Archives pour la catégorie Colloques / Conférences

Appel à communications, Congrès International des Sociologues de Langue Française

XXe Congrès International des Sociologues de Langue Française

Sociétés en Mouvement, Sociologie en Changement

4-8 juillet 2016

Montréal

 

Avant le 31 janvier 2016 :

  • Proposer une communication
  • Demander un bourse AISLF du Congrès

CR04 – Sociologie des rapports sociaux de sexe


Pour un renouveau des approches sociologiques du genre dans les sociétés contemporaines en mouvement

La thématique générale du XXe congrès de l’AISLF invite à un renouvellement potentiel des approches théoriques et méthodologiques visant à rendre compte de la réalité sexuée des sociétés contemporaines. Les approches théoriques du genre sont fortement marquées par les conditions sociohistoriques (les « Trente glorieuses ») et géographiques (occidentales) de leur élaboration. Il paraît alors légitime de s’interroger sur les apports et limites des outils diffusés dans le dernier tiers du XXe siècle, dès lors qu’il s’agit d’appréhender de nouveaux phénomènes sociaux à l’orée du XXIe siècle. Comment appréhender les expériences sexuées au sein des sociétés contemporaines et rendre compte des nouveaux modes de régulation du genre qui émergent au sein des « sociétés en mouvement  ?

1. La complexité des effets sexués des grandes évolutions sociétales contemporaines

Un premier ensemble de communications prend pour objet central les grandes évolutions contemporaines, telles que la globalisation des enjeux économiques et écologiques, la transformation du travail, la dématérialisation, le vieillissement et le care, etc. Dans chaque cas, il s’agira d’analyser les effets de ces évolutions sur les configurations de genre, toujours de manière précise et historicisée.

2. L’institutionnalisation des politiques d’égalité et des études genre dans les sociétés de l’individualisation

Ces communications s’intéressent au processus d’institutionnalisation des activités de promotion de l’égalité femmes-hommes et/ou aux espaces formels de production et diffusion de connaissances sur les inégalités de sexe. Il s’agit de comprendre la pluralité des représentations de « l’égalité », qui sous-tendent les actions publiques en sa faveur, et les initiatives en matière d’enseignement et de recherche sur le genre, dans un contexte parfois marqué de fortes résistances sociales.

3. Les implications des grandes évolutions sociales pour l’approche sociologique du genre

Si les sociétés contemporaines sont effectivement marquées par « l’indétermination croissante des expériences sociales des femmes et des hommes » (cf. Actes du Congrès de Rabat), quels sont le sens et la finalité d’une sociologie du genre ? Depuis une quarantaine d’années, les travaux sur le genre ont été fondés sur le postulat d’une signification sociale majeure des appartenances catégorielles et sur l’idée de leur pouvoir prédictif des devenirs sociaux, différenciés et hiérarchisés, chez les individus sexués. Les « épreuves de vie » auxquelles hommes et femmes sont confronté·e·s dans différents contextes sociaux deviennent-elles de plus en plus indifférenciées ou demeurent-elles marquées par des spécificités de sexe, même partiellement reconfigurées ? Ces évolutions sonnent-t-elles le glas de la sociologie du genre ou appellent-t-elles à son adaptation ?

Les propositions comportant une dimension empirique documentée seront privilégiées. Elles devront s’inscrire dans la thématiques des « sociétés en mouvement » et dans celle d’un sociologie « en changement ». Il s’agit bien de montrer comment les « transformations sociales » se manifestent dans les expériences des individus sexués et comment elles alimentent une consolidation ou une reconfiguration des normes et des pratiques de genre.

Les responsables du CR4 prévoient d’organiser plusieurs séances communes avec d’autres CR ou GT de l’AISLF. Les partenariats seront déterminés en fonction des propositions de communication reçues et sélectionnées, notamment avec le GT07 (Sociologie des sexualités), le CR06 (Parcours de vie et vieillissement), le CR07 (Éducation, formation, socialisation), et le CR32 (Savoirs, métiers, identités professionnelles). Les propositions de communication qui s’inscrivent à l’interface de ces thématiques seront particulièrement appréciées.

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

AAC: « Intersectionnalité et politique(s) », avant le 15 janvier, CNRS, Dauphine, Paris 1, Paris 8

Appel à communications

Journées d’étude

« Intersectionnalité & politique(s) »

 

La question de l’articulation des rapports sociaux de genre et de classe a été pensée dès la fin des années 1970 en France par des féministes matérialistes en termes de consubstantialité et de coextensivité (Kergoat 1978). Inscrit dans l’héritage du black feminism des années 1970 (Hull, Smith & Scott 1982 ; Davis 1983), le terme d’intersectionnalité a quant à lui été forgé de l’autre côté de l’Atlantique en 1989 par la juriste américaine Kimberlé Crenshaw. Il renvoie à la multidimensionnalité de l’expérience de subordination des femmes noires au sein du mouvement des droits civiques et dans la jurisprudence anti-discrimination étasunienne.

Au départ, le concept d’intersectionnalité avait une visée double (Crenshaw 1989). D’une part, critiquer l’homogénéité des standards de discrimination tels que définis par les membres privilégiés du groupe dominé. D’autre part, proposer un cadre d’analyse révélant l’imbrication de la race et du genre dans les rapports de domination. En dépit de la centralité de la discrimination raciale et de l’influence du champ juridique américain dans sa genèse, le terme d’intersectionnalité est désormais utilisé dans un sens plus large pour désigner l’imbrication de plusieurs rapports de domination tels que la race, la classe, le genre, l’âge, l’ethnicité ou la religion dans la production et la reproduction des inégalités (Bilge 2009). Le maniement combiné de ces catégories présente toutefois plusieurs limites: risque de dépolitisation à ne les envisager que de manière catégorielle au lieu de les penser de manière dynamique comme des rapports sociaux, et risque d’abstraction et de déhistoricisation à ne pas les penser empiriquement (Palomares & Testenoire 2010 ; Chauvin & Jaunait 2012).

Bien que nous n’entendions pas trancher entre ces différentes façons de penser l’articulation des rapports sociaux, nous utilisons en revanche le terme de « politique » dans un sens précis. Nous n’ignorons pas que l’intersectionnalité est un concept intrinsèquement et éminemment politique, en tant qu’outil académique permettant de décrire et d’analyser des rapports de pouvoir, comme à travers son réinvestissement et sa réappropriation par la sphère militante. Si “tout est politique”, ces journées d’étude entendent néanmoins porter spécifiquement sur le champ politique comme arène de confrontation des forces politiques et lieu de production et de hiérarchisation de différents rapports sociaux, ainsi que sur les champs de l’action publique. Ces champs incluent les professionnel-le-s de la politique et des politiques publiques (élu-e-s, permanent-e-s des partis, membres des cabinets ministériels et de la fonction publique) et les institutions qui les structurent – l’Etat, le Parlement, les collectivités, les partis politiques, etc. Mais l’hétéronomie du champ politique invite également à s’intéresser aux militant-e-s des partis politiques, aux syndicalistes, aux groupes d’intérêt, aux journalistes politiques et aux électeurs/trices qui participent à la définition des enjeux

Les communications devront de préférence s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants :

→ Axe 1 : Intersectionnalité et personnel politique.

Nous sollicitons ici des communications analysant les trajectoires (militantes et/ou partisanes) des professionnel-le-s de la politique (ceux et celles qui vivent par et pour la politique), en s’attachant à les réinscrire dans la complexité des rapports de pouvoir. Nous entendons réinvestir des questionnements classiques des sciences sociales : qui sont les membres du personnel politique ? Quels sont les capitaux – économique, social, scolaire, corporel – nécessaires à une carrière politique, et comment s’imbriquent-ils ? Si l’homme blanc cisgenre valide de classe moyenne/supérieure et hétérosexuel, identité elle-même intersectionnelle, correspond à une norme politique à confirmer ou à infirmer, quid de celles et ceux qui sont racisé-e-s, trans’, issu-e-s des classes populaires, gays, lesbiennes, bi-e-s, et/ou handicapé-e-s? L’appartenance à l’une ou plusieurs de ces catégories ne constitue-t-elle qu’un stigmate, donnant lieu à des discriminations entravant l’accumulation de capitaux politiques, ou ce stigmate peut-il être retourné ? On peut ainsi penser aux dénonciations récurrentes dans certaines franges du champ politique d’un « lobby gay » qui fonctionnerait par cooptation et favoriserait l’accès des (hommes) homosexuels aux postes de pouvoir. De même, la promotion de « la diversité » d’une part et de la « parité » d’autre part, en politique, ont des implications fortes en termes de genre et de classe pour l’une, et de race et de classe pour l’autre : qui sont les « divers »/les femmes qui réussissent à faire une carrière politique ? L’appartenance à une minorité (de genre/de race) vient-elle signifier différemment une autre appartenance minoritaire (par ex. être faiblement doté-e en capitaux scolaires) ?

→ Axe 2 : Intersectionnalité et mobilisations collectives :

Les communications s’inscrivant dans cet axe porteront sur les différents enjeux de l’intersectionnalité dans les luttes et les mobilisations sociales. Comment le prisme intersectionnel vient-il rendre compte de la division du travail militant ? Existe-t-il un usage indigène de ce terme par certain-e-s militant-e-s ? Le cas échéant, qui sont celles et ceux qui s’en revendiquent, à quelles conditions leur est-il possible de le faire, et comment ce savoir universitaire est-il traduit dans les cadres cognitifs des entrepreneurs de mobilisation ? Lorsque la diversité intersectionnelle est assumée au sein d’un mouvement social minoritaire (ouvrier, antiraciste, féministe,…), quelles conséquences peut-on observer sur son image et sa stratégie ? A contrario, la dimension intersectionnelle est-elle invisible ou invisibilisée dans les mobilisations de dominant-e-s (par exemple récemment autour des professions libérales réglementées) ? Enfin, quelles sont les conditions politiques et sociales de convergence des luttes minoritaires ? Qu’est ce qui amène par exemple des mouvements LGBT à s’engager pour la cause palestinienne ou des syndicats “traditionnels” à soutenir les luttes des minorités sexuelles et quels discours sont mobilisés pour justifier cette convergence ?

→ Axe 3 : Intersectionnalité et action publique :

Les communications pourront enfin aborder l’articulation entre intersectionnalité et politique du point de vue de l’action publique. De même que les années 1990 ont vu se multiplier les travaux sur le genre des politiques publiques, il s’agit dans un premier temps d’ouvrir une réflexion sur « l’intersectionnalité des politiques publiques », aux différentes étapes de leur production et de leur mise en oeuvre. En quoi les politiques publiques contribuent-elles à la production de systèmes de hiérarchisations sociales ? Au-delà de l’universalisme affiché de l’action publique et de la production de lois, comment analyser certaines décisions politiques ciblant implicitement des catégories se situant à la croisée de plusieurs rapports de dominations ? Quelles ont été par exemple les modalités d’application et de réception de la “loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises” (2004) ou, plus récemment, de la “loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public” (2010) ? Il s’agit dans un deuxième temps de s’interroger sur les usages politiques éventuels de la notion d’intersectionnalité ou d’expressions renfermant une signification analogue. Quels usages les agents de l’Etat et les membres du personnel politique font-ils de ce terme ? Ces usages se se font-ils au prix d’une dépolitisation ?

Nous restons naturellement ouvert-e-s à d’autres usages du terme « politique », tant que ceux-ci s’appuient sur un travail de terrain (ethnographie, travail d’archives, méthodes quantitatives). En effet, le concept d’intersectionnalité est souvent abordé de façon théorique, et son opérationnalisation empirique ne va pas toujours de soi . De même, les communications proposant une réflexion méthodologique en lien avec la thématique du colloque (multipositionnalité de l’enquêteur/trice) sont les bienvenues.

Les propositions de communication pourront porter sur différents contextes nationaux mais impérativement sur l’époque contemporaine (XIXe/XXe/XXIe siècles). Elles devront être rédigées en français ou en anglais, et ne pas dépasser les 5000 signes. Elles devront enfin indiquer clairement l’ancrage empirique/méthodologique adopté ainsi que les principaux résultats présentés. Elles seront adressées au comité d’organisation des journées d’étude avant le 15 janvier 2016 via l’adresse suivante : intersecpolitique@gmail.com.

Plus d’informations ici

Les journées d’études se tiendront les 24 et 25 mai 2016.

Nous encourageons les chercheurs/ses issu-e-s de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales à répondre à cet appel, et nous accorderons une attention particulière aux propositions de doctorant-e-s et de jeunes docteur-e-s.

Comité d’organisation

Ranime Alsheltawy, doctorante, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Hugo Bouvard, doctorant, Paris IX-Dauphine/IRISSO.

Simon Massei, doctorant, Paris I-Panthéon Sorbonne/CESSP.

Catherine Achin, Professeure de science politique, Paris 9 Dauphine/IRISSO

Laure Bereni, Chargée de recherche CNRS, CMH

Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-GTM

Eric Fassin, Professeur de sociologie, Paris 8/EXPERICE

Nacira Guénif-Souilamas, Professeure en science de l’éducation, Paris 8/EXPERICE

Alexandre Jaunait, Maître de conférences en science politique, Université de Poitiers/ CECOJI

Sandrine Lévêque, Maîtresse de conférences, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CESSP-

 

Frédérique Matonti, Professeure de science politique, Université Paris 1 Panthéon

 

 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Table ronde: Prostitutions. Expressions, transactions, figurations, Orsay, 3 décembre

Prostitutions : expressions, transactions, figurations

positif
Anonyme, Etudes de nu, femme assise bras croisés© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Alexis Brandt

A l’occasion de la parution de Prostitutions. Des représentations aveuglantes, les auteurs de cet ouvrage au format original, à mi-chemin entre livre et magazine, dialogueront autour des prostitutions. Cette table ronde est placée sous le signe de la pluralité des disciplines, des discours et des sensibilités.

Avec la participation de :
Marie Robert, conservateur, musée d’Orsay
Daniel Grojnowski, professeur émérite en littérature, université Paris-Diderot-Paris VII
Yagos Koliopanos, doctorant en sociologie
Laurie Laufer, psychanalyste
Clyde Plumauzille, chercheuse en histoire

Modération : Isolde Pludermacher, conservateur, musée d’Orsay, Gabrielle Houbre, maîtresse de conférences, université Paris-Diderot-Paris-VII ; université Sorbonne-Paris-Cité

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

SEM – Les classes populaires aujourd’hui

Nous relayons l’information sur le lancement du séminaire « Les classes populaires aujourd’hui », organisé par des doctorants du CMH, le 25 novembre prochain.

Programme:

25 novembre 2015 : Pierre Gilbert (Centre Max Weber), « Les styles de vie populaires à l’épreuve de la rénovation urbaine. La cuisine ouverte, entre rejets et appropriations hétérodoxes » Discutant : Olivier Masclet (CERLIS)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm) 

17 décembre 2015 : Raphael Challier (CRESPPA-GTM), « Un rendez-vous presque réussi : retour sur une expérience de mobilisation communiste chez des jeunes des quartiers populaires »

Discutant : Julian Mischi (INRA-CESAER)

18h – 20h, Salle 10, ENS Jourdan (48  boulevard Jourdan)

4 février 2016 : Akim Ouhalaci (CERSM), « Sport, style de vie populaire et réflexivité »

Discutant : Manuel Schotté (CERAPS)

16h – 18h, Salle 10, ENS Jourdan (48  boulevard Jourdan)                                                           

18 février 2016 : Fabien Brugière (CRESPPA-GTM), « Les ouvriers de piste : un groupe professionnel à la périphérie du monde aéroportuaire »

Discutant : Cédric Lomba (CRESPA-CSU)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

17 mars 2016 : Eve Meuret-Campfort (CENS), « Le devenir de la classe ouvrière observé depuis une usine d’ouvrière d’habillement en lutte : le cas des ouvrières de l’usine Chantelle de Saint-Herblain (1966-2005) »

Discutante : Sylvie Monchatre (SAGE)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

21 avril 2016 : Etienne Pingaud (ISP), « La religion comme offre symbolique. Les classes populaires de Nanterre et l’Islam »

Discutant : Stéphane Beaud (CMH)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

19 mai 2016 : Sarah Vincourt (CESSP), « Dockers à Abidjan »

Discutant : Jean Luc Deshayes (2L2S)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

16 juin 2016 : Mustapha Belhocine (éducateur et professeur des écoles), « Auto-socio-analyse d’une pratique littéraire en milieu précaire »

Discutant : Gérard Mauger (CESSP)

16h-18h, Salle 235A, ENS Ulm (29 rue d’Ulm)

 

Comité d’organisation : Vincent Burckel, Sebastian Carbonell, Benoit Coquard, Cyril Nazareth, Ana Portilla

Cont@cts : benoit.coquard@gmail.comnazareth.cyril@gmail.com

Colloque: Je travaille, donc je suis, Le Mage à 20 ans, 4 décembre

Vendredi 4 décembre 2015

  Je travaille, donc je suis. Le Mage a 20 ans

En Sorbonne – Amphithéâtre Louis Liard – 17, rue de la Sorbonne – 75005 Paris

REDIFFUSION dans le Grand-Amphithéâtre de l’Université Paris Descartes
12, rue de l’École de Médecine – 75006 Paris

Ouverture
par Frédéric Dardel, Président de l’Université Paris Descartes

Conférence inaugurale
Angela Davis, University of California, Santa Cruz

Introduction : L’histoire du Mage

Tables rondes

  • Les forces du Mage
  • La reconfiguration/diversification des objets de recherche
  • Travail, genre et féminismes d’hier à demain

programme colloque-mage-20ans
Synthèse du colloque
Nicky Le Feuvre, Université de Lausanne

Conférence de clôture : « Faire l’histoire du travail des femmes »
Michelle Perrot, Université Paris Diderot

Pour celles ou ceux qui n’ont pas reçu de confirmation d’inscription de notre part :
Ce colloque rencontrant un très vif succès, nous ne pouvons pas vous garantir l’entrée dans l’amphi Louis Liard. Nous sommes conscientes qu’il n’existe pas de solution idéale en la matière et sommes sous la contrainte de questions administratives de gestion des salles en Sorbonne, qui ne dépendent pas de nous mais de l’Université.
Nous proposons donc une alternative en rediffusant en direct l’ensemble de la journée dans le Grand-Amphithéâtre de l’Université Paris Descartes – 12 rue de l’École de Médecine – 75006 Paris (à 5 minutes à pied de la Sorbonne). Il reste indispensable de vous inscrire pour cette rediffusion en nous renvoyant le bulletin ci-dessous dûment rempli avant le 27 novembre à: lemagea20ans@gmail.com.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Appel à Communications: Women and Labour Activism in a Transnational Context

Appel à Communications: Women and Labour Activism in a Transnational Context

International Symposium

Newcastle University, 15-16 April 2016

In her 2014 work, Writing History in the Global Era, Lynn Hunt asks if globalization really is the new theory that will invigorate history. Since ‘the global turn’ it remains to be seen if more opportunities have been created to explore ways of including women in political, social and cultural history and in particular that of Labour history.

In order to investigate the impact of transnationalism on the visibility of women’s activism in the past, Claudia Baldoli and Máire Cross would like to invite proposals for research papers to be presented in an international conference that will bring together research groups of the North east including North East Labour History, Newcastle and Northumbria Universities Labour and Society Research Group, Newcastle University Gender Research Group.

Transnational approaches to the history of women in labour activism:

From Mary Wollstonecraft to 2014 Nobel Peace winner Malala Yousafzai: this two-day conference aims to discuss the effect of transnational approaches and the current polemical issues of the field, and to promote findings in new research on women’s engagement from the eighteenth to the twenty-first century, from individual to collective movements, in specific revolutionary moments and over several generations, in local and international associations, in particular where Labour activism intersects with other political, religious and cultural aspects of women’s activism.

 

Possible topics include: Women and strikes; Women in political movements, trades unions and NGOs; Women and political violence; Relationship between different generations of women activists; Pacifist women; Women involved in resistance movements; Women activists in exile; Biographical approaches to women activists; Political transitions in a life time of activism (for example in relation to peace and war, internationalism and nationalism, socialism and fascism, anti-colonialism and independence); Women activists in religious-social movements; Images of Women and Labour in cultural production; Women activists as writers, film makers, reporters.

We are interested in women’s roles as both political activists and intellectuals across borders and generations; on women’s biographies, both of lone women activists and of collective groups, of key figures as well as obscure ones, and on the role of biographies in establishing activist women’s reputations. We also welcome reflections on the methodology of activism and on problems inherent to the use of archives. We are keen to include researchers at all stages of their career. There may be limited funding to assist postgraduates whose papers are accepted.

Our invited keynote speaker is Susan Zimmermann, University Professor, Central European University, Budapest, specialist of international gender politics, labour women’s transnational activism, women’s work, and the ILO (http://people.ceu.edu/susan_zimmermann).

Please submit a 200 word proposal and CV by 31 January 2015 to:

EITHER Dr Claudia Baldoli, Senior Lecturer in European History, claudia.baldoli@ncl.ac.uk

OR Professor Máire Cross, Head of French, m.f.cross@ncl.ac.uk

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Association d’études de la sexualité, Congrès 2016

Appel de propositions pour les sessions du Congrès 2016

SSA CFP 2016 English and French (Cliquez pour télécharger)

L’Association d’études de la sexualité lance un appel de propositions pour sa quatrième rencontre annuelle, qui sera tenue du 29 au 31 mai 2016 à l’Université de Calgary à Calgary (Alberta) lors du Congrès du CRSH. Nous invitons des propositions de langues française et anglaise à partir de toute perspective disciplinaire ou interdisciplinaire. Il sera possible de présenter la même communication en français et en anglais. Si vous désirez présenter deux communications (l’une en français et l’autre en anglais), veuillez clairement indiquer cette intention dans votre résumé.

Suivant le thème du Congrès 2016, « L’énergie des communautés », nous nous intéressons notamment aux communications, réflexions créatives, expositions artistiques, films, œuvres multimédias et performances artistiques qui problématisent les notions de communauté et de l’appartenance dans leurs intersections avec le sexe, le genre et la sexualité. Étant donné l’engagement de l’Association d’études de la sexualité auprès d’une variété de communautés, dont les communautés autochtones, francophones et artistiques, le thème « L’énergie des communautés » est particulièrement propice pour nous.

Dans nos rôles de personnes impliquées dans la recherche critique et le militantisme liés à une variété de réseaux universitaires, artistiques et politiques, nous participons à la création de communautés queers et de systèmes de liens affectifs. L’histoire de l’intégration de la recherche scientifique et la recherche communautaire est longue et complexe. Les études critiques de la sexualité dénoncent les systèmes d’hétéronormativité qui privilégient les structures de liens affectifs et les pratiques sexuelles dominantes. Notre association favorise les théories et les méthodes intersectionnelles, décolonisatrices et multidimensionnelles. Elle est vouée à la dénonciation de projets homonationalistes qui réinscrivent la normativité comme technologie de gouvernance. En délégitimisant les savoirs produits par les communautés « autres », cette réinscription du pouvoir naturalise et privilégie les épistémologies dominantes.

Cette année, nous invitons l’exploration des questions suivantes : Quels sont les lieux de résistance et de complicité opérationnalisés par les sexualités et les études de la sexualité contemporaines? Quelles communautés et quelles formes d’appartenance sont rendues viables, et lesquelles deviennent inhabitables dans le contexte des cadres contemporains de la sexualité? Quelles sont les conséquences affectives de viser « l’énergie » des communautés d’un point de vue critique? Comment pouvons-nous visualiser et nous engager auprès de diverses cultures et communautés à l’ère de la politique mondiale et des relations transnationales? Nous invitons les chercheuses et chercheurs, les activistes et les artistes à soumettre des propositions qui se penchent sur les multiples dimensions de l’énergie des communautés incluant, mais sans se limiter, aux concepts suivants :

  • l’indigénéité, la dé/colonisation et le transnationalisme;
  • les études de la sexualité dans les discours scientifiques, artistiques et communautaires;
  • la langue, la culture et l’anglonormativité;
  • la racisation et la blancheur;
  • les corps inter/sexués, les genres et les subjectivités;
  • l’in/capacité et la crip theory;
  • les subjectivités trans* et la théorie trans-;
  • les politiques de l’espace et des contre-publics;
  • les écologies queers, l’anthropocène, l’espèce-isme et la distinction humain-animal;
  • les politiques vitales, les nouveaux matérialismes et les ontologies centrées sur l’objet;
  • la nécropolitique et la biopolitique, les morts-vivants, la « mort lente »;
  • le travail, la précarité, la survie;
  • les sexualités « illicites » et le travail du sexe;
  • les liens affectifs et les familles;
  • les droits, la reconnaissance et la résistance.

POUR SOUMETTRE VOTRE PROPOSITION : Nous encourageons la soumission de présentations d’une variété de formats, y compris les conférences, les panels, les ateliers, les tables rondes, les affiches, le visionnement de films et de vidéos, les performances artistiques, les expositions et les événements culturels. Une attention particulière sera portée aux séances impliquant des artistes ou des chercheurs, chercheuses ou activistes communautaires. Si vous proposez une présentation non conventionnelle, veuillez inclure une brève description de vos potentiels besoins en ce qui concerne le matériel technique/audiovisuel, le lieu et dimensions de la pièce, la possibilité de déplacer les meubles, ou autre.

Toute proposition doit être soumise sous forme d’un seul fichier (Word ou PDF) contenant (1) un résumé d’un maximum de 150 mots pour les communications individuelles, (2) une biographie d’un maximum de 50 mots et (3) un CV abrégé d’UNE page soulignant son affiliation institutionnelle ou communautaire, ses intérêts de recherche et ses projets/publications/expositions/performances en cours. Pour les propositions de panel et de table ronde, en plus d’une biographie de 50 mots et d’un CV abrégé d’une page pour chaque personne participante, la soumission doit inclure une description de 150 mots précisant les objectifs du panel dans son ensemble et un résumé de 100 mots pour chaque personne participante. Trois ou quatre personnes participeront à chaque panel. Si vous proposez un atelier dont l’horaire diffère de l’horaire conventionnel, veuillez l’indiquer. Comme une séance dure normalement 75 minutes, chaque communication présentée dans un panel doit durer environ 15 minutes. Toute soumission de panel et de table ronde doit indiquer le choix d’une personne pour animer la séance. Veuillez envoyer votre soumission sous forme de pièce jointe à l’adresse suivante : sexualitystudiesassociation@gmail.com.

La date limite des soumissions est le 20 novembre 2015. Les personnes ayant soumis des propositions seront avisées de la décision du comité de sélection vers la fin du mois de janvier 2016. Pour présenter au congrès, il faut être membre de l’association en date du 1er avril 2016 au plus tard.

 

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Appel à communications: Seventeenth Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities

Appel à communications: Seventeenth Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities

Call for Papers

Difficult Conversations: Thinking and Talking about Women,
Genders, and Sexualities Inside and Outside the Academy
at Hofstra University, Hempstead NY
June 1-4, 2017

The deadline for submission of proposals for individual papers, panels, and other sessions is January 15, 2016.  All proposals must be submitted electronically via the Berkshire Conference website. (http://2017berkshireconference.hofstra.edu/call-for-papers/#instructions). This site will be available for submissions from August 1, 2015 to January 15, 2016. As part of the submission process, you will be asked to select the Theme Track, or subject area, in which you would like your proposal considered. Your proposal will then be forwarded to the appropriate Track Chair.

Themed Tracks

From those listed below, please identify the subject area in which you wish to have your proposal considered. Note: Several divisions include suggested themes for exploration. These suggestions do not preclude proposals on other topics.  Questions about tracks should be directed to track co-chairs.

  1. Gender and the State: Majorities and Minorities

The state is present in gendered debates on the rights and obligations of citizenship, the provision of social welfare, governance and control, hierarchy and fealty, discrimination and marginalization. State power and also state violence are expressed differentially according to gender, with reference to legal status, reproductive rights, marriage, death, and an individual’s inclusion in the polity. Proposals might explore some of the following questions: How are gendered experiences and identities shaped by the state, and how do the demands of sexual, racial, ethnic, religious, and indigenous minorities shape state practices and institutions? How does power circulate between majorities and minorities, and how is difference, subordination, and subjecthood produced by the state, and also challenged by non-dominant communities? Specific examples might also refer to legal equality and legal status; struggles for suffrage; reproductive, human, and migrant rights; and the regulation of gendered forms of labor.

Track Chairs:

  1. Social Justice, Migration and the City

Cities – as spatial forms, economic entities, and human habitats – are dynamic hubs where identity, social relations, power, inequality, and social change are visible and contested in the natural, built, and human environment, in memories and artifacts of the past, and the present. Movements of people searching for better lives and for greater opportunities, fleeing persecution and violence, or just escaping the confines of their previous lives, often end up in cities. Whether segregated or intermingled, people from different regions and different parts of the world negotiate space and identity, fight for justice and create change. We invite proposals from historians and interdisciplinary scholars working on different geographical areas, or transnationally, that explore some aspect of the historical role that migrants, migration and urban space have played in advancing both inequality and freedom, in incubating struggles for social justice and change.

Proposals in this track are encouraged to consider the following questions: how migration and mobility have impacted economic, social, cultural and political relations and formations; how the city as a spatial form influences perceptions about poverty and wealth, citizenship, social control and the nation of freedom; how global forces, markets and privatization create and/or shape urban spaces and people’s lives; how inequalities manifest in urban spaces and through institutions such as housing, employment, and education; how cities shape notions of community and belonging, identity, access and exclusion; and how urban (suburban and ex-urban) environments structure organizing, grassroots activism and social justice agendas

Track Chairs:

  1. Globalized Labor

Examining women’s labor from a global perspective offers many possibilities to consider historical specificity, women’s migration, political involvement, and transnational social movements, as well as the multiple ways in which women’s labor shapes and is shaped by broader political and economic processes. It also examines how women’s labor has defined global circuits, labor demands, and transnational labor, especially in regards to intimate labor, care-giving, outsourcing life (surrogacy), lack of documentation, and informal economies.  By the same token, we are interested in papers that look at how women have organized to challenge women’s disenfranchisement and oppression within globalized systems of labor and production.

We invite proposals from historians of different geographical areas, transnational scholars, as well as activists that address the following areas: women and transatlantic/transpacific migration; trafficking and forced labor; neoliberalism and labor migration; subcontracted labor; guest workers; the informal sector; women entrepreneurs; the gender pay gap; women’s labor and climate change; segregated labor markets; international labor organizing; women’s labor and social reproduction; transnational families and women’s work; surrogate motherhood and transnational adoption; women’s labor and free trade policy; the wages for housework movement; working class/labor movements; transnational social movements; the International Labour Organization (ILO) and women’s labor; labor legislation/protective legislation and women workers.

Track Chairs:

Top of page

  4. Slavery and Other Forms of Unfree Labor

We invite historians, activists, and others who are interested in examining how systems of unfree labor shaped lived experiences in “free” and “unfree” societies from ancient times to the twenty-first century. Slavery configured the geographic landscape of all who came into contact with it and connected societies economically, especially as global capitalism developed rapidly.  As a result of slavery’s commodification, systems of inequality were established that still linger.  We hope that the panel presentations offered will provide deep analyses of slavery, push forward new methodological approaches, broaden historiographical borders that have surrounded the subject, and advance new questions about the historical legacies of unfree labor.  We are especially interested in receiving proposals that emphasize the gendered dimensions of slavery and unfree labor in comparative frameworks temporally and spatially, from the ancient world to the 21st century. Papers might include analyses of slave systems that connected societies across the Atlantic, Pacific or Indian oceans, trans-Saharan slavery, convict labor, sexual (including marriage) and debt slavery, or other institutions of bonded labor.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and Capitalism

With the recent, renewed interest in the history of capitalism, we seek to open up a conversation that deepens our understanding of capitalism and its diverse role in the transformation of economies and societies across the globe.  We are particularly interested in proposals that consider how the study of women and gender can help us better understand global capitalism as an internally differentiated and interconnected, shared structure.  Proposals that join an innovative use of both quantitative and qualitative methods and evidence will be given special consideration, as will those that incorporate how historians, activists, artists, economists and others have engaged with the histories of capitalism.  We invite submissions on topics as diverse as corporate capitalism, the service economy, markets and consumption, business, the environment and development, social networks, globalization and antiglobalization, and big data.

Track chairs:

  1. Sexualities, Gender Identities and Expressions

We call for proposals that consider the question of how sex, sexualities and gender are managed and maintained across boundaries of race, class, and culture  (among others). New paths of contestation engaging the fluidity of genders and sexualities are called for in the current state of emergency surrounding issues of anti-Black racism and police brutality that have generated public protest in the United States.  Similarly, popular and state uprisings across the Middle East and North Africa (among others), have destabilized conventional hierarchies. How might these conflicts generate new models of activism, scholarship, and praxis along axes of gender identity, expression, and sexualities?  How do emergent gender identities and sexual expressions produce both antagonisms and possibilities? Papers that concern historically situated race and racism and local and transnational state violence are particularly relevant.  The Sexualities and Gender Identities and Expressions track will also consider but not be limited to: queer pedagogies; reproductive technologies and sexualities; relations among Feminist Studies/LGBTQ Studies/ Queer Studies; police states and violence; intimate partner violence; social protest; pleasure and sexual practices; trans*/national movements and movement building; political coalitions; dangerous intimacies.

Track Chairs:

Top of page

7. Women, Gender and Science

The Program Committee welcomes proposals for panels, papers, round-table discussions, or other presentations on all aspects of the history of women, gender(s), and science (including medicine and technology). We are particularly interested in creating a program that includes a range of geographic areas, historical periods, and methodologies. We welcome proposals that are interdisciplinary and intersectional, and that represent a diverse set of voices within academia and beyond including, but not limited to, those that engage visual and performing arts, science fiction, civic science, do-it-yourself experiments, computing and the Maker Movement. We especially encourage panel proposals that bring together scholars, artists, and/or practitioners around a common theme.

Track Chairs:

  1. Pedagogy and Work Culture, K-12

The Berkshire Conference on the History of Women, Genders, and Sexualities brings together thousands of historians, activists, educators, and artists to share their research and activism. The 2017 conference especially wants to involve teachers and teacher educators in a lively discussion of teachers’ work as well as curriculum, pedagogy, and the history of education informed by feminist, queer, Marxist, and race-based theory. We plan to partner teachers and teacher educators with academics, school activists, museum educators, librarians, and artists to explore gender and sexuality in school curricula and the life of schools and those who work there. A range of creative presentation formats—including performance-based, digital, and open forum—are encouraged.  Possible topics include:  How genders and sexuality are taught (or not taught) in the curriculum in the era of high stakes testing; Engaging social issues in K-12 curriculum (e.g., peace, suffrage, temperance, anti-lynching) that illuminate and enrich the understanding of a particular era or movement;  The gendered nature of the attack on public education, the history of women in the schools, and teacher union history; Gender and the work of teachers, including oral histories of closeted and “out” queer educators.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and War

War, as a time of dramatic rupture and change, can bring terrible suffering but also, potentially, opportunity. Wars serve to construct, fracture and challenge gender identities and gendered hierarchies. Gender, moreover, has been a mobilizing theme for both anti-war and militaristic movements. We invite innovative contributions that address topics such as the gendered dimensions of both home fronts and battle fronts; the intersections of gender, ethnicity and religious identification in war contexts; the ways that different genders and sexualities are negotiated within wartime regimes; the intersections of war, gender, science and technology; the gendered dimensions of war memory, memorialization and mourning; the gendering of wartime discourse and propaganda; and media, literary and visual representations of gender, war and conflict. Submissions may deal with any geographical area(s) and any historical era, from ancient to modern.

Track Chairs:

Top of page

10. Refugees, Asylum and Gender

Gender and sexuality have shaped the flow of people fleeing war persecution, man-made and natural catastrophes, playing a strong role not only in who flees, but also in what they experience. Additionally, as a form of forced migration, refugee migration invites juxtaposition with detention and deportation, international adoption, and human trafficking.  Thus we invite path breaking contributions that address the experiences of such coerced migrants in various  times and places, focusing on such topics as sustaining everyday life in refugee camps and in resettlement, gendered persecution (such as intimate partner violence, forced marriage, or rape) in asylum cases, gendered treatment of refugees, gendered effects of refugee and asylum policies, the gendered discourse of refugees and asylum, gendered forms of resilience and creativity,  the intersection of gender/race/culture/ability and sexuality and historic and ongoing inequity as a factor in forced migration. We especially welcome proposals that cross boundaries, creatively re-think the nature and format of presentations, and include presenters from beyond the confines of academia.

Track Chairs:

  1. Women, Gender and Religion

The twenty-first century has seen a revival of religion as a marker of gender difference in many parts of the globe.  Religious concepts and practices continue to be invoked to strengthen hierarchies, enforce conformity, and deny fundamental rights.  In light of those developments, submissions to Difficult Conversations on women, gender, and religion, are invited to reassess historical scholarship of the past decades that revealed competing theologies, and to question how, at this stage in history, scholars and activists may effectively advance more nuanced understandings of faith, religious systems, and the values associated with them.  Of particular interest are questions of gendered agency and authority in religion; religious “tradition” and identity; and the interplay between religion and sexuality.

Track Chairs:

  1. Performance Studies and Visual Culture

This track explores the ways in which performance and visual culture can create, interrogate, and reshape the meanings and representations of gender, sexuality, race, class, ability and other categories of identification.  Papers and presenters from any discipline that seeks to theorize and understand historical and contemporary modes of embodiment, agency, representation, and resistance are encouraged. Proposals may also incorporate short performances as a means of enhancing audience engagement with central questions about agency, representation and creation.  Presentations might use performance as an organizing framework for considering a wide range of gendered practices and relationships, including but not limited to: museums and memorials; landscapes and the built environment; food and consumption; technology and digital media; nationalism, totalitarianism, repression, and revolution; theatre and creative practices, literary production, and censorship.

Track Chairs:

  1. Politics and Popular Culture

The relationship between politics and popular culture is key to understanding women, gender, and sexualities across historical eras.  We invite submissions that critically engage the history of popular culture in any time period and locale.  Popular culture history has emerged as a vibrant field that yields new ways to study the intersections of race, gender, class, sexuality, and (dis)ability.  Submitters can take up a number of issues ranging from how and why popular culture is central to the quotidian experiences of people around the globe to its role in the shifting paradigms of feminism, body politics, critical race theory, trans studies, imperialism, transnational studies, and reproductive justice.  By centering on forms of popular cultural expression, including film, music, sports, dance, fashion, print media, social media, this track seeks to bring a diverse group of scholars, cultural producers, and practitioners into conversation with one another.

Track Chairs:

  1. Work Cultures/Work Realities: The Academy and Beyond

This track seeks individual papers, panels, or roundtable sessions on issues or themes relevant to the work we (broadly defined) do. We hope to generate informed conversation about pedagogy, but also working conditions—for those working in any capacity in higher educational institutions as well as those in other settings.  Given the service burdens in the academy that fall particularly heavily on women and people of color, how do we see that such contributions are valued?  Do we need to redefine teaching and service as intellectual endeavors?  Is it necessary to change dominant understandings of scholarship?  How would we set about doing these tasks?  These issues are particularly timely given attacks on university employees and the questions raised by politicians, parents, and students about the “value” or “utility” of history?  They are also important in light of those scholars, including public historians, public intellectuals, and digital humanists whose contributions often cannot be measured by “traditional” categories.  Other difficult conversations are to be had on how historians in various settings (schools, universities, non-profits, for-hire) can work together? We also seek to address how scholarship and work are married beyond the academy.  Can one still be a historian and work, for example, in non-academic settings.  What does it mean to be an Alt-Ac, public historian or history informed activist in 2017?

Track Chairs:

Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

Journée d’étude, Que fait le genre à l’histoire du XIXe siècle?, EHESS, 12-13 octobre

Journée(s) d’étude

Que fait le genre à l’histoire du XIXe siècle?

EHESS – Salles 638-640 – 190-198, avenue de France – 75013 Paris
Depuis maintenant près d’une quarantaine d’années, l’histoire des femmes et, plus récemment, les études de genre ont ouvert des perspectives nouvelles dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, et contribué à y faire évoluer les méthodes d’enquête. Les 12 et 13 octobre 2015, deux journées d’études prendront appui sur le travail des historien-ne-s pour proposer, autour d’un cas concret – celui des croisements entre rapports de genre et rapports coloniaux dans la France du XIXe siècle – une réflexion interdisciplinaire sur les apports heuristiques des concepts de genre et d’intersectionnalité. Leurs organisatrices, Elizabeth Claire (CRH), Caroline Fayolle (Paris 8), Lola Gonzalez-Quijano (CRH) et Sylvie Steinberg (CRH), précisent ici l’enjeu de cette rencontre.

Ces deux journées d’étude entendent relire l’histoire du long XIXe siècle français au prisme du genre et en résonance avec les questions plus contemporaines étudiées au sein de la Mention Genre Politique et Sexualités (GPS-Sociologie) de l’EHESS. Réunissant des historien.nes, sociologues, littéraires et politistes, elle souhaite initier un travail collectif permettant de dépasser les frontières disciplinaires et de croiser les approches et les outils théoriques.

Il s’agira de mettre en lumière des travaux récents en sciences humaines et sociales qui ont souligné le caractère heuristique du genre et du concept d’intersectionnalité pour comprendre les mutations de la France du XIXe siècle. Assumant le fait que la recherche interroge le passé depuis un présent qui la situe, ces journées s’attacheront aussi à comprendre en quoi les cadres de pensées issus du XIXe siècle, s’ils sont mouvants et peuvent être déconstruits, continuent à nourrir les représentations collectives et les conceptions actuelles du politique. Un retour sur cette période ne peut manquer d’éclairer les stéréotypes à l’œuvre dans les logiques de domination et d’exclusion aujourd’hui. Il s’agira ainsi de proposer des premiers jalons pour opérer, à partir du XIXe siècle, une généalogie des controverses contemporaines qui articulent les questions liées au genre, à la sexualité, au racisme et au post-colonialisme.

Afin de participer à la réflexion collective sur « les sciences sociales au XXIe siècle » menée dans le cadre du quarantenaire de l’EHESS, une table ronde conclusive proposera une discussion mettant en perspective les apports théoriques de ces journées et une réflexion épistémologique sur l’évolution des usages du genre dans les sciences humaines et sociales et notamment en histoire. Le genre sera questionné à la fois comme catégorie d’analyse pour le champ universitaire et comme outil critique mobilisé dans les conflits sociaux et politiques.
Date
du lundi 12 octobre 2015 à 09h30 au mardi 13 octobre 2015 à 17h30
Contact
Liste d’inscription
inscription à : genre19e@gamil.com

programme_genrehistoire19e_v2

http://actualites.ehess.fr/nouvelle6771.html

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Journée d’études « Féminisme et travail domestique », Paris Dauphine, 16 octobre

Féminisme et travail domestique

16 octobre 2015 Université Paris-Dauphine, salle P

IRISSO – journée de l’axe genre en l’honneur de Dominique Fougeyrollas

9H30 Accueil, café

10H : Ouverture par Dominique Méda, directrice de l’IRISSO

Introduction de la journée par Dominique Fougeyrollas

Enjeux scientifiques et politiques de la mesure du travail domestique,   Présidence : Sophie Bernard (IRISSO)

Cécile Brousse (DARES) : Les enquêtes emploi du temps de l’INSEE (1974-2010)

Dominique Méda (Université Paris-Dauphine, IRISSO) : Femmes et richesse, au delà du PIB

Sibylle Gollac (CNRS-CRESSPA-CSU) et Céline Bessière (Université Paris-Dauphine, IRISSO) : Les enjeux de l’invisibilisation du travail domestique au tribunal des couples

Déjeuner (12H30-14H)

Marchandisation du travail domestique, Présidence : Annie Cot (Paris 1, Centre d’économie de la Sorbonne)

François-Xavier Devetter (Telecom Lille – CLERSE) Enjeux et signification sociale de la politique de soutien aux « services à la personne »

Christelle Avril (Université Paris XIII-IRIS), Employée à domicile, domination exacerbée ou émancipation ? Quelques pistes de réflexion empirique

Jules Falquet (Université Paris-Diderot, LCSP), Quelques remarques sur la mobilité de la main d’œuvre et travail domestique réalisé hors de sa propre famille : de la colonisation à la mondialisation néolibérale 

Caroline Ibos (Université Rennes 2, LEGS) : Le travail domestiques : les enjeux d’une délégation sans fin

Conclusion / débat : Catherine Achin et Céline Bessière (Université Paris-Dauphine, IRISSO): Petit retour sur 40 ans de recherches féministes sur le travail domestique 

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

En ligne : conférence de Joan W. Scott, « comment je suis devenue une historienne féministe »

La conférence donnée par Joan Scott le 30 mars 2015 à l’IEC est désormais à écouter en ligne dans une version filmée. L’historienne revient sur son parcours de recherche et explique comment elle est devenue féministe dans le sillage du mouvement des femmes américain. Sans être à l’avant-garde de ce mouvement, elle l’a observé depuis ses marges mais il a profondément nourri sa pensée. Parmi bien d’autres moments passionnants, notons cette remarque lucide et combative sur laquelle Joan Scott termine son propos :

« Ce sont des questions [celle du genre et du féminisme] qui inciteront je l’espère de nouvelles générations de chercheuses et de chercheurs à continuer de passer les idées dominantes au crible de la critique et à énergiquement essayer de préserver les espaces où ce travail peut continuer de se faire. Ce n’est pas une tâche facile quand on voit à quelles restructurations néolibérales nos universités et nos sociétés sont soumises avec des enjeux considérables. Mais l’ampleur du défi doit nous rappeler non seulement le courage qu’ont montré celles qui nous ont précédées mais aussi le plaisir immense que donne le fait de livrer bataille »

Conférence de Joan Scott en ligne sur le site de l’IEC

Profitons de ce post, pour signaler que l’IEC filme l’ensemble de ses conférences depuis plusieurs années, un fonds très riche qui permet d’écouter de grands noms de la recherche sur le genre revenir sur leur parcours. Ces vidéos sont disponibles ici.

 

Conférence: Joan Scott, « Comment je suis devenue une historienne féministe », 30 mars

Conférences de l’Institut Emilie du Châtelet

Joan W. Scott: « Comment je suis devenue une historienne féministe »

20150330_191045

Dans le cadre du cycle « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre »

30 mars 2015

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène Brion (Paris 13e), 18h-20h30, conférence en français, suivie d’un cocktail

Avec Joan Wallach Scott, Historienne (Institute for Advanced Study, Princeton)

Joan W. Scott, historienne américaine, spécialiste de la France ouvrière du XIXe siècle et du travail des femmes, est une des grandes pionnières des études de genre. Son article le «Genre: une catégorie utile d’analyse historique» (1986, trad. française en 1988) a fait date et reste une référence majeure autant pour une théorie critique de l’histoire qu’elle poursuit, que  pour un questionnement épistémologique de toutes les disciplines. Observatrice critique des enjeux féministes en France, elle s’est intéressée plus particulièrement aux paradoxes de la lutte pour la citoyenneté, à la parité ou aux dimensions politiques et post coloniales des affaires de voile.Joan W. Scott est aujourd’hui professeure émérite à l’Institute for Advanced Study de Princeton (School of Social Science).

Plus d’informations sur le site de l’IEC: http://www.institutemilieduchatelet.org/details-conferences?id=268
Retrouvez notre entretien avec Joan Scott dans la rubrique « Une question à »: http://gcp.hypotheses.org/254

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

CONF Beverley Skeggs-26 mars-EHESS

http://iris.ehess.fr/docannexe/file/2768/skeggs26032015.jpg

Conférence autour de la venue en France de Beverley Skeggs (Goldsmiths, Univ. of London) pour la parution en français de Formations of Class and Gender. Becoming respectable (Sage, 1997)

Organisée par Sylvain Laurens (Éditions Agone) & Christelle Avril (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux)

Jeudi 26 mars 2015, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, Amphi Furet, 14h-17h

Discussion : Christelle Avril (Univ. Paris 13 / Iris), Anne-Marie Devreux (CNRS / CSU-CRESPPA), Marie-Pierre Pouly (Univ. de Limoges / GRESCO)

Animation et traduction des échanges : Marjolaine Roger (Univ. Dauphine, CSU-CRESPPA)

Contact : sylvain.laurens@ehess.fr

« Les métiers ont-ils un sexe », événement organisé par le PRESAGE le 10 février

Le Programme de recherche et d’enseignements des savoirs sur le genre propose une réflexion sur le sexe des métiers.

Dans le cadre des journées proposées par le PRESAGE, le 10 février, à 17h, en partenariat avec le Laboratoire de l’égalité, Françoise Vouillot viendra présenter son ouvrage « Les métiers ont-ils un sexe ? »

http://www.programme-presage.com/details/events/les-metiers-ont-ils-un-sexe.html

Lieu : Sciences Po, 56 rue des St Pères, salle Goguel (5ème étage)

Pour s’inscrire: https://www.weezevent.com/rdv-de-legalite-les-metiers-ont-ils-un-sexe

Présentation du livre

En France, seuls 12% des métiers sont mixtes. Aux hommes la production et l’ingénierie, aux femmes l’éducation, la santé, le social. Existerait-il des métiers plutôt féminins ou plutôt masculins ? Filles et garçons auraient-ils des aptitudes spécifiques qui les orienteraient « naturellement » vers des professions différentes ? L’objet de ce livre est de démonter les ressorts de la division sexuée du travail, porteuse d’inégalités, et de révéler tout l’intérêt pour la société d’une réelle mixité des métiers.
Cet ouvrage aborde notamment, chiffres à l’appui, l’influence des stéréotypes de sexe, des pratiques des personnels pédagogiques et de l’histoire des politiques d’éducation sur l’orientation des filles et des garçons. Les nombreuses citations et zooms informatifs apportent un éclairage essentiel sur les études existantes et les initiatives développées pour favoriser la mixité des métiers.

Clyde Plumauzille

Docteure en histoire de l’Université Paris 1 et allocataire postdoctorante de l'Institut Emilie du Châtelet, mes recherches portent sur les économies intimes des classes populaires féminines à l'époque moderne et contemporaine.

More Posts - Website

Journée autour de l’oeuvre de Geneviève Fraisse 3 février

« L’émancipation créatrice » est le titre de cette journée organisée le 3 février 2015 autour de l’oeuvre de Geneviève Fraisse, philosophe et directrice de recherches émérite au CNRS. Elle se déroulera à la Sorbonne, dans l’Amphithéâtre Louis Liard – 17 rue de la Sorbonne 75005, de 9h30 à 17h45. 

L’inscription est requise, plus d’informations ainsi que le programme de la journée à partir du lien suivant : http://www.programme-presage.com/details/events/lemancipation-creatrice.html