Blois 2014 : une question d’éthique

 

Les rendez-vous de l’histoire qui ont eu lieu à Blois le week-end dernier ont été le théâtre d’un vif débat entre historiens à propos de l’invitation, pour inaugurer cette manifestation, de  Marcel Gauchet.

Cette controverse a donné lieu à la publication d’une pétition signée par 229 historiens (dont quatre des organisatrices de ce blog), à un débat organisé dans le off des rendez-vous de l’histoire, ainsi qu’à de nombreux papiers d’analyse. Signalons deux contributions très éclairantes pour comprendre les enjeux de cette « affaire » Gauchet :

– celle de Ludivine Bantigny qui propose une analyse rigoureuse des textes de Marcel Gauchet, ainsi qu’une généalogie critique de sa pensée

– et celle de Guillaume Mazeau qui retrace l’histoire de ce débat, ces différentes phases et les acteurs en jeu.

Et parce qu’aucun débat ne peut avoir lieu sans laisser la parole à toutes les parties, il est possible de regarder ici l’entretien vidéo de Marcel Gauchet où il répond à ses détracteurs.

Si nous nous faisons ici l’écho de ce débat, c’est au moins pour deux raisons. D’une part, les thèses développées par Marcel Gauchet, notamment sur la famille ou sur l’immigration, touchent à des thèmes – le genre et les classes populaires – qui concernent ce carnet au premier chef. D’autre part, il nous semble que l’histoire, et les sciences sociales en général, ne peuvent que gagner à exercer leur fonction critique et que, comme l’écrit Guillaume Mazeau, « le pouls d’une démocratie se mesure aussi à la possibilité de la confrontation à être reconnue comme un mode possible du débat public et de la construction du savoir et non sans cesse assimilée à une « rébellion » de papier ».

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *