Une question à : Carolina Orquiza Cherfem, Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil

Groupe Genre et classes populaires: Comment s’articulent le genre et les classes populaires dans votre recherche sur les coopératives au Brésil?

Cela fait environ neuf ans que je suis militante dans le domaine de l’organisation des classes populaires au sein des coopératives au Brésil. Pendant toute cette période, j’ai remarqué que la plupart des coopératives dans lesquelles je travaillais étaient composées de femmes. Pourquoi ? Qui étaient ces femmes?

Leurs trajectoires de travail et de vie sont similaires : la plupart de ces femmes étaient auparavant des domestiques, travaillant dans le domaine du care et dans le travail informel. Elles ont suivi peu d’années d’études, ou soient analphabètes, et plusieurs, ont des enfants à élever seules. Elles intègrent des petites coopératives d’artisanat, de couture et de nourriture et sont aussi présentes dans des coopératives de recyclage ou agricoles, même si leur participation y est souvent invisibilisée.

Les hommes des classes populaires, font également partie de ces coopératives même s’ils sont situés dans d’autres secteurs, tels que les entreprises récupérées, l’agriculture et les services divers (maçon, plombier, etc.). Dans les coopératives mixtes, ils réalisent les activités le plus valorisées socialement (leadership, tâches exigeant des connaissances techniques, etc.). Ils ont également peu d’années d’études et leurs trajectoires sont liées à l’emploi informel. A l’opposé des femmes, la plupart sont mariés et n’ont pas de responsabilités dans leurs foyers.

Dans ce contexte, il m’a semblé judicieux d’étudier dans mon master la division sexuelle du travail et les rapports de genre dans les coopératives populaires au Brésil (Cherfem, 2009). J’ai alors mené une recherche sur une coopérative, issue d’un projet de logement social, formée par des femmes menuisières. Dans ce projet, les femmes ont commencé à développer une activité généralement attribuée aux hommes : la menuiserie. J‘ai pu remarquer leurs difficultés à être reconnues en tant que propriétaires de la coopérative, de même que leurs difficultés à venir au travail en raison de leurs obligations domestiques. J’ai observé aussi la division sexuelle du travail lorsque des hommes jeunes ont été insérés dans cette coopérative. Ceux-ci ont suivi des formations et ils se sont détachés à des nouvelles apprentissages propusé par la coopérative. D‘un autre côté, les menuisières apprennent à participer aux débats publics, se qualifier professionnellement et elles commencent aussi à réfléchir à la division du travail dans leurs propres foyers.

En ce qui concerne la division des postes dans les coopératives, les femmes des classes populaires ne « se sentent pas qualifiées », ce qui faisait qu’elles-mêmes justifient leur présence dans des postes moins valorisés. Pourtant, il est intéressant de remarquer que ces femmes ont de nombreuses capacités qu’elles ont appris dans le travail productif : c’est notamment le cas de leur polyvalence, qu’elles mettent au service de la coopérative. Elles participent à des réunions, s’organisent collectivement. Elles ont ainsi commencé à prendre place dans le leadership, même si elles continuent de ne pas se sentir qualifiées.

Ainsi, il m’a semblé essentiel d’ajouter la notion de la construction sociale de la « qualification » à celle de « travail », puisque la notion de déqualification des femmes légitime le discours dominant de la division sexuelle du travail et se trouve reproduite à l’intérieur des coopératives.

Par ailleurs, il convient de noter que « la classe populaire » n’est pas homogène. Bien qu’ayant des trajectoires similaires, différents groupes d’hommes et de femmes émergent  en fonction de leur scolarisation, leur race , leur charge familiale. Ainsi, pour comprendre cette hétérogénéité, il faut aller au-delà d’une réflexion sur les rapports de genre : il est nécessaire d’analyser les différents groupes à l’intérieur de « la classe populaire » voire de parler de classes populaires au pluriel, en prenant en compte les différents rapports de domination de classe, de sexe et de race[1].

Et c’est de cette façon complexe que le genre apparait dans mes recherches. Je cherche à révéler les voix et les pratiques des classes populaires, en montrant comment elles contrarient l’idée qu’elles sont fragiles ou non qualifiées. Je veux montrer que les femmes provenant des classes populaires ne sont pas des victimes de la société : elles réfléchissent sur leurs conditions et renouvellent leurs actions quotidiennes. Cependant, elles sont insérées dans un contexte où les rapports de domination cherchent à limiter leur capacité d’agir et les empêche de prendre de nouvelles places dans la division sociale, raciale et sexuelle du travail mais aussi dans la vie de tous les jours. Ce qui est étonnant, c’est que ces rapports se reproduisent au sein même d’une coopérative, où pourtant, les principes de démocratie et de solidarité sont des idées motrices. C’est donc à partir de ces contradiction et conflits que ces femmes de classes populaires avancent et réinventent quotidiennement leur combat.  


[1] Concept de consubstantialité. Kergoat, Danièle (2012). Se battre, dissent-elles…Paris : La Dispute. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *