Appel à communications: Association d’études de la sexualité, Congrès 2016

Appel de propositions pour les sessions du Congrès 2016

SSA CFP 2016 English and French (Cliquez pour télécharger)

L’Association d’études de la sexualité lance un appel de propositions pour sa quatrième rencontre annuelle, qui sera tenue du 29 au 31 mai 2016 à l’Université de Calgary à Calgary (Alberta) lors du Congrès du CRSH. Nous invitons des propositions de langues française et anglaise à partir de toute perspective disciplinaire ou interdisciplinaire. Il sera possible de présenter la même communication en français et en anglais. Si vous désirez présenter deux communications (l’une en français et l’autre en anglais), veuillez clairement indiquer cette intention dans votre résumé.

Suivant le thème du Congrès 2016, « L’énergie des communautés », nous nous intéressons notamment aux communications, réflexions créatives, expositions artistiques, films, œuvres multimédias et performances artistiques qui problématisent les notions de communauté et de l’appartenance dans leurs intersections avec le sexe, le genre et la sexualité. Étant donné l’engagement de l’Association d’études de la sexualité auprès d’une variété de communautés, dont les communautés autochtones, francophones et artistiques, le thème « L’énergie des communautés » est particulièrement propice pour nous.

Dans nos rôles de personnes impliquées dans la recherche critique et le militantisme liés à une variété de réseaux universitaires, artistiques et politiques, nous participons à la création de communautés queers et de systèmes de liens affectifs. L’histoire de l’intégration de la recherche scientifique et la recherche communautaire est longue et complexe. Les études critiques de la sexualité dénoncent les systèmes d’hétéronormativité qui privilégient les structures de liens affectifs et les pratiques sexuelles dominantes. Notre association favorise les théories et les méthodes intersectionnelles, décolonisatrices et multidimensionnelles. Elle est vouée à la dénonciation de projets homonationalistes qui réinscrivent la normativité comme technologie de gouvernance. En délégitimisant les savoirs produits par les communautés « autres », cette réinscription du pouvoir naturalise et privilégie les épistémologies dominantes.

Cette année, nous invitons l’exploration des questions suivantes : Quels sont les lieux de résistance et de complicité opérationnalisés par les sexualités et les études de la sexualité contemporaines? Quelles communautés et quelles formes d’appartenance sont rendues viables, et lesquelles deviennent inhabitables dans le contexte des cadres contemporains de la sexualité? Quelles sont les conséquences affectives de viser « l’énergie » des communautés d’un point de vue critique? Comment pouvons-nous visualiser et nous engager auprès de diverses cultures et communautés à l’ère de la politique mondiale et des relations transnationales? Nous invitons les chercheuses et chercheurs, les activistes et les artistes à soumettre des propositions qui se penchent sur les multiples dimensions de l’énergie des communautés incluant, mais sans se limiter, aux concepts suivants :

  • l’indigénéité, la dé/colonisation et le transnationalisme;
  • les études de la sexualité dans les discours scientifiques, artistiques et communautaires;
  • la langue, la culture et l’anglonormativité;
  • la racisation et la blancheur;
  • les corps inter/sexués, les genres et les subjectivités;
  • l’in/capacité et la crip theory;
  • les subjectivités trans* et la théorie trans-;
  • les politiques de l’espace et des contre-publics;
  • les écologies queers, l’anthropocène, l’espèce-isme et la distinction humain-animal;
  • les politiques vitales, les nouveaux matérialismes et les ontologies centrées sur l’objet;
  • la nécropolitique et la biopolitique, les morts-vivants, la « mort lente »;
  • le travail, la précarité, la survie;
  • les sexualités « illicites » et le travail du sexe;
  • les liens affectifs et les familles;
  • les droits, la reconnaissance et la résistance.

POUR SOUMETTRE VOTRE PROPOSITION : Nous encourageons la soumission de présentations d’une variété de formats, y compris les conférences, les panels, les ateliers, les tables rondes, les affiches, le visionnement de films et de vidéos, les performances artistiques, les expositions et les événements culturels. Une attention particulière sera portée aux séances impliquant des artistes ou des chercheurs, chercheuses ou activistes communautaires. Si vous proposez une présentation non conventionnelle, veuillez inclure une brève description de vos potentiels besoins en ce qui concerne le matériel technique/audiovisuel, le lieu et dimensions de la pièce, la possibilité de déplacer les meubles, ou autre.

Toute proposition doit être soumise sous forme d’un seul fichier (Word ou PDF) contenant (1) un résumé d’un maximum de 150 mots pour les communications individuelles, (2) une biographie d’un maximum de 50 mots et (3) un CV abrégé d’UNE page soulignant son affiliation institutionnelle ou communautaire, ses intérêts de recherche et ses projets/publications/expositions/performances en cours. Pour les propositions de panel et de table ronde, en plus d’une biographie de 50 mots et d’un CV abrégé d’une page pour chaque personne participante, la soumission doit inclure une description de 150 mots précisant les objectifs du panel dans son ensemble et un résumé de 100 mots pour chaque personne participante. Trois ou quatre personnes participeront à chaque panel. Si vous proposez un atelier dont l’horaire diffère de l’horaire conventionnel, veuillez l’indiquer. Comme une séance dure normalement 75 minutes, chaque communication présentée dans un panel doit durer environ 15 minutes. Toute soumission de panel et de table ronde doit indiquer le choix d’une personne pour animer la séance. Veuillez envoyer votre soumission sous forme de pièce jointe à l’adresse suivante : sexualitystudiesassociation@gmail.com.

La date limite des soumissions est le 20 novembre 2015. Les personnes ayant soumis des propositions seront avisées de la décision du comité de sélection vers la fin du mois de janvier 2016. Pour présenter au congrès, il faut être membre de l’association en date du 1er avril 2016 au plus tard.

 


Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn

A propos Katie Jarvis

Assistant Professor of History at the University of Notre Dame. Je suis maître de conférences en histoire à l'University of Notre Dame. Mes recherches portent sur des marchandes parisiennes qui s’appellent les Dames des Halles pendant la Révolution française. En les utilisant comme un prisme, je demande comment les révolutionnaires ont négocié la double croissance des aspirations démocratiques et le capitalisme à travers leur métier quotidien. J’examine la façon dont les Dames ont inventé une notion de citoyenneté naissante qui a eu le travail, plutôt que le sexe, comme la base. En même temps, j'analyse comment les révolutionnaires ont débattu le rôle politique des classes populaires par les marchandes en détail. La nation française - et une grande partie de l'Europe – s’accapareraient dans ces problèmes pour des décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *