Archives pour la catégorie Séminaires

Séminaire 14 janvier : La routine des aliénés (17h-20h)

Le jeudi 14 janvier, la troisième séance du séminaire “Genre et classes populaires” sur la notion de “routine-s” portera sur les asiles. Nous aurons le plaisir de recevoir deux historiens qui travaillent sur des espaces de traitement de la maladie mentale  :
Anatole Le Bras (historien, CHSP, Sciences Po Paris) : « Perturbation de la routine et internement. Entrée et sortie des internés à l’asile d’aliénés de Quimper. 1850-1900 »
et
Paul Marquis (historien, CHSP, Sciences Po Paris): « Fumer au quotidien, norme ou déviance? Sur les pratiques tabagiques à l’hôpital psychiatrique de BlidaJoinville
(1933-1963)

 

Le séminaire a lieu à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes, de 17h à 20h, car nous avons deux intervenants. L’entrée des bâtiments est libre,  en disant que vous venez assister au séminaire Genre et Classes Populaires.

Première séance du séminaire 2015/2016 : 1er octobre, le quotidien de l’allaitement

Le séminaire Genre et Classes Populaires reprend en cette rentrée, avec une première séance consacrée à la thématique de l’allaitement. Nous avons le plaisir d’accueillir Caroline Chautems, anthropologue à l’Université de Lausanne pour une communication intitulée :  « Du “rythme du bébé” au rythme des tétées : en quête d’une “routine” d’allaitement »

Le séminaire aura lieu le jeudi 1er octobre de 17h à 19h. Attention, de manière exceptionnelle, la première séance aura lieu dans la salle de l’IHMC, à l’Ens, 45 rue d’Ulm.

Pour retrouver le programme détaillé du séminaire pour l’année 2015/2016, consulter la page dédiée de notre blog .

 

Prochaine séance du séminaire : le 28 mai, 17h, Les concierges

Prochaine séance du séminaire : le 28 mai, 17h, Les concierges

Jeudi prochain 28 mai, le séminaire Genre et classes populaires, qui a pour thème cette année les “Routines,” aura le plaisir d’accueillir Anaïs Albert et Nimisha Barton pour une séance autour des concierges.

Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University) présenteront une intervention intitulée:

« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »

Rendez-vous donc à 17h le jeudi 28 mai salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage (la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire).

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Genre et génocide à l’époque nazie – séminaire le 4 mars 2015

Dans le cadre d’un cycle « Genre et Génocide » organisé par le programme PRESAGE, le CERI et le Centre d’Histoire de Sciences Po, un séminaire « Gender and Genocide in the nazi era » aura lieu le 4 mars de 17h à 19h au Centre d’Histoire de Sciences Po56 rue Jacob, Paris 6e. Deux communications seront discutées : l’une d’Anna Hajkova sur les femmes du ghetto de Theresienstadt, et l’autre de Régis Schlagdenhauffen sur la commémoration des homosexuels victimes du nazisme en Europe de l’ouest.

Pour le programme de la journée et davantage d’informations :

http://www.programme-presage.com/details-de-la-journee.html?day=20150304

Séminaire : 5 février, 3ème journée d’étude du cycle « Femmes et habitat : une question de genre ? » (INED)

L’INED organise pendant l’année 2014-2015 un cycle de journée d’étude sur le thème « Femmes et habitat : une question de genre ? ». Jeudi 5 février  aura lieu la troisième journée intitulée : « dispositifs résidentiels et socialisation genrée aux différents âges de la vie ». Les communications seront discutées par Muriel Darmon, sociologue dont le dernier livre s’attache à analyser le rapport au temps.

Voir ici le programme détaillé de cette journée d’étude.

Et voici l’argumentaire de ce cycle de recherche, organisé par Anne Lambert, Pascale Dietrich-Ragon et Catherine Bonvalet et qui croise par bien des aspects les thèmes auxquels s’intéresse le séminaire Genre et classes populaires.

« Quarante ans après les premières études féministes qui ont contribué à « politiser » l’intime (Delphy, 1975), le rôle du logement dans la production des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes n’est, aujourd’hui, plus questionné. D’un côté, avec l’institutionnalisation des recherches sur le genre, les sociologues, démographes et politistes sortent de l’espace domestique et de l’intimité des couples pour majoritairement saisir les rapports de pouvoir dans les écoles, les entreprises, les partis politiques, la sphère publique (Clair, 2012 ; Béréni et al., 2012). De l’autre côté, les sociologues de l’urbain tiennent peu compte du genre dans l’analyse de la production de l’espace résidentiel et de ses usages, qu’ils s’inscrivent dans la tradition de l’Ecole de Chicago, privilégiant l’analyse des processus migratoires et des rapports sociaux de race, ou dans le courant de la sociologie urbaine marxiste qui s’est développée en France dans les années 1970, faisant des rapports de production et de l’appartenance de classe la principale grille de lecture (Park et Burgess, 1925 ; Grafmeyer et Joseph, 1984 ; Amiot, 1986 ; Topalov, 1987, 2013).

La fécondité des travaux contemporains qui interrogent le rôle de l’espace résidentiel dans la production des identités sexuées des groupes minorisés, gays et lesbiens notamment, invite, par la perspective nouvelle qu’ils proposent, à revisiter plus largement les dimensions spatiales du genre (Courduries, 2008 ; Giraud, 2010 ; Alessandrin et Raibaud, 2013 ; Tissot, 2013).

L’objectif de ces journées d’études est, ainsi, d’analyser la manière dont le logement contribue à la (re)production des identités sexuées et à la recomposition des rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes, à l’aune des transformations qui affectent la société française contemporaine : progression des divorces et des familles recomposées, reconnaissance juridique des unions de même sexe, mais aussi crise du logement dans les grandes agglomérations, montée des inégalités socio-économiques dans la sphère du travail et de l’emploi. Considérant le logement dans ses différentes dimensions – matérielles, symboliques, économiques -, ces journées doivent permettre de dresser un état des lieux des travaux empiriques et théoriques qui articulent logement et rapports de genre, pour éclairer les formes de recomposition des inégalités entre les femmes et les hommes et proposer de nouvelles perspectives de recherche. »

 

 

 

Séminaire « Domestique » : une condition plurielle ?, 18 décembre 2014, EHESS

« DOMESTIQUE » : UNE CONDITION PLURIELLE ?
Les relations de travail des employé.e.s à domicile

 
Séminaire de recherche 
ouvert au public organisé par 
 
Christelle Avril (Iris, U. Paris 13) & Marie Cartier (CENS, U. de Nantes, IUF) 
à l’occasion de la venue en France de Débora Gorbán (CONICET-IDAES, Univ. Nacional de San Martín) 
 
avec la participation de Eleonora Elguezabal (INRA)Marie-Hélène Lechien (GRESCO, U. de Limoges) et Ania Tizziani (CONICET-ICI, Univ. Nacional de General Sarmiento) 
Ce séminaire propose une réflexion sur les « relations de travail » (relations hiérarchiques, entre pairs, professionnelles) des employé.e.s à domicile. Il innove en proposant de centrer l’attention non pas seulement sur les situations de domination exacerbées repérées dans les recherches sur lesdomestic workers aux Etats-Unis mais plus largement sur la diversité inter-nationale et intra-nationale des conditions d’emplois et de travail chez les employé.e.s à domicile. Comment cette diversité des situations de subordination influence-t-elle les « relations de travail » des employé.e.s à domicile ?
 
Jeudi 16 décembre 2014 
9h00-13h00
EHESS 190 av. de France 75013 Paris salle 1
http://iris.ehess.fr/index.php?2664

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Jeudi 20 novembre : La première séance du séminaire Genre et Classes Populaires sur le thème “routine-s” avec Mathieu Marly

Pour la première séance du séminaire Genre et Classes Populaires sur le thème “routine-s”, nous avons le plaisir de recevoir Mathieu Marly qui parle des soldats.

Jeudi 20 novembre : Les soldats (17h-19h)

 

Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS)

« “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »

 

Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.

Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.

 

Voir  le programme du séminaire 2014/2015 sur le thème “Routine-s” ici: http://gcp.hypotheses.org/1983

 

Mathieu Marly: http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/5D-Marly.html

2014
et Stéphane Lembré, « À l’école du régiment. Instruction, culture scolaire et promotion dans les rangs de l’armée française aiu XIXe siècle », dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 2014/1, n°48, p. 145-164.

2013
« Les voix de la légende. Réflexions sur la parole des anciens soldats de Napoléon dans les campagnes françaises du XIXe siècle », Romantisme, à paraître courant 2013

2011
« Être ou ne pas être un ancien soldat de l’Empire ? Un processus identitaire dans les campagnes de Haute-Bretagne au XIXe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, juin 2011, Tome 118, n°2, p. 103-116

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Intersectionnalité, prochaine séance de l’atelier genre du Centre Emile Durkheim (Bordeaux)

Le jeudi 20 novembre 2014, 14h00 – 16h30, l’atelier genre du Centre Emile Durkheim aura le plaisir de recevoir A. Jaunait, maître de conférences en science politique à l’université de Poitiers pour la présentation de l’article (coécrit avec S. Chauvin) « Représenter l’intersection : les théories de l’intersectionnalité à l’épreuve des sciences sociales », Revue française de science politique, 62(1), 2012, p. 5-20.

Université de Bordeaux, Site Victoire, salle des séminaires

En préparation de la séance, quelques pistes de lecture.

A. Jaunait, S. Chauvin, « Représenter l’intersection », Revue française de science politique 1/ 2012 (Vol. 62), p. 5-20

URL : www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-1-page-5.htm.

E. Lépinard, « Doing intersectionality: Repertoires of feminist practices in France and Canada » in Gender & Society

http://gas.sagepub.com/cgi/reprint/28/6/877.pdf?ijkey=kBr5vzeCSv3q09y&keytype=finite

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

La prosopographie au féminin, prochaine séance du séminaire « La prosopographie, objets et méthodes » (ENS de Lyon)

La seconde séance du séminaire « La prosopographie, objets et méthodes » sera consacrée à la question de la prosopographie au féminin. Elle aura lieu le vendredi 28 novembre, de 14h à 17h, à l’ENS de Lyon, Parvis René Descartes, en salle F 005.
Ce séminaire est ouvert à toutes et tous. N’hésitez pas à diffuser l’information à toute personne que vous penseriez intéressée.
28 novembre 2014 (Ens de Lyon) : Les femmes
Sylvie Duval (École française de Rome), « Les moniales entre réforme religieuse et transformations sociales (1385-1461) »

Caroline Giron-Panel (Bibliothèque nationale de France), « Prosopographie des musiciennes des Ospedali de Venise (XVIIe-XVIIIe s.) »

Vincent Vilmain (GSRL UMR 8582 CNRS/EPHE), « les femmes de la faculté de médecine de Paris (1871-1914) »

Le programme complet est disponible à l’adresse suivante: http://prosopographie.hypotheses.org/116

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Programme du séminaire 2014/2015 sur le thème « Routine-s »

Séminaire « Genre et classes populaires »
Année 2014 / 2015
« Routine-s »
A la croisée de l’histoire et de la sociologie, le séminaire « Genre et Classes Populaires » se propose d’étudier les rapports sociaux de sexe/de genre à l’intérieur des classes populaires. Après deux années consacrées à la question des lieux, le séminaire s’approprie cette année la notion de « routine-s » pour continuer à saisir le monde social « par en bas » au plus près des pratiques et des discours des acteur-e-s.
La routine renvoie à la répétition d’actions ordinaires au quotidien, à des habitudes ancrées dans les corps et les esprits des individus. L’histoire se désintéresse souvent de cette temporalité mineure en faveur de l’évènement, de l’exceptionnel, reproduisant alors la vision négative de la routine comme monotonie, « train-train » quotidien, voire ennui. La sociologie est plus attentive aux dimensions ordinaires, elle qui cherche les régularités du monde social. Elle fait pourtant peu souvent l’effort de retracer précisément les activités qui appuient quotidiennement les tendances générales observées au niveau d’un groupe social. La routine renvoie à des actions invisibles car banales et attendues. Cette temporalité est plutôt celle du féminin que du masculin ; le temps du travail domestique en étant l’exemple le plus flagrant. Toutes les activités peuvent néanmoins être envisagées dans leur dimension routinière et quotidienne et ainsi montrer sur quel ensemble d’actions quotidiennes leur perpétuation repose.
En étudiant le quotidien et l’ordinaire des activités sociales les plus diverses (les tâches ménagères, le sport de haut niveau, la prostitution, les concierges, etc.), le séminaire cherchera ainsi à retrouver un sens plus positif de la notion de routine : celle de savoir-faire intériorisé, parfois jusqu’à l’automatisme, acquis par la pratique et par l’expérience. La notion renvoie alors aux apprentissages souvent invisibles, aux processus d’incorporation du social, non pas seulement comme norme mais aussi comme compétence, comme savoir-agir et savoir-être, et donc aussi comme possibilité d’action. N’est-ce pas précisément dans le quotidien que se cachent les marges de manœuvre et les petits détournements des normes sociales que le séminaire cherche à identifier depuis plusieurs années ? Et, de l’autre côté, comment est-ce que ces petits détournements ouvrent à la routine, force d’inertie, une possibilité d’évolution ? A la manière de Judith Butler, nous pouvons penser les routines comme des performances qui confirment les identités par la réitération routinière, mais offrent aussi un espace d’agency.
Les séances se déroulent le jeudi à partir de 17h, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sont composées d’un.e discutant.e et d’un.e ou deux intervenant.e.s autour d’une sous-thématique commune.
Attention : les séances avec deux intervenant.e.s durent 3 heures au lieu de 2 habituellement.
Le séminaire a lieu en salle Picard 3, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005, escalier C, 3ème étage, la salle Picard 3 est après les portes battantes. L’entrée des bâtiments est libre, indiquez aux gardiens à la porte que vous venez pour assister à un séminaire.
PROGRAMME
Jeudi 20 novembre : Les soldats (17h-19h)
Mathieu Marly (historien, Institut de recherches historiques du Septentrion, Université Lille 3/CNRS)
« “À vos balais !” Les soldats face aux tâches ménagères. Genre, classe, discipline et culture matérielle dans l’armée française de la fin du XIXe siècle »
Jeudi 22 janvier : Les prostituées (17h-19h) (ANNULÉ)
Catherine Négroni (sociologue, Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, Université Lille 1/CNRS)
« Vivre au quotidien le travail prostitutionnel : parcours de prostituées, transsexuelles, migrantes »
Jeudi 12 février : Les sportifs (17h-20h)
Manuel Schotté (sociologue, Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, Université Lille 2/CNRS)
« La course à la dignité. Ascèse athlétique et construction de la masculinité »
et
Nicolas Damont (sociologue, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS/CNRS)
« D’une masculinité populaire à une masculinité “footballisé” ? Immersion dans un centre pour apprentis footballeurs »
Jeudi 26 mars : Les Miss (17h-19h)
Camille Couvry (sociologue, Dynamiques sociales et Langagières, Université de Rouen)
« L’expérience des élections de Miss et l’apprentissage de techniques du corps : acquisition durable de pratiques considérées comme “féminines” par les participantes ? »
Jeudi 2 avril : Les sites de rencontre en ligne (17h-19h)
Marie Bergström (sociologue, Observatoire sociologique du changement, Sciences Po / Université d’Oxford, Nuffield College)
« Les codes sociaux et sexués de la séduction. L’exemple des sites de rencontres en ligne »
Jeudi 28 mai : Les concierges (17h-20h)
Anaïs Albert (historienne, Centre d’Histoire du XIXe siècle, Université Paris 1) et Nimisha Barton (historienne, Princeton University)
« La routine comme métier : les concierges parisiens et la gestion du quotidien des classes populaires, de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres »
Jeudi 11 juin 2015 : Les personnes âgées (17h-19h)
Valentine Trépied (sociologue, Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS/CNRS)
« Routines et dépendance, l’étiquetage des personnes âgées en EHPAD »
Jeudi 25 juin : Les religieuses (17h-20h)
Anne Jusseaume (historienne, Centre d’Histoire de Sciences Po)
« Temps religieux, temps du soin : le quotidien des sœurs soignantes au XIXe siècle »
et
 Nicole Pellegrin (historienne, Institut d’Histoire moderne et contemporaine, ENS/CNRS/Université Paris 1)
« Habiller la norme sous l’Ancien régime. Les vêtements de religion féminins dans et hors clôture : créations, (dés)habillages et habitus »

Prochaine séance du séminaire le 3 avril : « la rue » avec Ophélie Rillon et Lucile Ruault

Pour la prochaine séance du séminaire Genre et Classes populaires nous avons le plaisir d’accueillir  Ophélie Rillon (Docteure en histoire contemporaine, Paris I, son séminaire à l’EHESS: Dynamiques de genre en Afrique ) : « Quand les femmes du Parti jouent les “gros bras” : militantisme et violences de rue au tournant de l’indépendance (Mali 1960) » et Lucile Ruault (Doctorante en science politique, Lille II, son groupe de travail « Genre, normes procréatives et périnatalité« ) : « Le procès dans la rue : occupation festive de l’espace public en soutien aux avorteuses du MLAC d’Aix-en-Provence (1976-77) ». Entre histoire et sciences politiques, une séance sur le monde contemporain où les femmes occupent la rue !

 La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 3 avril de 17h à 20h (nouvelle heure, n’oubliez pas). C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle).

Séminaire Classes Populaires et Institution – CESSP

Un séminaire cherchant à approcher la domination « du point de vue des dominés et des classes populaires pour  poser  la  question  des  effets  concrets  de  la  domination  mais  aussi  des  éventuelles  formes  de soumissions, d’adhésions, d’esquives ou de résistances qu’elle suscite ».

Le programme en PDF ICI.

Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

CNRS – Université Paris 1 – EHESS

Axe de recherche « Pouvoir et rapports de domination »

Séminaire 2013-2014

Classes populaires et institutions


L’axe de recherche du CESSP « Pouvoir et rapports de domination » a pour objectif de fédérer les réflexions et les enquêtes menées dans différents espaces sociaux pour comprendre les mécanismes de domination, leur dimension relationnelle et leurs fondements. Dans le cadre d’une sociologie des élites ou de l’encadrement des classes populaires, la domination est souvent étudiée « d’en haut » et appréhendée à travers ses supports les plus institutionnels. Ce séminaire se propose de déplacer le regard et de saisir la domination du point de vue des dominés et des classes populaires pour poser la question des effets concrets de la domination mais aussi des éventuelles formes de soumissions, d’adhésions, d’esquives ou de résistances qu’elle suscite. Les différentes recherches qui seront présentées lors des séances porteront cette année sur les attitudes des classes populaires face aux institutions.

Le séminaire est ouvert.

Responsables : Jean-Louis BRIQUET (jean-louis.briquet@univ-paris1.fr), François DENORD (denord@msh-paris.fr), Delphine SERRE (delphine.serre@univ-paris1.fr)

 

Mardi 3 décembre 13h.-15h.

Violaine Girard (Université de Rouen)

Des fractions populaires encore mobilisées? Engagements municipaux, rapports au vote et politisation parmi les ouvriers et techniciens pavillonnaires du périurbain

CESSP, salle de réunion. Université Paris 1 – Département de science politique – 14 rue Cujas – Escalier N, 3ème étage

Mardi 14 janvier 13h.-15h.

Ana Perrin-Heredia (CURAPP, Université d’Amiens)

Les classes populaires face aux institutions de contrôle budgétaire

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

Mardi 4 février 13h.-15h.

Yasmine Siblot (CRESSPA, Université Paris 8)

Des rapports « mobilisés » aux institutions en milieu populaire : du guichet à l’emploi à statut

CESSP, Salle de réunion. Université Paris 1 – Département de science politique – 14 rue Cujas – Escalier N, 3ème étage

Mardi 11 mars 13h.-15h.

Daniel THIN (Université Lyon 2, Laboratoire Triangle)

Les familles populaires et l’institution scolaire : entre attentes, remise de soi et défiance

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

 

Mardi 8 avril 13h.-15h. 

Benoit COQUARD (Université de Poitiers)
Famille et respectabilité en milieu populaire rural

EHESS – 190-198 avenue de France 75013 Paris – Salle 3

« Les femmes allemandes au service de la guerre (1939-1945) »: prochaine séance du séminaire le 28 novembre avec l’historienne Elissa Mailänder

Pour sa deuxième séance, le séminaire « Genre et classes populaires » a le plaisir d’accueillir Elissa Mailänder, Associate Professor au Centre d’Histoire de Sciences Po, pour une communication portant sur les rapports de genre, de classes et de race dans les camps de concentration : « Les femmes allemandes au service de la guerre: dynamiques sociales, relations de genre, racismes et violences (1939-1945) »

La séance aura lieu à la Sorbonne, salle Picard 3, le jeudi 28 novembre de 17h à 19h. C’est au 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, dernière salle à droite. La séance est ouverte à toutes et tous (en l’absence de carte d’étudiant/professeur à présenter à l’entrée, il faut dire que vous vous rendez au séminaire en précisant la salle). 

Pour découvrir ses travaux:

Elissa Mailänder, La violence des surveillantes des camps de concentration national-socialistes (1939-1945) : réflexions sur les dynamiques et logiques du pouvoir, Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne].

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Retour sur le séminaire Genre et classes populaires: intervention du 14 novembre au séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories »

Séminaire « Comment penser le travail au croisement des catégories ? » 2ème année

Séminaire organisé par
Fanny Gallot, Danièle Kergoat, Audrey Molis, Michelle Paiva

Atelier de recherche
Les séances auront lieu à 14h au 59/61 rue Pouchet 75017
Salle 255
(Bus 66, métros Brochant ou Guy Môquet)
Entrée libre
Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée
explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres.
Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.

Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

Présentation de la communication du 14 novembre (14 h)

Pour la troisième année consécutive, le séminaire « Genre et classes populaires » se tient à la Sorbonne. Ce dernier est le produit d’une réflexion et d’un travail collectif et collaboratif que nous avons menés en tant que doctorantes et jeunes chercheuses désireuses d’interroger les effets concomitants des catégories sociales de classe et de genre au carrefour de l’histoire et de la sociologie. Si l’enjeu premier de notre groupe de recherche comme de notre séminaire fut notre volonté de penser l’intersectionnalité et la manière de mener une recherche dans ce domaine, nos problématiques se sont progressivement affinées et les niveaux d’analyse précisés. Aussi cette séance nous offre-t-elle la possibilité de revenir sur cette expérience, ses origines et ses concrétisations, et d’en dresser un premier bilan.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Compte-rendu de la séance du 17 octobre 2013.

Séance du 17 octobre 2013.

Marianne Blidon, « Désirs urbains et lutte des places. Chronique d’enquêtes (et d’une controverse genrée) ».

Lors de cette séance de reprise la géographe Marianne Blidon revient sur sa thèse.

Elle rappelle d’abord les fondamentaux de la géographie, à savoir que l’espace est produit par les sociétés et qu’en retour l’espace produit aussi du social ; puis de la géographie du genre, à savoir que la différenciation sociale des sexes produit de la différenciation spatiale (liée à une répartition genrée des rôles). L’espace est donc à la fois le lieu de rapports de genre et producteur d’identités de genre.

Ensuite, elle explique le poids de Paris (ville refuge, ville politique) dans les récits de tous ordres qui analysent ou racontent l’affranchissement et l’affirmation des gays.

Le but de son enquête est d’explorer l’affirmation jamais remise en cause que l’homosexualité a partie liée avec la ville.

Pour elle, on comprend cette thèse en regardant les parcours des chercheurs porteurs de cette thèse pour qui cette évidence est fondée sur leur expérience (l’arrivée à la ville étant aussi souvent décisive dans leur coming out).

A cela elle oppose d’abord que la transition urbaine étant achevée en France, il ne peut s’agir de toute façon que de migrations ville/ville. Elle pose aussi la question de ce qui se passe quand on arrive à paris.

Elle présente ensuite la mise en place de son enquête -après avoir exposé pourquoi les grandes enquêtes sur la sexualité (ACSF-CSF) n’étaient pas utilisables pour explorer les migrations et les temporalités spatiales complexes des trajectoires biographiques et pourquoi les enquêtes presse gay, par leur perspective épidémiologique, n’était pas adaptée non plus à ce type de questionnement.

Résultats :

1/5 répondants n’a jamais connu de changement résidentiel/Peu de ruraux quand ils décohabitent vont vivre à Paris/Il n’y a que peu de trajectoires entre des espaces à faible dotation en produits à destination d’une clientèle gay et Paris. Les trajectoires des gays obéissent donc à des logiques connues des géographes des migrations : on ne quitte majoritairement pas la campagne pour se rendre dans une métropole. L’opposition ville/campagne pour penser les trajectoires gay n’est donc pas pertinente.

Cette enquête permet aussi de donner une autre perspective au rôle de la famille dans la sociologie de l’homosexualité, traditionnellement analysée comme une instance de précarisation au moment d’un coming out mal vécu. Or, elle montre qu’il y a des retours migratoires pour des raisons de précarités (sociales ou de santé) ou pour s’occuper des vieux parents.

Marianne Blidon conclut donc sur une grande diversité des trajectoires : surtout des cas d’enracinement, mais aussi des cas de nomadisme et des cas de prolongement entre moyennes et grandes villes. Les facteurs de mobilité qui ont été analysés sont extrêmement classiques (niveau de diplôme, âge, conjugalité).

Dans un dernier temps, elle analyse les tensions que son travail a suscitées. Elle revient alors sur la question de la pertinence de l’expérience pour être légitime à s’exprimer sur un sujet et sur les dominations de genre à l’œuvre dans l’Université.

 

Si vous êtes intéressés par toute cette passionnante enquête et ce stimulant exercice de réflexivité quantitative, il faut aller lire :

– Marianne Blidon, France Guérin, « Un rêve urbain ? La diversité   migratoire des gays », Sociologie, n°2, vol. 4, 2013, pp. 3-22.

– Marianne Blidon, « Géographie de la sexualité ou sexualité du  géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de   géographie, 687-688, 2012, pp. 525-542.