affectent les techniques suivant plusieurs thématiques : la formation, la médecine, le travail ainsi que la vie quotidienne et les médias. Des perspectives intéressantes sur la question du corps féminin au travail et travaillé entre naturalisation et détermination.

PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR

Les objets techniques, leur manipulation, sont presque toujours renvoyés au masculin. Or, ce stéréotype n’est que partiellement vrai une fois que l’on s’est efforcé de mener une analyse fine des rapports entre genre et techniques, ambition de tous les auteurs de ce livre. Dans l’historiographie francophone, comme le lien entre genre et techniques a été rarement effectué, les principales questions à la croisée de ces deux thématiques doivent encore être étudiées et les réponses déjà apportées approfondies.
Ainsi, l’étude du rapport entre les femmes et les techniques n’est qu’une première approche qui doit être étendue dans le cadre d’une problématique plus large tenant compte de tous les aspects du genre, notamment les questions liées à la masculinité. Ces aspects méritent d’ailleurs une attention toute particulière, dans le sens où l’enseignement technique contribue à la construction d’un certain type de masculinité, reproduisant, par exemple, des différences genrées à l’école et dans les milieux professionnels.
Cet ouvrage permet de s’interroger sur une thématique innovante. Si les travaux d’historiens dominent, le sujet abordé rend néanmoins nécessaire une approche pluridisciplinaire. La sociologie, la philosophie et l’anthropologie apportent donc également ici un éclairage sur les liens qui peuvent exister entre genre et techniques.

Pour en savoir plus, retrouvez le compte-rendu de l’ouvrage fait par Anne Stelmes sur lectures.revues.org: http://lectures.revues.org/13773

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Entretien : Joan Scott, historienne des « rapports de force dissymétriques »

 

Dans un entretien publié dans le dernier numéro de la revue Vacarme, l’historienne Joan Scott revient sur son parcours politique et universitaire, sur l’évolution de sa pensée du genre et de la classe, et plus fondamentalement de tous les « rapports de pouvoirs dissymétriques ». Joan Scott explique comment elle a été un « bébé couche rouge », élevée par des parents marxistes, avant de découvrir le féminisme dans les années 1970 : ces deux engagements politiques éclairent ses premiers travaux sur les ouvriers verriers de Carmaux d’une part, puis sur l’histoire des femmes . Sa découverte de la French Théory (Derrida et Foucault surtout) dans les années 1980, puis sa pratique de la psychanalyse dans les années 1990, la poussent à déplacer son regard et à interroger la production des catégories, dans et par le langage. Cette mise en perspective de Joan Scott donne des outils pour (re)lire son travail et penser les intersections.

 

Extraits (entretien complet de la revue Vacarme  à lire ici) :

  • Histoire ouvrière, histoire des femmes, French Theory

Mais peut-être qu’au fond, ma question a toujours été celle des rapports de force dissymétriques. Mon premier travail portait sur l’organisation sociale et politique des verriers de Carmaux à la fin du XIXe siècle. Je m’y intéressais à la prolétarisation d’un artisanat hautement qualifié, liée à la mécanisation des techniques de production. Et je l’ai décrite en termes de rapports de forces économiques et politiques : comment et pourquoi ces travailleurs ont-ils résisté aux transformations de leur travail ?

Quand la vigueur du féminisme des années 1970 m’a convaincue de la nécessité de penser l’histoire des femmes, j’ai tenté de comprendre les modalités de l’inégalité : j’ai questionné par exemple la façon dont le principe universel d’égalité des citoyens s’était accommodé de l’exclusion politique des femmes. Dans tous mes ouvrages, je m’attache ainsi à décrire la façon dont les gens qui vivent dans un rapport inégalitaire l’éprouvent, le pensent et le formulent.

En même temps, je n’ai pas toujours appréhendé cette question dans la même perspective. J’ai commencé par raisonner en termes d’inégalités : entre les ouvriers et les patrons, entre les femmes et les hommes, entre les gouvernants et les gouvernés. À partir du début des années 1980, j’ai été saisie par ce qu’on appelle aux États-Unis « French theory ». La lecture de Foucault, de Derrida ou d’Irigaray m’a convaincue qu’il y avait des moyens de penser autrement les questions de domination, en introduisant l’idée de différence dans ma façon d’appréhender mes objets.

[…]

En travaillant comme je le faisais sur l’histoire de la classe ouvrière, en démontrant que telle ou telle émeute ou action violente était stratégique, conduite par des intérêts cohérents et même organisés, je cherchais aussi à légitimer les mouvements de protestation sociale et les émeutes urbaines que j’observais autour de moi. Avec d’autres, je m’efforçais donc de démontrer que ces mobilisations constituaient des formes politiques légitimes et rationnelles, quoi qu’en disaient gouvernement et patrons.

Sur un plan historique cette démarche avait évidemment des conséquences. La notion d’« action collective » de Charles Tilly nous permettait de révéler toute une panoplie de comportements militants jugés infra-politiques dans les histoires officielles. Cette extension de la notion de politique a sûrement rendu possible la réévaluation du rôle des femmes comme acteurs historiques, et même l’idée que « le personnel est politique ».

  • La définition du genre selon Joan Scott et ses inflexions

La notion de genre permettait de questionner l’attribution à la biologie des rôles sociaux de sexe : comment les sujets « masculin » et « féminin » sont-ils construits ? comment opèrent les systèmes normatifs ? comment les gens parviennent-ils à s’imaginer eux-mêmes hors des normes de comportement ? et le cas échéant, quelles sont les ressources discursives spécifiques à leur disposition ? Ces questions politiques de la critique féministe devaient pouvoir s’appliquer au matériau historique. Et c’est en effet ce qui m’a conduite à saluer le genre comme « une catégorie utile d’analyse historique ».

[…] Il n’y a pas d’hommes et de femmes, de classes ou de races, hors de leurs relations et de la façon dont ces relations sont entendues. Souligner que le genre, la classe ou la race participent de l’identité d’une femme n’est pas la même chose que demander comment ces attributs sont employés pour identifier et situer la femme dans des relations spécifiques. Il faut donc questionner ce qu’« homme » et « femme » signifient dans les contextes historiques ou géographiques où nous les rencontrons, sans croire que nous savons déjà qui et ce qu’ils sont. Le langage est ainsi devenu pour moi un objet d’enquête pour comprendre la construction des sujets, des organisations sociales et des relations de pouvoir.

[…] Quand elle a émergé, c’était une notion facile à saisir : genre renvoyait à la construction sociale des rôles masculin et féminin ; sexe à l’anatomie et à la biologie. Judith Butler expliquait que c’est le genre qui construit le sexe : sans doute y a-t-il des différences biologiques, mais elles n’ont aucun sens en elles-mêmes, elles sont ouvertes à l’interprétation ; le genre est donc ce qui assigne une signification à la différence biologique. Je suis encore attachée à cette conception : c’est elle qui a permis de dénaturaliser les rôles dévolus aux femmes et aux hommes, de montrer que l’anatomie n’est pas un destin, et donc de combattre les traitements inégalitaires justifiés par la différence anatomique.

Le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes.

[…] Alors qu’est-ce que le genre ? Disons que c’est la tentative, jamais définitive, jamais aboutie, de réponse à cette question sans réponse [la différence]. Cette tentative est culturelle et historique — et c’est en cela qu’elle intéresse ma discipline : le genre, comme ordre politique et social des frontières sexuelles, est la négociation des angoisses attachées à la différence des sexes, la tentative toujours manquée de stabilisation des significations de cette différence.

  • Genre et race : la question du voile en France

Peut-être y a-t-il un biais, dès lors que je travaille sur le genre. Mais j’ai souvent rencontré dans mes recherches les intersections des questions de genre et des questions de race, par exemple. Les unes et les autres sont des constructions. Je ne crois pas pouvoir être soupçonnée de négliger une différence. Dans le livre que j’ai consacré au débat français sur le voile, Politics of the Veil, le chapitre intitulé « racisme » analyse la façon dont a été construite l’idée même du musulman : j’observe dans les discours contemporains de la colonisation de l’Algérie la prégnance des métaphores du dévoilement et de la pénétration, la façon dont se superposent domination impériale et domination sexuelle. Et je reste frappée par la sexualisation du débat récent : il concerne bien sûr l’immigration, mais il vise en premier lieu les femmes, leur corps, leur exposition « ostentatoire » ! Les personnes issues de l’immigration post-coloniale subissent des discriminations du fait de la couleur de leur peau ou de leur nom ; mais on s’en prend au voile des femmes pour faire des migrants les responsables des échecs de l’intégration.

[…] On m’a dit que [ce livre] ne se vendrait pas, particulièrement si c’était écrit par une personne étrangère… C’est vrai que ses deux premiers chapitres résument, pour le public américain, une histoire que les Français connaissent très bien. Mais le dernier a certainement été perçu comme trop critique. J’y explore les différences entre les représentations du sexe et de la sexualité dans un certain imaginaire de l’islam et un certain imaginaire de « l’identité française ». Pour des musulmans, le sexe et la sexualité sont des problèmes ; il faut tout particulièrement éviter que surgissent, dans l’espace public, des troubles entre les sexes. Mais l’imaginaire français fait de la séduction — comme négociation de la différence des sexes — un caractère national, en négligeant d’ailleurs l’inégalité entre les hommes et les femmes et les rapports de pouvoir sur lesquels elle repose, puisqu’on affirme en même temps que la France est le lieu de l’égalité de genre. On l’a vu au moment de l’affaire DSK ! Il y a donc là, comme trait d’une « identité nationale », la négation que le sexe et la sexualité soient des problèmes. Les musulmanes qui portent le voile, pour des raisons qui peuvent être très différentes les unes des autres, exposent comme problème la différence des sexes et la sexualité. C’est la reconnaissance de ce problème qui est jugée inacceptable.

En France, nier que le sexe et la sexualité soient des problèmes est un trait de “l’identité nationale”.

[…] Je n’ai jamais critiqué « la France », mais des Français qui justifient des comportements racistes et discriminatoires par des idées universelles et républicaines. Je ne suis pas étonnée de voir aujourd’hui ce féminisme-là revendiqué par des partis d’extrême droite. On peut toujours me traiter de « multiculturaliste américaine », j’ai appris de mon expérience américaine à débusquer le racisme et la discrimination.

 

 

Lecture: Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Sarah Maza

Sarah Maza, Violette Nozière. A Story of Murder in 1930s Paris, Berkeley: University of California Press, 2011.

Explorer les imaginaires, traquer les problématiques sociales, sexuées et sexuelles d’une époque à travers l’étude fine d’itinéraires biographiques dans la tourmente, proposer une autre histoire sociale des années 1930, tel est le fil rouge du nouvel ouvrage de Sarah Maza consacré à Violette Nozière, dont le parricide défraya la chronique judiciaire et criminelle.

Au-delà du scandale de cette affaire et des lignes de fracture qu’il révèle dans l’opinion publique d’une époque, l’auteure procède à une biographie familiale minutieuse et située pour dérouler un trajet migratoire d’individus des classes populaires « montés » à Paris et travaillés par l’ambition d’une ascension sociale qui se cristallise sur leur fille unique, Violette. Sarah Maza analyse alors le parcours parisien de Violette, les différents univers géographiques et sociaux dans lesquels cette fille d’ouvriers gravite et se constitue une nouvelle identité hybride de « fille chic » et « émancipée ».

 L’empoisonnement, le parricide, l’inceste occupent de façon un peu surprenante une position secondaire dans l’ouvrage qui se focalise d’abord et avant tout sur l’itinéraire d’une jeune fille « voulant vivre sa vie », et sur ce que ce désir d’émancipation nous révèle d’une décennie travaillée par les contrastes et les contradictions. Le récent compte-rendu d’Anne-Emmanuelle Demartini (Université Paris-Diderot-Paris 7) paru sur H-France permet d’élucider ces silences sur les causes principales de l’affaire et offre surtout une lecture critique plus que passionnante pour apprécier le projet intellectuel de cet ouvrage (lien ci-dessous).

http://www.h-france.net/vol13reviews/vol13no172demartini.pdf

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Lecture : Sociologie de l’homosexualité de Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch

La collection Repères des éditions La Découverte vient de publier une synthèse fort utile sur la sociologie de l’homosexualité. Les deux auteurs font le point sur un champ d’étude vaste, précisant à la fois les questions épistémologiques et méthodologiques qui s’y posent et les connaissances empiriques produites par la recherche en sciences sociales.

L’ouvrage pose d’emblée la spécificité de la sociologie (et pourrait-on dire des sciences sociales en général) par rapport à d’autres approches (médecine, biologie, psychiatrie, psychanalyse) : cette discipline « prend ses distances avec l’ambition étiologique en passant de la question du « pourquoi » de la déviance homosexuelle à celle du comment de l’existence gay et lesbienne » (p. 8). L’analyse commence donc par une réflexion sur les différentes manières dont a été construite la catégorie « homosexualité », catégorie qui a pour effet d’une part de délimiter un périmètre (ce qui est/n’est pas homosexuel, qui est ou n’est pas homosexuel) et d’autre part d’unifier les individus ainsi regroupés. Face à ces simplifications, cette synthèse rend au réel et à l’homosexualité sa complexité, en montrant par exemple comment les gays et les lesbiennes restent des groupes aux pratiques et aux profils distincts malgré l’enjeu stratégique et politique d’une union dans le mouvement LGBT. Au-delà de cette différence, les auteurs tracent également des frontières de race, de classe, d’age pour mieux dénoncer la fiction d’une identité homosexuelle : « le modèle centré sur le binarisme hétéro/homo ne concerne peut-être qu’une minorité au sein du monde contemporain, réduite aux classes moyennes urbanisées des sociétés occidentales. Dans les classes populaires, les minorités ethniques ou dans les pays du Sud, des versions plus ou moins conformes au supposé « ancien » modèle, et pourtant tout à fait actuelles peuvent se trouver majoritaires et constituer autant de modernités sexuelles périphériques » (p.18)

Pour des néophytes, ce livre fait preuve d’une très grande clarté et balaie tous les thèmes de recherche des études gaies et lesbiennes : les homosexuels face à la discrimination (homophobie, coming out, injures, discours hétérosexistes), les modes de vie et les sexualités (avec notamment une partie sur la santé comme enjeu de ces minorités); les liens et les familles (conjugalité, parentalité) et les mouvements politiques et associatifs, dans une optique de sociologie des mobilisations.

Le dernier chapitre est particulièrement intéressant du point de vue de notre séminaire car il aborde « les grandes questions sociologiques au prisme de l’homosexualité » et comporte une partie sur « homosexualité et classes sociales » qui remet en question bien des évidences. Ainsi, de l’idée que les gays seraient plus riches que la moyenne : « loin d’avoir un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, les gays connaitraient à l’inverse un revenu inférieur aux hommes hétérosexuels » (p.101), notamment à cause de l’homophobie subie dans la sphère professionnelle. Les auteurs avancent également que l’identification à une « identité homosexuelle » s’illustre par une courbe en cloche : si les gays de classes moyennes se sentent proches de cette définition, les hommes des classes populaires et les homme des classes supérieures s’en distancient : ces derniers n’ont en effet pas (ou moins) besoin du réseau homosexuel puisqu’ils disposent par ailleurs d’un capital social élevé. Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch concluent : « que la distance à la communauté gaie et lesbienne ne concerne pas que les classes populaires ou les minorités ethniques, mais également une partie des franges supérieures [ce qui] montre les limites des explications habituelles de la non-identification soit par le manque de ressources soit par une culture d’origine essentialisée et implique d’aller chercher une partie des causes dans les joies et les contraintes de l’entre soi, en haut comme en bas de l’espace social » (p.103). Ces analyses sont enfin complétées par une attention aux représentations et à la sociologie culturelle : l’ouvrage donne ainsi l’exemple des Rude Boys, figure stéréotypée du « laskar français ou du chav anglais » dans la production pornographique et pose la question de l’interprétation des « représentations stylisées des rapports de classe et ethno-raciaux dans la pornographie gaie » (p.55).

Signalons pour finir, qu’au-delà de son très grand intérêt scientifique, cet ouvrage se trouve être un véritable manuel de défense contre l’homophobie  car les questions sociologiques abordées sont toujours restituées dans un contexte et des enjeux politiques plus larges. Les prises de positions des auteurs sont nettes, dans la tradition du lien entre recherche et militantisme qui caractérise les études de genre, mais elles ne viennent jamais obscurcir l’argumentaire. La section sur les « discours hétérosexistes contemporains » (p.29-33) permet ainsi de clarifier la nature des arguments utilisés par le discours religieux, par le discours à prétention anthropologique qui défend l’ordre symbolique ou par le discours républicain qui brandit le spectre du communautarisme. En plus d’être une synthèse des connaissances et des questionnements méthodologiques, ce Repères est donc une ressource précieuse qui donne de nombreux arguments pour affronter les propos oiseux de désastreux diners de famille…

Référence : Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, Sociologie de l’homosexualité, Collection Repères, Paris, La Découverte, 2013.

 

 

 

 

 

Deux études in situ de la lutte des classes pour l’espace parisien

Dans deux ouvrages issus de leurs thèses, la géographe Anne Clerval et l’ethnologue Sophie Corbillé soulignent les dynamiques spatiales , culturelles et politiques qui expliquent la gentrification de l’est parisien historiquement ouvrier et populaire.

Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.

Sophie Corbillé, Paris bourgeoise, Paris bohème. La ruée vers l’Est, Paris , PUF, 2013.

Interview d’Anne Clerval dans l’Humanité

Masculinité, classe et race : Entretien avec la sociologue australienne Raewyn Connell dans Contretemps

Raewyn Connell, qui a forgé le concept de masculinité hégémonique s’est aussi intéressée par le passé aux rapports de classe (Ruling Class, Ruling Culture, 1977) et aux effets du colonialisme (Southern Theory, 2007). Elle revient sur son parcours intellectuel dans un entretien donné à Contretemps (propos recueillis et traduits par Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros) consultable sur le site de la revue.

Elle aborde plus précisément la question de l’intersection et de la méthodologie permettant de la cerner – entretien biographique et étude de cas :

« Je crois que mes recherches sur les masculinités, les rapports de classe et la colonialité du savoir partagent un même engagement critique envers le pouvoir, les inégalités sociales, l’institutionnalisation des privilèges et la justice sociale dans son sens le plus large.

Elles partagent aussi une conscience historique (un de mes ouvrages les plus connus en Australie s’intitule d’ailleurs Class Structure in Australian History7) et, ainsi, une attention aux changements structurels et aux luttes sociales. C’est une démarche qui me paraît essentielle pour toute recherche – y compris très localisée – mue par un souci de justice sociale.

Ces agendas de recherche ont par ailleurs en commun de s’attacher à rendre compte de la texture du réel, de la matière rugueuse des processus sociaux et de l’irréductibilité des gens, de l’expérience et des institutions. Durant ces années, l’entretien biographique et l’analyse par étude de cas sont les outils que j’ai le plus mobilisés. Il s’agit d’une méthode lente, laborieuse, rétive à l’automatisation. Elle est sans équivalent pour rendre compte de la complexité des situations locales tout en prenant le pouls des dynamiques globales. Cette méthode force également les chercheur•e•s à interagir avec des personnes en chair et en os, que les routines scientifiques tendent à abstraire à travers leur lexique : « sujet », « acteur », « agent ». Ils et elles sont alors contraint•e•s à les traiter avec respect, y compris lorsque leurs pratiques sociales leurs sont détestables. Je me suis par exemple retrouvée dans cette situation lors mes entretiens avec des hommes d’affaire »

 

Lectures d’été

Lectures d’été

L’Histoire des femmes

Gerda Lerner, Living with History/ Making Social Change (2009)

Gerda Lerner, one of the founders of women’s history in the United States, passed away in January 2013. She published her last book, Living with History / Making Social Change, in 2009. This collection of essays reflects on her struggles academia to bring marginalized groups to the fore as important historical actors. It also details some of the professional challenges she faced as a female pioneer.

From the publisher:

“This stimulating collection of essays in an autobiographical framework pans the period from 1963 to the present. It encompasses Gerda Lerner’s theoretical writing and her organizational work in transforming the history profession and in establishing Women’s History as a mainstream field.
Six of the twelve essays are new, written especially for this volume; the others have previously appeared in small journals or were originally presented as talks, and have been revised for this book. Several essays discuss feminist teaching and the problems of interpretation of autobiography and memoir for the reader and the historian. Lerner’s reflections on feminism as a worldview, on the meaning of history writing, and on problems of aging lend this book unusual range and depth. Together, the essays illuminate how thought and action connected in Lerner’s life, how the life she led before she became an academic affected the questions she addressed as a historian, and how the social and political struggles in which she engaged informed her thinking. Written in lucid, accessible prose, the essays will appeal to the general reader as well as to students at all levels. Living with History / Making Social Change offers rare insight into the life work of one of the leading historians of the United States.”
Gerda Lerner’s detailed obituary from The New York Times: http://www.nytimes.com/2013/01/04/us/gerda-lerner-historian-dies-at-92.html?pagewanted=all&_r=0
Interviews with Gerda Lerner excerpted from a forthcoming documentary on her life: http://www.livinghistorymovie.com/trailer/#.Ud9t1FO9w3Y

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro du Journal of Women’s History

Sortie du dernier numéro du Journal of Women’s History

 

Volume 25, Number 2, Summer 2013

 

Articles

Guest Editorial Note: Women’s Autobiography in South Asia and the Middle East

Marilyn Booth

 

Miracles for the Marginal?: Gender and Agency in a Nineteenth-Century Autobiographical Fragment

Anshu Malhotra

 

Locating Women’s Autobiographical Writing in Colonial Egypt

Marilyn Booth

 

Life/History/Archive: Identifying Autobiographical Writing by Muslim Women in South Asia

Siobhan Lambert-Hurley

 

Identities in Motion: Reading Two Ottoman Travel Narratives as Life Writing

Roberta Micallef

 

Writing the Personal: The Evolution of Assia Djebar’s Autobiographical Project from L’Amour, La Fantasia to Nulle Part Dans La Maison de Mon Père

Mildred Mortimer

 

Iranian Women’s Life Narratives

Farzaneh Milani

 

Roundtable on Autobiographical Narrative

Women’s Autobiography in Islamic Societies: Towards a Feminist Intellectual History

Sadaf Jaffer

 

Theorizing Oral History as Autobiography: A Look at the Narrative of a Woman Revolutionary in Egypt

Margot Badran

 

Autobiography and Muslim Women’s Lives

Amina Yaqin

 

“An Assemblage/Before Me”: Autobiography as Archive

Antoinette Burton

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Dernier numéro de la revue Gender & Society

Sortie du dernier numéro du Gender & Society:

 title page

August 2013; 27 (4)

Hae Yeon Choo

The Cost of Rights: Migrant Women, Feminist Advocacy, and Gendered Morality in South Korea

 

Veronica Montes

The Role of Emotions in the Construction of Masculinity: Guatemalan Migrant Men, Transnational Migration, and Family Relations

 

Yinni Peng and Odalia M. H. Wong

Diversified Transnational Mothering via Telecommunication: Intensive, Collaborative, and Passive

 

Daisy Deomampo

Gendered Geographies of Reproductive Tourism

 

Leslie K. Wang

Unequal Logics of Care: Gender, Globalization, and Volunteer Work of Expatriate Wives in China

 

Erynn Masi De Casanova

Embodied Inequality: The Experience of Domestic Work in Urban Ecuador

 

Book Reviews

Tola Olu Pearce

Book Review: Sexuality and Gender Politics in Mozambique: Rethinking Gender in Africa by Signe Arnfred

 

Luz María Gordillo

Book Review: Intimate Migrations: Gender, Family, and Illegality Among Transnational Mexicans by Deborah A. Boehm

 

Faezeh Bahreini

Book Review: Between Feminism and Orthodox Judaism: Resistance, Identity, and Religious Change in Israel by Yael Israel-Cohen

 

Jill Bystydzienski

Book Review: Gender and Science: Studies across Cultures by Neelam Kumar

 

Angelika Von Wahl

Book Review: Gender–Class Equality in Political Economies by Lynn Prince Cooke

 

Kathryn D. Linnenberg

Book Review: For the Family?: How Class and Gender Shape Women’s Work by Sarah Damaske

 

Karin A. Martin

Book Review: The Gender Trap: Parents and the Pitfalls of Raising Boys and Girls by Emily W. Kane

 

Rebecca G. Adams

Book Review: Odd Couples: Friendships at the Intersection of Gender and Sexual Orientation by Anna Muraco

 

Jennifer L. Pierce

Book Review: Paid to Party: Working Time and Emotion in Direct Sales by Jamie L. Mullaney and Janet Hinson Shope

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn